Mandela chez Kadhafi

Par Kamel Moulfi – Toute l’actualité internationale est centrée sur Nelson Mandela et l’héritage qu’il laisse aux peuples de son continent, l’Afrique, et, plus largement, du monde entier. En observant ce qui se passe en Libye où le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, est annoncé pour la fin décembre, comment ne pas évoquer le voyage effectué en octobre 1997 dans ce pays, par Mandela, en tant que président de l’Afrique du Sud. Il y est allé pour rencontrer le colonel Mouammar Kadhafi en signe de solidarité avec la Libye alors soumise à un embargo utilisé comme arme pour faire plier ce dirigeant que les Occidentaux finiront par assassiner. Washington avait jugé «malvenue» la visite de Mandela. Cette pression n’a pas changé l’itinéraire du combattant sud-africain contre l’apartheid. Il a répondu fermement aux dirigeants américains en donnant sa conception des relations internationales : «Aucun Etat ne peut s'arroger le rôle de gendarme du monde et aucun Etat ne peut dicter aux autres ce qu'ils doivent faire.» Ces propos gardent, aujourd’hui, dans le contexte de notre région – Afrique et monde arabe –, toute leur validité. En relisant cette phrase, on ne peut être que plus surpris encore devant l’hypocrisie, aux dimensions inimaginables, étalée par les dirigeants occidentaux, après la mort de Mandela, qui versent des larmes de crocodile et se répandent en éloges auxquels manque, de façon flagrante, la sincérité. La Libye a été victime de l’agression de pays qui se sont érigés en gendarmes du monde et si ce n’était la fermeté de la Russie et de la Chine, ils auraient déjà déployé leur armada en Syrie et ce pays aurait connu le sort de la Libye «libérée» par l’Otan. Le nouveau régime libyen est incapable de restaurer la stabilité et la sécurité qui régnaient dans ce pays du temps de Kadhafi. Il n’est même pas en mesure de protéger les édifices qui ont une valeur historique comme le mausolée de Mourad Agha à Tajoura, à proximité de Tripoli, construit entre 1551 et 1553, et détruit au début de ce mois par des bombes placées par les terroristes qui profitent des conditions créées par le chaos sans fin qui règne en Libye.
K. M.
 

Comment (12)

    Antisioniste
    9 décembre 2013 - 3 h 50 min

    Salamou 3alikoum
    d’Est en

    Salamou 3alikoum

    d’Est en Ouest du Sud au Nord,Saddam Hussein Allah yarhmou tenais d’une main de fer l’Irak, personne n’osait poussé une porte d’église à son époque. Les chrétiens irakiens on commencé à fuir le pays alors que les sauveurs us était sur le terrain incapable même de protéger la communauté chrétienne, qui n’était même pas le cadet de leurs souci.

    Ayant vécu en Libye entre 79/80, je crois être en mesure de parler objectivement de se pays, de son peuple et de son président Mouamar el Kadhafi Allah yarhmou, aussi excentrique qu’il était, ou dictateur comme certains aime l’appeler.

    à l’époque nous autre algériens avion droit à 450 franc au change, les libyens eux avait droit à 9000 franc. bien que je n’était qu’un travailleur, mais je vivait comme un prince, alors je ne vous raconte pas le train de vie des libyens de l’époque. A l’exception d’un village ou petite bourgade montagneuse qui s’appelle djadou le reste de la Libye vivait parfaitement bien. La sœur Safiya a donné la véritable raison de l’assassinat de Kadhafi, et qui n’a rien à avoir avec la pseudo dictature psalmodier partout. La véritable raison de son assassinat était le projet du talon d’or, et cela les banksters de l’oligarchie ne pouvait l’acceptait. Y’a qu’a voir la vidéo de H clinton en attente des nouvelles sur le résultat de l’action mener pour comprendre que les mots démocratie justice et liberté ne sont que des leviers par lesquelles ils (l’oligarchie)font bouger les masses d’esclaves CROYANTS en ces nouvelles idoles auxquels elles sont soumises corps et âme.
    Pourquoi personne n’ose parler du projet étalon d’or? Tout simplement parce que l’oligarchie ne veut pas que cette idée soit encré dans les cervelles des gens, ce serait la fin de son existence sinon.

    Vive la révolution DE CANVAS & Cie!




    0



    0
    RAMO
    9 décembre 2013 - 0 h 48 min

    Il est trop tard pour
    Il est trop tard pour regretter Khaddafi.
    Entre dictature et stabilité ou bien chaos et anarchie et très bientôt division du pays,voila le résultat des traitres du gouvernement actuel qui pensés autrement après la chute de khaddafi, c etait juste des assoiffés de pouvoir sans plus,les voila maintenant seul incapable de gouverner ni de sécuriser leur pays
    il l’ on eue dans le baba,Khadafi était soit disant fou ,mais très visionnaire pour la stabilité de son pays et son voisinage
    et aussi son mépris et son franc parlé envers les monarchies du golf il les savais traitres depuis fort longtemps d ailleurs il ne sait pas trompé,ils ont participé a sa chute finances armements ect……
    que dieu préserve les Libyen,et la Libye.




    0



    0
    Safiya
    8 décembre 2013 - 23 h 34 min

    Kadhafi n’était pas un
    Kadhafi n’était pas un dictateur, n’en déplaisent à ceux qui le prétendent. Pourquoi les vrais dictateurs tels qu’Ouphouêt Boigny, le cannibale au l’autre d’Haïti dont je ne me souviens pas du nom n’étaient pas affublé de cet oripeau, seuls ceux qui veulent libérer leur peuple et sauvegarder ses richesses en sont affublés comme l’avait été feu Chavez. N’est-ce pas que lorsque l’on veut noyer son chien on dit qu’il a la rage. Réfléchissez !




    0



    0
    Safiya
    8 décembre 2013 - 23 h 05 min

    Kadhafi était dans la lignée
    Kadhafi était dans la lignée de notre feu Président, le Colonel Houari Boumediene, c’est-à-dire qu’il désire lui aussi s’affranchir de la tutelle occidentale. N’oublions pas que grâce à son apport complété par celui de l’Algérie, l’Afrique s’est affranchie des Européens au niveau de ses communications satellitaires et par ce là, a fait perdre quelque 50 millions mensuels si mes souvenirs sont bons à ces derniers.

    Kadhafi avait également le projet de créer l’Etatlon Or pour assainir l’économie et se libérer de cette monnaie de singe qu’est le dollar basé sur la planche à tirer. Kadhafi, d’autre part faisait travaillait des milliers d’Africains qui par leurs salaires permettaient aux leurs un petit développement local et un mieux-vivre. N’oublions pas, par honnêteté, que les Libyens avaient le meilleur niveau de vie de toute l’Afrique. Il y avait aussi ce projet de créer les Etats-Unis d’Afrique, idée loufoque pour ceux qui ont une courte vue et pour ceux qui pouvaient être privés de leurs privilèges de pillages coloniaux et qui donc pouvait leur couper l’herbe sous les pieds.

    Pour revenir à Mandela, sa première visite à Kadhafi fut celle effectuée en 1990 après sa libération, je ne sais si elle a précédé ou suivi celle qu’il a fait à notre pays. Pour Madiba, Kadhafi était aussi un frère. Il a été d’ailleus le seul (avec Fidel Castro) à désapprouver l’envahissement de la Libye par l’OTAN, sa voix de refus fut inaudible parmi le concert des vociférations qui étaient pour ou les silences complices à l’avilissante compromission.

    « (…)les terroristes qui profitent des conditions créées par le chaos sans fin qui règne en Libye. »

    Non, pas qui profitent, qui continuent, en bons sbires, le travail de sape programmé afin de permettre à leurs commanditaires de revenir, sous le prétexte fallacieux de remettre l’ordre dont les actuels « dirigeants » sont incapables d’établir. Pour s’installer d’une manière durable et pomper à qui mieux mieux.




    0



    0
    Anonyme
    8 décembre 2013 - 22 h 21 min

    Quel respect peut-on vouer a
    Quel respect peut-on vouer a un peuple qui fait appel a l’OTAN pour assassiner comme un chien leur president aussi dictateur soit-il ? Hmm..Ah ca, je sais pas, demande au peuple qui a tuer Boudiaf ! Et nous de toute facon on va terminer le reste, heritier compris. J esperes qu on aura ton respect apres le menage.




    0



    0
    algérien libre
    8 décembre 2013 - 18 h 42 min

    Voilà pourquoi el kadafi a
    Voilà pourquoi el kadafi a été assassiné, il incitait l’Afrique au développement et a investi des milliards au Mali pour que ce pays retrouve la paix sociale et la stabilité, les gestes de el kadafi n’ont pas plu aux impérialistes français et on connaît la suite…http://mali-web.org/nord-mali/bande-sahelo-saharienne-et-presence-etrangere-kadhafi-avait-vu-venir




    0



    0
    Ness maascar
    8 décembre 2013 - 18 h 42 min

    Quand j’ai lu le titre de de
    Quand j’ai lu le titre de de votre éditorial j’ai tout de suite pensé que MADIBA a rejoint Mouaamar dans l’audela . Même si Kadafi était un fou de salopard les libyens vivaient autre chose mais en sécurité .
    Mais pendent longtemps l’occident était aveugle et muet comme il le fait pour l’Arabie saoudite le Quatar le Koweit etc……qu’est qui a changé ? A qui le tour? Et quand?




    0



    0
    Anonyme
    8 décembre 2013 - 18 h 21 min

    Quelques mots ont été oubliés
    Quelques mots ont été oubliés je voulais dire sur mon précédent poste que le Grand Nelson a affirmé dans une de ses déclarations




    0



    0

    Anonyme
    8 décembre 2013 - 18 h 11 min

    Abou j’aurai approuvé tes
    Abou j’aurai approuvé tes arguments sur Kedafi, si la Libye débarrassé de son dictateur assassiné par ceux qui prétendent exporter leur démocratie pour leurs viles intérêts et non pas dans l’intérêt des peuple, était devenu un état démocratique, mais ce qui n’est pas du tout le cas, le Lybie n’existe plus en tant que pays, elle est devenu un champ de bataille pour tous les terroristes que l’Otan a armés, ceux-là même qui prétendaient vouloir combattre la tyrannie mais qui tuent à tour de bras les lybiens, plus 40 morts libyens dernièrement, sans compter ceux qui ne sont pas annoncés dans les médias, leur tort était de vouloir plus de sécurité et de vivre dignement, les nouveaux libérateurs de la lybie ne sont rien d’autres que des terroristes armée par l’Otan, je suis certain que les lybiens regrettent l`ère de Kadafi, puisque maintenant ils n’existent plus ils vivent l’horreur au quotidiens à cause de Sarkozy et BHL qui en ont décidé ainsi au nom de leur prétendues idéaux de liberté et de démocratie, en réalité c’était Kadafi qui était visé, il fallait absolument l’éliminer il en savait trop sur Sarkozy entre autres. Je ne défends aucun dictateur, mais il faut avoir la décence de reconnaître que la Libye n’est plus que l’ombre d’elle même.




    0



    0
    Anonyme
    8 décembre 2013 - 17 h 42 min

    Les occidentaux les français
    Les occidentaux les français en tête ont fait subir leur régime d’apartheid coloniaux racistes aux peuples qu’ils ont colonisés détruits, humiliés, retardés dans leur développement, ils sont eux même les instigateurs des systèmes d’apartheid dans toute l’Afrique, pas seulement l’Afrique du Sud qui l’a subi, l’Algérie a aussi subi ce système d’apartheid colonialiste raciste français dans toute son horreur le combat du peuple algérien contre l’apartheid colonialiste français, et celui des Sud Africain, dont l’icône de ce combat, est le grand Nelson Mandela, ce dernier a été inspiré par la révolution algérienne, il a eu l’aide des combattants algériens de l’ALN avant l’indépendance de l’Algérie, ces derniers l’ont incité à prendre les armes contre l’apartheid Sud Africain, le Grand Nelson a affirmé dans une de ses déclarations Ceux qui ont été les plus proches dans le combat contre l’apartheid en Afrique du Sud, ce sont bien les algériens non pas les français qui ont fait subir eux-mêmes des systèmes d’apartheid en Afrique, ni aucun autre pays occidental raciste. Le racisme est d’essence occidental, il s’est manifesté par leurs crimes racistes, haineux, ils sont donc mal placé ces pourris d’Occidentaux de pour parler du combat de Nelson Mandela, un Mandela qui a été leur objecteur de conscience, il leur a reflété leur miroir raciste. Ils ont longtemps clamé ouvertement la suprématie de la race blanche, ils ont été et le sont toujours les destructeur des civilisations et de l’humanité. Leurs actes criminels raciste coloniaux les discréditent aux yeux de l’humanité, malgré leurs larmes de crocodile sur la mort de Mandela. Ils ne sont pas du tout une source d’inspiration de développement pour les pays du Sud, et qui les ont subis, ils sont leurs bourreaux qui se sont enrichis sur les cadavres de millions de personnes innocentes




    0



    0

    Fouadz
    8 décembre 2013 - 17 h 34 min

    Quel respect peut-on vouer a
    Quel respect peut-on vouer a un peuple qui fait appel a l’OTAN pour assassiner comme un chien leur president aussi dictateur soit-il ?
    La meme reflexion concerne le peuple Irakien malheureusement




    0



    0
    Abou Stroff
    8 décembre 2013 - 14 h 17 min

    « La Libye a été victime de
    « La Libye a été victime de l’agression de pays qui se sont érigés en gendarmes du monde.. » dixit K. M.. non monsieur, la libye ou si on préfère le peuple libyen a été, d’abord et avant tout, victime de son dirigeant (le colonel Kadhafi qui, comme tous les dictateurs imbus de leur petite personne, s’est pris pour un messie et n’a pas compris qu’il n’était qu’un vulgaire petit dictateur rejeté par son propre peuple) et de la clique qui lui servait de cour et serpillère. en effet, le grand Mao Zé Dong a dit: lorsque un oeuf et un caillou reçoivent la même quantité de chaleur, l’oeuf se transforme en poussin alors que le caillou demeure caillou. transposé au cas qui nous préoccupe, les impérialistes (et par ricochet les sionistes) nous agressent parce qu’il n’y a pas de symbiose entre la société et ses dirigeants, parce que nous constituons un terrain favorable à l’agression, à l’humiliation et à d’autres choses encore. kedhafi et son régime sont la cause principale du chaos dans lequel baigne le peuple libyen et l’agression impérialiste n’est qu’une contradiction secondaire qui s’est incrustée dans les contradictions internes de la société libyenne. en d’autres termes, ce qui est arrivé en libye et ce qui nous arrivera un jour découle de notre incapacité à dépasser nos contradictions internes. quant à l’impérialisme, il ne peut agir sur nous que s’il trouve des conditions favorables en notre propre sein. moralité de l’histoire: l’impérialisme est un tigre en papier et ne peut être qu’un tigre en papier dès que les peuples rebelles sont dirigés par des HOMMES au service de leur peuples respectifs et non par de minables minus, imbus de leur petite personne, qui croient qu’il sont indispensables alors qu’ils ne sont rien.
    PS: comment peut on expliquer que l’impérialisme ne soit pas venu à bout du Vietnam et de Cuba, par exemple, alors que ces deux pays constituaient ou constituent une épine dans le pied des puissances impérialistes?




    0



    0

Les commentaires sont fermés.