La Présidence interdit à Sellal d’improviser ses discours

Les facéties d’Abdelmalek Sellal ne sont plus appréciées par le cercle présidentiel. Selon des sources proches de la présidence de la République, le Premier ministre aurait été sommé par le chef de l’Etat de ne plus improviser durant ses sorties sur le terrain et ses différentes rencontres publiques. Le jovial Abdelmalek Sellal devra ainsi s’astreindre à des discours préparés à l’avance et mûrement réfléchis par une pléiade de conseillers. Rappelé à l’ordre, le Premier ministre devra désormais faire attention au moindre de ses gestes et surtout cesser de blaguer à tout bout de champ. La décision de la présidence de la République aurait été prise suite à une féroce campagne menée sur les réseaux sociaux contre le Premier ministre dont les sorties semblent inspirer les internautes. Depuis quelques semaines, Facebook, YouTube et autres réseaux de communication sont truffés de montages vidéo des plus burlesques et des parodies d’Abdelmalek Sellal. Ces imitations sont telles que le Premier ministre éprouve de l’agacement et de l’exaspération, comme nous l’avions rapporté le 20 novembre dernier sous le titre «La multiplication des parodies sur Internet agace Sellal». Visiblement, il n’est pas le seul à être agacé. Abdelmalek Sellal est connu pour son côté taquin bien avant qu’il soit Premier ministre. La drôlerie est sa seconde nature. Une qualité, pourtant. Des journalistes, qui ont eu à l’accompagner durant ses déplacements en tant que ministre des Ressources en eau, racontent comment il s’amusait à les persifler dans le but de créer de l’ambiance et de rendre le voyage moins ennuyeux et peu fatigant. Mais, aujourd’hui, en sa qualité de chef de l’Exécutif appelé à parler au nom du Président, Sellal doit intervenir publiquement plus souvent. Un exercice de communication très contraignant auquel il n’est pas habitué, lui qui n’a pas la langue dans sa poche. S’exprimant dans un mélange de langues (arabe dialectal, français et arabe classique parfois déformé), le Premier ministre a commis beaucoup d’étourderies qui n’ont pas échappé aux internautes. La Présidence semble vouloir mettre un terme à cette situation. Nos sources indiquent, d’ailleurs, que le gouvernement se prépare à «occuper» les réseaux sociaux à son tour en prévision des échéances futures.
Sonia B.

Comment (41)

    RAIS
    26 novembre 2013 - 10 h 20 min

    VOILA L’ANTI THESE.
    loc

    VOILA L’ANTI THESE.
    loc notes L’Algérie du Verbe, du Diable et de la haine
    Ghani Gedoui
    Facebook Tweet Google + envoyer à un ami
    imprimer
    commenter

    Le verbe de Sellal. J’ai lu ,quelque part, que Sellal a été recadré par la présidence. En un mot, on lui aurait dit de préparer ses discours et de ne plus céder audoux pêché de l’improvisation. J’adore ce genre d’infos, venues denulle part qui ne cite pas la source, tout en donnant l’impression autout venant, d’être dans le secret des Dieux alors qu’il a peut-êtreinventé de toutes pièces ce qu’il nous vend pour de l’or. Et si nous prétendons le contraire, nous croira-t-on ? Alors nous disons que,selon certaines sources, proches de la présidence, cela va de soi,Sellal a été félicité pour l’accessibilité de son message dontl’humour, employé à bon escient, en est le support pédagogique. On luia dit textuellement : « Merci pour ta fidélité au message présidentielqui te permet (tu ou vous, de ça je n’en suis pas sûr) de toucher leplus grand nombre. Faux ce que je dis ? Aussi vrai que toutes lessources qui nous informent en incognito sur tout et son contraire.Tous ceux qui ont approché Sellal savent que l’homme a beaucoupd’esprit et qu’il est très gai, de cette gaieté dont les moralistesdisent qu’elle est la politesse de l’esprit. Il se trouve qu’ildétonne dans un milieu où les politiques sont ennuyeux, chagrins etpleurnicheurs. Vous n’avez qu’à voir leurs têtes. Soit ils ressemblentà des croque-morts, soit à des fous furieux. Vous voulez des noms ?Prenez-les tous y compris ceux du FLN qui nous font rire d’un humourspécial : jaune. « Couleur cocue », aurait dit Belayat qui pensequ’on lui a fait un enfant dans le dos. Il compte rebondir. Peut-êtreaprès la présidentielle quand la messe sera dite, jamais avant. Maisrevenons à l’humour de Sellal. Premier ministre, on aurait aimé sansdoute qu’il ait une tête de mort sous le poids des responsabilités.Qu’il hurle de rage devant les projets qui avancent cahin-caha, qu’ilpleure de désespoir devant les fausses promesses des uns et lesmensonges des autres. Peut-être aurait-on aimé ça, non ? Alors vousn’aurez pas pour votre comptant. Dans les traditions algériennes, lacuisine on ne la montre pas. En bon politique, il applique à la lettredans l’action, comme Bouteflika d’ailleurs, l’axiome de Gramsci : «L’optimisme de la volonté et le pessimisme de l’intelligence. »Il s’en va, semant les projets, faisant bouger les choses, parlant lelangage du peuple et non d’une certaine clique orientalisée. Sellalbouge. Et dans un pays que certains veulent immobile, cela dérange.Qu’il continue à bouger, les autres finiront bien par danser!Mokri et le diableA la veille des élections, Mokri, le patron du Hamas, en principe bonmusulman, ne sait plus à quel saint se vouer. Doit-il aller à laprésidentielle seul ? Sinon avec qui ? Sinon s’effacer au profit dequi ? Il est dans la perspective du TSB (Tout Sauf Bouteflika) Si leDiable se présentera demain, il lui donnera la main. Ce qui intéresseMokri, au nom roumain et au prénom bien de chez nous : Abderrazak,c’est moins une alliance autour des idées que battre l’actuelprésident par tous les moyens. La question qui vaille, la seule de monpoint de vue, est la suivante : pourquoi le Hamas de Mokri se pose-ildans cette perspective extrême alors qu’il n’y a pas si longtemps, cemême parti était dans l’alliance présidentielle. Je sais que certainsd’entre vous vont convoquer les grandes et belles théories, les beauxprincipes. Eh bien, non. C’est juste une affaire de « Koursi ». Mokrifait monter la mayonnaise en cherchant l’alliance en position deforce. Je me goure ? On verra. En attendant un conseil. Si Mokri veutêtre lisible, qu’il arrête de parler roumain. On me dit qu’il ne parlepas cette langue ? Diable, quelle langue parle-t-il ? L’arabeclassique ? Pour moi, et pour au moins la moitié de la population,c’est du roumain.Les haineux aux petits piedsSur ma page Facebook, certains lecteurs me demandent, sans rire,combien je suis payé par Bouteflika ou son frère pour dire autant debien d’eux. Un seul a pensé que j’étais sincère. Un seul m’a cru debonne foi. Un seul ne m’a pas dénigré, fustigé ou insulté. C’estsymptomatique de la haine et du négativisme dans lesquels se trouventcertains Algériens, je ne dirais pas instruits, je ne dirais pasintellectuels, mais seulement lecteurs d’une certaine presse, forméspar cette presse. Croyant qu’en insultant Bouteflika, on fait preuve deliberté de jugement, d’esprit critique et patati et patata. Ceslecteurs intolérants et haineux ne conçoivent d’autres positions autreque la leur. Ils reprochent à Bouteflika de ne pas être démocrate,ils font pire, sans avoir le pouvoir. Ils l’auraient, j’aurais étéassassiné. Ils critiquent la pensée unique, et ils sont en plein.Pourquoi ne conçoivent-ils pas qu’il y ait des gens qui ne leurressemblent pas, qu’il y ait des personnes, des Algériens veux-je dire,qui aiment Bouteflika et qui croient en lui. Au nom de quoipensent-ils, eux qui versent dans l’insulte, qu’ils sont dépositairesde la vérité. Pourquoi ne pensent-ils pas qu’il y a mille vérités etque toutes doivent se confronter pour extraire le jus de ce que serala Vérité. Pourquoi ? Qu’ils me le disent. Ou qu’ils me l’écrivent.Mais qu’ils arrêtent de m’insulter et d’insulter ceux qui sontdifférents d’eux. Arrêtez de grâce cette culture de la haine et del’intolérance ! Allez, je vous le dis, rien que pour vous entendre, jerépète : j’aime Bouteflika et je suis heureux de voter pour lui unenouvelle fois. Vous aimez Benflis ? Vous aimez Benbitour, Mokri ouDjaballah ? Je ne dirais pas que vous êtes des nuls. Je dirais : quele meilleur gagne !Et le meilleur, je ne vous apprendrai rien, le meilleur c’est l’Algérie !




    0



    0
    RAIS
    26 novembre 2013 - 10 h 20 min

    VOILA L’ANTI THESE.
    loc

    VOILA L’ANTI THESE.
    loc notes L’Algérie du Verbe, du Diable et de la haine
    Ghani Gedoui
    Facebook Tweet Google + envoyer à un ami
    imprimer
    commenter

    Le verbe de Sellal. J’ai lu ,quelque part, que Sellal a été recadré par la présidence. En un mot, on lui aurait dit de préparer ses discours et de ne plus céder audoux pêché de l’improvisation. J’adore ce genre d’infos, venues denulle part qui ne cite pas la source, tout en donnant l’impression autout venant, d’être dans le secret des Dieux alors qu’il a peut-êtreinventé de toutes pièces ce qu’il nous vend pour de l’or. Et si nous prétendons le contraire, nous croira-t-on ? Alors nous disons que,selon certaines sources, proches de la présidence, cela va de soi,Sellal a été félicité pour l’accessibilité de son message dontl’humour, employé à bon escient, en est le support pédagogique. On luia dit textuellement : « Merci pour ta fidélité au message présidentielqui te permet (tu ou vous, de ça je n’en suis pas sûr) de toucher leplus grand nombre. Faux ce que je dis ? Aussi vrai que toutes lessources qui nous informent en incognito sur tout et son contraire.Tous ceux qui ont approché Sellal savent que l’homme a beaucoupd’esprit et qu’il est très gai, de cette gaieté dont les moralistesdisent qu’elle est la politesse de l’esprit. Il se trouve qu’ildétonne dans un milieu où les politiques sont ennuyeux, chagrins etpleurnicheurs. Vous n’avez qu’à voir leurs têtes. Soit ils ressemblentà des croque-morts, soit à des fous furieux. Vous voulez des noms ?Prenez-les tous y compris ceux du FLN qui nous font rire d’un humourspécial : jaune. « Couleur cocue », aurait dit Belayat qui pensequ’on lui a fait un enfant dans le dos. Il compte rebondir. Peut-êtreaprès la présidentielle quand la messe sera dite, jamais avant. Maisrevenons à l’humour de Sellal. Premier ministre, on aurait aimé sansdoute qu’il ait une tête de mort sous le poids des responsabilités.Qu’il hurle de rage devant les projets qui avancent cahin-caha, qu’ilpleure de désespoir devant les fausses promesses des uns et lesmensonges des autres. Peut-être aurait-on aimé ça, non ? Alors vousn’aurez pas pour votre comptant. Dans les traditions algériennes, lacuisine on ne la montre pas. En bon politique, il applique à la lettredans l’action, comme Bouteflika d’ailleurs, l’axiome de Gramsci : «L’optimisme de la volonté et le pessimisme de l’intelligence. »Il s’en va, semant les projets, faisant bouger les choses, parlant lelangage du peuple et non d’une certaine clique orientalisée. Sellalbouge. Et dans un pays que certains veulent immobile, cela dérange.Qu’il continue à bouger, les autres finiront bien par danser!Mokri et le diableA la veille des élections, Mokri, le patron du Hamas, en principe bonmusulman, ne sait plus à quel saint se vouer. Doit-il aller à laprésidentielle seul ? Sinon avec qui ? Sinon s’effacer au profit dequi ? Il est dans la perspective du TSB (Tout Sauf Bouteflika) Si leDiable se présentera demain, il lui donnera la main. Ce qui intéresseMokri, au nom roumain et au prénom bien de chez nous : Abderrazak,c’est moins une alliance autour des idées que battre l’actuelprésident par tous les moyens. La question qui vaille, la seule de monpoint de vue, est la suivante : pourquoi le Hamas de Mokri se pose-ildans cette perspective extrême alors qu’il n’y a pas si longtemps, cemême parti était dans l’alliance présidentielle. Je sais que certainsd’entre vous vont convoquer les grandes et belles théories, les beauxprincipes. Eh bien, non. C’est juste une affaire de « Koursi ». Mokrifait monter la mayonnaise en cherchant l’alliance en position deforce. Je me goure ? On verra. En attendant un conseil. Si Mokri veutêtre lisible, qu’il arrête de parler roumain. On me dit qu’il ne parlepas cette langue ? Diable, quelle langue parle-t-il ? L’arabeclassique ? Pour moi, et pour au moins la moitié de la population,c’est du roumain.Les haineux aux petits piedsSur ma page Facebook, certains lecteurs me demandent, sans rire,combien je suis payé par Bouteflika ou son frère pour dire autant debien d’eux. Un seul a pensé que j’étais sincère. Un seul m’a cru debonne foi. Un seul ne m’a pas dénigré, fustigé ou insulté. C’estsymptomatique de la haine et du négativisme dans lesquels se trouventcertains Algériens, je ne dirais pas instruits, je ne dirais pasintellectuels, mais seulement lecteurs d’une certaine presse, forméspar cette presse. Croyant qu’en insultant Bouteflika, on fait preuve deliberté de jugement, d’esprit critique et patati et patata. Ceslecteurs intolérants et haineux ne conçoivent d’autres positions autreque la leur. Ils reprochent à Bouteflika de ne pas être démocrate,ils font pire, sans avoir le pouvoir. Ils l’auraient, j’aurais étéassassiné. Ils critiquent la pensée unique, et ils sont en plein.Pourquoi ne conçoivent-ils pas qu’il y ait des gens qui ne leurressemblent pas, qu’il y ait des personnes, des Algériens veux-je dire,qui aiment Bouteflika et qui croient en lui. Au nom de quoipensent-ils, eux qui versent dans l’insulte, qu’ils sont dépositairesde la vérité. Pourquoi ne pensent-ils pas qu’il y a mille vérités etque toutes doivent se confronter pour extraire le jus de ce que serala Vérité. Pourquoi ? Qu’ils me le disent. Ou qu’ils me l’écrivent.Mais qu’ils arrêtent de m’insulter et d’insulter ceux qui sontdifférents d’eux. Arrêtez de grâce cette culture de la haine et del’intolérance ! Allez, je vous le dis, rien que pour vous entendre, jerépète : j’aime Bouteflika et je suis heureux de voter pour lui unenouvelle fois. Vous aimez Benflis ? Vous aimez Benbitour, Mokri ouDjaballah ? Je ne dirais pas que vous êtes des nuls. Je dirais : quele meilleur gagne !Et le meilleur, je ne vous apprendrai rien, le meilleur c’est l’Algérie !




    0



    0
    chougui tipeférifié
    24 novembre 2013 - 7 h 56 min

    @nassima, si le pm est kabyle
    @nassima, si le pm est kabyle de constantine, aussi kabyle que les 1000000 kabyles qui vivent à oran, que les centaines de milliers de kabyles d’alger, que saib moussa pourtant né et grandi à theniet-el-had (w de tissemsilt).




    0



    0
    Salah Amini
    24 novembre 2013 - 7 h 40 min

    Il serait bien que Sellal
    Il serait bien que Sellal démissionne et se présente aux élections vu les escrocs et agents étrangers qui sont aux startings blocks!

    (A part Sofiane Djilali et Benbitour)




    0



    0
    algerienmeskine
    23 novembre 2013 - 20 h 32 min

    @ TARIK – BAB EL OUED – (non
    @ TARIK – BAB EL OUED – (non vérifié) | 23. novembre 2013 – 21:08
    Comme tu écris!!!




    0



    0
    TARIK - BAB EL OUED -
    23 novembre 2013 - 20 h 08 min

    J’ESPÈRE QU’IL S’EST LIRE AU
    J’ESPÈRE QU’IL S’EST LIRE AU MOINS.




    0



    0
    Kimpa Mazigh
    23 novembre 2013 - 19 h 34 min

    L’Algérianité se saurait se
    L’Algérianité se saurait se passer de l’autodérision. Ceux qui n’aiment pas l’Algérianité ne sont pas patriotes et ne peuvent aimer Sellal ! Sellal a raison de mettre en avant l’algérianité. Et si les arabistes qui se rêvent en Makhzen comme au Maroc ne sont pas content qu’ils demande la nationalité marocaine comme Cheb Khaled. Quoique la-bas aussi ils vont trouver un peuple qui ne peut qu’apprécier les marques d’humour et d’autodérision d’un enfant du peuple. Vive l’Algérie algérienne, SELLAL président ! N’en déplaise aux esprits chagrins arabistes !




    0



    0
    Nassima
    23 novembre 2013 - 17 h 42 min

    chougui (non vérifié) | 23.
    chougui (non vérifié) | 23. novembre 2013 – 10:38

    Il ne l´est pas !




    0



    0
    Nassima
    23 novembre 2013 - 17 h 40 min

    vrirouche (non vérifié) | 23.
    vrirouche (non vérifié) | 23. novembre 2013 – 10:37

    désolée vrirouche ce que sellal a déclaré le jour où il a visité Tizi est que “personne ne peut douter de l’unité de la Kabylie avec l’Algérie” et que ses habitants sont plus patriotiques que leurs concitoyens des autres régions du pays. Il s’exprimait devant des organisations patronales et du mouvement associatif, des élus locaux et nationaux, des cadres de l’administration locale au cours d’une rencontre qui l’a regroupé à l’issue de sa courte visite de travail et d’inspection dans la wilaya au niveau de la maison de la culture Mouloud Mammeri.




    0



    0
    Mr Cherragui Sétif
    23 novembre 2013 - 17 h 10 min

    @Nafissa Algerie (non
    @Nafissa Algerie (non vérifié) | 23. novembre 2013 – 9:54

    Nafissa la personne dont faites allusion et que vous ne citez pas, est l’équivalent de David Plouff stratège de l’élection du président Américain). Il ne travaillera jamais pour des imbéciles à moins qu’il soit achetable, mais vu le pedigree du monsieur, je ne pense pas. Sellal n’a pas pu le retenir, car il n’écoute pas et n’a pas d’agenda défini. Ma chère Nafissa je sais qui vous êtes. Et je comprends votre frustration. Soyez plus discrete à l’avenir.




    0



    0
    khaled-okba
    23 novembre 2013 - 15 h 34 min

    mr le pm a.sellal est à ma
    mr le pm a.sellal est à ma connaissance kabyle,
    le gnrle toufik est lui aussi kabyle,ainssi que les six chefs de rm, ils sont tous kabyles,amara benyounes,khalida,kada,etc… ils sont tous kabyles.vous savez pourquoi kabyle s’écrit avec « y »et non un « i »?parce que:
    Yacol maa dhib ou YASSAKHAT MAA RAAI.




    0



    0
    wehrani
    23 novembre 2013 - 15 h 18 min

    Notre pays, un pays qui s’est
    Notre pays, un pays qui s’est toujours érigé comme un défendeur de « la Nation arabe ». Oppose tout à la France, mais capitule quand il s’agit de la langue. La France est partie, elle nous a laissé sa nostalgie. Quoi dire ?
    Quand un premier ministre qui pourrait être amené à représenter l’état algérien dans des assemblées internationales dit « fa99a9ir », moi je dis que j’ai mes chances également.
    Après plus de 50 ans d’indépendance, on n’est même pas arrivé à avoir un pm qui parle la première langue officielle du pays. Cela me rappelle une autre époque, où les frères IBRAHIMI étaient les seuls ministres qui pouvaient parler spontanément en arabe classique. Pitoyable!!!!




    0



    0
    Rabah
    23 novembre 2013 - 14 h 50 min

    Quelque chose me dit que les
    Quelque chose me dit que les choses vont se précipiter chez nous car tous les calculs de Said Bouteflika et Saadani vont tomber à l’eau et il y aura un sauve qui peut général du clan présidentiel !
    Le va et vient de Saadani en France, entre autres indices, augure de cela.
    Notre pays ne mérite pas d’être humilié par ce clan de prédateurs !




    0



    0
    algerienmeskine
    23 novembre 2013 - 12 h 02 min

    Il ya un proverbe berbere qui
    Il ya un proverbe berbere qui dit :ne reste dans l’oued que ses propres pierres!!!les romains sont partis,les vandales aussi,les byzantins ont deguerpis,les turques se sont enfuis;les français c’était la valise ou le cercueil et maintenant c’est les arabes qui commencent à commetre les memes erreurs que les precedents colonisateurs et ça va leur peter à la gueule!!!!avec la diminution des activités et des pouvoirs du DRS!!!




    0



    0
    decal
    23 novembre 2013 - 12 h 01 min

    @ Anonymeborgian Salut ,ça ne
    @ Anonymeborgian Salut ,ça ne m est pas venu a l esprit mais maintenant que tu le dit ,il est bien possible que tu ne soi pas loin de la verité




    0



    0
    chougui
    23 novembre 2013 - 9 h 38 min

    il est remarquable que
    il est remarquable que l’actuel pm dans ses discours quand il parle en arabe il fait volontairement et expressément des fautes abominables de grammaire, de conjugaison et de grammaire. histoire de dire, je ne suis pas arabe même si (protocole et usages obligent, je suis obligé de parler en arabe.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.