Ces députés qui refusent l’impôt sur la fortune

Ils sont riches, mais ils ne veulent pas payer d’impôt sur la fortune. Eux, ce sont ces députés qui se sont érigés contre l’introduction dans la loi de finances 2014 d’un impôt de solidarité sur la fortune. Bien que peu nombreux au sein de l’Assemblée populaire nationale, ces députés qui baignent dans le luxe ont réussi la prouesse de bloquer cet amendement salutaire qui allait réparer une flagrante injustice fiscale. Comment ? Selon une source très au fait du dossier, une forte pression a été exercée sur les membres de la commission économique de l’APN par un groupe de députés pour faire tomber cet amendement «inopportun». A leur tête, il y a bien entendu Mohamed Djemaï, député indépendant depuis 2002 et vice-président de l’APN depuis 2003, et Baha Eddine Tliba, qui s’est enrichi grâce à des activités commerciales juteuses. Ces deux fortunés de l’auguste assemblée étaient en grande partie à l’origine de la suppression de ce «fâcheux» amendement. Ils n’ont certes pas agi seuls. Ils ont eu tout d’abord le soutien politique d’Amar Saïdani, secrétaire général du FLN auquel ils ont fini par appartenir. Grâce à lui, les députés FLN, majoritaires, ont suivi et soutenu l’option du rejet de l’impôt sur la fortune. Djemaï et Tliba, qui ont pignon sur rue, ont ensuite mené une campagne agressive auprès de nombreux autres députés qui, loin des grandes causes de leurs électeurs, font des affaires, ajoute notre source. Une campagne qui a donné ses fruits, puisque l’amendement a été supprimé sans grandes difficultés. D’après notre source, Amar Saïdani, qui aurait été touché par cet impôt, a remercié Djemaï et Tliba pour leur «travail remarquable» afin de protéger les intérêts des riches et perpétuer la double injustice sociale et fiscale que subissent des millions d’Algériens. Ainsi, sans vergogne, ces soi-disant élus du peuple refusent toute solidarité avec les autres strates sociales moins loties qui constituent plus des trois quarts de la population. Le plus étonnant est encore le fait que le rejet de cet amendement instituant l’impôt sur la fortune n’a pas fait de vagues. Le non-aboutissement de cette démarche initiée par un député du Parti des travailleurs est passé presque inaperçu. Hormis quelques titres de la presse nationale qui ont relayé l’information, aucune réaction n’a été enregistrée notamment dans les milieux politiques et syndicaux. Y a-t-il autant de riches en Algérie pour qu’il n’y ait pas assez de voix pour défendre les pauvres ? L'amendement en question allait instituer un impôt de solidarité sur la fortune touchant quiconque disposant d'une fortune estimée égale ou supérieure à 100 millions de dinars. Comment peut-on être contre un tel impôt quand on sait que les salariés payent plus d'impôts que les autres contribuables. Selon les chiffres de la Direction générale des impôts, sur les 4 milliards de dollars versés au Trésor public au premier semestre 2013 au titre de l'IRG, 3 milliards de dollars ont été prélevés sur les salaires. L’Algérie fait partie des rares pays au monde où le salarié paye plus d’impôts qu’un commerçant ou un patron. De par leurs gros salaires, les députés sont déjà très mal vus au sein de la société. Avec ce refus d’instaurer un impôt solidaire sur la fortune, leur réputation se ternit davantage, eux qui de toute manière sont très mal élus.
Sonia B.
 

Comment (25)

    decal
    21 novembre 2013 - 11 h 07 min

    va voir un petit commercent
    va voir un petit commercent qui refuse de pays une quelconque taxe
    et demandez a un milliardaire comment a t il acquis sa fortune et vous vous trouvez accusé de lèse majesté




    0



    0
    Anonyme
    20 novembre 2013 - 20 h 08 min

    éviter de voter pour de
    éviter de voter pour de pareils individus est le moyen sur d’assainir les rangs de l’ APN ;même s’ils « achètent les voix » ,pourquoi ne pas utiliser le même moyen que lui? encaissez si vous êtes « obligés » et trichez comme ils le font;




    0



    0
    RAMO
    20 novembre 2013 - 19 h 51 min

    Regardez bien sa tête a t il
    Regardez bien sa tête a t il l’air de qlq un qui payes ces IMPOTS?? sincèrement.




    0



    0
    Dr Sali
    20 novembre 2013 - 15 h 50 min

    CEST L HISTOIRE D UN RICHE
    CEST L HISTOIRE D UN RICHE SENATEUR ROMAIN QUI EST TOMBER DANS SA FAUSSE PLEINE DE LUI D OR ET LE GROS LARD NARRIVE PAS A REMONTER CETTE FAUSSE IL HURLA AU SECOURD ET PERSONE NE LENTENDAIT ALORS LA FAIN ARRIVE ET RIEN IL NARRIVE PAS A MANGER SES LOUIS D OR ET IL CREVA DANS SON TROU .
    CEST CE QUARRIVERAS UN JOURS A NOS SENATEURS.




    0



    0
    Anonyme
    20 novembre 2013 - 15 h 12 min

    il faut que les électeurs
    il faut que les électeurs s’abstiennent à l’avenir de voter pour ces individus contre de l’argent ;prenons l’argent et votons selon notre conscience ;c’est Halal !




    0



    0
    inspecteur tahar
    20 novembre 2013 - 12 h 31 min

    mais s’est quoi ce Baha
    mais s’est quoi ce Baha Eddine Tliba.Encore un otre député qui a aucun diplome pour travailler au sein d’un gouvernement mais un diplome de mensonge et de la corruption et méme EL-DAJJAL a honte de venir car il n’arriverait pas a la cheville de tout ses gouvernement Algérien menteur,voleur,usurpateur et corrumpution.Allé c’est la porte ouverte au mangeoire de l’argent des finances publicpour ses voleurs.




    0



    0
    algerienmeskine
    20 novembre 2013 - 11 h 59 min

    l’escargot porte sa maison
    l’escargot porte sa maison sur lui et ce bonhomme porte sa punition sur lui quand il se regarde nu devant une glace,tout l’or du monde ne lui rendra pas sa finesse!!!adieu futur infarctus du myocarde!!!!




    0



    0
    camus
    20 novembre 2013 - 8 h 08 min

    salut mes compatriots est ce
    salut mes compatriots est ce que il ya une deference entre cette epipotheme est le minable chakib ,,,ils ont tous dans une marmite en algerie il ya pas que les politiciens qui vole largent detat cest le peuple meme qui fait ca …arretons nous scp zakat la religion vous melanger tout pour tromper quoi que soit est pour linteret .le nationalisme na pas de religion enfin les principes est la conscience sont les facteurs de la bonne reussites…




    0



    0
    Ness maascar
    20 novembre 2013 - 6 h 18 min

    A Mère Patrie ,tu divagues
    A Mère Patrie ,tu divagues aucun pays développé n’est arrivé au stade d’aisance et niveau de vie convenable avec la zakat de 2,5% .la zakat es une obligation religieuse et spirituelle
    L’impôt est une obligation et un devoir citoyen………..alors ces nouveaux riches nationnalistes payeront quoi qu’il en soit mais pour cela le Clan doit DEGAGER même par la force




    0



    0
    Algerien
    20 novembre 2013 - 3 h 29 min

    le mal est en nous de voter
    le mal est en nous de voter pour de tels personnes… et on continue de créer sur tous les toits même de notre fameux UGTA qu’ un 4eme mandat est nécessaire pour un malade, trop d’intérêts .




    0



    0
    Inspektor TAHAR
    20 novembre 2013 - 3 h 12 min

    Ces députés qui refusent
    Ces députés qui refusent l’impôt sur la fortune ..Chaque gouvernement algerien depuis l independence en 1962 a permis de cree pour tous ses emembres, une facon de voler sans etre puni…certains preferent la valise diplomatique, d autres se faire payer des commissions par des entreprises etrangeres dans les paradis fiscaux tels que Chakib Khelil et Bedjaoui…. d’autres preferent voler le people d une facon plus elegante….ne pas payer d impots….




    0



    0
    amyne
    19 novembre 2013 - 22 h 25 min

    pffff….un autre emir
    pffff….un autre emir ihab el begri…..




    0



    0
    SIDI MAKHLOUF
    19 novembre 2013 - 17 h 23 min

    Rien qu’ à voir ce
    Rien qu’ à voir ce pachyderme,je comprend pourquoi il ne veut pas payer l’impôt sur la fortune.Il a peur que sa paye de député ne lui suffit pas pour bouffer. Mais je suis confiant, le peuple finira bien par le faire cracher au bassinet.




    0



    0
    SIDI MAKHLOUF
    19 novembre 2013 - 17 h 14 min

    Rien d’étonnant à cela,
    Rien d’étonnant à cela, puisque ces cocos ont été élus par moins de 20P/cent des électeurs. Dans despays qui se respectent le scrutin aurait été purement et simplement annulé.
    De toutes façons,ces cocos ne perdent rien pour attendre,la justice finira bien par leur demander des comptes. MINE AYNA LAKA HADHA.




    0



    0
    Anonyme
    19 novembre 2013 - 17 h 03 min

    Ce cynique individu, de la
    Ce cynique individu, de la photo d’en haut, le monsieur député de mes (..) en dirait une baleine brune, hein..pour la madame c’est marqué pas de chance 😉




    0



    0
    Mére-patrie
    19 novembre 2013 - 16 h 03 min

    Ce sont des « zaoualias ».
    Ce sont des « zaoualias ». Ils ne méritent pas toutes ces critiques !
    Si ces faux mandataires du citoyen algérien décident seulement de payer annuellement la Zakat obligatoire qui constitue 2.5% de leur colossale fortune ; il n’y aura plus un seul pauvre ou mendiant dans les rues de l’Algérie. Ironie du sort, ces soi-disant députés prétendent tous les jours à cor et à cri non sans gêne de le représenter au théâtre de l’APN.
    Ces Zaoualias préfèrent discuter avec l’ange de la mort, – Âazraël- et tenter de le corrompre ; le jour où il viendra récupérer leur âme, pour leur faire passer dans l’au-delà leur trésor, plutôt que de faire l’aumône à qui que ce soit !
    L’argent les a tellement aveuglés qu’ils ont oublié qu’ils sont mortels. Tous les jours leur propre tombe leur adresse pourtant cinq appels d’avertissement ; qu’ils préfèrent ne pas entendre.
    Comme si une voix stridente déchirant le toit de l’hémicycle, disait à celui qui veut l’entendre : « Faites moi vivre aujourd’hui, et abattez-moi demain ! ».
    Des hauts responsables n’ont-ils pas prétendu qu’en Algérie il n’existe plus de pauvre ! Partant de là, les zaoualias de l’APN n’ont-ils pas eu raison de ne pas voter cette loi sur la fortune puisqu’eux même ils sont des pauvres-riches, et en plus pour ne pas aussi éroder la tirelire de leurs autres homologues-zaoualias. Donc tout est bien qui fini bien !
    Qu’ils interprètent à leur façon les préceptes religieux pour justifier l’injustifiable. Ils finiront malgré eux un jour ou l’autre, lorsque leur heure sonnera, que s’ais-je, dans la minute qui suit, six-pieds sous-terre. Tout seul Dans le ventre de cette terre sur laquelle, ils n’ont jamais cessé de se prélasser, dévorés par les asticots, etc.…




    0



    0
    Anonyme
    19 novembre 2013 - 15 h 13 min

    Ces députés( ceux cités dans
    Ces députés( ceux cités dans l’article) ne se sont pas enrichis en rentrant à l’APN , car ils étaient déjà riches , mais pour conserver cette richesse là je suis d’accord!




    0



    0
    Anonyme
    19 novembre 2013 - 15 h 12 min

    Ces députés( ceux cités dans
    Ces députés( ceux cités dans l’article) ne se sont pas enrichis en rentrant à l’APN , car ils étaient déjà riches , mais pour conserver cette richesse là je suis d’accord!




    0



    0
    Emiliano Zapata
    19 novembre 2013 - 15 h 11 min

    Ce ne sont pas les barons de
    Ce ne sont pas les barons de l’informel et du trabendo qui ont refusé le payement par chéque au delà de 50 000 DA,porté par la suite à 500 000 DA qui vont accepter l’impôt sur leurs fortunes.De toutes façons,ces fortunés ne déclarent pas leurs revenus réels au fisc et la fraude fiscale est pour eux tout à fait naturelle profitant sans vergogne de l’Etat de non droit au lieu d’avoir honte de piller le trésor public.Et certains à la tête de fortunes acquises frauduleusement se disent représentants du peuple alors qu’ils sont élus lors de scrutins largement entachés de fraude.Comment en est-on arrivé là? Mais c’est vrai que sous le régne de Fakhamatouhou et de sa smala tous les mauvais coups sont permis.




    0



    0
    salim
    19 novembre 2013 - 14 h 37 min

    Ils sont là non pas pour
    Ils sont là non pas pour servir leur pays mais pour se remplir les poches.
    Preuve ce député arrêté à Oran avec des devises plein la valise.
    Un extrait de l’article:
    {Les services des douanes, en collaboration avec les services de sécurité, ont fait échouer une opération de transfert illégal vers l’étranger de 200 mille euros, et dont le principal auteur n’est autre qu’un député à l’Assemblée Populaire Nationale actuelle, représentant de la wilaya de Bordj Bou Arreridj, répondant aux initiales de A.M selon des sources concordantes.

    {Ce dernier, qui appartient au groupe parlementaire des indépendants, se trouvait à l’aéroport international Houari Boumedienne, et devait prendre l’avion pour se rendre vers l’aéroport Charles de Gaulles, en France. Il a été trouvé en sa possession le montant en question en euros qu’il s’est abstenu de le déclarer selon la même source. Le député allait se rendre en France en vue de remettre l’argent non déclaré à un homme d’affaires installé à l’hexagone en profitant de son immunité parlementaire ajoute la même source. }

    Un autre député voilà ce qu’il faut dans la fausse monnaie. Preuve qu’ils veulent s’enrichir par tous les moyens. Quitte à voler, détourner trafiquer, mentir etc.
    http://www.djazairess.com/fr/reflexion/26310

    Ces députés pour leur grande majorité ils sont la honte du pays.




    0



    0
    Lyes48
    19 novembre 2013 - 14 h 26 min

    L’argent facile et volé ne
    L’argent facile et volé ne les rend pas plus beaux (voir photo de ce « depité ») En Arabie, t’es un voleur , t’es amputé. En Algerie, t’es un voleur, t’es deputé.




    0



    0
    Les VAILLANTS
    19 novembre 2013 - 14 h 16 min

    ILS SONT AVEUGLÉS PAR LA SOIF
    ILS SONT AVEUGLÉS PAR LA SOIF DE L’ARGENT. ILS NE REGARDENT PLUS AUTOUR D’EUX. ET RIEN NE SUFFIRA A ÉTANCHER CETTE SOIF QUE NE FONT QU’AUGMENTER LES FACTURES SALÉES QU’ILS LAISSENT A LA TRÉSORERIE DE L’APN




    0



    0
    Abou Stroff
    19 novembre 2013 - 14 h 09 min

    il n’y a rien de surprenant
    il n’y a rien de surprenant dans le fait que certains dépités refusent de payer l’impôt sur la fortune. en effet, dans un pays « normal », les gens deviennent riches puis se lancent ou bien lancent leurs protégés dans l’arène politique en vue de consolider un projet de société au sein duquel leurs intérêts bien compris sont assurés. dans notre beau pays, « on » fait de la politique pour s’enrichir et s’attribuer le qualificatif (bientôt infâme?) de chakhsia watania. pour revenir à l’impôt sur la fortune, « nos » riches se sont enrichis grâce à leurs accointances avec les « grosses légumes » qui dirigent l’algérie (ne dit on pas que tliba (qui construit une tour sur un rond-point à annaba, est associé à plusieurs grosses légumes, au sens propre et figuré? ne dit on pas que saadani a siphonné le chiffre astronomique de 3000 milliards du PNDA?…) et grâce à la captation de la rente que leur permettent leurs relations d’affaires avec les grosses légumes. moralité de l’histoire: les dépités ont été « élus » par la marabunta qui nous gouverne pour participer à la pérennisation d’un système basé sur la prédation. il n’y a donc rien d’étonnant dans leur comportement de prédateurs.




    0



    0
    Anonyme
    19 novembre 2013 - 13 h 54 min

    Il faut chercher à savoir
    Il faut chercher à savoir comment ces gens, peusdo élus, ont pu acquérir leur fortune… ils sont le produit d’un système rentier basé sur l’enrichissement rapide et par moyens détournés.




    0



    0
    Anonyme
    19 novembre 2013 - 13 h 32 min

    Ils font preuve d’égoïsme. le
    Ils font preuve d’égoïsme. le drame est que cet argent le les rend pas heureux, car ils n’ont pas la « qanaâ »…




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.