Déclarations contradictoires

Par Kamel Moulfi – Les opposants, «à tout prix», à la tenue des élections du 17 avril et les partisans du quatrième mandat pour le président Bouteflika, prêts, eux aussi, à tout cautionner, se disputent sur l’interprétation à apporter à la position, à l’égard de ce scrutin, exprimée par l’Union européenne qui, soit dit en passant, a su fermer les yeux sur les voyous qui ont fait tomber le gouvernement ukrainien légitime, à partir de la rue, à Kiev. La polémique dans certains médias se déroule sur fond de déclarations contradictoires, l’une émanant du ministère des Affaires étrangères qui affirme qu’une invitation en bonne et due forme a été transmise à l’UE pour envoyer une mission d’observateurs pour l’élection présidentielle, l’autre de la Commission européenne qui prétend que l’Algérie n’a pas envoyé d’invitation dans les délais. Mais l’UE sait être prudente, puisqu’elle sera tout de même représentée dans cette opération électorale par deux experts qui s’occuperont précisément des aspects techniques et auront pour consigne de ne pas interférer par des interventions publiques sur ce processus. Pour le ministère des Affaires étrangères, l’honneur est sauvé par la présence de 400 observateurs étrangers, essentiellement arabes et africains, qui auront à valider la transparence des opérations de vote et la sincérité des suffrages exprimés, en quelques mots prévenir toute contestation des résultats au motif de fraude une fois le nom du nouveau président connu. C’est là que se trouve l’explication à la prudence de l’UE qui se prête, en fait, à un double jeu. Faire croire qu’elle ne soutient pas une élection qui pourrait reconduire Bouteflika pour un quatrième mandat, alors que les associations algériennes parrainées par l’UE s’y opposent. Et ne pas froisser le pouvoir, car on ne sait jamais… En fait, la grande incertitude concerne l’après-17 avril, dans la mesure où il semble bien que les troubles envisagés pour empêcher le scrutin aient peu de chances de se produire. Restera l’après…
K. M.
 

Commentaires

    qu'importe
    28 mars 2014 - 22 h 08 min

    Après si le futur
    Après si le futur gouvernement renonce à courir derrière l’omc double ou triple les taxes sur les produits européens et rompt les accords d’association avec l’ue Ils hurleront comme des vampires .




    0



    0

Les commentaires sont fermés.