Savent-ils ce qu’ils font ?

Par Karim Bouali – Le permis à points (copier-coller du système français controversé et en voie d'être abandonné) avait été annoncé en grande pompe bien avant son instauration puis mis en place comme une panacée sur les routes, capable de mettre fin à l’hécatombe provoquée par les accidents. Le ministre des Transports vient de décider de suspendre sa distribution, pour revoir les modalités de son octroi. On pensait que ce document avait fait l’objet d’une mûre réflexion au vu du long délai qui a précédé sa création puis sa distribution. Il y a quelques semaines, le ministre trouvait que l’opération se déroulait normalement. Un million de permis à points avaient été remis à leurs titulaires et le changement de modèle était en cours sans problème. Puis, stop. Incompréhensible. Ce n'est pas le seul exemple : sur la route, la bande jaune (à droite) limite une voie réservée aux arrêts d'urgence. Cette voie, tous les automobilistes le constatent chaque jour, est utilisée en même temps par les véhicules prioritaires, donc, circulant à très grande vitesse, d'où de nombreux accidents mortels. Il faut préciser que ces véhicules prioritaires ne sont pas seulement ceux définis comme tels par le code de la route, mais peuvent être un cortège officiel ou la voiture d’un ministre. Les automobilistes qui empruntaient l’autoroute pour sortir d’Alger et aller vers l’ouest se souviennent de la bande bleue, à gauche celle-là, qui a créé une voie inexistante dans le code de la route, autrement dit illégale. Elle était réservée aux transports de personnes, censés avoir des arrêts fréquents, et aux voitures transportant plus de trois personnes. Une mesure sans fondement rationnel, sachant que la voie de gauche est généralement réservée aux dépassements et aux voitures roulant à grande vitesse. Heureusement, la bande bleue qui la matérialisait a été effacée par le temps. Mais le plus grave est ce business des permis de conduire au su et au vu de tous sans compter l’insuffisance de la formation des formateurs, la corruption et la négligence au niveau des centres de contrôle technique qui expliquent le nombre important de cercueils roulants arborant fièrement sur le pare-brise la vignette indiquant qu'ils sont aptes à circuler, malgré le nuage de fumée sortant du pot d'échappement et la rouille qui les ronge. Le pire, c’est quand cet état de dégradation concerne aussi les transports publics (taxis et bus privés).
K. B.
  

Comment (9)

    Anonyme
    15 avril 2015 - 12 h 19 min

    le permis a point en Algérie
    le permis a point en Algérie c’est des point en plus pour les gendarmes et les policier.




    0



    0
    Raselkhit
    5 décembre 2013 - 10 h 34 min

    Juste une simple proposition
    Juste une simple proposition basée sur des faits concrets Nous avons en Algérie plus de CENT MILLES handicapés de la route si le législateur pouvait faire payer le responsable du handicap toute sa vie responsable matériellement médicalement on verrait une nette baisse .Quand un véhicule renverse un piéton sur un passage piéton et il s’en va tranquillement alors que le piéton est handicapé à vie ?Suspension de tout permis impliqué dans un accident corporel jusqu’ fin d’enquête Tout responsable d’accident même matériel à repasser son permis après une suspension de 6 mois à 5 ans




    0



    0
    qu'importe
    5 décembre 2013 - 2 h 27 min

    Sur quoi repose votre
    Sur quoi repose votre affirmation qu’en France le permis à points va être abandonné ? merci .




    0



    0
    Anonyme
    4 décembre 2013 - 22 h 19 min

    vous avez raison ,ils ne
    vous avez raison ,ils ne savent pas ce qu’ils font:
    faute de planification et de réflexion suffisante ;
    ce n’est pas par manque de spécialistes mais parce que l’improvisation est contagieuse quand elle se répand à partir du haut;
    les « responsables » veulent des résultats immédiats et ne s’embarrassent pas du sérieux dans le travail ,ce qui importe c’est l’effet d’annonce et on passe à l’autre « réalisation »;
    pourtant ,dans tous les pays des dossiers nécessitent un temps minimum que personne ne peut réduire car inconcevable ;
    partout les campagnes électorales voient la multiplication des promesses (non tenues) mais pas au détriment de dossiers touchant les activités économiques et sociales du pays ,comme c’est le cas du permis à point et donc de la sécurité routière;




    0



    0
    MACIZEL
    4 décembre 2013 - 17 h 47 min

    je vais vous raconter une sur
    je vais vous raconter une sur cette fameuse histoire du permet à points. Juste avant sa mise en œuvre, j’ai pris un Taxi de Tizi Alger aéroport, en s’installant devant coté du conducteur, j’ai un peu sympathisé avec le taxieur, et comme par hasard, on a discuté du permit à point, certes moi ça fiat plus de 10 ans que je conduit avec à l’étranger donc je sais que si je perd mes 12 points, pas de voiture et un stage payant pour reprendre mes points, mais sur le trajet, j’ai commencé à énumérer les erreurs qu’il ne fait pas faire au taxieur, dépassement à droite, rouler trop prés, non utilisation du clignotant, ligne continu, non respect de la file en arrivant sur un barrage des services de sécurité, utilisation de la bande d’arrêt d’urgence, la vitesse excessive, etc,… En arrivant à Alger, j’ai demandé au taxieur d y aller chercher un autre permet à points (24 points je pense), il m’a demandé pourquoi, j’ai y lui répondu comme quoi de Tizi à Alger, il vient de faire plus d’une dizaine d’erreurs avec – 3 points chacune et 1500 DA d’amende, faites le calcul vous même.

    Voila, le problème de la sécurité en Algérie, ce n’est pas seulement la sécurité routière, toutes les autres sécurités sont mises à l’épreuve, allez savoir pourquoi, certes on est passé di coq à l’âne après 62; on vient de passer d’un âne à un For By For (4×4) sans airbag et surtout sans culture et civisme!




    0



    0
    maleh
    4 décembre 2013 - 15 h 39 min

    Au-delà de l’efficacité, la
    Au-delà de l’efficacité, la pérennité ou bien l’applicabilité d’une loi, c’est le citoyen qui est en cause en Algérie.
    Tout le monde connait quelqu’un qui pourrait lui récupérer son permis retenu dans une quelconque brigade de gendarmerie ou commissariat de police. Cela ne contredit en rien le fait que le copier-coller chez les « décideurs » soit un réflexe pavlovien pour ne pas dire « un réflexe de chien envers son maître ».




    0



    0
    salim
    4 décembre 2013 - 14 h 00 min

    Le permis à point en France
    Le permis à point en France est un fiasco. Ceci est connu de tout le monde et effectivement en France ils sont en train de chercher une alternative car cette procédure du permis à point est à l’origine d’un trafic énorme et lucratif.

    Chez nous en Algérie ceux qui ont appliqué cette même procédure ne savent pas ce qu’ils font réellement juste un copié collé. Ils ne veulent pas se casser la tête pour chercher une méthode qui s’applique à nous spécifiquement. La solution de facilité qui n’est ni plus ni moins qu’un signe de médiocrité, d’incompétence.

    Ou bien ils ont appliqué cette méthode de permis à point volontairement sachant les difficultés qui vont en découler, ainsi certains vont de sucrer et profiter au maximum aussi bien au sein de l’administration, qu’au niveau des citoyens avec les faux permis et autres imitations.

    Si cette méthode de permis à point était si efficace elle aurait appliquée par tous les pays à travers le monde.

    Tous les pays subissent les mêmes problèmes des accidents et des novices ou des chauffards qui sont à l’origine des accidents.

    Il y a des solutions à la base, les autos écoles doivent dispenser des cours et adopter des méthodes d’enseignement draconiennes et sévères. J’ai suivi comment ces écoles travaillent c’est un fiasco. Le seul qui est sévère ou donne cette impression c’est l’ingénieur pendant l’examen. Il tarabuste l’élève par des questions pièges alors que le problème n’est pas là. Un élève malin et médiocre en conduite peut rouler l’examinateur et avoir son permis. Tout repose sur l’enseignement qui est dispensé au début. Avec 10 heures de conduite pensez vous que l’élève est apte a prendre le volant ?

    Autre cas celui des plaques de signalisation. Ici aussi c’est un laisser aller. Je parle seulement des autoroutes. Des plaques illisibles de nuit. non réflectorisées. Qui a fait ce travail, c’est de l’arnaque, celui qui a fait ces plaques est un criminel et un voleur. Un automobiliste qui rate son virage ou sa bretelle car la plaque n’est pas réflectorisée, c’est un accident en vue. Car cet automobiliste va freiner ou ralentir, ou tenter de faire marche arrière et c’est ici que l’accident survienne surtout de nuit. A qui faut-il imputer cet accident.

    Ailleurs en d’autres endroits dans plusieurs villes,autres cas de manquement à la signalisation qui ne sont pas pas conformes. Des panneaux stop cachés par des arbres ou d’autres objets. Des panneaux stop placés juste à l’angle du virage même, le chauffeur qui arrive même à vitesse modérée n’a pas le temps de s’arrêter, et c’est l’accident. Beaucoup de plaques on a l’impression que cela a été placé au petit bonheur la chance.

    Des plaques interdiction de tourner à gauche ou à droite placées là ou il ne faut pas.

    Des sens interdit qui sont tout le temps « brulés » alors que le commissariat est juste à 100m pourquoi les services ne font pas leur travail. N’oubliez pas c’est avec des PV que les gens sont « éduqués » et obligés de se tenir à respecter le code. Ici il y a négligence. Sur l’autoroute, des conducteurs avec un permis qu’il viennent d’obtenir, passent à plus de 100 km h devant des policiers ou des gendarmes, et rien n’est fait.

    L’éducation du chauffeur se fait sur la route.

    A une certains époque il y avait des campagnes de sensibilisation qui se faisaient pendant une certaine période, maintenant il n’y a rien. Pourquoi ? – Les pouvoirs publics aussi ont leur responsabilité dans ce laisser aller et cette anarchie qui règne sur les routes surtout ces morts.

    Et certains conducteurs au volant ne doivent pas prendre la route mais ils la partagent avec d’autres, et c’est pourquoi le respect de l’autre est obligatoire et doit être à la base de la bonne conduite.




    0



    0
    Anonyme
    4 décembre 2013 - 13 h 07 min

    Ce qui est bizzare dans l
    Ce qui est bizzare dans l index de corruption 2013, c est que l Algerie est mieux placee que les deux capital de l islam et le petrol (Arabie saoudite et l Iran)…je crois que ca vaut un article de votre part…n est ce pas ?




    0



    0
    Abou Stroff
    4 décembre 2013 - 11 h 48 min

    « Savent-ils ce qu’ils font? »
    « Savent-ils ce qu’ils font? » à question pertinente, réponse pertinente: ils ne savent pas ce qu’ils font pour la simple raison qu’ils ne savent pas où ils vont (d’ailleurs où peut on aller quand, pour bouger, autrui doit nous pousser?). s’ils savaient où ils allaient, ils auraient trouvé les moyens et le ou les chemins pour y arriver. en fait, la grande question qui englobe cette petite question est tout simplement: avons nous un Etat? la réponse est évidente: nous n’avons pas d’Etat mais nous sommes gouvernés par un pouvoir (avec à sa tête, notre bienaimé fakhamatouhou national, que Dieu lui prête longue vie jusqu’à ce que mort s’en suive) qui s’est imposé grâce à son contrôle sur la rente et ce pouvoir n’a qu’un objectif: perdurer jusqu’à ce que mort s’en suive. comme les puits de pétrole et de gaz ne vont pas tarir demain, le pouvoir en place a encore de beaux jours devant lui, à moins que…………




    0



    0

Les commentaires sont fermés.