Le Snap exige une enquête sur les recrutements à Algérie Poste

Après avoir brillé l’été dernier par sa grève illimitée, le Syndicat national autonome des postiers (Snap) revient sur l’arène sociale en pleine ébullition pour exiger une enquête sur les recrutements au sein d’Algérie Poste. Cette revendication a été mise en avant par le syndicat en raison de la mauvaise gestion des ressources humaines. Le syndicat, dont le conseil national s’est réuni le 15 novembre à Boumerdès, réitère sa demande d’intégration aux postes permanents de l’ensemble des employés recrutés dans le cadre du dispositif du pré-emploi. Le Snap, qui se félicite des progrès enregistrés grâce à son combat mené depuis quelques mois pour le respect de la dignité des quelque 30 000 travailleurs d’Algérie Poste, appelle au versement sans délai des revalorisations salariales avec effet rétro-actif à janvier 2012. Ce jeune syndicat autonome demande également au ministère du Travail et de la Sécurité sociale de respecter le pluralisme syndical en lui délivrant l’agrément qui lui permettra d’assumer pleinement son rôle de syndicat au service des travailleurs et de l’intérêt de l’entreprise. Le Snap insiste sur le fait que son combat futur va porter sur l’amélioration des conditions de travail des employés d’Algérie Poste pour aller vers un service public de qualité qui engendrera la satisfaction de ses millions de clients. Premier réseau de paiement du pays, Algérie Poste compte actuellement plus de 15 millions de comptes. Elle envisage de créer une banque postale. Le Snap a fait parler de lui en organisant avec succès un mouvement de grève illimité en août dernier, laquelle a paralysé le réseau postal pendant une semaine, avant que la tutelle ne daigne répondre favorablement à sa plateforme de revendications dont le point clé était la révision du mode de calcul du régime indemnitaire. Fort du soutien des travailleurs de cette action de protestation, le Snap veut ainsi s’imposer comme le syndicat légitime et le plus représentatif des travailleurs d’Algérie Poste, en critiquant vertement le travail effectué par la section syndicale affiliée à la centrale syndicale UGTA.
Sonia B.
 

Comment (7)

    Anonyme
    20 novembre 2013 - 15 h 21 min

    SOS ! Les facteurs ont
    SOS ! Les facteurs ont pratiquement disparus en Oranie depuis plusieurs mois voire années. Je ne sais pas si c’est le cas pour tout le pays. Les citoyens vont chercher eux-mêmes maintenant leur courrier sur place. Il n’y a pas de personne désignée qui s’en occupe au guichet. Souvent, il faut revenir plusieurs fois pour récupérer une lettre, et donc quitter son travail. Pour récupérer la lettre, ça peut prendre des heures, car le courrier n’est pas trié. Une personne qui a eu la bonne intention de prendre le courrier du voisin, oublie de le lui remmettre. Il résulte de cette anarchie dans la distribution du courrier des pertes de convocations importantes, des factures impayées qui entrainent des coupures, des pertes de chéquiers, etc…
    Peut-on attaquer en justice la poste pour le préjudice causé ? Non, car cela ne mènera à rien, on ne fera que perdre son temps.
    Mais pourquoi la poste ne recrute-t-elle pas de facteurs ? Ca sera tellement plus simple. Elle n’en trouve pas ???
    Ah ! les facteurs en bicyclettes jaunes, en mobilettes, en capuchons qu’on voit à la télé, dans d’autres pays ! Un rêve ???




    0



    0
    Anonyme
    20 novembre 2013 - 6 h 16 min

    Il y a tout le MPTIC les
    Il y a tout le MPTIC les structures d’Algerie Telecom, la poste à auditer (marchés et recrutement ) depuis 2 ans ou 3 ans.




    0



    0
    Ait mokhtar
    18 novembre 2013 - 14 h 01 min

    Mais faites en chez Air
    Mais faites en chez Air Algérie et les postes au niveau des Ambassades et consulats … Les centres culturels … Que les fils et filles de… Les Raouraoua, Benachehou, Rehal, Medelci, Abiudjerra , Si Affif… C’est la boutique à papa … C’est dangereux , ils vont vendre ce qui reste de l ‘Algérie ! Cette ripoublique de Bouteflika! Ellah yerham echouhada




    0



    0
    Anonyme
    18 novembre 2013 - 10 h 05 min

    si vous voulez qu’un service
    si vous voulez qu’un service public fonctionne normalement , il faut choisir entre :
    1 ne pas avoir de syndicat
    2 placer un syndicaliste à la tête du service pour aboutir à la neutralisation du syndicat existant ;




    0



    0
    Voltaire
    18 novembre 2013 - 7 h 38 min

    Ces syndicalistes devraient
    Ces syndicalistes devraient surtout aider à améliorer le service dans les bureaux de postes où comme à la grande poste d’Alger il y a une vingtaine de guichets et seuls 4 ou 5 travaillent.C’est lamentable car hier j’ai poiroté prés d’une heure pour percevoir un mandat et à 9h la majorité des guichets étaient fermés pendant que des employés blaguaient entr’eux et les usagers perdaient leur temps à attendre le bon vouloir de ces bras cassés pour être servis.Que font les responsables de cette institution pour obliger ces grévistes permanents à faire le travail pour lequel ils sont payés.




    0



    0
    Lyes48
    17 novembre 2013 - 20 h 07 min

    Le syndicat exige une enquête
    Le syndicat exige une enquête sur les recrutements au sein d’Algérie Poste. Soit. Il faut commencer par enqueter sur le recrutement des membres de ce synndicat.




    0



    0
    elhadj
    17 novembre 2013 - 18 h 39 min

    c’est bien que les syndicats
    c’est bien que les syndicats autonomes s’organisent pour prendre en charge les problèmes de gestion des oeuvres sociales et des mutuelles afin que les cotisants connaissent l’utilisation de leurs cotisations et leurs droits.cela améliorera la bonne gestion des ressources humaines et la préservation des interets du secteur employeur et des travailleurs.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.