Un clan puissant

Par Kamel Moulfi – Est-ce le début de la fin ou le vrai commencement de la crise dans le FLN ? Ils attendaient le verdict du Conseil d’Etat, il est tombé hier en pleine fièvre de l’après-qualification des Verts au Mondial – est-ce un hasard ? – et, sans surprise pour les esprits lucides, a confirmé la décision du tribunal administratif qui avait autorisé une aile du FLN à tenir la réunion du comité central le 29 août dernier. Autrement dit : feu vert au nouveau secrétaire général. Belayat et consorts vont-ils garder leurs illusions de pouvoir renverser la vapeur et enlever les rênes de la direction du parti à Saïdani, qui s’est empressé d’annoncer la couleur en se faisant le principal promoteur d’un quatrième mandat pour Bouteflika ? La décision du Conseil d’Etat aura pour conséquence immédiate de justifier les ralliements des hésitants qui n’attendaient qu’un prétexte pour se mettre dans la direction du vent dominant. Aucune personne sérieuse, à présent, ne peut croire que Belayat sera le grain de sable qui va gripper la machine électorale déjà mise en marche dans la perspective de la présidentielle 2014. On peut même se demander comment de vieux routiers de l’ex-parti unique, comme Belayat, Goudjil et Abada, ont pu penser avoir gain de cause contre un système qui agit en rouleau compresseur face à ses opposants, un système qu’ils ont d’ailleurs eux-mêmes contribué à créer. La contestation dans le FLN se poursuivra comme une tempête dans un verre d’eau, exagérément médiatisée. Tout le monde sait que les capacités du parti du pouvoir, qu’est redevenu le FLN, à drainer les opportunistes de tous bords, lui permettront de faire très rapidement oublier Belayat et consorts. La déroute de ces derniers fera apparaître, par un effet de contraste trompeur, la victoire de Saïdani comme celle d’un clan puissant, alors qu’à l’échelle du pays, les dimensions du FLN sont, en réalité, bien dérisoires.
K. M.
 

Comment (8)

    chawi pure laine
    23 novembre 2013 - 5 h 35 min

    Bonsoir les
    Bonsoir les patriotes
    toujours des éditoriaux intéressants à lire, j’imagine que vous savez que Saidani était en France pour un voyage douteux, il est aller faire quoi? on sait qu’ils ont tous la nationalité Française mais cette visite est plus que douteuse, est-il allé voir son maitre qui est encore Malade? Une photo de lui circule sur les médias sociaux et la place ou elle était prise n’est pas loin de l’hôpital Val De Grâce, j’en viens pas comment un mourant puisse avoir l’ambition de gouverner un pays constitué de 75% de jeunesse qui ne dépasse pas 35 ans est ce qu’on est dans un film?
    en tous cas quelque soit les calculs le dernier mot revient à DIEU je ne veux pas dire ALLAH car les présidents arabes ont oublié Allah mais je veux dire Da El Hocine taa el marikene, si Barak donne la Baraka c’est bon si non walou et Barak je vous le donne tout de suite il est contre Bouteflika à 110% que faire alors? que les lèches bottes aillent faire une Omra à washington




    0



    0
    Anonyme
    23 novembre 2013 - 2 h 01 min

    Quand on est « juge et partie »
    Quand on est « juge et partie » on ne peut s’attendre qu’à ce type de situation ;qui pouvait penser que le conseil d’État pouvait infirmer la décision du tribunal qui a permis de réunir le CC du fln en aout dernier?




    0



    0
    AL
    22 novembre 2013 - 21 h 32 min

     »Le patient quitta l’hôpital
     »Le patient quitta l’hôpital en se sentant beaucoup mieux, à l’exception des douleurs qui l’avaient amené »




    0



    0
    rafik
    22 novembre 2013 - 15 h 25 min

    effecteivement bounif les
    effecteivement bounif les abada et bealayat…ne sont que des carapaces vides !ils ne font pas peur outre mesure!il faudrait peut etre voir du coté de tebessa ou le ventriloque belayat a reussi à mettre sous la main des centaines d’hectares à negrine:alors il parle de saadani alors que lui et abada and co ne sont pas aussi propres………c’est le tour de saadani,à sa santé….!




    0



    0
    Abou Stroff
    22 novembre 2013 - 14 h 47 min

    ceux qui croient que le fln
    ceux qui croient que le fln est un parti, n’ont rien compris à la « dynamique » (si le fait de patiner en un même endroit peut être appelé dynamique) de la société algérienne. en effet, dans une société basée sur la distribution de la rente, il n’y a aucune place pour un parti politique au sens classique du terme. ceux qui contrôlent le robinet de la rente constituent, de fait, l’unique parti actif et agissant au sein de la société. la marabunta qui nous gouverne et dont le parrain actuel est notre bienaimé fakhamatouhou national constitue l’unique parti politique algérien et la base de ce dernier n’est pas une frange de la société ou des couches sociales bien définies mais la base de ce « parti » est, contrairement aux apparences, son monopole sur la distribution de la rente. moralité de l’histoire, le fln, le rnd, le hms, le pt, le pim, le pam, le poum, le pipo, etc.. ne sont là que pour meubler la galerie ou chauffer la derbouka. quant au devenir de l’algérie, il ne se joue nullement à travers des joutes entre « partis politiques » mais se décident au sein de la marabunta qui nous gouverne et dont le pouvoir ne peut que se perpétuer tant qu’elle peut déverser des miettes de rente sur le reste de la société. le reste, tout le reste n’est que littérature pour naïfs confirmés




    0



    0
    Amine
    22 novembre 2013 - 13 h 34 min

    Seul Dieu est puissant
    Seul Dieu est puissant !
    Combien d’Empereurs, de Rois, de tyrans et de dictateurs ont mordu la poussière face à leurs peuples déterminés à les faire tomber, comme des feuilles mortes.(…)




    0



    0
    Le Naif
    22 novembre 2013 - 13 h 32 min

    désolé vous me faite de la
    désolé vous me faite de la peine avec vous écrits et analyses depuis quand les loups se mangent entre eux< ...? Cessez de parler de guerre de clans et je ne sais quoi? le système est le méme depuis que l'indépendance de l'Algérie c'est pointer à l’horizon. Au diable le vrai FLN, les vrais Moudjahiddine et au diable l'Algérie et son peuple.... Tant qu'il y'auras du pétrole ce systéme sauras se ressusciter....... Hé les Belayat and co ont oublier que c'est leurs FLN qui a humilier leurs Bouteflika en 1980...... L'arroseur arrosé... Amicalement...




    0



    0
    Bounif
    22 novembre 2013 - 13 h 18 min

    Le bouc émissaire est tout
    Le bouc émissaire est tout trouvé par le clan des clowns, à savoir :Goudjil, Belayat et Abada notamment : c’est le Conseil d’Etat.
    Eux et leurs quelques alliés, ils vont répéter à satiété, que si le Conseil d’Etat avait pris une décision qui leur était favorable, ils auraient pu rallier la majorité des membres du CC du FLN.
    Personnellement, je n’ai à aucun moment cru au cinéma de ces clowns, dont le rôle, qui leur a attribué par ceux qui manipulent Saadani, est d’éviter à tout prix que l’opposition à Saadani soit assurée par les jeunes loups du FLN, propres et majoritairement contre Bouteflika, comme Haichour et consorts, qui ont été laminés par le clan des clowns.
    Le peuple algérien n’est pas dupe car il sait qu’il n’a rien à attendre du FLN, du RND et des la quasi-totalité des partis politiques, qui mangent tous dans la main du pouvoir.

    Le moment venu, et il n’est pas lointain, quand iles Algériens en auront ras le bol d’être pris ce qu’ils ne sont pas, ils sauront comment chasseront ces prédateurs, comme l’ont fait d’autres peuples ailleurs, avec plus ou moins de bonheur.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.