Démocratie de la panse

Par M. Aït Amara – C’est à peine si ces Américains et ces Européens ne nous demandaient pas de les remercier d’avoir semé le désordre et la désolation à l’intérieur de nos propres frontières. Hier, c’étaient Sarkozy et Cameron qui s’époumonaient à nous convaincre que le salut de la Libye était non seulement dans le renversement de Kadhafi mais dans son assassinat pur et simple. Aujourd’hui, Washington mène une opération commando en plein territoire libyen et se vante, avec un orgueil à vous donner la nausée, de ne faire que respecter le droit international. Pendant ce temps, le nouveau gouvernement libyen fait mine de s’énerver et «enjoint» – c’est le terme qui a été utilisé – aux Etats-Unis de lui restituer son révolutionnaire de terroriste. Ce qui se passe en Libye est une maquette miniaturisée de ce nouvel ordre mondial que l’Américain Obama, prix Nobel de la paix, est en train d’appliquer sur ordre de ceux qui l’ont fait s’asseoir au bureau ovale, le temps de deux mandats faits de conquêtes à l’étranger et d’incertitudes à l’intérieur du pays pour des millions d’Américains soumis au diktat de M. Dollar. Le monde est ainsi conçu ; il est l’œuvre des puissants qui ont fait fortune en appauvrissant des milliards d’humains et qui, l’appétit jamais assouvi, persévèrent dans leur chasse au trésor en écrasant des peuples entiers à qui ils font miroiter les bienfaits de leurs démocraties. Des démocraties où le bâton fait office de menace sur la sécurité nationale et la carotte de justice sociale. Des démocraties où la majorité ne se compte pas en nombre de bulletins mais de billets. Des démocraties où le droit des petites gens s’arrête là où commence celui des gros et grands banquiers. Des démocraties où une poignée de cupides fait croire à l’immense majorité que le bien-être ne tient qu’à une panse bien remplie et des gadgets amusants. Les Libyens, sous Kadhafi, n’en étaient pas privés, pourtant. Que leur manquait-il ? Un oint nommé Bernard-Henri Lévy qui allait les faire glisser dans un abîme sans fond d’où ils ne sont pas près de sortir.
M. A.-A.
 

Comment (8)

    Mohamed EMaadi
    11 octobre 2013 - 13 h 47 min

    [email protected] » je vois qu’il y
    [email protected] » je vois qu’il y a encore probablement plus de morts victimes de terrorisme en Algérie qu’en Libye. »

    La Libye c’est l’Irak, cela viole, tue, découpe a la hache tous les jours .l’Algérie c’est un havre de paix à coter.
    la promotion du nouvel ordre, économique et social, mondial c’est de détruire les nations et de les découper voila le projet Mondialiste et il n’y a aucun doute là-dessus




    0



    0
    tamergssift
    11 octobre 2013 - 12 h 46 min

    D’après ce que j’ai lu
    D’après ce que j’ai lu Kadhafi était un violeur de jeunes et belles filles. Il tuait sans aucun ménagement quiconque osait s’opposer à sa tyrannie. Les lybéens voulaient se débarrasser du despote et se sont alliés avec le diable pour ce faire. Si je comprends bien leur assemblée nationale n’a pas été totalement élue mais dans la partie qui était élue les fondamentalistes n’ont pas réussi à obtenir la majorité grâce à un architecte politique qui a réussi de monter une allinace entre une multitude de candidats de petits partis et d’indépendants.
    Le 12 janvier (yennayer) est déclaré fête nationale et Takfarinas a chanté à Tripoli à cette occasion. c’est possible de voir la vidéo su Youtube.
    Il est vrai que les médias ne sont plus là-bas pour nous transmettre en boucle les différents violations des droits humains que commettent les nombreuses milices qui gèrent elles-mêmes plusieurs prisons ainsi que leurs exactions contre les populations. Quand je lis la presse je vois qu’il y a encore probablement plus de morts victimes de terrorisme en Algérie qu’en Lybie.
    Quant aux puissants et néoimprialistes (même avec un prix Nobel de la paix), à mon avis,ce n’est pas en soutenant des disctateurs sanguinaires qu’on fera la promotion du nouvel ordre, économique et social, mondial.




    0



    0
    Mohamed EMaadi
    10 octobre 2013 - 22 h 26 min

    Je recommence !!
    Vous avez

    Je recommence !!
    Vous avez cru que l’Europe et les États Unis étaient démocratiques ? Dites-moi que ce n’est pas vrai ? comment avoir pur croire à cette attrape nigaud! .Comprenez que c’est la force qui dirige le monde et rien d’autre méditez sur le sud Liban (muqqawama) et regardez le peuple syrien qui refuse la défaite, qui refuse le déshonneur, qui refuse la mort également ! Voilà le modèle




    0



    0
    proverbe
    10 octobre 2013 - 21 h 06 min

    « Quand on a trop mangé,
    « Quand on a trop mangé, l’estomac le regrette et quand on n’a pas assez mangé l’estomac le regrette aussi. » Les USA ont trop mangé, ils ont meme mangé l argent de leur propre future generations en fesant des dettes astronomique. Les populations du monde arabe viennent de commencer a manger, et ils vont manger ce que normalement mangent les USA a leur place + il vont manger les Guignols arabe qui ont pris l habitude de faire la cuisine aux USA. La fain fait des miracles….prost!




    0



    0
    Anonymous
    10 octobre 2013 - 20 h 47 min

    L estomac des US est grand
    L estomac des US est grand est depuis l indepandance de l Allemagne et son unification y a 20 ans de ca, il a moin en moin a boufer….Maintenant c est le tour des populations arabes qui veut lui donner le reste et il est normal qu il se défend et il donne tous ce qu il peut pour maintenir les systems qui lui permetent un revenus, soit en petro $$ ou en armes qu il vent a ces gens pour s auto exterminer..Les US savent bien que si aussi les pays arabes devienent des pays au sens propre du terme, cela augmentra leur facture beacoup beaucoup plus que la reforme de sante que barack essayes de faire passer en ce moment. Le capitalisme US vit ces derniers jours, c est une question de temp certe, et il emportera beaucoup de gens dans son naufrage, mais les populations arabes n ont plus rien a perdre et c est pour ca qu il finiront par lui tordre le cou, lui et ces agents a travers le monde.




    0



    0
    Anonyme
    10 octobre 2013 - 20 h 39 min

    si on ne veut plus subir
    si on ne veut plus subir l’impérialo-sionisme , il est nécessaire que nos dirigeants soient démocratiquement élus par leur peuple , qu’ils défendent les seuls intérêts de leurs pays et qu’ils négocient avec le diable s’il le faut pour défendre leurs pays ;
    l’Algérie était ainsi gérée dans les années 70.




    0



    0
    qu'importe
    10 octobre 2013 - 18 h 58 min

    j’avais lu il y 2 ans un
    j’avais lu il y 2 ans un article qui soutenait que DSK ,à l’époque président du FMI,avait demandé à Kadafi de rendre convertible en or la monnaie libyenne et que celui-ci avait accepté , il faudrait ,si cela est faisable que AP pose la question à DSK ,car cette perspective rend fou de fureur les Américains.




    0



    0
    Abou Stroff
    10 octobre 2013 - 12 h 55 min

    la seule et unique parade,
    la seule et unique parade, que les algériens doivent opposer aux politiques bellicistes de l’impérialisme yankee et au sionisme pour les contrer, est de créer une osmose entre le peuple et ses dirigeants. ce qui revient à dire que les dirigeants doivent être à l’écoute des pulsions profondes du peuple qui ne demande pas et n’a jamais demandé la lune, bien au contraire. or, que constate t-on? tous les analystes sérieux reconnaissent que tous les dirigeants « arabes », sans exception, sont des dictateurs en puissance, se prennent souvent pour des messies et n’agissent qu’en fonction de leurs intérêts étroits ou de leur minable et ridicule petite personne. si saddam hossein, keddafi, benali, et bientôt la suite ont été rapidement zigouillés ou envoyés au musée par des puissances étrangères, c’est tout simplement parce qu’il n’avaient et n’ont jamais eu leurs peuples derrière eux pour les soutenir. tous ces dictateurs ont cru qu’ils étaient tout alors qu’ils n’étaient rien. moralité de l’histoire: arrêtons de raconter des évidences: l’impérialisme et le sionisme veulent nous assujettir pour les bienfaits du capitalisme et du sionisme en devenir. notre seule arme, pour ne pas être réduit à rien, est la mobilisation du peuple (prenons exemple sur le Vietnam futur dragon de l’Asie, par exemple, qui vient de perdre l’un des plus grands stratèges militaires de tous les temps. Giap est mort en héros parce qu’il n’a pas profité de sa position pour s’enrichir au frais de la princesse)et cette mobilisation ne peut être effective que si les dirigeants se mettent au service de ce peuple et non au service de leurs égos démesurés.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.