A part ce qui ne va pas

Par M. Aït Amara – Tout n’est pas négatif dans ce qu’il se passe actuellement en Algérie. La psychose qui se serait emparée de nos concitoyens, à cause de nous, les médias, ne trouve pas une réelle traduction sur le terrain. Contrairement à ce que certains rabâchent sur une supposée panique générale, est difficilement perceptible dans la vie de tous les jours des Algériens. Hormis les files d’attente dans les stations-service – ces files n’étaient d’ailleurs pas aussi longues qu’on eût pu l’imaginer –, il n’y a pas eu de rush sur les magasins et autres marchés pour s’approvisionner plus que de raison en produits de première nécessité. La preuve en est qu’il n’y a pas de pénurie de denrées alimentaires. Aussi, au lieu de se focaliser sur cette «angoisse» de l’après-17 avril, il serait plus judicieux de relever les nombreux éléments positifs nouveaux induits par cette course à la présidentielle de 2014. Parmi ces éléments, il y a lieu de citer en premier le sursaut de la société civile, en hibernation depuis la victoire de la République sur les tenants du discours violent et extrémiste, grâce à l’intervention directe des forces de sécurité, à une politique de réconciliation entamée par le président Zeroual au milieu des années 1990 et, surtout, à la persévérance et au courage de la population qui a affronté les hordes terroristes en leur opposant un stoïcisme qui a fini par les vaincre. Depuis l’annonce de la candidature du président sortant à un quatrième mandat, les citoyens, jusque-là dégoûtés de la politique et révulsés par des politiciens ravagés par l’égocentrisme, se sont réveillés de leur longue léthargie et ont pris sur eux de participer au débat, chacun à sa manière. Ce réveil, un peu tardif mais bienvenu, s’est exprimé sous plusieurs formes. Aux manifestations pacifiques se sont greffés une utilisation massive des réseaux sociaux pour dénoncer l’usurpation du pouvoir par un clan et un retour au débat politique dans la rue. C’est donc sous cet angle-là qu’il faudra regarder les événements qui se déroulent en Algérie en ce moment. Un angle fortement positif qui augure d’un regain d’intérêt certain de la société civile pour le mode de gouvernance qu’elle choisira elle-même par les urnes et qu’elle ne sera plus obligée de subir par crainte de retourner aux années noires du terrorisme, vain épouvantail brandi par ceux qu'un changement pour le bien de tous embarrasse.
M. A.-A.

Comment (15)

    hmimed
    21 avril 2014 - 16 h 32 min

    Salam alikoum,
    Ana des fois

    Salam alikoum,

    Ana des fois wellah je ne comprend rien !

    Ya ceux qui parlent de nécessité de changement, mais il parlent aussi de stabilité. Y en a aussi qui espèrent que les traîtres qui nous gouvernent depuis 1962 vont aussitôt avoir la révélation (el wahye), et commencer à réfléchir à la construction de la nation.

    Wellah ça me rappelle ceux qui, avant insurrection armée de 1954, pensaient encore naïvement qu’ils allaient obtenir pacifiquement leurs droits et leurs libertés en les demandant gentiment aux gentils Français…yaw efetnou ya djma3a, ces gens la sont des criminels et des traîtres, ils n’ont pas un gramme de patriotisme, c’est des descendant de harkis, ils ne vous écouteront pas !

    Quand à ceux qui parlent de la fameuse décennie noir ou à cause de l’insurrection populaire on a tous souffert et qu’on veut absolument pas revivre ces épreuves! Faux !

    Avant tout si la décennie noir a eu lieu, ce n’est ni a cause de 88, ni a cause Ali Belhadj, ni même a cause des afghans ! La vrai seule raison s’appelle: la chute du prix du pétrole qui a toute suite divulguer la gestion catastrophique de l’économie Algérienne combinée à la corruption qui a d’ores et déjà pourri l’Algérie. Donc arrêtons de tous mettre sur le dos de Ali Belhadj et ses amis.

    Le problème de ceux qui ne veulent pas manifester maintenant sous prétexte de crainte de ce fameux chaos, je vous rappelle que le pétrole va connaitre une chute brutale dans les prochaines années, et à ce moment la, les gens auront faim, et la, c’est pas juste une décennie noir qu’on vivra, c’est la disparition du pays !

    Bon cela est mon avis, wa allahou A3lam

    peace.




    0



    0
    Lemdigouti
    18 avril 2014 - 6 h 00 min

    )))) @ Par Anonyme (non
    )))) @ Par Anonyme (non vérifié) | 17. avril 2014 – 21:34 )))))
    Le brouillard tu dis !!!
    REGARDE BIEN…IL EST LA TON BROUILLARD

    http://youtu.be/VvJT1JQdsfU




    0



    0
    Anonyme
    17 avril 2014 - 20 h 34 min

    la sagesse nous permet de
    la sagesse nous permet de nous écouter et faire avancer ce pays:certains veulent la destruction pour rester dans le brouillard.




    0



    0
    Anonyme
    17 avril 2014 - 16 h 34 min

    A part ce qui ne va pas.
    VOTÉ

    A part ce qui ne va pas.
    VOTÉ EN CHAISE ROULANTE.??????????????????????????????????????




    0



    0
    qu,importe
    17 avril 2014 - 14 h 59 min

    depuis décembre je n,avais
    depuis décembre je n,avais pas remis les pieds a kahwet chergui (et non pas café comme écrivent certains canards boiteux francophones français au contraire des francophones algériens natifs de cette endroit);agréable surprise que la route ai changée tant si vite ,le tramway qui y arrive depuis mercredi, c,est du changement visible concret palpable et pratique, .Ce matin au centre de vote (8 bureaux dans un école )ambiance détendue avec les palabres habituelles ,peace and full. le pays profond est serein .




    0



    0
    Sawt -Pat
    17 avril 2014 - 13 h 59 min

    Heureusement que l’armée
    Heureusement que l’armée -quoi que l’on puisse dire ou penser à raison ou à tord est sur tous les fronts et veille sur la maison Algérie propriété des Algériens (un journal web a indiqué que le conseil National de sécurité se serait réuni et que l’état d’urgence aurait été décrété )
    dont les  » gouvernants civils  » se remettent de leurs marathons !
    Est-ce que les « élus » du peuple des deux chambres sont toujours là ?




    0



    0
    Thidhet-kan-Ayahviv
    17 avril 2014 - 11 h 37 min

    @ 00213
    Tu penses que « Pour

    @ 00213

    Tu penses que « Pour les émeutes tant attendu : Pas de souci car le baril est à 109 dollars. » Vous êtes donc si désolé, si triste, si malheureux de penser que les émeutes ne vont pas avoir lieu? Je suppose que c’est ta façon d’être intelligent et de nous montrer que vous avez tout compris?




    0



    0
    Nassima
    17 avril 2014 - 10 h 53 min

    A revoir toutes les
    A revoir toutes les conséquences des conflits post électoraux en Afrique :Depuis 1990 en Libéria , en Somalie,en ,au Kenya et au Zimbabwe , en Sierra Leone, en République , au Sudan,au Congo en 2011 , au Nigeria pour ne pas oublier que la violence n´engendre que le chaos
    1.déchirement du tissu social
    2-déplacement de la population avec son lot de réfugiés
    3-dislocation et affaiblissement des institutions de la république
    4-les milliers de morts
    5-le chaos total

    La prévention de tout conflit, nonobstant le prix qu’il peut exiger, vaut mille fois qu’une phase de gestion de conflit, de reconstruction ou de transformation de conflit : la paix oblige. Investir dans l’avant scrutin, est la clé pour la prévention des conflits post électoraux. Sans cela, il sera inopportun de réclamer, ou de protester contre un quelconque résultat. S’il y a à protester, cela ne doit se faire beaucoup plus qu’en amont
    -Aristote a fait le lien entre l’éducation et la vie civique :
    « Mais le plus grand de tous les moyens … pour assurer la stabilité des institutions … c’est un système d’éducation qui convienne aux Constitutions » (Politique V vii 20).
    la société civile a un rôle très important à jouer, en amont; celui de veiller effectivement et efficacement sur tout le processus électoral,cette tache n´est pas reservée seulement aux partis au pouvoir .

    Merci Monsieur le journaliste M.A Ammara pour votre article .

    VIVE L´ALGÉRIE




    0



    0
    00213
    17 avril 2014 - 9 h 57 min

    Absentéisme record !
    10 à 15

    Absentéisme record !
    10 à 15 % de participation à l’étranger et peut être 30% en Algérie dans le meilleur des cas.
    Ce matin les bureaux de vote sont désert et même les fonctionnaires FLNesques ne prennent plus la peine de participer à la comédie électorale.
    .
    Pour les émeutes tant attendu :
    Pas de souci car le baril est à 109 dollars aujourd’hui donc on peut payé les militaires, les policiers, l’électricité, les subventions, l’ANSEJ, la bouffe, l’AADL, le lait, la viande, l’oxygène, le soleil, etc.
    .
    En ce qui concerne l’implication citoyenne, je dirais plutôt qu’on refait le monde uniquement sur internet avec une majorité d’Algériens qui vivent à l’étranger et qui délaissent les problèmes de l’Algérie dès qu’ils ont passé le pas de la porte pour aller travailler durement.
    Ils sont donc à l’abri de la hogra, de la misère et des maladies et ne se risqueront jamais à s’impliquer concrètement dans un système à perte qui tourne en vase clos.
    De plus les algériens ne sont plus dégoutés par la politique (ou plutôt le business étatique), ils sont passés à une autre étape : La haine.
    Mes cousins ne parlent que de filon pour harrag en Europe et mes cousines attendent désespérément de se marier avec un émigré qui les fera fuir à l’étranger.
    Dans la tête de tout les algériens il n y a jamais l’Algérie dans leur projet.
    Même la royauté du Club des Pins préfèrent fuir à l’étranger.
    .
    La flopée de reportages et de documentaires, sur la situation exécrable du pays, qui alimentent les télés du monde en ce moment m’avait dans un premier temps écœuré.
    Mais malheureusement c’est la triste RÉALITÉ et il faut l’accepté.
    Récemment j’ai encore vu un « fils de » en Porsche Cayenne à 1 milliard doublé et klaxonné outrageusement un pauvre vendeur de légume en charrette avec un âne…




    0



    0
    Anonyme
    17 avril 2014 - 9 h 43 min

    dénoncer l’usurpation du
    dénoncer l’usurpation du pouvoir par un clan dites vous????

    UN PEU DE RESPECT POUR LE DROIT DE VOTE SOUVERAIN DU PEUPLE ALGERIEN !!




    0



    0
    louizette
    17 avril 2014 - 9 h 10 min

    @lemdiguouti
    Belle synthèse.

    @lemdiguouti
    Belle synthèse. In chaalah ikatar men lemdigoutine « positifs » ki haltek.
    Vive l Algérie.
    Ps. On doit donner du fil à retordre avec notre syncrétisme linguistique! Mais hnaya nafahmou baadana et aujourd’hui c est ce qui compte.




    0



    0
    Lemdigouti
    17 avril 2014 - 8 h 17 min

    Cette période dans la vie de
    Cette période dans la vie de notre pays changera beaucoup de choses. Beaucoup plus que ne le pense les tenants du pouvoir.
    Un vent d’espoir a commencé à souffler au point ou le système s’est fissuré. Il a paniqué malgré sa position dominante et la puissance des forces répressives dont il dispose. Il sait qu’au prochain coup la bâtisse tombera en ruines.
    Il n’est pas aussi fort que çà si une bande de 11 à 13 personnes a pu faire bouger ses fondements au point ou son bouclier de protection représenté par le général issu du village commun a mis les gros moyens pour faire taire toute forme de dénonciation.
    La réaction du pouvoir face aux 11 à 13 personnes rappelle étrangement ce qui avait été dit en 1988 : un chahut de gamins. Et on a vu ce qu’a donné la protesta de ces gamins. Elle a ouvert les portes au multipartisme. Aujourd’hui à l’heure d’internet, du développement, de la mondialisation les jeunes algériens ne ressemblent en rien aux jeunes qui avaient crié leur raz le bol en octobre 1988. Ils sont plus exigeants, plus fermes pour être écoutés, plus imaginatifs ; pour preuve les réseaux sociaux où ils démontrent si besoin en est leur degré de maturité, de responsabilité et surtout leurs capacités à analyser, à réagir, à caricaturer, à dénoncer…Un don qu’envierait le plus démocrate des jeunes occidentaux.
    Voilà l’Algérie qui s’imposera après ce 17 avril et ce quel que soit le résultat même si aucune illusion n’est permise la collusion entre mafias aux intérêts réciproques ayant été mise en place depuis un certain mois d’avril 1999.




    0



    0
    Berbericus
    17 avril 2014 - 8 h 10 min

    Oui, même dans le monde de la
    Oui, même dans le monde de la presse, il n’y a pas que des croquemitaines… il y a aussi ceux qui sourient à la vie. Et la vie va leur sourire ainsi qu’à leurs journaux.
    Merci M. Ait-Amara pour cette leçon d’espoir et de civisme surtout. http://www.malikamin.net




    0



    0
    louizette
    17 avril 2014 - 7 h 57 min

    Oui mr ait amara. La dernière
    Oui mr ait amara. La dernière fois que j ai été voter c etait en faveur du President ZERROUAL .Depuis je reconnais ne plus m être investie. .
    Aujourd’hui je vais voter parce que je mesure cette fois l ampleur des enjeux. Je ne peux accepter que l ALGÉRIE de mon coeur soit gérée par un malade quelque soit,par ailleurs,ce malade.
    Les enjeux sont tres importants et l algerie ne peut être gouvernée par procuration.
    Allons voter citoyens et dans le calme. Monttons au monde qui nous observe que noud sommes une nation civilisée.




    0



    0
    Antisioniste
    17 avril 2014 - 7 h 05 min

    Salamou 3alikoum
    Tout à fait

    Salamou 3alikoum

    Tout à fait d’accord avec vous, nous pouvons aisément voir de nos yeux et comprendre par nos esprits qu’une dynamique sociale positive a était enclenché « involontairement » par les tenants du pouvoir dès l’annonce de la candidature de celui qui va sortir officiellement aujourd’hui non pas en tant que vainqueur de ses élections, mais il va sortir définitivement de la vie des algériens et algériennes lui et ses valets laquais etc… Car ils/elles ne pourront plus jamais vendre un chocolat.
    Bonne journée à toutes et à tous, je vais aller voter Benflis !




    0



    0

Les commentaires sont fermés.