Retour des émeutes : y a-t-il de la manipulation ?

L’année 2013 s’achève sur une note peu optimiste. Les émeutes sociales couplées aux violences interethniques reviennent de plus belle, n’augurant rien de bon pour l’avenir. En l’espace de quelques jours, une dizaine de wilayas ont sombré dans des violences aux motifs divers. La capitale vit depuis quatre jours au rythme d’émeutes qui affectent principalement la banlieue est et sud-est. Certaines de ces poches de tensions sont nées d’un mécontentement populaire quant à la manière avec laquelle les logements sociaux vont être distribués. Autrement dit, de nombreuses personnes – ayant eu à demander un logement de ce type – qui n’ont pas figuré sur la liste des bénéficiaires ont vite réagi de manière épidermique en occupant la voie publique et se lançant ainsi dans une confrontation directe avec les services du maintien de l’ordre. D’autres sont sortis dans la rue pour dénoncer l’absence de gaz par-ci, de l’eau par-là. Bref, des protestations contre des problèmes qu’on vit tous les jours et depuis très longtemps. Le même climat règne dans d’autres régions du pays. A Ghardaïa, le sempiternel conflit entre Mozabites et Arabes ressurgit fortement. Les affrontements de mercredi et jeudi ont fait près d’une centaine de blessés. Et ça risque de se poursuivre ce week-end en raison de la haine cultivée entre les deux communautés qui peuplent la vallée du M’zab. Le retour des émeutes un peu partout à l'approche de la convocation du corps électoral et de l'annonce officielle des candidatures à la présidentielle d’avril prochain est-il normal ? Sont-elles des émeutes spontanées ? Difficile d'y croire. Cela pour la simple raison que les motifs invoqués par les manifestants ont toujours existé. S’agit-il d’actes de manipulation ? Dans ce cas, qui serait derrière ? Quel en est l'objectif ? Autant de questions que suscitent ces tristes scènes de violence, de casse et de vandalisme qui nous rappellent, au grand jour, notre triste condition socioéconomique, politique et culturelle. L’Algérie, si elle a vaincu vaillamment le terrorisme, est toujours sur une poudrière sociale, alimentée par l’improductivité nationale à tous les niveaux et parfois ravivée par les «vents qui soufflent» de l’étranger.
Sonia B.
 

Comment (31)

    Aghioul
    28 décembre 2013 - 7 h 53 min

    Non il n ya pas de
    Non il n ya pas de manipulation: le peuple a marre. (…)Il faut nettoyer ce pays qui doit revenir a ses vrais enfants. Les puissances occidentales qui soutienne ce regime en s´enrichissant sur nos dos auront a s´expliquer et a rembourder tout l´argent qu´ils sont entrain de voler au peulple




    0



    0
    Anonyme
    28 décembre 2013 - 3 h 46 min

    Pourquoi ? Qui a dit que les
    Pourquoi ? Qui a dit que les algériens vivaient dans le plus développé, le plus démocratique, le plus juste et le plus paradisiaque des pays de la planète pour qu’ils leur soit à ce point interdit de contester ou de dénoncer leur situation précaire et inhumaine pour certains ????
    Est-ce que c’est parce que c’est Sellal qui l’aurait déclaré ou Bouteflika qui l’aurait décrété ?!
    Ana3lou echitane ya djma3a ! Je ne sais pas où vivent certains, mais nous, nous vivons en Algérie et nous vivons la dure réalité au quotidien !
    Et si les gens se révoltent, c’est loin d’être qu’un simple caprice ! Et plus nous faisons l’autruche, les sourds et aveugles… plus la vague de protestation sera sans merci !
    À bon entendeur salut !




    0



    0
    DADY
    27 décembre 2013 - 23 h 20 min

    le FFS a essayé Kameleddine
    le FFS a essayé Kameleddine fekhar croyant naivement s etre introduit dans l antre de l orgre qu est le pays m’zab il a vite viré de ses rangs avant qu il ne la mange et detruit son image d e marque sur le reste du pays.
    Mais la LADDH du senile ali yahia et de Kamel Daoud ont repris la releve et l ont intronisé defensseur des droits de l homme au SUd alors qu il ne defend meme pas les interets de sa communaute mais agit pour le compte de ceux qui s acharnent sur le pays pour l imposer.Kameleddine ou plutot nakseddine n est pas le seul manipule par la laddh mais il ya aussi des extremistes targui a illizi et arabophone a ouargla avec le « jahel » de tahar belaabes.
    On encourageant les gens de Sud a la manisfestation soit disant pour le droit au travail alors que le probleme est plus que lourd dans tout pays sauf dans certaines grenda ville comme TIZI et BOUGIE qui n ont jamais manifeste pour le travail mais pour zidouna encore et encore des projets de developpement les agissements nefastes de la LADDH s est retourne en premier lieu contre les kabyles car les jeunes du SUD ne veulent plus que les kabyles viennent leur prendre leur travail.jusqu a faire reagir nord hamouda qui s est offusque et avait declare que l algerien est libre de travailler la ou il veut.




    0



    0
    kanyamacan
    27 décembre 2013 - 19 h 41 min

    Salem allikoum ya ouma
    Salem allikoum ya ouma mouhtarama
    Le peuple se gave de voitures de bisness de tout genre , les étudiants attendent leurs destins faute de place dans les mastère , les parents unissent les 2 bouts pour nourrir les futurs haitistes aspireurs de colles à défaut de coke , les appartements flambent avec vue sur déchetterie ; où es ibn khaldoun ina elle oumou madrasatoun , où es ce peuple vaillant qui es crispé sur lui-même à consommer , où sont les écoles du savoir , les bibliothèques et les cinémathèques:où es le Obama algérien qui sortira le peuple des ténèbres :
    Jeunesse réveille toi




    0



    0
    Anonyme
    27 décembre 2013 - 10 h 47 min

    Tant que ce clan est au
    Tant que ce clan est au pouvoir, jamais l’Algerie ne connaitra de paix ou de prospérité. Ce clan trouve ses racine ailleurs.




    0



    0
    Algerois
    27 décembre 2013 - 10 h 32 min

    En Algèrie, les choses sont
    En Algèrie, les choses sont claires,le peuple et l’état sont corrompus.

    SALUTATIONS!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.