L’énigme Ghoul

Par Karim Bouali – Les retards et les malfaçons – sources de danger – qui entachent la réalisation de l’autoroute Est-Ouest auraient dû valoir au ministre qui en a supervisé les travaux, Amar Ghoul, au moins de quitter le gouvernement. Il s’en tire, au contraire, avec une nomination à un autre département, celui des Transports, où il a commencé par se distinguer en envisageant le projet de faire voler des avions-taxis dans le ciel algérien. Une question intrigue les observateurs, mais peut-être aussi tous les Algériens, en tout cas les automobilistes qui empruntent l’autoroute Est-Ouest : qu'est-ce qui maintient Amar Ghoul dans le gouvernement ? Le constat de son œuvre est vite fait : l'autoroute Est-Ouest n'est toujours pas achevée, des défauts de réalisation sont dénoncés par l'actuel ministre qui va attaquer en justice les entreprises algériennes responsables, les aires de repos et autres stations d'essence toujours quasi inexistantes, le dossier corruption, etc. Pourtant, il est toujours là. Pourquoi ? Est-ce uniquement pour réaffirmer à chacune de ses interventions son soutien à un quatrième mandat pour Bouteflika, joignant sa voix à celles des autres laudateurs que sont Saïdani, Benyounès et Bensalah, pour ne citer que les plus en vue et ceux avec lesquels il est en opération de surenchère dans le camp présidentiel. Suffit-il à Ghoul de remplir ce rôle pour se voir effacer sa responsabilité dans les manquements dûment établis dans sa fonction de ministre des Travaux publics ? Ces manquements sont confirmés implicitement par son successeur qui ne peut, malheureusement, s’en prendre qu’aux lampistes que sont les entreprises nationales de réalisation. Pendant ce temps, Ghoul continue de chauffer le siège d'un bureau cossu et de bénéficier des nombreux avantages du poste. Si le ministre n'est pas responsable de ce qui se passe dans son secteur, à quoi sert-il de l’être ? Et pourquoi autant de privilèges ?
K. B.
 

Comment (7)

    Anonyme
    11 novembre 2013 - 18 h 35 min

    A bou Stroff a bien résumé
    A bou Stroff a bien résumé le role de cet ogre:il a servi et s’est servi ;de plus il a permis la scission de son parti d’origine (HMS)et il participe activement à la propagande pour le 4ème mandat;il faut que la pression sur le clan atteigne les proportions de celles de Khellil pour que Ghoul soit lâché.




    0



    0
    hadj
    11 novembre 2013 - 16 h 28 min

    Ou est passée la garantie
    Ou est passée la garantie décennale dont on parlait avant l’octroi des marché de réalisation des travaux?.




    0



    0
    Abou Stroff
    11 novembre 2013 - 12 h 22 min

    l’explication de la longévité
    l’explication de la longévité de ghoul, en tant que « responsable », est d’une banalité banale. en effet, ghoul a dû « manger » et faire « manger » beaucoup de monde et en particulier ceux qui nomment de dégomment les « responsables ». le reste, tout le reste ne peut relever que de la stérile spéculation.




    0



    0
    selecto
    11 novembre 2013 - 12 h 01 min

    Avec le clan de Bouteflika
    Avec le clan de Bouteflika c’est la règle, plus vous avez les mains sales plus vous êtes couverts, allez savoir pourquoi, sinon comment expliquer le cas Ghoul, comment expliquer le cas le l’ex directeur du centre culturel algérien celui qui était avant yasmina Khadra, après avoir fait condamner le CCA plusieurs fois par la justice française a cause des ses agissements et abus de l’immunité diplomatique, pour le faire oublier, Bouteflika s’était intercédé personnellement auprès de Chirac lors de sa dernière visite officielle en France pour imposer son protégé au poste de directeur général à l’institut du monde arabe après un premier refus du Quai d’Orsay en échange l’Algérie avait fait un gros virement à l’IMA qui était au bord de la faillite.
    Comment explique la sortie de Chakib Khelil du territoire algérien en toute impunité, ce n’est que des exepmles qui sont très nombreux, alors là, ne parlons pas du cas du drabki et ses biens immobiliers en Algérie et à l’étranger, c’est le comble.




    0



    0
    GHEDIA Aziz
    11 novembre 2013 - 11 h 47 min

    Dans notre dialecte algérien,
    Dans notre dialecte algérien, GHOUL veut dire ogre. Et, comme tout un chacun le sait, l’ogre est une bête mythique (dans le subconscient des algériens) qui meuble nos nuits de peur et de lâcheté. Voilà pourquoi GHOUL dont vous parlez ici ne se sent concerné par aucune responsabilité. En plus du fait qu’il soit le laudateur de qui vous savez.




    0



    0
    MACIZEL
    11 novembre 2013 - 11 h 45 min

    Lisez cet article vous allez
    Lisez cet article vous allez comprendre comment s’opère le choix des responsables en Algérie indépendante, y a t’il d’autres hommes dans d’autres régions d’Algérie, comment se fait-il que juste un exemple, la WIII qui a donné 18 colonels à la guerre d’Algérie n’arrive pas à donner un ministre pour l’Algérie indépendante? C’est bizarre, Ghoul ou autres, c’est quoi cette arnaque d’incompétents!

    http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-double-trahison-des-marocains-42736

    Ces Marocains qui nous gouvernent!




    0



    0
    Rascasse
    11 novembre 2013 - 11 h 03 min

    Un secteur aussi sensible que
    Un secteur aussi sensible que le transport où les normes de sécurités et d’excellences ne tolèrent aucune complaisance rebbi yeltef bina, un arriviste populiste comme cet ogre qui de mieux pour faire souffrir encore plus ce peuple et enrichir plus les nantis du système ça veut tout dire voilà pourquoi on ne croit pas au changement comment veut on démocratiser le pays et changer les choses avec et par les mêmes qui ont volé qui ont réprimé ??? Pendant qu’on y est pourquoi pas ghoul à la santé??? On achèvera mieux ce damné de peuple.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.