Pouvoir ou DAB(*) ?

Par Karim Bouali – Alors que le débat semblait toujours en cours autour de la question de la deuxième session pour les deux épreuves phares du système éducatif qui permettent l’un – la 6e – l’accès à l’enseignement moyen et l’autre – le bac – à l’enseignement supérieur, le ministère de l'Education annonce une séance de rattrapage pour l’examen de 6e en raison de la faiblesse du niveau, mais décide, dans le même temps, d’accorder des promotions en faveur de 25 000 enseignants. Il y a comme une contradiction entre ces deux mesures. Comment peut-on récompenser des enseignants tout en reconnaissant implicitement que leurs performances sont médiocres ? Où est l'obligation de résultat ? En distribuant l'argent à tort et travers, le pouvoir actuel a-t-il demandé un effort en contrepartie ? Rien ! En fait, tout ce qui a été fait depuis 1999 visait à pérenniser le système et maintenir le pouvoir en place par la «corruption» de deux millions de fonctionnaires, donc de voix aux élections, et de faire amende honorable auprès d'eux, vu les augmentations mirobolantes accordées aux cadres supérieurs de l'Etat, aussi indécentes qu'injustifiées, sous l'impulsion de Bouteflika, créant de fait une caste de privilégiés sans mérite aucun. SNMG : 18 000 DA ; salaire des hauts fonctionnaires de l’Etat : entre 500 000 et 600 000 DA, soit plus de 25 fois le SNMG ! Où est la justice salariale, s’il en existe une ? Il y a quelques années, les responsables de la Fonction publique avaient promis un système salarial motivant et incitatif pour attirer les compétences et les qualifications dans des secteurs comme l’enseignement, qui est stratégique pour le pays. Il était question de valoriser les ressources humaines et de réhabiliter la formation. Mais entre-temps, les considérations politiques et électoralistes ont pris le dessus. L’ampleur prise par le phénomène des cours de soutien dès le primaire et à tous les paliers de l’enseignement est un indicateur probant des mauvais résultats dans ce secteur. Alors, où sont les compétences que l’on veut attirer ?
K. B.
(*) Distributeur automatique de billets.

Comment (6)

    selecto
    22 décembre 2013 - 5 h 39 min

    Il y aussi le scandale caché
    Il y aussi le scandale caché des salaires des secrétaires des institutions algériennes en France comme l’ambassade, les consulats ou le centre culturel algérien où la secrétaire quasi analphabète touche plus de 4200 €.
    La particularité de ces secrétaires intouchables c’est leurs itinéraires personnelles, la plupart sont des demoiselles de plus cinquante ans (…).
    Elles décident de presque tout.




    0



    0
    Patriot
    21 décembre 2013 - 17 h 17 min

    @anonymous: oui entierement d
    @anonymous: oui entierement d accord avec vous, mais je vous demande de considerer que le pétrole et le gaz naturel ne se comportent pas de la même façon lorsqu’ils sont déversés dans l’environnement. Le pétrole brut peut se répandre rapidement, surtout dans l’eau, et est inflammable dans certaines conditions. Il est nuisible pour l’environnement et peut s’infiltrer profondément dans le sol, ou
    couler jusqu’au fond de l’eau, ce qui rend sa récupération difficile. Un équipement spécialisé est nécessaire au nettoyage des déversements de pétrole. Le gaz naturel est plus léger que l’air et tend donc, plutôt que de se répandre sur la terre ou dans l’eau, à se
    dissiper rapidement et sans danger dans l’air, ce qui rend sa récupération inutile. Donc si vous torpediez nos DAB, commencez svp par le gaz et nos DAB partirons car ils sauront que vous pouvez torpedier le petrol.




    0



    0
    Anonymous
    21 décembre 2013 - 14 h 31 min

    Il n y a qu un seul moyen
    Il n y a qu un seul moyen pacifique pour liberer le pays de la mafia, peut couteux et efficace: stoper (empecher par le sabotage) l exportation des hydrocarbures. Cette pause forcee, qui fera voyager le pays vers un future qui n est plus loin (l epoque de l apres petrol) non seulement poussera la mafia a faire un choix entre depenser l argent amasser pour vivre entre un peuple affamé ou foutre le camp vers la patrie ou ils ont transferer le butin. Faire la guerre au deux mafia (politique et militaire) n aboutira jamais a la construction de cet etat que les algeriens attendent depuis 1962.




    0



    0
    zarzor
    21 décembre 2013 - 11 h 19 min

    de 18 000 á 600 000 dinars
    de 18 000 á 600 000 dinars il faut etre un aveugle pour ne pas voir ce qui se trame derriere les rideaux .
    tout est dicté dirigé par un main de fer imperiale contre la nation
    toujours pour le meme profit et par le meme systeme sauf cette fois refait , sophistiqué et teleguidé
    c est exactement ce qui se pratique actuellement contre les peuples européens ..
    et plus particulierement en europe de l est ou les peuples sont reduits á l age primitif et precaire
    l algerie d aujourd huit est encore une fois de plus en face de son histoire 54 -62
    ainsi soit la realité..




    0



    0
    MACIZEL
    21 décembre 2013 - 11 h 16 min

    C’est un DAB en arabe!
    C’est un DAB en arabe!




    0



    0
    Abou Stroff
    21 décembre 2013 - 10 h 25 min

    « En fait, tout ce qui a été
    « En fait, tout ce qui a été fait depuis 1999 visait à pérenniser le système et maintenir le pouvoir en place par la «corruption» de deux millions de fonctionnaires… ». tout est dit dans cette phrase sublime. en effet, notre bienaimé fakhamatouhou, contrairement au discours officiel et à la prose des laudateurs (genre sellal ou saadani ou….), n’a jamais eu de projet concret pour l’algérie. les faits sont là, ils sont tétus et il n’est nul besoin de disserter. notre bienaimé fakhamatouhou national a toujours eu un seul projet qui se réduit à occuper le koursi présidentiel jusqu’à ce que mort s’en suive. maintenant que fakhamatouhoum est impotent, ceux qu’il a couvé de sa mansuétude (c’est à dire ceux qui ont profité de la politique de la prédation à outrance que fakhamatouhou et sa clique de mercenaires ont mis en place) veulent garder la momie pseudo-vivante le plus longtemps possible pour qu’ils finissent de remplir leurs besaces. dès que leurs arrières seront convenablement assurées, la clique qui sert de cour à boutef disparaitra du devant de la scène et un nouveau fakhamatouhou sera présenté au peuple qui l' »élira ».




    0



    0

Les commentaires sont fermés.