Saïd Sadi se dit «prêt à servir» son parti

On attendait une annonce surprise et solennelle, lors de la conférence que Saïd Sadi a animée aujourd’hui samedi à l’université d’été de son parti, à Yakouren, finalement, il n’y a rien eu. Sauf que tout à la fin de son intervention, il a laissé glisser une petite phrase qui peut être interprétée comme dissimulant une volonté de «jouer un rôle» dans un avenir proche, mais qui reste encore à identifier. En s’adressant aux jeunes militants de son parti, il a déclaré : «Pour ma part, et tant qu’il m’en restera, mon énergie vous est acquise et mon expérience, avec ses acquis et ses déconvenues, est à votre service si elle peut vous être utile.» Dans cette première intervention depuis son retrait de la vie politique, en avril 2012, Sadi explique sa décision par «l’absence de conditions pour un débat libre et serein». Il s’en est pris avec la verve qui lui est coutumière à la classe politique algérienne, qu’il accuse de marcher dans la combine du pouvoir en place, en décochant des flèches à l’encontre de ces élites «qui ne parlent pas de choix politiques», et qui s’empressent à afficher leur allégeance aux pontes du système, et notamment à d’anciens chefs de gouvernement. Il se plaint que «rares sont ceux qui disent que la solution au drame national ne viendra pas d’une alternance clanique, mais d’un changement de système». Abordant l’actualité politique nationale, l’ancien leader du RCD s’attaque sans ménagement aux services de renseignement et au chef de l’Etat, en soutenant que le DRS, «en postulant au contrôle du pouvoir par la promotion de responsables corrompus, dociles et corvéables, en privilégiant l’exploitation de la terreur ou l’instrumentalisation des médias, a surdimensionné des processus archaïques. Le chef de l’Etat qui ne renie rien des tentations totalitaires de ses adversaires de l’heure commet, sur un autre registre, certes, une faute de même nature». L’orateur ne se fait pas d’illusion sur les changements annoncés au plus haut niveau de l’Etat, en lançant que «les oppositions entre les deux clans, qui sont réelles, s’agissant du contrôle de la rente, n’ont rien d’antinomiques, car tous ont le même ADN politique : le tropisme vers l’opacité et la tentation de la violence ; physique ou symbolique». Pour lui, «si l’Algérie est aussi facilement captive d’un homme grabataire, c’est que la police politique a bien fait le travail en amont».
R. Mahmoudi

Comment (29)

    AnonymeNaïf
    24 novembre 2013 - 13 h 37 min

    Je suis affligé par:
    Les

    Je suis affligé par:

    Les fautes de grammaire, de syntaxe, de conjugaison de la plupart des messieurs « je sais tout ».
    Finalement la France n’a pas fait le « job » pour beaucoup d’entre vous: Pas de vous cultiver mais au moins de vous instruire!

    A l’heure de la mondialisation, du village mondial, vous en êtes toujours et encore à papoter sur qui est « kabyle », pas « kabyle » et tout le saint frusquin!

    Ici, en France, chez vos maîtres, que ce soit un « kabyle », un chaouï, ou un touareg…..c’est le même régime: Bougnoule!

    Quand vous aurez compris enfin ça, vous pourrez progresser, grandir.

    A mes amis « kabyles », les postes de tortionnaires ont été donnés et assumés pleinement par des….. »kabyles »!

    Depuis toujours!

    Cela me fait penser aux nazis qui ont fait gérer les ghéttos de Varsovie et bien d’autres par les juifs eux-même!

    « Vous » gérez avec Boutef, Toufik (« kabyle ») et toute la bande dont fait partie Saïd Sadi, Toumi et bien des « vôtres » ce système d’une perversité absolue qui fait que, non seulement vous, les « kabyles », souffraient mais tous les autres souffrent avec vous et comme vous!

    Je finirai par l’essentiel: Pendant que le Sage montre la Lune, l’idiot regarde le doigt!

    Seriez-vous tous des idiots?

    AnonymeNaïf
    24 novembre 2013 - 13 h 37 min

    Je suis affligé par:
    Les

    Je suis affligé par:

    Les fautes de grammaire, de syntaxe, de conjugaison de la plupart des messieurs « je sais tout ».
    Finalement la France n’a pas fait le « job » pour beaucoup d’entre vous: Pas de vous cultiver mais au moins de vous instruire!

    A l’heure de la mondialisation, du village mondial, vous en êtes toujours et encore à papoter sur qui est « kabyle », pas « kabyle » et tout le saint frusquin!

    Ici, en France, chez vos maîtres, que ce soit un « kabyle », un chaouï, ou un touareg…..c’est le même régime: Bougnoule!

    Quand vous aurez compris enfin ça, vous pourrez progresser, grandir.

    A mes amis « kabyles », les postes de tortionnaires ont été donnés et assumés pleinement par des….. »kabyles »!

    Depuis toujours!

    Cela me fait penser aux nazis qui ont fait gérer les ghéttos de Varsovie et bien d’autres par les juifs eux-même!

    « Vous » gérez avec Boutef, Toufik (« kabyle ») et toute la bande dont fait partie Saïd Sadi, Toumi et bien des « vôtres » ce système d’une perversité absolue qui fait que, non seulement vous, les « kabyles », souffraient mais tous les autres souffrent avec vous et comme vous!

    Je finirai par l’essentiel: Pendant que le Sage montre la Lune, l’idiot regarde le doigt!

    Seriez-vous tous des idiots?

    Anonyme
    7 octobre 2013 - 19 h 50 min

    C’est très bien abedlekader
    C’est très bien abedlekader Elwahrani : tu es entrain de convaincre encore récalcitrants que seule l’indépendance de la Kabylie pourrait constituer le salut !
    Merci pour ce beau travail, (…)

    Adel
    7 octobre 2013 - 17 h 37 min

    Il est certain que ce type a
    Il est certain que ce type a vendu son âme et son pays a ses maîtres, il est le chouchou de toute de médiacratie française qui boit du petit lait quand le dictateur Kimil Sung « Samedi » ouvre le bec. C’est toujours ses sbires qui sont invités sur les plateaux de Fafa, jamais un vrai patriote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.