Cas de paludisme en Algérie : les esquives du gouvernement

Le ministère de la Santé continue de minimiser le risque de propagation du paludisme suite aux cas recensés dans les rangs des supporters algériens revenus du Burkina Faso. Dans toutes les interventions des officiels à propos de la maladie qui progresse dans plusieurs régions du pays, depuis le mois d’octobre, il n’est question que des cas de malaria «locale»et dont le traitement est maîtrisé par les spécialistes. «Treize cas notifiés de paludisme, dont trois sont décédés, ont été enregistrés par les services de santé, notamment, dans les wilayas de Ghardaïa et de Batna entre octobre et novembre, a indiqué le directeur central de la prévention au ministère, Smaïl Mesbah, lors de son passage à l'émission «L'invité de la rédaction» sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale. Aucun mot n’a été dit sur la dizaine de cas enregistrés dans les rangs des supporters à Alger et à Oran ni sur le décès du cameraman de la Télévision nationale. Pourtant, c’est là que réside le vrai problème. Il y a eu un millier de supporters algériens au Burkina Faso. Leur retour s’est effectué dans des conditions difficiles puisque des centaines d’entre eux ont attendu pendant des heures à proximité d’un marché de fruits et légumes infesté de moustiques. Non informés, beaucoup d’entre eux ont consommé l’eau du robinet, n’ayant pas, de toute façon, les moyens de prendre des précautions particulières. Pourquoi le ministère refuse-t-il de faire un dépistage à tous ces supporters ? Qu’attendent les autorités sanitaires pour convoquer les jeunes ayant fait le déplacement à Ouagadougou ? L’opération paraît pourtant simple, le listing des voyageurs étant au niveau d’Air Algérie, le dépistage pourrait se faire facilement. Il y a urgence, surtout que les conditions environnementales dans certains quartiers et la prolifération de moustiques sont des facteurs de risque à prendre en compte. Dans son intervention à la radio, le professeur Mesbah s’est voulu rassurant : «Le foyer apparu à Ghardaïa a été tari et aucun nouveau cas n'a été enregistré.» Rien n’a été dit sur les cas enregistrés à Alger et Oran. Le gouvernement veut-il éviter de créer une panique à quelques jours du match retour à Blida ? Veut-il garder toutes ses chances de tirer de bons dividendes de la mobilisation autour de ce match ? Des questions nombreuses se posent et les citoyens ont le loisir de spéculer et de craindre le pire au vu de l’absence de communication sur le sujet. Pendant ce temps, les responsables esquivent.
Meriem Sassi
 

Comment (4)

    thileli
    12 novembre 2013 - 8 h 35 min

    MR MESBAH vous avez enterré
    MR MESBAH vous avez enterré la prévention avec PR ZIARI en privant les médecins de prévention de prime de contagion les confinant ainsi dans leur bureaux,c du jamais vu dans l’histoire de la médecine , c honteux pour des professeurs de cautionner une politique pareille que je qualifie d’immorale ,le premier ministre a touché un mot à ce sujet bien avant ce problème de malaria ,j’espère qu’il ira jusqu’au bout.




    0



    0
    Nassima
    11 novembre 2013 - 19 h 09 min

    L’homme, l’hôte du parasite.
    L’homme, l’hôte du parasite. Le parasite, transmis à l’homme par la piqûre d’un anophèle, infecte les cellules du foie,Une fois que ce parasite pénètre la cellule hépatique ,il se divise très activement pour donner naissance, en quelques jours, à des dizaines de milliers de nouveaux parasites : les « mérozoïtes »puis circule dans l’organisme dont il détruit les globules rouges. À son tour, l’homme infecté transmet le parasite à un anophèle lors d’une piqûre.si cette personne infectée par ce parasite souffre d´une gingivite avec une gencive saignante et qui se soigne chez votre dentiste et que vous devriez passé juste après elle, sans que son aide soignante prenne le soin de désinfecter le matériel ou que votre dentiste oublie de porter des gans ,et beh je ne veux pas être a votre place !




    0



    0
    Soraya
    11 novembre 2013 - 17 h 03 min

    La transmission est
    La transmission est vectorielle par piqure de moustique
    On parle de paludisme pas de sida




    0



    0
    Nassima
    11 novembre 2013 - 15 h 20 min

    La contamination n´aura lieu
    La contamination n´aura lieu que par contact avec le sang

    Faites attention si vous aller chez le dentiste .( être sur que tout le materiel est desinfecté ,ne jamais essuyer le desinfectant une fois uliliser sur l´objet qu on veut desinfecter ,il faut laisser agir 30 secondes avant l´uttilisation

    Faites attention si vous allez chez le coiffeur ( attention aux lames non desefectées )

    Ne jamais partager son rasoir ou sa brosse a dent a vec une autre personne

    utiliser l´eau de javel

    le moustique n´a aucune Chance de vivre dans un pays qui n´est pas tropical et ne supporte pas le froid




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.