Pétrostratégies : «L’opacité de l’Etat handicape le secteur des hydrocarbures en Algérie»

Dans son dernier numéro, sorti hier à Paris, la revue de l’énergie Pétrostratégies souligne dans un article consacré à notre pays, intitulé «Algérie : entre stagnation politique et promesses pétrolières et gazières», le contraste saisissant entre le secteur des hydrocarbures, «qui essaie de se redynamiser en lançant de grands projets», et l’Etat qualifié de «défaillant», voire «installé dans la dérive vers la déliquescence», selon le jugement porté par l’ancien chef de gouvernement, Ahmed Benbitour, cité par la revue. Pétrostratégies se fait l’écho de l’«exaspération» des Algériens devant, écrit-il, un Etat «opaque», et revient sur les interrogations qui agitent la société algérienne à propos de l’élection présidentielle d’avril 2014 et de ce que va faire le président Bouteflika : quatrième mandat, prolongation de son mandat actuel de deux ans ou tenue d’un scrutin qui donnera à l’Algérie un nouveau président. Le rédacteur de l’article estime que ces circonstances sont «handicapantes» pour le secteur des hydrocarbures en Algérie, déjà secoué par les affaires de corruption dont il rappelle les péripéties qui ont culminé, fait-il remarquer, par la mise en cause de l’ex-ministre Chakib Khelil, contre lequel un mandat d’arrêt international a été lancé. Il fait constater que ce «climat de suspicion générale», qui dure depuis quatre ans, paralyse Sonatrach alors que «les hydrocarbures font littéralement vivre l’économie algérienne et assurent la majeure partie des rentrées de devises et des recettes de l’Etat». «Fort heureusement pour l’Algérie», note Pétrostratégies, ces rentrées bénéficient de prix élevés sur le marché international. De plus, ajoute-t-il, «cette ambiance quasi délétère» n’a pas empêché Youcef Yousfi, ministre de l’Energie et des Mines, de travailler sur un nouveau chantier qui est celui des hydrocarbures non conventionnels. L’article cite, comme un exploit, la révision de la loi sur les hydrocarbures en février 2013 et, comme une révélation, l’identification des périmètres d’exploitation des ressources non conventionnelles, c'est-à-dire le gaz de schiste, essentiellement. L’article fait dire à Youcef Yousfi que le lancement des projets dans ce créneau «est imminent». En reprenant les informations parues dans la presse algérienne à propos du potentiel de «gaz de schiste techniquement récupérable en Algérie», en plus des réserves dans les autres hydrocarbures non conventionnels, Pétrostratégies en conclut que tout cela, sur la base de la nouvelle loi, «peut, effectivement, inciter les sociétés étrangères à vouloir investir». Reste le problème de la sécurité, selon la revue qui rappelle l’attaque d’In Amenas et laisse entendre que l’Etat algérien n’inspire pas encore «confiance sur sa capacité à assurer la sécurité». Mais la condition des conditions, pour Pétrostratégies, est que « l’Etat retrouve un fonctionnement normal et que ses autorités, une fois qu’elles seront renouvelées au plus haut niveau, assainissent le climat des affaires, d’un côté, et, par leur soutien, libèrent les forces internes de la Sonatrach, de l’autre», conclut l’article.
Kamel Moulfi
 

Comment (6)

    Taghast
    4 octobre 2013 - 18 h 48 min

    Le problème avec la
    Le problème avec la gouvernance à l’algérienne est qu’elle ne communique jamais et ça on l’a vu lors de l’attaque de In Amenas, où le monde entier a pu voir que l’Algérie ne daigne pas avoir un porte-parole qui communique et explique ce qui se passe réellement sut le terrain, laissant la place aux spéculations les plus folles….cette opacité, on la trouve dans tous les niveaux et tous les ministères, cela peut irriter et faire peur les étrangers habitués à voir clairement les stratégies affichés des pays où ils ont l’intention d’investir.




    0



    0
    Anonyme
    2 octobre 2013 - 22 h 26 min

    l’espoir c’est tout le monde
    l’espoir c’est tout le monde ,pas seulement l’ anp;
    c’est vrai que les « affaires » ont découragé plus d’une firme à venir investir en Algérie;
    le gaz de schiste n’est pas une bonne chose pour l’environnement dans la mesure où les consommateurs eux mêmes ne veulent pas l’ exploiter chez eux;
    connaissant l’instabilité juridique de notre pays ,ces investisseurs suivent de près sa situation politique même s’ils savent que notre système s’inscrit dans la durée ;
    ils savent aussi l’état réel de santé de nos dirigeants;




    0



    0
    Brahim Haddou
    2 octobre 2013 - 14 h 23 min

    « Algérie : entre stagnation
    « Algérie : entre stagnation politique et promesses pétrolières et gazières »
    un tissu de propagande avec ces éternels rengaines anti-algériennes, dont les algériens en sont lasés. « stagnation politique ». encore cette rengaine stupide. il n’y a aucunes stagnation politique, cette « stagnation » n’existe que dans leur tête. c’est parce que l’algérie est souveraine et indépendante, qu’elle refuse de consacrer le capitalisme sauvage, de se conformer à la mondialisation néfaste, que les ennemis de l’algérie noircissent tout les tableaux car ils se basent sur des critères néfatses qu’aucuns pays souverains ne veut appliquer dans son économie et sa politique. alors, ne vous fiez sur ce genre de magazine de propagande avec l’argent du contribuable français. les algériens sont trop intelligents pour perdre leur temps à lire et gober cette propagande, ce dénigrement qui vise à semer le pessimisme et saper le moral des algériens pour les condamner à la déprime perpétuelle, chose que tous les anti-algériens s’atellent à faire depuis toujours. mais malheureusement pour ce cartel de propagande, les algériens connaissent les tenants et les aboutissants des campagnes de noircissement, désinformations etc. il n’y aucunes opacités de l’état, bien au contraire, il y’a une visibilité de l’avenir et vision stratégique pour sortir du cercle vicieux de la dépendance à la manne. nous avons confiance en notre pays quand aux défis à relever. ce ne sont pas ces propagandistes qui nous feront raviser. notre pays à maintes et maintes fois prouvé qu’il n’est pas médiocre. quand au supplément de ce magazine français, il est à mettre à la poubelle. ses analyses sont erronés et fantaisistes. « stagnation politique ». mdrrrrrrrrrrr. ils ne savent plus quoi ce mettre sous la dent. qu’ils parlent plutôt de la stagnation politique dans les pays issus du « printemps arabe » et de la faillite politique, économique et social dans lequel se dirige le maroc, pays le plus sous-développé du maghreb.

    ps: algerie patriotique, cessez d’accorder de l’importance aux « négativistes » anti-algériens. le magazine afrique-asie par exemple, qui est un magazine crédible, qui traîte les sujets de l’algérie avec sérieux, avec une analyse adéquate qui contrairement à d’autres magazines à la solde du sionisme, afrique-asie est un magazine indépendant qui ne fait pas de la propagande anti-algérienne en noircissant tout. bien au contraire, il dresse de bons suppléments qui soulignent les défis et réalisations structurantes dans notre pays depuis 1999. c’est sur ce genre de magazine que vous devez vous fier et non un magazine français qui n’a aucunes marge de manoeuvre mais qui obéit à des agendas de propagande.




    0



    0
    Abou Stroff
    2 octobre 2013 - 13 h 16 min

    au lieu de bomber le torse
    au lieu de bomber le torse parce que vous allez transformer du pétrole en monnaie de singe (en polluant, par ricochet des nappes phréatiques parce que vous avez décidé d’exploiter le gaz de schiste alors que fafa l’interdit sur son territoire, par exemple), mettez vous au boulot et projetez l’algérie sur 20 ans, avec des productions aussi variées que l’électricité à partir de l’énergie solaire dans laquelle l’algérie pourrait devenir leader grâce à la géographie, avec un plan de couverture de tous les toits par des panneaux solaires, avec un plan d’autonomie concernant les produits agricoles, avec un plan permettant à l’algérie de recevoir 20 millions de touristes par an (le tourisme n’étant pas une ressource épuisable), etc.. arrêtez de nous bassiner avec des propos aussi ridicules, aussi saugrenues et aussi grotesques que: « l’Algérie va « doubler » sa production d’hydrocarbures dans 10 ans. » décidément, nos augustes dirigeants d’indécrottables sont de véritables idiots et ils ne méritent que du mépris. en continuant à produire des quantités de pétrole et en emmagasinant de la monnaie de singe, la marabunta qui nous gouverne assurera son pouvoir sur 50 ans. heureusement que les lois e la biologie sont indépassables (quoique…..) et les rentiers du système (avec à leur tête leur bienaimé fakhamatouhou national) se mettront bientôt à grignoter les pissenlits par la racine. vivement que tous les puits de pétrole et de gaz explosent , que les rentiers du système soient neutralisés et que les algériens se mettent à travailler au lieu de se complaire dans leur statut de tubes digestifs ambulants.




    0



    0
    selecto
    2 octobre 2013 - 11 h 32 min

    L’état algérien n’est pas
    L’état algérien n’est pas défaillant mais otage d’une maffia politico financière avec des ramifications à l’étranger, seuls des hommes décidés comme ceux de novembre 54 pourront la neutraliser.
    L’ANP est notre dernier espoir.




    0



    0
    raselkhit
    2 octobre 2013 - 9 h 05 min

    Rien de bien étonnant de la
    Rien de bien étonnant de la part de M.Benbitour Il rêve du printemps arabe qui ne viendra jamais Quand à cette revue pourrait-on rapeler son fameux reprtage lors des nationalisations sur le « Pétrole Rouge  » et depuis elle ne sesse d’essayer de briser toute véléité d’indépendance économique algérienne Juste à titre de rappel lors de l’attaque terroriste de Tinguentourine elle écrivait « sur l’incompétence des forces de sécurité algériennes qui n’arrivait pas à vaincre le terrorisme qu’elle avait créé depuis plus de 20ans)De grace ne nous faisons pas la chambre d’échos de cette revue on ne peut plus raciste islamophobe et surtout antialgérienne Elle défends les interrets du capitalisme sioniste Défendons nous contre toutes ces attaques




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.