Le (c)rêve américain

Par Kamel Moulfi – La surprenante et non moins impressionnante crise américaine qui laisse 800 000 fonctionnaires sur le carreau du jour au lendemain mérite le détour, quitte à s’éloigner, pour un laps de temps, de nos ennuis domestiques qui, en dépit des apparences, sont bien plus préoccupants pour nous. «Shutdown», ceux qui ne connaissaient pas ce mot anglais l’ont appris en suivant les informations qui viennent des Etats-Unis. Il signifie fermeture et c’est du gouvernement fédéral américain qu’il s’agit. Les Républicains au Congrès opposés à Obama ont «fermé» le gouvernement fédéral en refusant d’adopter le budget et ont, ainsi, mis en congé sans solde tous les fonctionnaires dits «non essentiels». Les secteurs touchés sont ceux à vocation de services publics, la sécurité sociale par exemple, la poste, pour une partie, les instituts de recherche dans le domaine de la santé, et à Washington, les ordures ménagères risquent de ne pas être ramassées. Ce vote a été qualifié par Obama de geste idéologique. La majorité qui domine le Congrès, et détermine tout ce que le gouvernement fédéral peut ou ne peut pas faire, est constituée de conservateurs qui ne veulent pas que les choses bougent aux Etats-Unis. Ils ne veulent pas du droit à la santé pour tous, comme ils ne veulent entendre parler d’aucun droit pour la frange de la population défavorisée. Conséquence : le mode de vie américain tant vanté par la propagande véhiculée par les médias, et par les films particulièrement, s’assimile en réalité à la mal-vie. Il n’est pas étonnant d’apprendre, rapporté par le quotidien Washington Post, que les Américains comptent parmi les habitants de la planète «les plus obèses, stressés et malades», selon un nouvel indice présenté par des scientifiques lors du Forum économique mondial en Suisse. En termes d’indice de capital humain, les Etats-Unis figurent au 112e rang sur une liste de 122 pays, presque à hauteur du Yémen qui est le dernier du classement.
K. M.
 

Comment (3)

    Anonyme
    3 octobre 2013 - 0 h 28 min

    Rêve américain = cauchemar de
    Rêve américain = cauchemar de l’humanité, un rêve américain qui s’est bâti sur des millions de cadavres, un rêve américain qui connait toute ses limites, l’Amérique et ses alliés européens sont en déclin et en pleine faillite. Que Dieu nous préserve de ce prétendu rêve américain qui a tourné au cauchemard, pour l’humanité, la voracité américaine a provoqué des guerre, des coups d’états, du pillages des ressources naturelles d’autrui.




    0



    0
    NASSER
    2 octobre 2013 - 22 h 00 min

    BERLUSCONI:
    .
    “La chute de

    BERLUSCONI:
    .
    “La chute de Kadhafi n’était pas une révolution, mais un complot français”

    A une agence de presse italienne, a donné entretien, l’ex président du conseil italien, Sylvio Berlusconi, évoquant la guerre en Lybie, qui fit mort, Mouamar Kadhafi, et à laquelle avait pris part l’Italie sous lui, avec aviation, marine et bases aériennes.

    A cette guerre, Berlusconi a refusé le qualificatif de révolution : «Ca n’a jamais été une révolution, mais bel et bien un complot européen».

    Son instigateur, Berlusconi nomme un pays et un homme, «La France et son président d’alors Nicolas Sarkozy».

    «Ils ont tout provoqué» a accusé Berlusconi, selon ce qu’a rapporté le journal londonien Al Quds Al Arabi.

    Du voyage à Benghazi du philosophe franco-israélien Bernard Henry Levy, jusqu’à son très dramaturgique appel d’aide adressé à Nicolas Sarkozy alors président, Berlusconi, en dit qu’il s’ait agit de mise en scène.

    «Les avions français ont attaqué la Libye bien avant la décision du conseil de sécurité de l’ONU» souligne t il, expliquant que l’objectif pour la France, talonnée aussitôt par la Grande Bretagne, était prioritairement de détruire les équipements et infrastructures de la Lybie, en plus de tuer Kadhafi.

    Il ajouta que les deux pays européens voulaient, pour lutter contre la crise économique chez eux, faire refaire par leurs entreprises, les infrastructures de la Libye , après leur destruction, en se faisant payer avec l’argent de son pétrole.

    A rappeler que grande fut la proximité entre Berlusconi et Kadhafi, jusqu’à ce que le premier, ne se retourne contre le deuxième et ne participe à son terrassement.
    .
    http://libyanfreepress.wordpress.com/2013/01/30/8357/




    0



    0
    hakim
    2 octobre 2013 - 17 h 27 min

    Un peu de sérieux
    Un peu de sérieux monsieur,dire que les américains sont obèses et stressés par la mal-vie est grotesque,l’obésité est la conséquence de la consommation non équilibrée,problème des pays développés.Non à la mal nutrition bien sur.
    AMICALEMENT.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.