La sale guerre de Sarkozy : plainte d’un Libyen torturé

Un ex-responsable politique libyen, qui affirme avoir été torturé par des Français en 2011 à Tripoli après la prise de Tripoli (fin août 2011), a porté plainte jeudi 29 novembre 2013 à Paris, a indiqué son avocat. Tahar Dehech, un ancien responsable des Comités révolutionnaires, le MCR, ces piliers de la Jamahiriya, avait porté ces accusations dans un livre Sarkozy-Kadhafi, histoire secrète d'une trahison paru cet automne à Paris. Précisons un mauvais livre, plein de fausses rumeurs issues du Net et de faux témoins. Mais qui pointait du doigt la corruption du système sarkozyste en Afrique et en Libye. Et dénonçait certains aspects de la sale guerre de la France en Libye. Dehech – un vrai témoin lui – y expliquait avoir été torturé «à l'électricité et à la matraque électrique». «Ils me mettaient pieds nus dans une flaque d'eau et envoyaient le courant», affirmait-il. «Français et Qataris posaient les mêmes questions. Si ma réponse divergeait, c'était l'électricité.» Dans sa plainte consultée par l'AFP, Tahar Dahech décrit ces actes subis lors d'«interrogatoires, filmés en permanence» dans un hôtel du bord de mer de Tripoli transformé en centre de détention (probablement le Bab-El-Bar), interrogatoires «tantôt menés par des Français, tantôt par des Qataris». T. Dahech, 62 ans, «a souhaité se reconstruire un peu depuis les faits. Il a fallu récupérer des éléments de preuves, comme par exemple ce télégramme confidentiel émanant du consul de Tunisie à Tripoli et validant le parcours en détention de mon client», a déclaré son avocat.
Un nouveau témoignage sur la réalité du «Tripoligate»
Dans le livre, il assurait également que des preuves existent d'un financement politique de l'ancien président Nicolas Sarkozy par la Libye de Kadhafi : «Les preuves portent sur 57 millions d'euros versés en deux fois.» Des juges français enquêtent sur les accusations de financement de la campagne présidentielle de 2007 qui a porté au pouvoir Sarkozy. L'ancien chef de l'Etat, défait par François Hollande en 2012 lors de sa tentative de réélection, réfute tout financement occulte par la Libye. Déjà en septembre, l’hebdo Marrianne (Paris) titrait sur ces nouveaux témoignages : «Présidentielle 2007 : Sarkozy/Kadhafi, nouveaux aveux». Et commentait : «Tous les témoignages concordent, et un livre – Sarkozy, Kadhafi, Histoire secrète d'une trahison (éd. Seuil) – en apporte de nouveaux. Extraits de l'enquête menée par la journaliste Catherine Graciet qui a rencontré à Tunis Zohra Mansour, ancienne responsable des gardes du corps femmes de Kadhafi : Sarkozy ? lui répond le «guide» en 2007, «nous n'aurons pas de problème «avec lui. Et pour cause… Malgré tous les efforts déployés pour détruire les preuves, la vérité apparaît» …
Luc Michel
 

Comment (4)

    RAMO
    4 décembre 2013 - 6 h 54 min

    « Sarkozy, Kadhafi, Histoire
    « Sarkozy, Kadhafi, Histoire secrète d’une trahison ».
    Sur le dos un peuple et d un pays déchiqueté,le TPI doit s appliqué a ces
    criminels Sarkozy et a l’émir du Qatar,pourquoi ce n est le cas?




    0



    0
    RAMO
    4 décembre 2013 - 6 h 54 min

    « Sarkozy, Kadhafi, Histoire
    « Sarkozy, Kadhafi, Histoire secrète d’une trahison ».
    Sur le dos un peuple et d un pays déchiqueté,le TPI doit s appliqué a ces
    criminels Sarkozy et a l’émir du Qatar,pourquoi ce n est le cas?




    0



    0
    moh l'algerien
    1 décembre 2013 - 16 h 56 min

    sarko et guaddafi deux faces
    sarko et guaddafi deux faces d’une meme piece de monnaie !




    0



    0
    moh l'algerien
    1 décembre 2013 - 16 h 56 min

    sarko et guaddafi deux faces
    sarko et guaddafi deux faces d’une meme piece de monnaie !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.