Les professionnels du tourisme veulent faire entendre leur voix

Longtemps laissés à l’écart de toutes les grandes décisions liées au secteur dans lequel ils activent, les opérateurs du tourisme veulent désormais se faire entendre par les autorités. Et c’est dans cette perspective que la Fédération nationale des hôteliers (FNH) a décidé d’organiser, ce lundi, une grande rencontre nationale au niveau de l’hôtel El-Djazaïr (ex-Saint-Georges), à Alger, afin de débattre de la situation du secteur et des mesures à proposer pour lui assurer une véritable relance. La rencontre se tiendra sous le thème : «L’hôtellerie en Algérie : Etat des lieux et perspectives». «Cette journée permettra à tous ceux qui activent, réalisent, bâtissent et investissent dans le secteur de l’hôtellerie de tracer et de proposer de nouvelles pistes pour adapter et améliorer l’offre hôtelière dans un environnement touristique en continuelle mutation dans notre pays», explique la fédération des hôteliers, dans un communiqué. Après s’être occupés du volet organique avec la structuration de la corporation et la mise en place des différentes instances depuis quelques mois, les opérateurs passent, visiblement, à une autre étape, plus active celle-là, avec l’organisation d’un débat national à propos d’un secteur dont on a beaucoup parlé et, finalement, peu fait. Et si jusque-là, les professionnels du secteur étaient réduits à se contenter, à chaque fois, du statut d’invités dans les rencontres organisées par le ministère de tutelle, cette fois-ci, ils semblent décidés à s’impliquer plus activement dans le débat en tenant eux-mêmes ce qui ressemble à des assises nationales du tourisme. La naissance d’un cadre organisationnel pour les professionnels du tourisme constitue un acquis très important pour tout le secteur, car, faut-il le dire, absolument rien ne peut se faire sans eux. L’avènement de cette organisation va certainement contribuer à faire entendre la voix des concernés, tenus, jusqu’à présent, à l’écart du débat sur la situation du secteur. La nouvelle structure est en effet censée représenter les hôteliers auprès des pouvoirs publics, les informer, les conseiller et les assister dans les démarches relatives à leurs activités, comme cela se fait ailleurs.
Amine Sadek
 

Comment (5)

    yassine
    24 novembre 2013 - 17 h 13 min

    Ces gens et leur organisation
    Ces gens et leur organisation sont la porte ouverte a toutes sorte de saloperie.




    0



    0
    yassine
    24 novembre 2013 - 17 h 13 min

    Ces gens et leur organisation
    Ces gens et leur organisation sont la porte ouverte a toutes sorte de saloperie.




    0



    0
    00213
    24 novembre 2013 - 12 h 25 min

    Essayons d’être un minimum
    Essayons d’être un minimum pragmatique.
    Pour cela pas besoin de fédération ni de rencontre qui n’auront assurément aucun impact, sauf dans les poches de celui qui les organisent.
    .
    – La première chose que recherche le touriste c’est la sécurité, donc entre le terrorisme au sud et les agressions devant les commissariats en pleine journée au nord, l’Algérie peut encore rêvée.
    – Deuxièmement, le cout du voyage qui est un facteur déterminant en pleine crise économique mondiale et à ce niveau nous sommes l’une des destinations les plus chères au monde au prorata du temps de vol.(et de qualité du service)
    Je ne m’attarderais même pas sur les prix prohibitifs des hôtels 9 étoiles (algériennes)
    – Troisièmement, on vient dans une destination pour son peuple, de ce coté là il y a encore un gros travail de sensibilisation à effectuer chez la population, car l’étranger est synonyme de cible à escroquer chez nous.
    Pour l’anecdote, lors d’un achat dans une boutique de literie, j’ai vu le vendeur multiplié le prix par 2 à des coopérants indiens tout en leur vendant un produit déjà utilisé que j’avais d’ailleurs refusé juste avant.
    – Quatrièmement, l’environnement représente une place importante dans le choix et malheureusement je vous jure que je n’ai pas réussi à faire une seule photo à la plage sans un sac plastique.
    Que dire des millions de bouteilles de bière jetées dans les forets et des poubelles immondes qui jouxte les restaurants chics.
    Même le désert n’est pas épargné par ces sauvages.
    – Cinquièmement, et c’est l’un des point les plus importants et le plus négligé.
    LES LOISIRS !
    J’ai invité à plusieurs reprises des amis étrangers, une fois sur place la seule chose que j’avais à leur proposer c’était de manger une glace ou visité un dépotoir qu’on appelle musée.
    A part ça, on s’est risqué à faire une fois du jet ski à 2 millions de dinars les 5 minutes et sans un sourire déclenché par le loueur.
    On a esquivé les plages qui rançonnent comme la Camorra et les criques isolées par peur.
    Autant dire qu’après 6 jours, une sensation de prison à ciel ouvert et un changement de billet pour qu’ils rentrent plus tôt chez eux.
    Où sont les bowlings, les zoos, les patinoires, les montgolfières, les kartings, les pistes motos, les parcours d’escalade, les kayaks en rivière, les randonnées équestres, le quad en foret, le deltaplane, le parachute, la plongée sous-marine, la chasse, les spectacles, les pièces de théâtre, les concerts, les cirques, les matchs, les combats sensationnels, les locations de bateaux, les expositions artistiques, les visites de monuments, le paintball, les chambres d’hôtes, les centres nautiques, les parcs d’attraction ?!
    .
    Enfin, une fois que tout cela est étudié et que le choix de la destination est fixé.
    C’est seulement à ce moment que le touriste choisit son hôtel !
    C’est encore un sujet à polémique, dans le sens où l’impression que l’on ressent c’est que les personnes qui assurent le service le font à contrecœur et généralement a la limite de la vulgarité.
    Eh oui un hôtel ce n’est pas que des dalles de sol italiennes et du mischler teh l’Allemagne…
    .
    Soyons réalistes, vous croyez vraiment qu’un touriste va payer un billet hors de prix pour voir les agresseurs de Tizi Ouzou, les poubelles d’Oran ou qu’il va rester pendant 2 semaines nonstop à la piscine du Sheraton des Pins.
    Ces simplets n’ont pas compris que l’hôtellerie répond à une offre, et que ce n’est pas l’hôtellerie qui crée l’offre !




    0



    0
    chaoui67
    24 novembre 2013 - 0 h 46 min

    Pour les touristes dont tu
    Pour les touristes dont tu parles, c est le tourisme de masse à la plage…il n y a pas que cela bien heureusement, il y a aussi le tourisme culturel et de séjour qui marche fort. La France accueille chaque 80 millions de touristes et ce n est pas dans les clubs de vacances uniquement.
    l’entrave n°1 au tourisme en Algérie, c’est la perception qu on les gens du pays et la sécurité. la sécurité est la condition numéro 1 pour un touriste qui voyage.




    0



    0
    Anonyme
    23 novembre 2013 - 21 h 36 min

    Les professionnels du
    Les professionnels du tourisme veulent faire entendre leur voix…Pourquoi ces reunions sur le tourisme et parler d investissements etc…Que veut le touriste partout sur la planete….la plage et s amuser en securite…Plage, hotel confortable, proper et hygienique, piscine, bar et orchestra….la danse la nuit et boire un peu…un petit peu…petit, petit peu….pas faire de zaza….et libre ce qu ils veulent dans eur chamber sans faire a appel a la gendarmerie pour verifier qui couche avec qui…une fois ce systeme installe a travers le pays…les touristes viendront du monde entier …meme lors du mois de Ramadan si on laisse le touriste manger a sa faim et boire un peu…un petit peu…petit, petit peu le tourisme se developpera tout seul sans l aide du gouvernement…tans que vous ne serez pas capables d implanter ce genre de syste au bled…alors vous allez continuer parler dans l air…Bon appetite and prost ..Oh..! das Bier schmeckt so gut…




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.