Une leçon sur deux

Par Karim Bouali – Il faut chercher très attentivement sur les sites pour trouver une image se rapportant à l’information concernant l'ex-otage français qui a réussi une évasion rocambolesque au Nigeria où il était détenu par un groupe terroriste après son enlèvement le 19 décembre 2012. Les conditions de cette évasion restent confuses, dit-on. La seule annonce qui en a été faite l'a été sous forme de flash : «L'ex-otage Francis Collomp est arrivé lundi 18 novembre au petit matin à Paris.» C’est tout. Les médias ont insisté sur le choix des autorités françaises de prévoir «un accueil discret, sans déclarations». La France a appris la leçon : suite aux conséquences désastreuses de la mise en scène grotesque de Hollande après la libération des quatre otages qui étaient détenus au Niger, ayant coûté la vie à deux journalistes français au Mali et fait chuter la cote de popularité du président français dans les sondages à un niveau jamais atteint en France à ce jour, Paris a donc décidé de passer presque sous silence la libération d'un autre otage détenu au Nigeria. Il reste à la France, maintenant, à apprendre l'autre leçon : celle de ne jamais négocier avec les terroristes le sort d'otages comme on si on négociait le prix d'une marchandise, y compris lorsque c’est l’otage lui-même qui demande cette négociation, comme l’a fait en septembre dernier Francis Collomp, dans un enregistrement vidéo diffusé par ses ravisseurs. C'est à la fois une humiliation pour les otages eux-mêmes et une sérieuse entrave à la lutte contre le terrorisme. Quant au paiement de rançons, l’assassinat des deux journalistes au Nord-Mali a démontré que cette démarche ne contribue pas à protéger les ressortissants français se trouvant dans les zones que le Quai d’Orsay leur a formellement déconseillées «du fait du risque terroriste et du risque d’enlèvement». Personne n’ignore, encore moins les spécialistes engagés dans cette lutte, que seule la fermeté paie face aux terroristes.
K. B.
 

Comment (3)

    Antisioniste
    18 novembre 2013 - 15 h 42 min

    Salamou 3alikoum
    Je suis bien

    Salamou 3alikoum

    Je suis bien disposé à croire que l’instinct de survie plus l’adrénaline peuvent nous faire accomplir des choses surprenantes. Mais de la à gobé que se journaliste Francis Collomp (dont l’age et les capacités physique sont loin de lui permettre un tel exploit)ai pu réussir une telle évasion, cela me parait, pour rester poli, un peu trop gros à avaler, même avec la meilleur volonté du monde.




    0



    0
    S.S.A
    18 novembre 2013 - 11 h 11 min

    Assalam Oura3laykoum
    Quel

    Assalam Oura3laykoum
    Quel montage rocambolesque! Les services secrets français nous prennent vraiment pour des bides, voilà un vieillard qui s’évade en enfermant ses geôliers dans sa propre cellule et qui parvient à parcourir le désert sans se faire repérer pour finir dans un commissariat ; un vrai thriller hollywoodien.
    La vérité, c’est que la France, une fois de plus hélas, a payé des intermédiaires pour aboutir à cette libération, c’est le seul pays qui met son veto pour une résolution ONU condamnant le paiement des rançons, d’une part parce que c’est une initiative Algérienne et que l’arrogance française ne supporte pas que l’intelligence Algérienne puisse s’exprimer dans les affaires internationales, pour ces Fromages, ces massacreurs de peuples et de cultures, ces destructeurs barbares et ignorants qui consommaient de la viande crue alors que le reste du monde civilisé avait inventé le Feu depuis belle lurette, ces lâches qui nous ont habitué qu’à leurs vantardises et couardises, nous restons dans le schéma du carcan colonial et indigène, et d’autre part comme le cabinet noir sait que la stratégie des enlèvement-paiement fait partie de leur manipulation en concertation avec le Maroc à travers ses officines secrètes(Mujao, Aqmi, tous les Ansars et tout ce qui a une appellation islamiste sont des émanations du Makhzen avec la complicité française), elle ne peut pas donc se permettre une résolution contraignante contre le paiement des rançons.
    Nos diplomates sont détenus par ces officines et à travers eux, ce sont les français qui détiennent nos diplomates, ils les ont enlevés pour faire pression sur l’Algérie sur sa position concernant El Sahra El Ghorbyia.
    Nous vous souhaitons le Front National au pouvoir comme ça on va bien se marrer, et vous les Algériens de l’Extérieur, je vous conseille de regagner la Mère-Patrie et de les laisser se manger entre eux, nous, compterons les points et applaudirons à chaque fois qu’un camp prendra le dessus sur l’autre.
    Libérez-nos diplomates, chiens du Makhzen, et nous vous accorderons une mort rapide et douce.
    Assalam Oura3laykoum.




    0



    0
    salim
    18 novembre 2013 - 10 h 11 min

    Hollande au lieu de se servir
    Hollande au lieu de se servir de la force et de s’attaquer aux terroristes il préfère baisser culotte et payer.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.