L’héroïne de la Révolution Djamila Bouhired honorée au Liban

La chaîne de télévision libanaise Al-Mayadeen a organisé, hier mardi, une grande cérémonie d’hommage à la célèbre héroïne algérienne Djamila Bouhired, à Beyrouth. La cérémonie a eu lieu au Palais de l’Unesco, et retransmise en direct. Cette initiative intitulée «Le mérite de vivre» a été prise par la direction de cette chaîne de télévision privée, politiquement proche de l’axe Hezbollah-Damas, au lendemain de la sortie de nouvelles rumeurs sur les réseaux sociaux, il y a un mois, annonçant le décès de Djamila Bouhired. Des rumeurs qui avaient l’avantage de rappeler au souvenir des hommes cette grande dame de la résistance contre le colonialisme. Très célèbre dans le Moyen-Orient, grâce à sa légende portée au cinéma par le célèbre cinéaste égyptien Youcef Chahine, dans le film Djamila (1958), alors que l’Algérie était encore en guerre, Djamila Bouhired a déjà a été invitée au Liban, en 2009, où elle a exprimé sa solidarité avec la lutte des peuples libanais et palestinien contre l’agresseur israélien. Ont assisté à cette cérémonie à Beyrouth, plusieurs personnalités politiques et de la société civile, dont les ministres de la Santé, de l’Information et des Affaires étrangères libanais, en plus d’anciens ministres, des députés, des responsables d’organisations syndicales, des artistes et des hommes de culture connus. Un grand moment d’émotion dans la salle, lorsque la fille du légendaire Ernesto Che Guevara, Alida Guevara, est montée sur l’estrade pour prononcer une allocution pour saluer l’invitée algérienne.
R. Mahmoudi
 

Comment (51)

    Anonyme
    7 décembre 2013 - 10 h 27 min

    Le régime FLNesque, non
    Le régime FLNesque, non seulement il ne dit rien de ses méfaits et tente d’étouffer toutes les voix qui veulent écrire ne serait ce que pour l’histoire ( même un film il faut demander l’autorisation de l »ONM ! ) , mais en plus, il souhaite à ce que le monde l’applaudisse comme héros et …. victime. sans compter qu’il a mis la main par la force, la violence, la ruse et le meurtre sur le pouvoir depuis 1962 et sa seule justification : il aurait « libéré » le pays ! c’est la meilleur lui qui est le pire des colons.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.