Film sur l’Emir Abdelkader : la Fondation éponyme réclame un droit de regard sur le scénario

Le projet de film sur l’Emir Abdelkader revient sur la scène médiatique. Objet d’une vive polémique et de critique notamment par rapport à son financement, ce projet ne pourrait pas voir le jour sans l’aval de la Fondation éponyme. C’est du moins ce qu’a laissé entendre aujourd’hui son président, Mohamed Lamine Boutaleb, lors de son passage au forum d’El Moudjahid. Boutaleb reconnaît que dans le cinéma il y a toujours de la fiction. Mais «si l’on veut faire un film sur l’Emir Abdelkader, on doit rester fidèle à son parcours, à ses réalisations et à ses qualités humaines». Le président de la Fondation de l’Emir réclame ainsi un «droit de regard» et estime plus que nécessaire de tenir compte de son avis sur le scénario du film dédié à cette personnalité historique considérée comme le fondateur de l’Etat algérien moderne. Pour Boutaleb, la Fondation est «la première concernée par l’histoire et les archives de cette personnalité historique. Le scénario du film sur l’Emir Abdelkader, écrit par Zaim Khenchlaoui, «doit non seulement mettre en exergue l’homme combattant, mais aussi l’écrivain, le penseur, le philosophe et l’homme d’État chevronné, fondateur de l’Etat moderne durant la résistance algérienne contre le colonialisme français», soutient-il, affirmant que «cette personnalité historique arabo-musulmane d’exception exige du peuple et des autorités suprêmes du pays de préserver son image, étant un legs national». Il appelle par là même le réalisateur de ce film à choisir «un comédien arabe et musulman pour incarner l’Emir dans ce film». Le coût de la production du film sera supporté par le ministère algérien de la Culture, l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) et Cinema Libre Studio, un studio américain dirigé par le célèbre Philippe Diaz. La réalisation du film a été confiée à l’Américain Charles Burnett, auteur de plusieurs films dont Namibia avec Dany Glover. De nombreux Algériens n’ont pas compris pourquoi ce film, qui fait référence à «un monument de l’histoire de l’Algérie», a été confié à des étrangers avec ce que cela implique comme risques de dénaturation des faits.
Sonia B.

Comment (16)

    ABDEL KAD
    12 novembre 2013 - 8 h 41 min

    Au lieu de prendre un
    Au lieu de prendre un réalisateur Algerien, on veut donner notre argent au usa? quelle honte , une fois de plus le gouvernement algérien est incapable. Ce film réalisé avec des américains c’est du Pipo, le gouvernement algérien va ce faire avoir.
    Abdel KADER DOIT CE RETOURNER DANS SA TOMBE QUAND IL VOIT CE QUE LE GOUVERNEMENT ALGERIEN FLN a fait subir a son peuple.




    0



    0
    cpasvrai
    6 novembre 2013 - 19 h 43 min

    Rendre hommage à qq c’est
    Rendre hommage à qq c’est faire ce qu’il aura fait et non pas faire sortir 60 millions à l’etranger.
    EL amir aura construit une ecole culturelle puisqu’il s’agit du budjget de ce ministère. Une école culturelle pour jeunes enfants handicapés par exemple.. l’emir aura fait peut etre ou tout autre bien fait.

    Les films américains qui coutes ces sommes se justifie par un retour sur investissement à travers les places de ciné dans le monde.
    Mais qu’en est il de ce film ?

    Ou bien :

    Mme la ministre ,et, ou, son entourage tire ses dernieres cartes avant le départ imminant de celui qui là protège !
    Une des carte est cette somme de plus de
    60m de $$ à des étrangers sans références sérieuses demander aux professionelles, si vous avez des doutes …
    Mais je ne m’inquiète pas, ce fiasco montrera encore une fois l’incompétences de nos dirigeants. Et un jour Inchallah, le jour ou l’intelligent gère le sot et non pas l’inverse, un producteur local prendra un réalisateur local pour travailler ce sujet local.
    Et exportera le film pour être rentable.
    Mais en attendanr, exporter 60 millions de $ assure une retraite d’au moins 5% facile à récupérer à l’etranger.
    Alors que prendre des locaux ou au mois les impliquer impose plus de difficultés à récupérer ses dinards.
    Surtout que le vieux Lion partira bientôt de ce monde donc elle n’a pas bq de temps j’imagine.
    Je ne vise pas la personne sans preuves, mais je m’indigne d’une politique sans valeurs, une administration sans administrateur, un état sans nation… qui partira comme de la poussière et seule une figure tel que le sujet reste dans les mémoires.
    Le jour de la sortie du film, s’il sort un jour, vous verrez le fiasco.. ça sera bq de poudres au yoeux, bq de bruits, mais sans fond.
    Ces gens sont tellement prévisibles…
    60 millions dépasse le budjget d’une école de cinéma, d’une entreprise modèrne.. pour produire et réaliser des dizaines et des dizaines de films à condition de donner cette somme à des gens honettes. Ils feront des erreurs mais aprendront à les corriger.




    0



    0
    le chaoui
    3 octobre 2013 - 18 h 52 min

    vraiment on se demande ce que
    vraiment on se demande ce que veut ce monsieur , droit de regard , oui on le donne a un etranger qu’a vous et vos conseillers , rappellez vous le mois de mai 2013 ou l’imprimé portant lordre du jour en face le la photo de notre emir ABDLEKADER se trouve une ,dommage que vous avez accepté ca et votre place est au musée , connaissez vous vraiment l’histoire de l’EMIR , non je ne pense pas , donc à votre age il serait beaucoup mieux de prier et laisser la place aux jeunes historiens et aux gens qui connaissent mieux que vous l’histoire de notre EMIR .
    nous aimerions beaucoup vous rencontrer mais malheureusement le siège de la fondation est fermé depuis la nuit des temps , essayez de faire une conférence dans ce siège car c’est plus présentable pour une fondation mais hélas c’est trop vous demander . A BON ENTENDEUR SALUT




    0



    0
    Micipsa
    1 octobre 2013 - 14 h 39 min

    Cette fondation qui
    Cette fondation qui s’autoproclame légataire de l’héritage historique de l’Émir Abdelkader n’a qu’à produire un autre film sur le personnage selon ses vœux.
    C’est fou ce que beaucoup de gens dans notre pays veulent détenir le monopole dans n’importe quel domaine que ce soit dans les produits alimentaires comme celui de la culture ou de l’histoire en passant par les matériaux de construction et autres…




    0



    0
    Marouan
    1 octobre 2013 - 13 h 32 min

    On voit les programmes dits
    On voit les programmes dits algériens sur l’Unique et ses clones on les voit aussi sur ces chaines embryonnaires qui émettent de l’étranger, je ne vois donc aucun inconvénient qu’un film su l’Emir Abdelkder ou sur d’autres figures historiques qui ont marqué la révolution algérienne comme Abane, Ben Mhidi, Si El Houes, Amirouche, farhet abbès… soit réalisé par un Américain surtout quand il s’appelle Charles Burnett; une icône à HOLLYWOOD. ARRETONS DONC D’Alimenter cette polémique qui ne doit pas avoir lieu.




    0



    0
    AnonymeKELAM
    1 octobre 2013 - 12 h 52 min

    dommage pour notre EMIR ABDEL
    dommage pour notre EMIR ABDEL KADER /IL N4A PAS DE CHANCE DANS SON PAYS ON LE TRAITE DE TOUT LES NOMS POURQUOI CETTE M2CHANCET2 GRATUITE/IL FUT UN GRAND HOMME DE SON TEMPS ET SON EXEMPLE EST A M2DIT2/POUR LES GENERATIONS QUI VIENNENT :
    c’est vraie que monsieur boutaleb mohammed ne peut présenter notre EMIR NATIONAL car il a un fardeau qu’il traîne :il est le mauvais exemple a donné pour l’EMIR.
    pour venir au film:on n’a qu’a commencé depuis le temps qu’on veut faire un film sur l’EMIR. cet héritage il convient de dire qu’il est contemporain.




    0



    0
    Anonyme
    1 octobre 2013 - 11 h 19 min

    Je me demande quelle est
    Je me demande quelle est cette loi qui oblige un cinéaste de se soumettre au bon vouloir d’une fondation ? Dire qu’il existe une image du traitre à l’Emir que beaucoup prennent pour l’Emir. Oui veiller a ce qu’une telle confusion ne se produise pas dans le film relève d’une bonne vigilance de la fondation. Que devient l’information que Lakhdar Hamina était sur un projet similaire?




    0



    0
    Anonyme
    1 octobre 2013 - 10 h 48 min

    Est ce qu’on va parler des
    Est ce qu’on va parler des lettres envoyées par BEY AHMED de constantine à la sublime porte, lorsque l’emir abdelkader a signe sa reddition laissant ce dernier seul en résistance contre la France. Le contenu est plus qu’insultant. L’histoire est un tout, indissociable, et doit être écrite et lue sous tous les angles.




    0



    0
    raselkhit
    1 octobre 2013 - 9 h 57 min

    Toute oeuvre de fiction
    Toute oeuvre de fiction estune manipulation comme dans tout le cinéma Hollywoodien on manipule l’Histoire et tous les autres concept.A titre d’exemple en visitant le Chateau d’Henri IV ou il est de notoriété publique que l’Emir a été emprisonné dans ce chateau plus de 3ans et oh miracle aucune référence ni aucun signe du passage des 400 ppersonnes accompagnatrices(toute la Smalade l’Emir) ni aucune traces des deux cent personnes mortes et enterrées dans le chateau lors de leur emprisonnement et comme par hazard la guide du chateau ignore que l’Emir a été emprisonné dans ce Chateau comme à l’office du tourisme de cette ville personne ne sait dans quel chateau l’Emir a été emprisonné.Tout un pan de l’Histoire de l’Emir est occulté et comme par hazard « La fondation ne bouge pas »




    0



    0
    madjid
    1 octobre 2013 - 9 h 08 min

    il s’est rendu aux français
    il s’est rendu aux français en sauvant sa famille ,il a laissé derrière lui l’enfumade et l’extermination du peuple algérien,il a sauvé des chrétiens et abandonné son propre peuple. même dieu ne l’as pas gratifié de la chahadda au combat.




    0



    0
    Mansour
    1 octobre 2013 - 8 h 02 min

    L’émir Abdelkader est certes
    L’émir Abdelkader est certes un grand homme qui a résisté 15 ans à l’envahisseur français.La suite est moins héroïque et on ne doit pas falsifier l’Histoire pour plaire à X ou à Y.Mais chez nous,tout est frelaté,notre Histoire millénaire a été charcutée pour donner la part du lion aux conquérants arabes au détriment de la vérité historique que nul n’a le droit de falsifier.Même l’histoire de notre guerre d’indépendance toute récente a été triturée pour faire émerger des vauriens comme héros nationaux alors que les dépouilles d’Amirouche et de Si Haouès qui ne se sont pas rendus à l’ennemi et qui sont morts en héros les armes à la main ont été séquestrés dans les sous sols d’une caserne de Bab Djedid à Alger.Même morts ils faisaient peur à ces usurpateurs qui ont probablement donné leur itinéraire à l’ennemi pour les éliminer.On cache ses vrais héros au peuple et on fait monter sur le podium ceux qui se sont rendus.Tout un symbole,mais il est évident qu’on ne cache pas le soleil avec un tamis et la vérité finit toujours par éclater car la nuit a peur du soleil aussi vrai que la terre est ronde.Je dis aux usurpateurs-falsificateurs que votre koursi est posé sur du sable et la moindre petite vague peut l’emporter.




    0



    0
    Inspektor Tahar
    1 octobre 2013 - 0 h 26 min

    Film sur l’Emir Abdelkader :
    Film sur l’Emir Abdelkader : la Fondation éponyme réclame un droit de regard sur le scenario…Toute la planete connait l histoire de l Emir Abdelkader….Meme dans la ville El Kader aux USA…..faites des films sur Khalifa et Chakib Khelil avec le President Boutefika…vous aures plus de succes




    0



    0
    Anonyme
    30 septembre 2013 - 23 h 06 min

    abd kader si un franc macons
    abd kader si un franc macons j’espere il vont dire de ce film avec l’argent de pouvre algerienne




    0



    0
    Anonyme
    30 septembre 2013 - 22 h 15 min

    IL faut demander d’abord
    IL faut demander d’abord l’avis de Said Abadou le grand historien … il a fermé sa grande (…) depuis le le bras d’honneur qu’il a pris à au museau le chef mafieu du ministère des rapaces.




    0



    0
    kamel hy
    30 septembre 2013 - 21 h 55 min

    Pour la première fois, il y a
    Pour la première fois, il y a un projet concret d’un film sur l’Emir et voilà qu’on se montre exigeant vis-à-vis de professionnels qui savent faire bien leur travail, le réalisateur américain cité dans votre article est très connu d’ailleurs vous faite référence à l’un de ses films, avant qu’il ne se lance dans ce projet, il a dû de documenter et lire tout ce qui a été écrit sur cet homme et rencontré des gens qui l’ont étudié et qui ont appris des choses non écrites sur lui; c’est un professionnel auquel il faudra plutôt faire confiance




    0



    0
    abdenour
    30 septembre 2013 - 21 h 32 min

    Je n’arrive pas à comprendre
    Je n’arrive pas à comprendre comment cette fondation va faire pour « imposer sa vision aux producteurs américains, je pense que le match est vendu et que le scénario déjà fait et restera inchangé avec ce côté aventurier et sensationnel qui fait l’industrie cinématographique américaine,M Boutaleb va se résigner à le découvrir au cinéma, peut-être en avant-première s’il a de la chance!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.