Louisa Hanoune : «Une rallonge de deux ans au mandat actuel de Bouteflika est une pure spéculation»

Au moment où plusieurs acteurs politiques de l’opposition et même des proches du cercle présidentiel évoquent avec insistance l’hypothèse d’une prolongation du mandat du président Bouteflika, par le biais d’un changement constitutionnel qui réintroduirait le septennat, Louisa Hanoune qualifie cette option de «pure spéculation». Plaidant pour un ajournement de la révision constitutionnelle envisagée par les hautes autorités, la pasionaria du Parti des travailleurs a déclaré, lors d’une conférence de presse au siège de son parti, que «l’option d’une rallonge de deux ans au mandat actuel de Bouteflika n’est que pure spéculation». Mme Hanoune justifie cette lecture par le fait que n’importe quelle loi ne saurait être rétroactive. D’après elle, «même si le chef de l’Etat procédait à l’inscription d’un septennat dans la future loi fondamentale, son mandat actuel ne sera pas concerné par la loi». Par contre, elle ne trouve aucun inconvénient à ce que le mandat présidentiel soit complètement ouvert. Elle rappelle à ce propos ce qui est pour elle un principe : «Toute limitation de mandat est une atteinte à la volonté populaire.» Elle milite, toutefois, en faveur du «droit de révocabilité contre les responsables». Un autre argument joue contre une telle option, selon elle. Il s’agit de l’absence de crédibilité de l’actuelle Assemblée nationale qui, de ce fait, ne peut assumer cette responsabilité de voter une quelconque proposition de révision constitutionnelle. Ce qui amène le Parti des travailleurs à réclamer, de nouveau, des élections législatives anticipées afin d’aboutir à la mise sur pied d’un «Parlement représentatif, expurgé des corrompus, des fraudeurs et du pouvoir de l’argent».
Amine Sadek

Comment (34)

    Securitatea
    3 octobre 2013 - 10 h 31 min

    Nous avons le droit de juger
    Nous avons le droit de juger sur pièce et même si nous n’avons pas le courage, et l’audace de Luisa Hanoune, nous, algériens d’en bas sommes en droit de réclamer des explications logiques, claires, et non pas subir les actes auto-laudateurs de ces nouveaux politicards algériens qui, comme Toumi, ou Hanoune, s’étant rangées du bon côté lors de la décennie noire, s’octroient tous les privilèges et toutes les immunités possibles afin de paraître inattaquables par les algériens de cette génération; l’autosatisfaction de ces nouveaux héros, décrétée ad vitam eternam est bel bien un acte de vilénie, tout reste à faire en Algérie, et se reposer sur ses lauriers pour dicter l’avenir de millions d’algériens ne sera jamais acceptable.

    Securitatea




    0



    0
    baraa
    2 octobre 2013 - 20 h 51 min

    Ce qui manque dans beaucoup
    Ce qui manque dans beaucoup opinions ici, c’est l’humilité, une attitude qui exige qu’on se taise avant d’avoir appris et qu’on ne parle qu’après avoir appris. Dire tout et n’importe quoi sans avoir aucune responsabilité est facile. Apprendre, apprendre, apprendre, lire, lire, lire, apprendre d’abord à se taire, puis apprendre et apprendre encore et enfin dire en toute humilité, en partant du principe qu’on peut se tromper. Ces gens qui jugent Luiza Hanoune n’ont pas fait le centième des centième des sacrifices qu’elle a consentie pour la cause à laquelle elle s’est consacrée. Cela ne veut pas dire qu’elle ai forcément raison. Non ! mais un peu d’humilité avant de la juger ferait du bien à tous ces anonymes qui jugent sans jamais avoir rien risqué dans leur vie et sans jamais avoir osé risqué quoi que ce soit pour une cause qui dépasse la hauteur de leur nombril.




    0



    0
    Securitatea
    2 octobre 2013 - 20 h 23 min

    ….
    La passionaria du

    ….

    La passionaria du trotskysme algérien soutient à fond le Tlemcénien de l’Elysée dont le ministre du Pétrole possède la nationalité américaine et est réfugié chez l’oncle Sam…..

    Louisa a souvent critiqué l’Amérique et la France mais on attend encore sa réaction sur le séjour de Boutef aux invalides!!!

    Securitatea




    0



    0
    Anonyme
    2 octobre 2013 - 17 h 05 min

    Une vulgaire courtisane du
    Une vulgaire courtisane du régime FLN qui veut se faire passer pour une trotskiste.




    0



    0
    Pirate
    2 octobre 2013 - 7 h 58 min

    Je ne pense pas un instant
    Je ne pense pas un instant qu’il y ait une interface entre peuple et pouvoir. La ligne de transmission a toujours été coupée. Le pouvoir fait en sorte de répondre avec mépris au contraire des l’attente du peuple. Il nargue, montre qu’il est là et qu’il est au dessus de tout quoi qu’il arrive. C’est toujours la réponse du berger à la bergère. C’est ça son niveau et pas plus. Nous n’attendons rien de ce pouvoir. Il ne partira pas bien qu’illégitime et qu’à chaque élection les dés sont pipés par avance. Ça ne sert à rien de voter ou de faire un Conseil des Ministres comme l’avait dit le chantre de l’irresponsabilité Sellal.
    La courroie de transmission n’a jamais existé. Ce pouvoir doit rester soumis à l’occident et le peuple inaudible. Tel est l’état du pays. Que l’on écrive, que l’on manifeste, ils s’en foutent. Ce pouvoir a peur de l’occident uniquement. Le peuple il s’en sert pour essuyer ses pieds dessus.




    0



    0
    amin
    1 octobre 2013 - 22 h 37 min

    Louisa , porte parole du
    Louisa , porte parole du gouvernement.

    …Vrai ou faux là n ‘est pas le problème .En fait ce qui choque c’est une supposée opposante réponde à la place du gouvernement . Comment peut elle savoir si cela est une spéculation ou une option sérieuse d’un président incapable mener une campagne électorale . L’opposition qui répond à des interrogations posées au gouvernement est , à l ‘évidence, une invention algérienne .

    Tous les gouvernements du monde donneraient cher pour avoir une telle opposante …Quand les trotskistes gouttent au pouvoir ils deviennent des mutants




    0



    0
    Morjana
    1 octobre 2013 - 20 h 35 min

    En tant que femme, je tenais
    En tant que femme, je tenais absolument à me féliciter de la prestation de « Bezef » et de « Anonyme (non vérifié) | 1. octobre 2013 – 13:16 », pour la « finesse » de leurs analyses et, surtout, pour la « délicatesse », teintée à la fois de « noble virilité », qu’ils n’ont pas manqué de démontrer à l’égard de la personnalité objet de la discussion, du seul fait qu’elle soit une femme, foulant aux pieds son statut de personnage politique. Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, qu’on partage ses idées ou non, ou qu’on critique ses positions politiques est un autre débat.

    Entre « l’endocrinologue/gynécologue » qui lui conseille de soigner son goitre et sa ménopause (l’andropause de nos gérontocrates, et éventuellement la vôtre, vous vous en préoccupez également?) et le « psychologue/sociologue », doublé d’un galant homme, qui se soucie qu’on lui trouve un mari pour qu’elle s’occupe à « cuisiner et récurer » (quelle classe ! Et quel beau résumé du mariage !), j’ai quand même été rassurée de constater que la majorité des participants ont eu plus de tenue, en concentrant leurs commentaires sur le terrain politique, évitant les attaques sexistes et misogynes, qui n’apportent rien au débat.

    Il est quand même navrant de constater que certains de nos compatriotes, notamment parmi les soi-disant « intellectuels », censés faire avancer la société, se croient tenus d’user d’un langage méprisant et de clichés réducteurs, envers toute femme objet de débat ou de controverse, du seul fait de son sexe, qu’elle soit présidente de la République, chercheuse à la NASA, prix Nobel de médecine, travailleuse ou femme au foyer.

    Il y a encore du boulot, malheureusement, chez nous, pour arriver à imposer le respect envers les personnes, hommes et, surtout, femmes !

    Cordialement à tous, et sans rancune aux deux « machos »…




    0



    0
    RAMO
    1 octobre 2013 - 16 h 41 min

    MOI SUR CELA JE LA
    MOI SUR CELA JE LA DESAPPROUVE
    » Elle milite, toutefois, en faveur du «droit de révocabilité contre les responsables». Un autre argument joue contre une telle option, selon elle. Il s’agit de l’absence de crédibilité de l’actuelle Assemblée nationale qui, de ce fait, ne peut assumer cette responsabilité de voter une quelconque proposition de révision constitutionnelle. Ce qui amène le Parti des travailleurs à réclamer, de nouveau, des élections législatives anticipées afin à la mise sur pied d’un «Parlement représentatif, expurgé des corrompus, des fraudeurs et du pouvoir de l’argent».LE 3 MANDAT IL A ÉTAIT BIEN APPROUVES PAR LE CORRUPTEUR ET LES CORROMPUS ALORS ELLE ÉTAIT OU POUR DÉNONCER CELA? A MOIN QU ELLE SOIT EN DISGRÂCE ACTUELLEMENT POUR QU ELLE DÉNONCE CELA.




    0



    0
    Anonyme
    1 octobre 2013 - 14 h 44 min

    Le régime clanique mafieux
    Le régime clanique mafieux d’Alger a, depuis 50 ans, réduit beaucoup de pseudos politiciens comme cette Hanoune, une vraie honte, à des minables courtisants au service d’un clan au détriment des intérêts suprêmes du pays




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.