Abada et Belayat court-circuitent la réunion du comité central du FLN décidée par Amar Saïdani

Les opposants au secrétaire général du FLN, Amar Saïdani, se donnent rendez-vous ce vendredi à Draria pour une conférence-débat sur l’état et l’avenir du parti. Les initiateurs de cette conférence, qui sera animée par Abderrahmane Belayat, ex-coordinateur du bureau politique, et Abdelkrim Abada, chef de file du mouvement de redressement, affirment que des membres du comité central opposés à Amar Saïdani y participeront. Le comité d’organisation précise que les dernières positions officielles du parti «y seront annoncées et explicitées». Les contestataires du FLN, à leur tête Belayat et Ababa, ont déjà affirmé que les déclarations de Saïdani, qu’elles soient sur l’armée ou les échéances politiques annoncées, «n’engagent que sa petite personne» et ne reflètent nullement les positions du FLN. Les organisateurs visent par leur conférence à court-circuiter la réunion du comité central convoquée par Saïdani pour le même jour et, surtout, à clarifier les positions du parti par rapport aux questions qui font l’actualité nationale. Pour les frondeurs, Amar Saïdani est non seulement désigné secrétaire général dans une réunion déclarée illégale par le Conseil d’Etat, mais il a franchi la ligne rouge en se livrant à une véritable campagne de dénigrement de l’institution militaire par médias étrangers interposés. Les contestataires se disent déterminés à poursuivre le combat jusqu’à ce que le FLN revienne à la légalité. La session du comité central prévue pour ces vendredi et samedi est d’ores et déjà déclarée par ces contestataires «illégale». Les opposants à Saïdani appellent à nouveau l’ensemble des membres du comité central à boycotter cette session afin de permettre au FLN de retrouver la légalité institutionnelle dans un avenir proche. Pour les frondeurs, incarnés par à la fois Ababa et Belayat, le FLN est toujours sans secrétaire général depuis l’éviction d’Abdelaziz Belkhadem en janvier 2013. «Amar Saïdani ne représente que lui-même et ses propos ne peuvent être attribués au FLN dont la philosophie est tout autre que de s’attaquer à des institutions de la République à travers notamment des médias étrangers», insiste-t-on dans les rangs de l’opposition. Les contestataires du FLN, qui comptent beaucoup sur le recours déposé auprès du Conseil d’Etat, se remettent ainsi en ordre de bataille pour, affirment-ils, «déposer le trublion Saïdani et limiter les dégâts». S’ils ont opté pour cette conférence, c’est parce qu’ils savent que Saïdani usera de tous les subterfuges et moyens illégaux pour avaliser la session. Quitte à ramener des étrangers au comité central…
Sonia B.

Comment (12)

    lakhdar
    16 novembre 2013 - 14 h 28 min

    moi je dirai que c est une
    moi je dirai que c est une bataille rangée entre tayebet elhammam ou plutôt entre une tayebba et la maalma du sendouk alors a vous de choisir alors mettez vos foutas et attendre la suite ………




    0



    0
    SiZineddine
    15 novembre 2013 - 15 h 51 min

    Bouteflika arrive à boire une
    Bouteflika arrive à boire une tasse de café.
    Bouteflika arrive à croiser ses mains.
    Bouteflika balbutie.
    Bouteflika arrive à se mettre assis sur une chaise.
    Bouteflika s’est mis debout sur ses jambes.
    Telles sont les capacités de notre président du clan d’Oujda.

    Ce peuple a perdu son courage, le courage d’appliquer comme la loi le veut l’article88 comme il se doit de le faire. Le peuple est méprisé mais attention au retour de bâton, car le peuple ne pardonne pas une fois la dynamique mise en place.




    0



    0
    Anonyme
    14 novembre 2013 - 19 h 27 min

    Le parti des bandits qui ont
    Le parti des bandits qui ont confisqué l’indépendance du pays et qui nous demandent, en plus !! de ne jamais arrêter de les applaudir comme des héros, dégagez espèces de voleurs ! !!!!




    0



    0
    Chemlal
    14 novembre 2013 - 19 h 04 min

    Le F L N est devenue la
    Le F L N est devenue la « vache des orphelins » tha funast igugilen » que chacun cherche a traire,même si les mamelles sont a sec.Nul ne cherche le bien de l’Algérie, mais la manière
    de s’enrichir illégalement, terrains, voitures,comptes a l’étranger.Ils ne sont ni nationalistes,ni démocrates, mais tout simplement des « khobzistes »tous pareil.




    0



    0
    Raselkhit
    14 novembre 2013 - 18 h 38 min

    Non le FLN (en grand) n’a pas
    Non le FLN (en grand) n’a pas terminé sa tache Le débat porte sur le projet de société .Il y a ceux qui veulent que l’ALGERIE soit une société à développement et ceux qui veulent que le pays reste tout simplement dans le sous développement et un bazar à la merci des trabendistes Maintenant il y a aussi ceux qui restent au bord de la route en hurlant au loup tout en attendant de se mettre du coté du plus fort et se mettre à servir le vainqueur quitte à ce que ce soi un étranger C’est pourquoi le FLN doit continuer à lutter et à combattre tous les opportunistes qui guettent la chute de l’Algérie et espèrent un printemps qui n’arrivera jamais




    0



    0
    Adlane
    14 novembre 2013 - 18 h 17 min

    Il vaut mieux passer le
    Il vaut mieux passer le flambeau à la jeune génération, il est temps de penser un peu à vous reposer et de laisser à vos enfants vos responsabilités et postes .




    0



    0
    samir
    14 novembre 2013 - 15 h 33 min

    Le valeureux FLN
    Le valeureux FLN (L)libérateur a cessé d’exister avec l’indépendance de notre pays en 1962. Tahya el Djazair.




    0



    0
    zaki
    14 novembre 2013 - 15 h 18 min

    la meute s’entre déchire pour
    la meute s’entre déchire pour les restes de la rente que leur maître jette de temps en temps,ils se f… du chômage,de la crise du logement,de l’injustice.leur seul activité c’est comment s’accaparer et du pouvoir et des richesse de notre pays.




    0



    0
    Tahya El-Kouadines!!!!
    14 novembre 2013 - 13 h 58 min

    PARTEZ SI VOUS PLAIT Mr le
    PARTEZ SI VOUS PLAIT Mr le président de la république Algérienne … PARTEZ … et ça sera le plus grand bien que vous pouvez encore nous faire….

    PARTEZ SI VOUS PLAIT Mr le président de la république Algérienne … PARTEZ … et ça sera le plus grand bien que vous pouvez encore nous faire….

    PARTEZ SI VOUS PLAIT Mr le président de la république Algérienne … PARTEZ … et ça sera le plus grand bien que vous pouvez encore nous faire….




    0



    0
    Abou Stroff
    14 novembre 2013 - 13 h 57 min

    moua, le seule question que
    moua, le seule question que je me pose est celle-ci: où sont les « militants » du fln(en minuscule, bien entendu) et qu’attendant ces « militants » du fln (en minuscule, bien entendu) pour faire entendre leur voix? en effet, ma cervelle d’oiseau me dit que lorsque les dirigeants d’un parti (je parle d’un vrai parti qui veut réaliser un projet social, peu importe la couleur du dit projet) sont en désaccord, les militants de base sont sollicités pour trancher. or, dans le cas du fln (en minuscule bien entendu), les algériens lambda assistent à une bataille de chiffonniers où les enjeux ne sont pas du tout clairs. les « protagonistes se battent ils, pour se mettre en avant et réaliser le programme de leur fakhamatouhou, lequel n’a pas de programme, à part dépenser la rente comme si c’était un héritage familial? les protagonistes se battent ils pour défendre et réaliser le projet social du fln (en minuscule bien entendu), lequel fln défend le programme de son fakhamatouhou qui n’a pas de programme? enfin les protagonistes se battent ils pour être le plus près possible du distributeur en chef de la rente? la dernière question étant la plus pertinente, pourquoi notre bienaimé fakhamatouhou national ne tranche t il en faveur de l’un ou de l’autre camp, étant donné qu’il tient toutes les cartes du jeu entre ses mains? ces questions nécessitent des réponses et parce que les réponses sont évidentes, on peut se poser une dernière question: pourquoi le fln n’a t il pas rejoint le musée, puisque sa tâche historique a été achevée en 1962?




    0



    0
    Anonyme
    14 novembre 2013 - 13 h 43 min

    le principe de l’alternance
    le principe de l’alternance au pouvoir peut se concrétiser dans la résolution de ce conflit: la loi doit s’imposer à la force illégale ;




    0



    0
    Amine
    14 novembre 2013 - 13 h 32 min

    Pas plus que Saadani, ces
    Pas plus que Saadani, ces deux là ne m’inspirent vraiment pas confiance.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.