L’Algérie plaide pour une Afrique affranchie de toute tutelle

Le Sommet pour la paix et la sécurité en Afrique s'est ouvert aujourd’hui à Paris alors que le continent est endeuillé par la disparition de Nelson Mandela dont la vie entière a été dédiée à la lutte contre l’apartheid et pour la dignité des Africains. Un symbole de lutte inlassable qui devrait guider les dirigeants africains réunis à Paris, les inciter à se prendre en charge et à trouver les solutions qui s’imposent pour sécuriser et développer leur continent. Si la rencontre initiée par la France offre une opportunité réelle de débat, les Africains ont tout intérêt à reprendre l’initiative afin d’assurer par leurs propres moyens la stabilité et le développement de l’Afrique. L’Algérie, qui participe à ce rendez-vous aux côtés d’une quarantaine de pays africains, entend, pour sa part, selon des sources diplomatiques, réitérer ses positions de «principe» sur les questions de sécurité à travers l’«appropriation» des questions africaines par les pays africains et le «renforcement» des capacités de l’Union africaine (UA), notamment par des moyens financiers. Une préoccupation exprimée à Paris par le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, en marge de la conférence sur la paix et la sécurité en Afrique. «La ligne directrice reste la solution africaine aux problèmes de l’Afrique avec l’appui du reste de la communauté internationale», a déclaré M. Lamamra ajoutant : «Lorsque les Africains apportent des solutions à leurs problèmes sécuritaires, la lutte contre le terrorisme, la lutte contre le crime transnational organisé et l’immigration clandestine, entre autres, c’est aussi des solutions aux problèmes européens.» Pour notre ministre des Affaires étrangères, les dirigeants africains «sont aujourd’hui à l’Elysée, non seulement avec une liste de besoins, mais également en tant que partenaires à part entière pour faire leur diagnostic de la situation et les remèdes appropriés». M. Lamamra ne se laisse apparemment pas impressionner par l’initiative prise par la France rappelant quelques vérités historiques ayant marqué les relations entre les pays occidentaux et l’Afrique. «Aujourd’hui, nos partenaires internationaux qui n’ont pas toujours été avec nous pendant la guerre contre l’apartheid sont à nos côtés pour la prise en charge des questions de paix et de sécurité qui affectent notre continent autant que le reste du monde», a déclaré à la presse M. Lamamra. Revenant sur la position de l’Algérie, M. Lamamra a réaffirmé que cette position «est absolument la même. C’est un membre essentiel de l’Union africaine (UA) et (que) cette position inspire considérablement la position de l’UA». Une position que l’Algérie compte également exprimer lors d’une rencontre initiée à Alger les 8 et 9 décembre prochains avec les pays africains membres du Conseil de sécurité de l’ONU. Un rendez-vous qui permettra aux pays africains d’affiner une stratégie commune de sortie de crise à défendre devant les instances internationales influentes. Il est à rappeler que le Sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique s’est ouvert à Paris en présence d’une quarantaine de chefs d’Etat et de gouvernement africains dont le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, représentant le président Bouteflika à cet évènement. Les travaux de deux jours qui ont été ouverts par le président français, François Hollande, se dérouleront à huis clos à travers trois sessions devant porter respectivement sur la paix et la sécurité en Afrique, le partenariat économique et le développement ainsi que sur le changement climatique. Au sujet de la paix et de la sécurité en Afrique, les participants se pencheront sur les menaces qui pèsent sur le continent, telles que le terrorisme, la sécurité aux frontières, les trafics et de la dernière proposition de l’UA consistant en la création d’une force africaine d’action rapide.
Meriem Sassi

Comment (16)

    AKli
    9 décembre 2013 - 16 h 40 min

    Parlons donc de tutelle
    Parlons donc de tutelle !!!

    Sera toujours sous-tutelle, quiconque qui y croit ! Qu’en est-il de l’Algerie ?

    Pour repondre a cette question, il faut d’abors clarifier ce terme Algerie. Parle-ton de sa population, de son Etat, son gouvernement ou son territoire?

    Disons de tout a la fois ! Qu’on est-il alors de ce « tout ».

    La population, les institions, l’Etat, le territoire(surtout ses richesses), sont sous la tutelle du gouvernement et celui-ci est sous la tutelle de l’arme’e, celle-ci sous la tutelle de ses parains.

    Revoyons donc: l’APN est une boite de raisonnance. Les femmes sont par la loi sous tutelle d’un moindre cafard masculin, et tout est sous les (f…) de l’equipe gouvernementale. L’equipe gouvernementale est au service de l’arme’e (porte-parole/deguisement), et cette arme’e est sous le commandement de la pyramide militaire, au sommet de laquelle siegent quelques generaux.

    Ce qui les interesse n’est pas la voix des Africains, mais l’impunite’ des sanguinaires qui les executent, les affament et les salissent de tous les vices jusqu’a la pauvrete’ – pourtant avec le plus riche continent de l’univers connu de l’homme, des plus Humaines cultures que l’histoire ait connues, etc. etc.

    Il n’y a qu’un sujet d’actualite’: Combien d’enfants ont sucombe’ au sommeil appeure’, sans parent pour les rassurer, l’estomach vide, dans un lit sous un toit, ou meme avec la probabilite’ de se reveiller vivants ou a cote’ de leurs parents? Tant qu’il en existerait ne serait-ce 1 – L’Afrique sera sous tutelle !




    0



    0
    amazigh
    8 décembre 2013 - 11 h 03 min

    La présence de l’Algérie chez
    La présence de l’Algérie chez les cocorico qui nous on colonisé et massacré pendant 130 ans est une insulte à nos martyrs Allah yarham chouhada et au peuple algérien jaloux de son algerianité et fier de son histoire millénaire.Nous sommes tombé si bas ,au point où le petit roitelet du Maroc se permet de salir le sang de nos martyrs sans que ces « dirigeants » n’osent réagir à la hauteur de cette Algérie de Larbi Ben M’hidi,Abane Ramdane , Amirouche ,Ali la pointe , Didouche Mourad ………………
    Ces dirigeants ont vite oublié le rôle joué par la France dans la décennie noire que le peuple algérien a subis durant les années 90
    Je dirai aussi et à très haute voix Bravo à l’Afrique du sud du feu Mandela qui n’a pas répondu au gendarme de l’Afrique ,tuteur des dirigeants dictateurs et spoliateur des nos richesses pour participer à son carnaval de « dechra » portant
    « tenez vous bien » sur la sécurité de l’Afrique , notre ecurité????????????????????????? Quelle honte bon dieu.




    0



    0
    neptune
    8 décembre 2013 - 9 h 07 min

    Du n’importe quoi comme
    Du n’importe quoi comme commentaires sur ce site nul vraiment nul ,l’Algérie est présente et serra tjrs présente dans tt réunion africaine ou autres et serra comme un cailloux coincée ,elle as son mots a dire pour mettre ce beaux monde dans l’ordre des choses ça vous remplie pas les yeux géographiquement ,historiquement et politiquement parlent .en un mot présente pour faire aussi rappeler la résolution 1545 a respecter, avant d’arroser avec des discours nul.




    0



    0
    Anonyme
    7 décembre 2013 - 13 h 58 min

    L’Algérie sous le joug de
    L’Algérie sous le joug de Bouteflika le marocain est tombée très bas en assistant à cette réunion de la France-Afrique, ce qui confirme que le clan d’Oujda a mis l’Algérie sous influence française. Mr Lamamra n’aurait jamais dû assister à cette mascarade organisée par le pire colonisateur de l’Afrique, qui a détruit, pillé l’Afrique l’a stagnée dans son développement, a placé des dictatures sous contrôle de la France, l’Algérie s’est encore humiliée en assistant à cette mascarade par nos pires ennemis siono français Hollande, qui il y a quelques jours s’est déplacé en Israël pour confirmer l’allégeance de la France à l’entité terroriste sioniste. Sarkozy et Hollande sont les pires sionistes au service d’Israël.




    0



    0
    Gigelli
    7 décembre 2013 - 12 h 28 min

    On se moque de qui là?
    Parmi

    On se moque de qui là?

    Parmi les deux clans qui se partagent le pouvoir en Algérie, il n’y à plus aucun souverainiste patriote, progressiste ou Panafricain, comme entre 1962 et 1980, ils sont pour la plupart dans les deux camps sont soumis à l’ancienne puissance coloniale, soit aux nouveaux patrons Yankis.
    Les privatisations forcées par le FMI et la Banque Mondiales et leurs soit disant réformes ultralibérales sont des gages de soumission, le bradage des nos ressources naturelles et énergétiques en sont aussi, sans parler des bases militaires occultes concédées.

    Le seul Panafricain digne de ce nom au Maghreb, c’est Kadhafi qui s’est fait d’ailleurs zigouiller par Sarko le Sioniste. (…)

    L’Algérie malheureusement est toujours occupée par des forces qui agissent pour des intérêts étrangers, la preuve en est le mépris du peuple, et le sabotage de toute initiative de réel développement qui a conduit à la fuite de tout nos cerveaux et toutes nos force innovantes et créatrices depuis plus de 50ans, et on nous ressort aujourd’hui le Panafricanisme, cela ne peut être que pour des raison électoralistes (…).
    Nous parler d’Afrique, je veux bien, mais que pensez vous de la grande majorité de nos jeunes (idiots, et incultes) qui se croient supérieurs aux Africains parce qu’il sont un teint plus claires qu’eux? c’est avec cela qu’on veut faire du Panafricanisme? Ceci n’est il pas le produit de votre système éducatif défaillant ?
    En invitant la France-Israel de Sarko et Hollande (les loups dans la bergerie) à s’immiscer dans les affaire Aficano-Africaines, pour y fouttre la zizanie et piller nos richesse, serait un bon moyen de plaider pour une Afrique affranchie de toute tutelle ? vous vous moquez de qui Monsieur Lamara ?




    0



    0
    fak
    7 décembre 2013 - 12 h 09 min

    c’est les voix de leur maitre
    c’est les voix de leur maitre qui preconisent ça honte a vous que chacun balaie devant sa porte arolé parolé occupez vous de notre pays qui part en vrille de part votre incompetance et votre corruptionsuppliez votre paralysé de partir vivant degagez PLACE AUX JEUNES prenez exemple sur le grand HOMME qui est parti hier mais qui restera dans l’histoire




    0



    0
    Anonyme
    7 décembre 2013 - 12 h 01 min

    La langue française, la
    La langue française, la proximité contre nature avec la France, doivent être éliminées d’Algérie, la langue française doit être une langue limitée voir marginalisée comme le russe ou d’autres langues qui ne se pratiquent presque pas en Algérie, pour la remplacer par l’anglais, langue de l’autre colonisateur anglais, mais qui est en réalité une langue issue de plusieurs dialectes et langues internationales, les anglais ont fabriqué leur langue sur la base de toutes les autres langues. C’est pour cela que l’anglais est une langue internationale, il est parlé partout à cause de son caractère internationale, son pragmatisme et son usage à travers le monde puisqu’issue de plusieurs langues et dialectes étrangers.




    0



    0
    vrirouche
    7 décembre 2013 - 11 h 44 min

    DEJA DU TEMPS DE LA
    DEJA DU TEMPS DE LA COLONISATION ROMAINE , on criait : L’AFRIQUE AUX AFRICAINS !!! D’autres colonisations dont une qui perdure nous
    « transforme » en maghreb Arabe !!! YAKHI !! On ne supporte AUCUNE TUTELLE surtout pas celle des bédouins d’Arabie et de leur OPIUM DIVIN ! Celà fait 14 siècles MAIS ON N’OUBLIE JAMAIS ! Encore et encore , toujours et ad vitam eternam : THAMOURTH IWOURAWISS !!




    0



    0
    Sedrati
    7 décembre 2013 - 2 h 07 min

    il faut abolir la
    il faut abolir la francophonie, les pays larbins de la France, doivent prendre exemple sur l’Algérie qui ne fait pas partie de la Francophonie…..tous les pays anglophones sont des démocraties, tandis que tous les pays de la francophonie sont des dictatures…allez savoir pourquoi?!!!!




    0



    0
    Safiya
    6 décembre 2013 - 23 h 38 min

    Je viens de lire ceci qui
    Je viens de lire ceci qui conforte amplement ma pensée que l’Afrique du Sud à une meilleure vision que nos « Hautes Autorités ».

    « Mandela est décédé le 5 décembre 2013 à la veille du sommet France Afrique de Paris que l’Afrique du Sud a boudé pour les raisons que son successeur Jacob Zuma a résumé en ces termes — Je ne trouve pas l’intérêt d’aller à un sommet France-Afrique, alors que la France n’encourage pas la démocratie que veut les peuples de ses colonies. En effet, la France ne renforce et consolide que ses intérêts, dans ses colonies ; dès qu’on veut la rappelr à l’ordre, elle n’hésite pas de désestabiliser les nationalistes qui trouvent gênant qu’après le soit disant indépendance, que les richesses du colonisé continu de nourrir l’économie du colonisateur. »

    … »Nous voyons une Afrique forte qui doit avoir un leader ship encourageant. Et non une Afrique que la France initie dans un processus de continuer à renforcer le pillage des ressouces d’Afrique », assènera vertement Jacob Zuma, l’héritier de Mandela à la tête de l’Afrique du Sud, la nouvelle référence morale du continent à François Hollande, le Scipion l’africain du Mali Bangui, le nouveau gendarme socialiste de l’Afrique…

    La suite peut être lu sur le site de http://www.renenaba.com




    0



    0
    amyne
    6 décembre 2013 - 22 h 54 min

    c est bien…un peu
    c est bien…un peu boucoups de tballite….la france a déjà ses relais dans la nouvelle afrique….j esperes que notre algerie a ausi les siens…..




    0



    0
    zarzor
    6 décembre 2013 - 20 h 56 min

    Par Anonyme (non vérifié) |
    Par Anonyme (non vérifié) | 6. décembre 2013 – 21:16

    ils manquent au panier quelques races « sublimes » qui nous adorent ,il faut les ajouter quand même !!




    0



    0
    Anonyme
    6 décembre 2013 - 20 h 16 min

    Aucune tutelle aucun
    Aucune tutelle aucun impérialisme ni européen ni arabe l’Afrique aux Africains.




    0



    0
    Safiya
    6 décembre 2013 - 18 h 35 min

    Déjà se réunir avec les
    Déjà se réunir avec les va-t-en-guerre au Mali et en Centrafrique est déjà en soi un non sens.

    Chat échaudé craint l’eau froide. Espérons que ce ne sont pas là voeux pieux. Qui vivra verra !




    0



    0
    lolo
    6 décembre 2013 - 17 h 52 min

    Après la réception du FBI un
    Après la réception du FBI un logiciel de lutte contre la criminalité, puis la venue d’entreprises françaises de la formation professionnelle à Alger…voila que L’Algérie plaide pour une Afrique affranchie de toute tutelle ????

    Nos dirigeants ont conduit l’Algérie autrefois grande exportatrice à l’assistanat international en matière d’alimentation, de médicaments, d’engineering…

    L’Algérie vit sous la tutelle et sous la perfusion de tpous les pays producteurs de la planète et elle conseille les pays africains ?????




    0



    0
    Anonyme
    6 décembre 2013 - 17 h 51 min

    Mr Lamamra votre discours est
    Mr Lamamra votre discours est bien beau, mais commencez à réparer les pots cassés par le clan marocain d’Oujda qui a soumis l’Algérie sous tutelle de la France, la France se permet de nous contrôler économiquement et politiquement, et ce avant de donner des leçons aux autres pays africains qui eux s’en sortiront de la tutelle française affirmée et assumée par des pays comme la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Burkina Faso, le Mali, le Niger et j’en passe.Nous devons donner l’exemple de cet affranchissement de la France en maintenant avec la France des relations stricte diplomatiques et l’empêcher de nous imposer son marché, la France se comporte avec l’Algérie en terrain conquis ce qui est insupportable pour le peuple algérien. Faisons le ménage chez nous Mr Lamamra.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.