L’Algérie équipe les armées malienne, mauritanienne et nigérienne

Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a indiqué à Bamako que l’Algérie a apporté une contribution «significative» à la résolution de la crise au Mali, tant au plan de soutien logistique que celui d’aide au développement. «Pendant la crise malienne, l’Algérie était profondément engagée dans des actions de coopération avec les forces armées du Mali et, par la suite, dans l’effort qui a été fait pour la remise à niveau de ses forces armées. Nous étions également très présents, bien que de manière discrète, dans la formation de cadres militaires maliens dans différentes spécialités et cela ne s’est jamais interrompu», a souligné M. Lamamra dans un point de presse organisé au siège de l’ambassade d’Algérie à Bamako, en marge de sa visite de travail et d’amitié dans ce pays. Il a ajouté que l’Algérie a apporté une «contribution qui n’était ni mineure ni accessoire, mais significative». «Le fait pour nous de participer à la formation, à l’équipement et à l’opérationnalisation d’un certain nombre d’unités des forces armées des trois pays du champ (Mali, Mauritanie, Niger) est à la fois un devoir et un investissement sur la sécurité collective», a-t-il insisté. Aujourd’hui, a-t-il dit, «il faut regarder vers l’avenir et bâtir une vision commune basée sur la confiance mutuelle»
«Mobilisés pour libérer nos diplomates»
L’Etat algérien restera mobilisé pour la libération de ses diplomates enlevés en 2012 au nord du Mali, a affirmé à Bamako le ministre des Affaires étrangères. «L’Algérie ne s’inclinera pas face au terrorisme et restera mobilisée pour la libération de ses diplomates enlevés», a déclaré M. Lamamra dans un point de presse tenu au siège de l’ambassade d’Algérie à Bamako, en marge de la visite qu’il effectue dans ce pays. «Je réitère notre profonde sympathie et notre solidarité avec nos compatriotes victimes de leur devoir professionnel», a-t-il souligné, réitérant le «profond engagement» de l’Etat à déployer tous les efforts pour «une issue heureuse à cette question». «L’Algérie s’est résolument mise dans un rôle d’exportation de sécurité et de stabilité, et veillera à ce que son territoire ne soit pas utilisé pour des actes terroristes et cela passe inévitablement par la sécurisation de ses frontières», a encore assuré le ministre des Affaires étrangères.
«Une tempête dans un verre d’eau»
Interrogé au sujet d'«une supposée dégradation des relations algéro-maliennes après que le roi du Maroc, Mohammed VI, eut assisté en tant qu’invité d’honneur à la cérémonie d’investiture du président malien Ibrahim Boubacar Keita, le ministre des Affaires étrangères a déclaré que «certains médias se sont arrangés, avec l’art consommé du sensationnel, pour créer une tempête dans un verre d’eau», ajoutant que «dans cette région saharienne, si avide en ressources hydriques, je crois que cela pouvait être, pendant un court moment, à la mode, mais cette mode devrait maintenant être dépassée».
Lina S./Agence
 

Comment (9)

    00213
    27 octobre 2013 - 16 h 31 min

    Nous devons dorénavant
    Nous devons dorénavant augmenter notre aura dans la prochaine locomotive économique du monde : L’Afrique.
    Et c’est pourquoi ce type d’initiative (religieuse, économique, financière, politique sportive, humanitaire, ou militaire) est un bon qualitatif dans nos relations internationales.
    .
    Il est impératif de développer un réseau aérien, autoroutier et ferroviaire en commun avec les pays du champs.
    Car une fois les facilités de déplacements mise en œuvre, nous deviendrons la porte d’entrée exclusive sur un marché vierge de plusieurs dizaines de millions d’habitants.
    Sans compter les débouchées pour nos produits fabriquer localement et les partenariats possibles dans l’exploration minière.
    .
    Les présidence africaines commencent à en avoir marre de la protection occidentale qui change de position en fonction de leurs intérêts.
    Aujourd’hui, il cherche du partenariat à long terme.
    .
    Nous ne serons pas là pour leur refourguer nos babioles ou pour extraire leurs richesses naturels !
    Mais avant tout pour les aider à se développer, car nous sommes le pays des « Justes » et nous ne profitons pas de la faiblesse des autres.
    Leurs développement sera aussi le notre par ricochet et ceci en commençant par assurer leur sécurité.




    0



    0
    Amcum
    27 octobre 2013 - 11 h 07 min

    Et si on va avoir droit en
    Et si on va avoir droit en 2014 a un president du calibre de ce ministre des affaires étrangères ?




    0



    0
    Raselkhit
    27 octobre 2013 - 10 h 42 min

    L’Algérie n’a jamais été dans
    L’Algérie n’a jamais été dans l’ornière ni en politique intérieur encore moins en politique étrangère un minimum de suivi et on comprend que l’Algérie a été et reste toujours le pays de la sagesse suffit de voir comment a été élu le remplaçant de Ramtane Lamamra au sein de l’UA voir le poids de plus en, plus important dans le règlement de la crise Syrienne de Lakhdar Brahimi et la présence de l’Algérie à Genève II Le prix CRANS Montana attribué à Messahel toutes les rencontres qu’a eu Notre Ministre des A.E à l’ONU La voix de l’Algérie au sein de l’Afrique à l’ONU dans toutes les conférences internationales politiques et économiques . Après avoir été la Mecque des révolutionnaire l’Algérie est un pays respecté même par ses ennemis. Il y a bien sur les sourds et les aveugles qui n’ayant d’yeux et d’oreilles que pour TF1 F24 ou El Khanzeera ne verront et n’entendront rien d’autre et continueront à propager les mensonges et autres intox contre notre pays




    0



    0
    zarzor
    27 octobre 2013 - 10 h 29 min

    Ce n’est pas le genre de ceux
    Ce n’est pas le genre de ceux que la France aiment auditionner quand bon lui semble
    il est le seul noix dure sur le terrain pour le moment !!!! wallahou yaalam !




    0



    0
    Adel
    27 octobre 2013 - 10 h 20 min

    Bravo l’algérie, en aidant le
    Bravo l’algérie, en aidant le mali le niger et la mauritanie, cela nous coutera moins cher, malgré ce que pense certain.
    Les 3 pays en question sont le prolongement naturel de notre pays, surtout que le nord du mali est animé par des algériens.
    Bravo pour la vision lointaine de l’algérie.




    0



    0
    dersi
    27 octobre 2013 - 9 h 12 min

    sage décision ,mais
    sage décision ,mais connaissant les africains ne risque t il pas de se retourner contre nous avec nos propres armes même s ils ne peuvent pas nous faire trop mal ou contre eux même a savoir que le Mali n est encore très stable




    0



    0
    Anonyme
    27 octobre 2013 - 8 h 45 min

    Lamamra dit qd même « il faut
    Lamamra dit qd même « il faut regarder vers l’avenir ».
    si l’on se remémore la phrase de M6 sur certaines parties et états qui créent l’instabilité on se dit qu’il y a anguille sous roche…




    0



    0
    Anonyme SIDI MAKHLOUF
    27 octobre 2013 - 7 h 44 min

    Enfin l’ALGERIE commence a
    Enfin l’ALGERIE commence a sortir de l’ornière en matière de politique étrangère. A un moment donné la voie de notre pays ne portait pas plus que celle de la Somalie ou celle de la LYBIE, sur le plan international. Ceci grace à notre nouveau Ministre des AE. BON SANG METTRE L’HOMME QU’IL FAUT A LA PLACE QU’IL FAUT ce n »est pas si difficile que ça.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.