Film controversé sur l’Emir Abdelkader : la smalah s’entredéchire

Le film en chantier sur l’Emir Abdelkader semble diviser les membres de la Fondation éponyme. La sortie médiatique de Mohamed Lamine Boutaleb en tant que président de la Fondation réclamant un droit de regard sur le scénario a été très mal accueilli par d’autres membres de cette Fondation dont Chamyl Boutaleb. Ce dernier se présente comme le vrai président. Dans un courrier adressé au quotidien El Moudjahid, suite au passage dans son forum de Mohamed Lamine Boutaleb, Chamyl Boutaleb atteste qu’il est président de la Fondation depuis mai 2012 et que Lamine Boutaleb ne représente plus que lui-même. Dans son courrier, Chamyl Boutaleb révèle, sans le vouloir peut-être, les luttes intestines à l’intérieur de la Fondation et nous apprend que finalement Mohamed Lamine Boutaleb s’entête à garder le poste du président après la fin de son mandat. Chose qui ne va assurément pas honorer le personnage historique pour lequel est dédiée cette Fondation. «Malheureusement, l’ex-président n’a pas accepté le résultat du vote, empêchant, depuis, les nouvelles instances dirigeantes élues d’assumer leurs fonctions, bafouant le respect de la démocratie et de la rotation dans l’exercice des responsabilités au sein de la Fondation, principe d’ailleurs respecté par les deux premiers présidents de la Fondation, Maître M. Ferhat et son S. E. M. I. Jazaïry», dénonce Chamyl Boutaleb qui rejette d’un revers de la main les déclarations de l’ex-président. «La Fondation Emir Abdelkader que je préside n’a pas à émettre de réserves et n’a aucun droit de regard sur un fait accompli concernant le projet de film sur l’Emir Abdelkader dont la presse nationale, suite à un communiqué, a annoncé qu’un accord de coproduction a été signé entre l’AARC et le CLS», souligne Chamyl Boutaleb qui affirme que la vocation de la Fondation qu’il préside n’est pas de produire des films ou de contrôler la production de films sur l’Emir. «La réalisation d’un film sur l’Emir n’a jamais été parmi l’un des objectifs de la Fondation (se référer aux statuts de la Fondation déposés auprès du ministère de l’Intérieur), ni même une revendication, mais plutôt le souhait de tous les Algériens sans exclusive», précise-t-il, estimant que «personne ne peut porter de jugement a priori sur un scénario dont on ne connaît pas encore le contenu». Pour Chamyl Boutaleb, «si la Fondation n’a pas été sollicitée, c’est à cause des treize années que l’ex-président (Mohamed Lamine Boutaleb) a passées à sa tête. Des années qui ont totalement mis à mal la Fondation, dénaturant l’image du l’Emir, ce fils de la Guetna, devenu pyramide universelle». Réaffirmant le caractère purement culturel et scientifique de la Fondation, Chamyl Boutaleb accuse même l’ex-président d’être un «opportuniste en mal de notoriété», citant en exemple «ce buste de l’Emir Abdelkader (louable initiative par ailleurs) qui ne représente ni le vrai visage de l’Emir (front, nez, moustache, bouche), alors que la tunique qu’il porte n’est pas un habit typiquement algérien». Descendant direct de l’Emir (5 générations), Chamyl Boutaleb pousse ainsi un cri de colère contre tous ceux qui cherchent à exploiter le nom d’Emir à des fins personnelles.
Sonia B.
 

Comment (11)

    M. Dali
    13 octobre 2013 - 0 h 01 min

    Nos vrais martyrs méritent
    Nos vrais martyrs méritent tout l’argent algérien pour faire de véritables films fidèles à notre histoire et pas du Raiholywood. Nous savons exactement ce qu’ont fait nos martyrs car sans eux nous ne serions jamais ici,…en train de falsifier l’histoire .Quelle honte et insulte à la nation algérienne ♥ de faire croire que l’Algérie est redevable uniquement à cette personne.




    0



    0
    Mohamed el Maadi
    3 octobre 2013 - 21 h 38 min

    Je comprends mieux cette
    Je comprends mieux cette réflexion faite sur une terrasse de cafés dans le sud algérien où deux notables discuter d’un personnage connu dans la région et disait « maa Lich même mort il nous servira »




    0



    0
    hakem
    3 octobre 2013 - 18 h 47 min

    DIEU MERCI ?
    à ma

    DIEU MERCI ?
    à ma connaissance , certaines personnes non aucune notion de l’histoire de notre pays ,et ceux qui critiquent le vrai président national de la fondation émir Abdelkader je les l’invite à leurs poser des questions sur le parcours de l’émir avant de dire n’importe quoi, mais je suis d’accord sur un point l’ex président national de la fondation a pris en otage cette dites fondation avec une complicité de certains individus bien placés pour en faire un font de commerce , ce qui est grave ont associés l’émir avec le rotary club , par contre le nouveau président national élu n’a jamais mis en cause la production d’un film sur l’émir il se réjouit de voir ce film se réaliser , il a fallu taper sur la table du ministère de la culture plus de vingt ans .
    On se demande comment se fait-il à Alger on accepte un ex président national qui à détourner la fondation émir
    Abdelkader à une propriété privé plus de treize ans sans
    vouloir faire des assemblés générales électives tout en bafouant les lois des associations , la questions est là mais figurez vous messieurs avant de critiquer la fondations émir Abdelkader a vu le jour en 1991 à la société archéologique et géographique à Oran que la culture algérienne était abandonné par les algériens et que des étrangers ont faits de lui < < il s"est rendu en 1847 , l'ami de la France le plus grave un franc maçon , voilà l'ex président national de la fondation on a fait de l’émir avec certaines personnes .......




    0



    0
    AnonymeKELAM
    3 octobre 2013 - 11 h 38 min

    l’ancien président de la
    l’ancien président de la fondation boutaleb mohamed a sa fiche communale de madame la fafa:notre EMIR ABDEL KADER doit se retourner dans sa tombe :
    l’EMIR mérite un grand film; merci madame la ministre ,il n’est jamais trop tard de faire ce film :donc il n’y a que ce qui ne travaille pas qui ouvre leur gueule.
    la télévision MANAR libanaise: a fait 40 films sur l’EMIR d pendant plusieurs jours: mais ils ont put le réaliser c’est trés bon :alors partageons ce grand homme universelle avec le monde ,car la réalité de cet homme est une pattions universelle.




    0



    0
    Mme Bensahar
    3 octobre 2013 - 7 h 13 min

    Bravo pour la déduction
    Bravo pour la déduction Anonyme el fantôme.

    C’est en effet une histoire d’argent, d’ailleurs rien qu’à voir les têtes, vous comprendrez facilement que ces mines patibulaires, n’en ont rien à cirer de l’histoire et de l’émir! Bravo et merci.

    Pourquoi en Algérie le cinéma et les films de qualité n’existent pas? Parce que 99,9 pour cent des pseudos producteurs actuels sont des escrocs en complicité avec des réalisateurs qui en général sont archi nuls et que l’on peut mettre dans la case escrocs, au pays des aveugles!

    Mme Bensahar




    0



    0
    AnonymeEL Fantome
    2 octobre 2013 - 22 h 07 min

    C’est une histoire de gros
    C’est une histoire de gros sous…….comme si ces « présidents » savaient ou détenaient la vérité sur la vie de l’Emir. Ce qui intéresse ces gens…..les flousse wa bess…




    0



    0
    vetement sport femme
    2 octobre 2013 - 21 h 15 min

    This is a extremely good
    This is a extremely good report, I feel there will be many folks. like it, of system, I was one particular of the folks. I believe this write-up. enhance my understanding. Thank you!
    vetement sport femme http://maillot-de-foot-marseille.menabwn.com




    0



    0
    Nadir.B
    2 octobre 2013 - 21 h 13 min

    que ce Chamyl réponde à ses
    que ce Chamyl réponde à ses questions si la ministre de la culture khalida toumi veuille bien les lui refiler; pourquoi avoir choisi un producteur français (installé aux USA)au lieu d’un grand studio américain puisqu’on a décidé de mettre le paquet sur le film, pourquoi avoir choisi un réalisateur américain ramené par ce français qui n’est pas connu pour ses grandes réalisations épiques ou historiques à gros budgets, pourquoi le montant du projet du film sur l’Emir n’a pas été rendu public alors qu’au cinéma l’évaluation financière est faite à la finalisation du script et enfin pourquoi avoir confié l’écriture du scénario à un anthropologue qui n’a jamais écrit de scénario, il n’est pas à la base un scénariste professionnel et à fortiori un long métrage qui doit retracer le portait et le parcours de ce grand homme? il y a anguille sur roche!




    0



    0
    Mehacir
    2 octobre 2013 - 16 h 43 min

    L’émir Abdelkader est une
    L’émir Abdelkader est une icône de l’histoire. Un film à lui seul ne peut relater une seule facette de sa vie tellement il s’est illustré dans tous les domaines politiques, littéraire, religieux, idéologique, militaire et j’en passe. La fondation peut intervenir seulement pour corriger les faits historiques et surtout avec le concours de nos historiens car l’Émir appartient à toute l’Algérie et est la fierté de tous les algériens. A toutes les bonnes volontés de non pas produire un film mais plutôt plusieurs films ou un feuilleton pour faire connaitre un tant soit peu cette figure historique à tous les peuples du monde.




    0



    0
    salim
    2 octobre 2013 - 13 h 57 min

    Comme par hasard il y a des
    Comme par hasard il y a des disputes là ou il y a un leader qui cherche à s’imposer ou dire quelque chose qui dérange.

    En quoi l’intervention d’un ex ou de l’actuel responsable de la fondation Émir Abdelkader dérange t-elle.

    La stature de l’Émir doit normalement faire taire ces différents. Et si ces zizanies éclatent au grand public c’est qu’il y a des intérêts en jeu.

    Le fim sera vu un jour ou l’autre à ce moment là les citoyens jugeront et apprécieront.

    Et la même discorde s’est passé au FLN , et RND. Qui va être chef ?

    Subitement des partis se sont entredéchirés, pour qui tient la tête. Et pour réussir certains usent de la chkara. C’est que quelque part il y a des salopards qui veulent imposer quelque chose de malsain à la société à faire des entourloupes à la population, c’est ainsi que cela est interprété messieurs.

    A ces messieurs des partis politiques en tant que citoyen là ou je vois la chkara, je pars d’un principe qu’il y a des vendus et des (…) voir même des traîtres,qui veulent s’imposer à la société avec leur argent.

    Messieurs (…) vous avec votre argent. On a besoin d’hommes honnêtes et compétents, et pas de corrompus et « bagarines » qui se sont enrichis sur le dos des citoyens en facturant exhorbitant. Nous subissons votre diktat au marché et nul besoin de vous voir dans les partis politiques. Vous êtes assez connus pour être des rapaces et des assoiffés.

    Les citoyens vont prendre note.

    Pour rappel, au Yémen, il y eut la même chose au niveau des partis politiques de ce pays. Ils ont tous été étêtes.
    Et peu de temps après leur président a été invité à partir. Et derrière cette pagaille, même au sein de leurs ministères il y avait la CIA.

    Et chez nous a ce que j’ai appris dernièrement il y a la NED qui fait des réunions avec les partis ici même à Alger.

    On tout compris.




    0



    0
    zaki
    2 octobre 2013 - 12 h 42 min

    l’emir est plus grand que ses
    l’emir est plus grand que ses petits,il a pu marquer l’histoire en matière de paix et de tolérance en syrie et ailleurs.l’islam du savoir et des lumières, il l’a bien transmis aux generations de son époque.son patrimoine est lourd a porter par cette fondation,trop lourd même.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.