Un décret sur les équivalences pour satisfaire les étudiants

Une des revendications posées par les étudiants des diverses villes universitaires visitées par le Premier ministre Abdelmalek Sellal, dans sa tournée des wilayas, ces derniers mois, vient d’être satisfaite, il s’agit de l’équivalence entre la licence issue de l’ancien système et celle du système LMD (licence-master-doctorat). Un décret dans ce sens sera promulgué au plus tard la semaine prochaine, a indiqué, hier mercredi, à Aïn Témouchent, Abdelmalek Sellal. «Ce décret permettra aux diplômés du système LMD de mieux s’intégrer dans le monde du travail», a souligné M. Sellal, en réponse aux étudiants du centre universitaire d’Aïn Témouchent qui l’interpellaient sur les difficultés qu’ils rencontrent dans les procédures de recrutement. Ce décret a été élaboré, selon le Premier ministre, avec le concours de la Fonction publique. Les étudiants ont constaté que la licence (bac+3) n’ouvrait droit à aucun poste dans la Fonction publique et que le passage au master ne pouvait se faire pour tous les titulaires de la licence, automatiquement. Le Premier ministre a souligné l’importance de l’investissement fait par l’Algérie dans l’Université, mais tout le monde constate que les résultats n’ont pas suivi. La place occupée par les universités algériennes dans les classements internationaux montre que leur niveau est encore faible. Pourtant, Abdelmalek Sellal fait preuve d’un optimisme remarquable en affirmant que l’Algérie est appelée à être une «véritable puissance technologique» au regard de la «richesse» de ses ressources humaines. Au début de ce mois (voir article sur Algeriepatriotique du 3 décembre 2013), le ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, a été très critique à l’égard du niveau de formation des diplômés des instituts de pétrole qui, d’après lui, n’ont pas les qualités nécessaires pour travailler dans une entreprise de la taille de la Sonatrach. La bataille de la qualité de la formation est une des autres revendications des étudiants qui veulent des diplômes qui ont une valeur, qu’il s’agisse de la licence ancien système ou des diplômes du système LMD ; des diplômes qui leur permettent d’accéder à un emploi ou de poursuivre leurs études. Les Français et les Canadiens ont été appelés à la rescousse pour aider l’université algérienne à rattraper son retard et à améliorer le produit de la formation. Cette démarche est conforme à l’intérêt de ces deux partenaires, sachant que beaucoup d’étudiants choisissent, à la fin de leurs études, d’aller en France ou au Canada pour y trouver un emploi ou faire de la recherche.
Kamel M.
 

Comment (13)

    Achraf
    7 mars 2017 - 0 h 51 min

    Bien le bonsoir a tous, en
    Bien le bonsoir a tous, en bref je suis étudiants a l’USTHB, ouiii l’ancienne université des plus chics en Algérie, mais… mais…, dire que l’université algérienne avance dans la bonne voie, il faudrait vraiment revoir a quoi pense le Ministre, avoir 42 000 étudiants qui valent pas réellement les 200 étudiants qui étaient la les années 70 – 90 et un niveau intellectuel aussi médiocre, une ignorance totale, sans parler des moyens universitaires qui ce dégrade, même les toilettes à l’université est moins propre est moins faites qu’une toilette public, alors sans en parler sur les laboratoires et la qualité d’enseignement, ou heureusement on a toujours cette touche des anciens étudiants toujours présents à l’université, sans parlé des notes qui passent sous la table, … l’étudiant ignore ce qu’il fait ou ce qu’il étudient, apprendre par coeur les lois et les appliquer n’est pas là la notion d’études supérieurs, être traité comme un bon à rien, ce retrouvé dans des spécialités et des mentions qui n’étaient pas dans nos choix ou dans la vision de notre projet professionnel, ou est la création la philosophie des études afin d’avoir des projets, développer chercher etc… en bref si on avait le niveau comme au anciens temps on aura pas a refaire une année d’étude que ce sois L1, L2 ou Master etc… une fois dans un pays étranger, n’ayez pas comparer l’Algérie au Cameroun, mais comparez l’Algérie au Canada, car on vaut bien mieux que ça…. merci.




    0



    0
    Safiya
    13 décembre 2013 - 9 h 16 min

    Qu’arrivent-ils à tous mes
    Qu’arrivent-ils à tous mes posts matinaux ? Sauf celui de l’édito de M. Abdelmoumen a été publié…




    0



    0
    Safiya
    13 décembre 2013 - 6 h 11 min

    @ Brahim Haddou
    Vous vous

    @ Brahim Haddou

    Vous vous trompez certainement d’époque, l’Université aujourd’hui n’est que l’ombre de celle qui existait hier. Un test que vous pouvez faire : mettez face à face un ancien universitaire et un actuel, vous aurez la réponse de l’indigence et de la parodie de l’enseignement de l’Université que vous encensez.

    Est-ce que el afkar rahi taghli de nos jours ? L’apprentissage du « par coeur » fait loi depuis la première rentrée scolaire jusqu’à la fin de son cursus, ce qui atrophie l’esprit et le prive de la capacité de réfléchir par soi-même. Alons, allons, monsieur, un peu de sérieux…




    0



    0
    Safiya
    13 décembre 2013 - 6 h 02 min

    @ Ness Maascar
    Vous insultez

    @ Ness Maascar

    Vous insultez la mémoire d’un grand homme intègre, grand et digne héritier de notre ancêtre el Amir Abdelkader. Renseignez avant de proférer des insanités ce qu’étaient l’école et l’université du temps de Feu Houari Boumediene. Honte à vous !




    0



    0
    Safiya
    13 décembre 2013 - 5 h 57 min

    @ 00213
    Merci infiniment,

    @ 00213

    Merci infiniment, frère, pour ce précieux lien qui m’a permis d’en voir une autre : https://www.youtube.com/watch?v=oGva_e2GEHY

    Depuis, je rêve à un réajustement, à un correctif car ch3b fqad dawla wa dakera wa qrib yefqad lebled, listighlal smasriya combiné à listighlal al adjnabi en voie d’être l’y mène sûrement.

    « Ina qoulna bi enna tariq al haqiqi li nasr houwa tahakoum fi al massayer, houwa listiqlal essiyassi, ya3ni koul khayrat al bilad, wel youm semch mine tal3at, tal3at 3ala nass el koul ».

    Ces mots devraient faire l’objet d’un livre intitulé « Citations pour l’avenir »




    0



    0
    Patriotique
    12 décembre 2013 - 21 h 17 min

    @Safiya, merci pour votre

    @Safiya, merci pour votre commentaire. Le site est en effet en phase de restylage. Les aspects techniques dont vous parlez sont également pris en considération dans les changements qui vont être opérés. Nous sommes désolés pour ces désagréments. AP




    0



    0
    Safiya
    12 décembre 2013 - 19 h 39 min

    @ AP
    Vous devriez faire

    @ AP

    Vous devriez faire quelque chose pour résoudre ce problème de disparition de page, c’est usant à la fin, je viens encore de perdre deux fois mon post. Faites quelque chose je vous en conjure. C’est usant autant physiquement que pour les nerfs !




    0



    0
    tahar 19000
    12 décembre 2013 - 19 h 18 min

    il ne faut pas Oublier les
    il ne faut pas Oublier les DEUA ils ont aussi BAC+3 SINON sa sera de la ségrégation.




    0



    0
    Brahim Haddou
    12 décembre 2013 - 16 h 41 min

    l’université algérienne
    l’université algérienne avance sur le bon chemin, il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut rien voir. idem dans les classements internationaux où l’université mentouri de constantine dépasse des universités américaines, allemandes et canadiennes et est l’université la mieux classée du maghreb sur l’échelle internationale. on se tue à ne cesser de vous répéter cet exemple édifiant. alors à l’avenir, mentionnez de exemple de détail au lieu d’avoir la mauvaise foi de brosser un tableau noir qui n’a pas lieu d’être fait, tant l’université algérienne a considérablement bien évolué. l’université algérienne s’est toujours mieux portée que chez nos voisins. ce n’est pas fortuit s’il y’a autant d’étudiants africains chez nous, l’algérie compte le plus d’étudiants africains au maghreb et ce, parce qu’ils savent que le système universitaire algérien est de meilleure aloi en afrique du nord. l’algérie est le pays de la réussite africaine pour les étudiants étrangers africains dans notre pays. il y’a de quoi pavoisser quand entend des dirigeants de guinéee, angola et senegal par exemple, se féliciter que notre pays ai formé leurs cadres. on n’a jamais entendu ces louanges concernant les sytèmes universitaires chez nos voisins.




    0



    0
    Ness maascar
    12 décembre 2013 - 14 h 10 min

    D’abord Boumedieme n’avait
    D’abord Boumedieme n’avait aucun niveau comme l’actuel President et c’est lui qui voulait la quantité sans qualité………et nous a mis dans cette m……..
    Ce décret devait être signé par le ministre de l’enseignement supérieur Med Mebarki……bizarre on ne cite pas une seule fois son nom. le pauvre pourquoi?




    0



    0
    00213
    12 décembre 2013 - 12 h 52 min

    Regardez la photo de
    Regardez la photo de l’article.
    Houari aurait eu honte que l’on nomme cette université à son nom.
    Je le répète inlassablement et cela peut paraitre aberrant pour certains, surtout dans un pays où on est incapable de fabriquer un marteau :
    Mais ceux qui ont eu la chance d’intégrer les grandes écoles ou les firmes internationales de par le monde, on put constater que Dieu nous avait doté d’une intelligence supérieure à la moyenne, en observant les algériens redoutablement brillants dans leurs domaines de compétences.
    La matière est là, il suffit juste de la travaillée en commençant par l’encadrée correctement.
    .
    Cadeau nostalgique pour mes compatriotes :
    https://www.youtube.com/watch?v=Gnn_2DTfwjE




    0



    0
    Rachid
    12 décembre 2013 - 12 h 14 min

    Comment voulez vous que le
    Comment voulez vous que le niveau s’élève alors que même certains enseignants universitaires ne savent même pas s’exprimer en français et ne parlons pas des étudiants c’est la cata, de plus comment se fait il qu’avec toutes ces grèves où certains cancres ferment nos facultés on valide des semestres avec 4 semaines d’enseignement effectif? Notre université est moribonde, je me rappelle dans les années 70 á l’USTHB certains coopérants français venaient spécialement pour y finaliser leur thèse de doctorat et profiter du matériel scientifique qui s’y trouvait, de même que presque toute l’Afrique envoyait des étudiants poursuivre leurs études , en conclusion je dirais que c’est l’arabisation cent pour cent qui a achevé l’université algérienne




    0



    0
    Abou Stroff
    12 décembre 2013 - 10 h 30 min

    « La place occupée par les
    « La place occupée par les universités algériennes dans les classements internationaux montre que leur niveau est encore faible. » dixit K. M.. grâce au dévouement de notre bienaimé fakhamatouhou et de son suppléant (sellal, en l’occurrence), le décret qui va être signé portant équivalence entre la licence de 4 ans de l’ancien système et la licence de 3 ans du système LMD permettra aux universités algériennes de se placer au même niveau que Harvard ou Yale ou Oxford. en effet, chacun sait qu’en algérie, c’est la forme qui compte et jamais le contenu. ainsi, si la marabunta qui nous gouverne décide qu’une licence de 3 ans est équivalente à une licence de 4 ans, pourquoi chercher midi à quatorze heures? de toutes manières, l’activité scientifique, les études, le travail créateur de valeur, etc. sont des notions étrangères à la culture dominante. tant que les ounboubs pétrolier et gazier (et bientôt « schistier ») fonctionnent et que la rente est déversée sur la populace pour qu’elle ne perturbe pas l’activité de prédation à laquelle s’adonne goulument la marabunta qui nous gouverne, l’université continuera à produire des diplômés analphabètes sans mettre en péril la reproduction de la société. la vie, n’est elle pas belle en algérie?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.