Vous jouez avec le feu !

Par R. Mahmoudi – Pour ceux qui espéraient que le pouvoir n’oserait plus rééditer les mascarades électorales qu’a connues l’Algérie jusqu’ici, ou n’aurait plus tous ses ressorts pour frauder l’élection du 17 avril dans les proportions staliniennes qu’on a vues, le sentiment d’amertume ne doit pas avoir le dessus sur le désir de changement qui reste, contrairement à ce qu’affichent les chiffres fantasmagoriques de Tayeb Belaïz, majoritaire dans la société. Car ces résultats, qui permettent à un président impotent de diriger le pays pour un nouveau mandat, étaient prévisibles dès les premiers jours, c’est-à-dire dès l’annonce de sa candidature dans les circonstances que l’on connaît. Toutes les expériences – anciennes ou récentes – dans le monde arabe, prouvent qu’aucun changement politique salutaire n’est possible par le biais des élections. Toutes ont buté sur une volonté de survie imparable des oligarchies en place. Le régime algérien ne fait pas exception. Mais ce régime ne joue-t-il pas avec le feu en fermant ainsi les portes à tous les appels au changement pacifique et démocratique dans le pays et en refusant toute alternative pouvant émaner même de ses anciens serviteurs ? Ali Benflis, qui vient d’en faire l’expérience pour la seconde fois en dix ans, a conclu qu’aucune solution n’était possible de l’intérieur de ce système qu’il sait sclérosé et foncièrement antidémocratique. Il n’a pas appelé à l’insurrection, comme certains de ses partisans ou de ceux qui ont l’habitude de nager en eau trouble l’auraient souhaité. Cela n’est pas une preuve de roublardise ni de soumission, loin s’en faut. Pour autant, Ali Benflis n’a pas le droit de fuir ses responsabilités, cette fois-ci. Son idée de créer un «grand rassemblement» pour poursuivre son projet, peut aider à la remobilisation de la classe politique et de la société et jeter les jalons d’une véritable alternative démocratique qui peut, à la longue et avec la contribution de toutes les forces saines, épargner au pays un changement de régime à la libyenne ou à l’égyptienne. Ce serait une erreur de croire que le pays est définitivement prémuni contre un tel péril. Avec la célébration d’un régime de présidence à vie, nous y entrons de plain-pied.
R. M.

Comment (22)

    Nassima
    20 avril 2014 - 14 h 30 min

    Antisioniste (non vérifié) |
    Antisioniste (non vérifié) | 20. avril 2014 – 13:59

    non justement il ne faut pas penser ainsi ,ce n´est pas bien ce fatalisme négatif ,fréro

    l’économie est un moyen au service des gens et du bien commun
    Il n´a ya pas que le pétrole comme solution pour le développement économique .Nous savons tous que l’ère des énergies fossiles tire à sa fin.Donc a quoi bon se sentir tenus de continuer à avancer tête baissée vers un désastre certain.Ill y a l´agriculture aussi . Le gouvernement a lancé
    depuis 2000 un programme national de développement de l’agriculture,
    afin de contribuer à la diversification de l’économie algérienne,Cependant,l’agriculture peine à être considérée comme un secteur prioritaire dans le développement économique compte tenu de l’importance des hydrocarbures. Ces opérateurs qui n’ont eu pour seule fonction économique que d’importer et de distribuer les produits étrangers devraient investir productivement dans
    le pays les énormes profits qu’ils tiraient de cette activité, pourquoi pas dans l´agriculture .

    il y a un manque d’infrastructure en aval même pour le traitement post-récolte. En effet,
    , le secteur est demeuré pénalisé par la faiblesse des investissements et la sous-mécanisation
    des exploitations en comparésant avec le Maroc .L’élevage algérien se caractérise par des pratiques et des systèmes de production extensifs (pâturage extensif ), des cultures fourragères
    peu développées et des races locales. Seules les productions avicole et laitière sont conduites dans des ateliers spécialisés avec du matériel génétique adapté, mais elles sont
    largement insuffisantes pour satisfaire les besoins.
    Notre production agricole souffre d’un manque de moyenstechniques :
    l’irrigation est insuffisante et la productivité est faible en raison de semences de mauvaises qualités et d’équipements insuffisants . Pourquoi ces opérateurs n´investissent pas productivement ????????

    L’agriculture contribue pour 12% au PiB avec les IAA et emploie 20% de la population active !
    Les échanges de produits agricoles entre la France et l’Algérie présentent un fort excédent en faveur de la France (plus d’1Md€ en règle générale, près de 2Md€ en 2011). Le blé représente
    plus de la moitié des ventes françaises (l’Algérie absorbant
    10% du blé tendre et plus de 30% du blé dur français). Avec
    20% du marché, la France est le premier fournisseur agroalimentaire
    de l’Algérie.

    EXCUSEZ MON INSOLENCE : les baggaras ,ceux qui aiment le gain facile ,les voleurs ceux qui ont bien profité du chaos pourquoi n´investissent-ils pas dans le pays pour créer la richesse ?

    Prenant l´exemple de la région des Aures ,certes les variations de température sont très importantes mais son climat est très favorable a la plantation du pistachier qui ne demande guère d´entretien et aussi pourquoi ne pas relancer la culture de la betterave sucrière a Khemis Milliana pour la fabrication du sucre.le ministre de l’Agriculture a parlé dans les médias d’une réflexion sur la relance de la betterave sucrière en Algérie.Cette culture a été pratiquée à Khemis Milliana dans les année 70.

    http://dzagro.net/forums/viewtopic.php?f=3&t=2193

    ce lien est sur une lettre d´un Algérien kelbou haye ala bladou qu´il a envoyée specialement au ministre de l´agriculture pour relancer la culture de la bettave sucriere .WALAH J´AI LES LARMES AUX YEUX , ya ima ya ima

    Merci frero d´avoir accepter de debattre ce sujet avec moi .




    0



    0
    Antisioniste
    20 avril 2014 - 13 h 15 min

    Aucun souci Nassima cela nous
    Aucun souci Nassima cela nous arrive tous, d’ailleurs je me suis bien douter que ca pouvait être vous, mais j’ai répondu comme même.
    passez une bonne fin d’après midi.

    Cordialement




    0



    0
    Antisioniste
    20 avril 2014 - 12 h 59 min

    Salamou 3alikoum
    @ Par

    Salamou 3alikoum

    @ Par Anonyme (non vérifié) | 20. avril 2014 – 13:04

    Je suis d’accord avec vous, mais c’est justement la le nœud du problème, il n’y a pas, et il ne peut y’avoir de volonté politique patriotique et constructive avec les actuels tenants du pouvoir a qui on ne peut faire confiance.




    0



    0
    Nassima
    20 avril 2014 - 12 h 51 min

    Par Anonyme (non vérifié) |
    Par Anonyme (non vérifié) | 20. avril 2014 – 13:04

    Désolée d´avoir oublier de donner mon pseudo en postant mon commentaire .

    cordialement

    Nassima




    0



    0
    Anonyme
    20 avril 2014 - 12 h 04 min

    Antisioniste (non vérifié) |
    Antisioniste (non vérifié) | 20. avril 2014 – 11:04

    Salam oua rahmatou allahi oua taalaa,

    Ma modeste analyse n´est basée que sur des faits historiques des conditions dans lesquelles la transition a l´économie de marché s´est déroulée et leurs conséquences sur notre société .les réformes en question n’ont jamais pu être menées à bon termes ,alors même qu’elles ont produit les pires effets en termes de rupture des équilibres sociaux et régionaux sur lesquels reposait l’État-nation algérien issu de la guerre de libération nationale. La rupture de tels équilibres a conduit à la perte des valeurs et à la dilution des responsabilités.Témoin pour ainsi dire oculaire des convulsions sociales de la dernière décennie. le système d’économie de marché précisément,
    entendu non seulement comme système de rapports économiques, mais également
    comme système de rapports sociopolitiques s’originant dans le même espace
    institutionnel – l’espace de l’Etat-nation précisément.Voilà pourtant que, en Algérie, une fois l’indépendance recouvrée, un projet grandiose a été conçu visant tout à la fois à endogénéiser le principe de composition et à élever le pays au rang d’Etat-nation.

    Quoi que laisse penser l’expression, l’économie de marché n’est pas une simple économie d’échange. C’est une économie de production.

    Il s´agit d´une petite analyse historique dans la mesure où l’histoire, ce processus de sédimentation des faits humains, ne fait pas que conserver la trace des événements passés : elle les relie les uns aux autres.(politiquement ,economiquement et socialement ).Je n´accuse personne ,tous le monde fait des érreurs le plus important c´est d´y remédier ,et il n´est jamais trop tard .le système économique algérien peut adopter sans coup férir les principes et règles de l’économie de marché et se transformer par simple volonté.




    0



    0
    Antisioniste
    20 avril 2014 - 10 h 04 min

    Salamou 3alikoum
    Nassima (non

    Salamou 3alikoum

    Nassima (non vérifié) | 20. avril 2014 – 8:00

    Bonjour

    Se que vous dite au sujet de l’OMC est vrais, ou pour être plus précis ce n’est qu’une partie de la vérité. Toute fois vous avez dit le mot clé qui résume le système appliqué de l’OMC qui n’est qu’un des nombreux leviers que contrôlent, et par lesquels nous contrôlent les maitres de ce monde. Ce mot est « normalement » et on peut dire autant sur l’ONU le FMI la BM etc.

    Quelqu’un d’autre pourrait peut-être penser que vous avez éludé ma question, mais je crois que vous y avez répondu d’une autre façon. Vous avez sans le vouloir probablement, accusé les tenants du pouvoir « à juste titre » dans notre pays d’accointance « pour ne pas dire de vassalité envers» avec les maitres de ce monde.
    D’où la nécessité indispensable et très urgente de les mettre hors course ou hors service le plus vite possible, si on veut sauver ce qui peut être sauvé pendant qu’il est encore temps, et que nous le pouvons.




    0



    0
    Nassima
    20 avril 2014 - 7 h 00 min

    Antisioniste (non vérifié) |
    Antisioniste (non vérifié) | 20. avril 2014 – 1:34

    Bonjour

    L’OMC est largement dénoncée par les petits producteurs agricoles notamment , comme une organisation favorisant les gros producteurs et les pays riches. Normalement sa principale fonction est de favoriser autant que possible la bone marche, la prévisibilité et la liberté des échagees
    ,ce pendant elle n´offre pas aux pays en développement un accès équitable au marché international. les dossiers agricoles et la place des pays pauvres devraient figurerer en principe en tête des priorités de cette organisation .Les produits agricoles en particulier devraient y figurer en bonne place.ce qui n´a jamais été le cas.On a le sentiment que les pays riches tirent la couverture à eux pour protéger leurs lobbys.




    0



    0
    Anonyme
    20 avril 2014 - 4 h 48 min


    Menacer le peuple de la


    Menacer le peuple de la decennie noire, vous pouvez toujours essayer. Votre chemin c’est la prison ou la mort pour tout ce que vous avez fait.




    0



    0
    Gibraltar
    20 avril 2014 - 2 h 59 min

    Opération Gibraltar

    Opération Gibraltar 2014

    Pour ceux qui n ont pas encore lu ma traduction (de l allemand vers le francais) de l Opération Gibraltar 1965 qui a ete mene par nos ex-presidents Boumedienne et Bouteflika contre notre etat algerien, je vous recommande le lien: http://algeriepatriotique.com/content/le-reveil-des-caciques

    Opération Gibraltar 2014 est une nouvelle operation a leurs ommage et aussi pour les remercier de ce qu ils ont fait de nous juste pour eviter qu ils soient limoger par Benbela.

    Au contraire de leurs operation, l opération Gibraltar 2014 n est pas armee et ne se deroule pas en Algerie. Les moustiques militantes en Algerie ne participent pas a cette operation. Tous les autres militants hors Algerie sont les bienvenue. Cette operation est anonyme car le clan des clochards essayera d intimider les moustiques militantes avec ces avocats ou ces agents 0,007

    …Donc si tu veux participer ne demande pas de noms. N utilise pas tes anciens pseudo, pas ton email, telephone ou facebook…. Tu devrais creer une nouvelle identite (comme Kader El Mali :-), ouvres un comptes chez googlemail, je dits bien googlemail, car il offre des services de communication dont tu auras besoin plus tard. N utilises pas de service de communication francais, tous ce qui est .FR est tabu !!!

    Cette operation est international. Nous demanderons aussi l aide d autres organisations sur le net, comme Anonymous.org, les hackers, les associations et mouvements comme Rachad et media comme EL-Magharibia et autres…

    Cette operation se deroule aussi sur le terrain, dans ta commune, dans ta ville ou tu habites ou la prochaine grande ville que tu peux atteindre.

    Cette operation utilise aussi des moyens technologiques parfois complexes, comme les imprimantes 3D pour fabriquer des outils ou des drones pour suivre les clochards est les voyous, est constituer leurs dossiers pour le fisc et la justice international. Si tu es ingenieur ou bricoleur on aura besoin de toi.

    Cette operation utilise aussi des moyens juridiques, si tu es avocat(e) on aura besoin de toi !

    Cette operation a besoin de moyens financier, si tu es riche et pas clochard on aura besoin d un peu d argent pour les equipements qu on fabrique !




    0



    0
    Antisioniste
    20 avril 2014 - 0 h 34 min

    Salamou 3alikoum
    @ Par

    Salamou 3alikoum

    @ Par Nassima
    Bonsoir chère sœur et compatriote, j’adhère pour une grande partie a votre vision de notre situation, mais j’aimerai juste vous demander « puisque vous sembler accorder du crédit et un certain bénéfice du doute à tout les tenants du pouvoirs que se pays a vu passé » En quoi notre association ou intégration à l’OMC peut elle être bénéfique pour nous alors que nous ne produisant rien du tout, et que nous dépendant entièrement de l’importation, à titre d’exemple?




    0



    0
    Nassima
    19 avril 2014 - 20 h 30 min

    mellah hocine (non vérifié) |
    mellah hocine (non vérifié) | 19. avril 2014 – 18:41
    Par mon commentaire je voudrais juste porter un regard interne pour donner un eclairage aux questions que beaucoup d´Algériens se posent sur les problemes dans lesquels vit le pays. Une modeste analyse du système économique et sociopolitique algérien abordée sous un ongle historique .Le but n´est pas de critiquer mais d´analyser pour comprendre .

    -le projet industriel de l’Algérie censé faire accéder le pays à la modernité a été vidé de son contenu sociétal , ce qui a permis l’enrichissement sans fin de personnes et de groupes sociaux au pouvoir qui al´epoque , ne se souciaient guère d’asseoir leur pouvoir sur la société au moyen du capital . Touché par la crise pétrolière de 1986,notre pays s’est lancé dans l’aventure de la libéralisation d´abord par nécessité et aussi poussé dans cette voie par les bailleurs de fonds internationaux, c´est dans ces circonstances aggravantes que le gouvernement a décrété les réformes censées engager le pays dans la transition à l’économie de marché, malheureusement , sans avoir pris l’exacte mesure des effets déstructurants sur le corps social de la nouvelle politique, ni réuni les conditions
    sociotechniques de son succès. Le résultat a été de faciliter davantage encore l’accès à la
    rente à des opérateurs qui n’ont eu pour seule fonction économique que d’importer et de
    distribuer les produits étrangers sans avoir à se soucier d’investir productivement dans
    le pays les énormes profits qu’ils tiraient de cette activité. Toute l’Algérie s’est
    transformée en un vaste marché pour ces produits et le système productif
    laborieusement mis sur pied au cours des décennies antérieures s’en est trouvé
    grandement affaibli. Il en découle de sérieuses difficultés pour l’économie algérienne à se constituer en un système productif marchand.l’économie de marché n’est pas une simple
    économie d’échange. C’est une économie de production avant tout .
    L’économie de marché est un long processus qui plonge ses racines dans l’Europe médiévale . Quant à l’expérience algérienne en la matière est très récente.

    j´invite tous les internautes sur ce forum au débat .Que Dieu protege mon pays .




    0



    0
    Nassima
    19 avril 2014 - 20 h 29 min

    mellah hocine (non vérifié)

    mellah hocine (non vérifié)
    Par mon commentaire je voudrais juste porter un regard interne pour donner un eclairage aux questions que beaucoup d´Algériens se posent sur les problemes dans lesquels vit le pays. Une modeste analyse du système économique et sociopolitique algérien abordée sous un ongle historique .Le but n´est pas de critiquer mais d´analyser pour comprendre .

    -le projet industriel de l’Algérie censé faire accéder le pays à la modernité a été vidé de son contenu sociétal , ce qui a permis l’enrichissement sans fin de personnes et de groupes sociaux au pouvoir qui al´epoque , ne se souciaient guère d’asseoir leur pouvoir sur la société au moyen du capital . Touché par la crise pétrolière de 1986,notre pays s’est lancé dans l’aventure de la libéralisation d´abord par nécessité et aussi poussé dans cette voie par les bailleurs de fonds internationaux, c´est dans ces circonstances aggravantes que le gouvernement a décrété les réformes censées engager le pays dans la transition à l’économie de marché, malheureusement , sans avoir pris l’exacte mesure des effets déstructurants sur le corps social de la nouvelle politique, ni réuni les conditions
    sociotechniques de son succès. Le résultat a été de faciliter davantage encore l’accès à la
    rente à des opérateurs qui n’ont eu pour seule fonction économique que d’importer et de
    distribuer les produits étrangers sans avoir à se soucier d’investir productivement dans
    le pays les énormes profits qu’ils tiraient de cette activité. Toute l’Algérie s’est
    transformée en un vaste marché pour ces produits et le système productif
    laborieusement mis sur pied au cours des décennies antérieures s’en est trouvé
    grandement affaibli. Il en découle de sérieuses difficultés pour l’économie algérienne à se constituer en un système productif marchand.l’économie de marché n’est pas une simple
    économie d’échange. C’est une économie de production avant tout .
    L’économie de marché est un long processus qui plonge ses racines dans l’Europe médiévale . Quant à l’expérience algérienne en la matière est très récente.

    j´invite tous les internautes sur ce forum au débat .Que Dieu protege mon pays .




    0



    0
    mellah hocine
    19 avril 2014 - 16 h 46 min

    L’Algérie continue à sombre,
    L’Algérie continue à sombre, hélas, dans la décrépitude.
    À l’horizon, ça n’augure rien de bon. Le pays est sinistré, l’économie sclérosée et à l’école, au lieu d’enseigner aux élèves le savoir, on les assomme à coups de versets. Hormis quelques initiatives louables de la jeunesse, rien ne bouge. L’Algérie vit exclusivement de la manne pétrolière. On ne crée presque aucune richesse et on importe de l’étranger les produits de première nécessité, comme le lait, le blé et la pomme de terre. Comble de l’absurde, pour satisfaire les caprices d’un chef d’État défaillant et agonisant, on bâtit la deuxième plus grande mosquée du monde après celle de la Mecque. Plus de deux milliards de dollars seront gaspillés pour ériger un minaret de 300 mètres de haut, …..,…, et une salle qui accueillerait 120 000 fidèles. Des chiffres qui donnent le tournis. C’est hallucinant ! Bouteflika croit qu’il va entrer dans la postérité avec une telle réalisation.
    Quelle aberration ! L’Histoire saura reconnaître les grands hommes, pas les nains.




    0



    0
    mellah hocine
    19 avril 2014 - 15 h 36 min

    « L’État », nous dit Frédéric
    « L’État », nous dit Frédéric Bastiat depuis longtemps, « est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde ». Si seulement le grand homme pouvait nous voir aujourd’hui. Même lui serait étonné et consterné par les profondeurs atteintes par cette quête futile. En fait, cette maxime éculée ne saurait mieux décrire les gouvernements de notre pays.
    Mais il n’est pas besoin d’avoir eu un 20/20 en droiture morale pour comprendre que, quoi qu’on puisse penser de la moralité d’un système étatique hypertrophié qui consiste à prendre à ALI pour donner à ABDELAZIZ, cette pratique porte en elle le fruit de sa propre destruction. Parce qu’elle crée une incitation tellement puissante et étendue à faire appel à la coercition de l’État, plutôt que de produire, qu’elle détourne de grandes énergies, intelligences et autres ressources vers la poursuite d’un privilège – ce que les spécialistes appellent la recherche de rente.
    Plus ces détournements se multiplient, moins la société a de chance de voir ses talents potentiels créer de la vraie richesse.




    0



    0
    TARIK - BAB EL OUED -
    19 avril 2014 - 12 h 35 min

    PATIENCE MES
    PATIENCE MES AMIS……..!!!!!

    EL HADJ N’A PAS DIT SON DERNIER MOT.
    WAIT AND SEE.




    0



    0
    abdel
    19 avril 2014 - 12 h 11 min

    le pouvoir a quand meme recu
    le pouvoir a quand meme recu une claque avec la moitié d algeriens qui n’ont pas voté!par ailleurs ceux qui ont voté bouteflika ils l’ ont fais par reconnaissance du ventre et non par conviction!




    0



    0
    Anonyme
    19 avril 2014 - 11 h 38 min

    effectivement, Benflis
    effectivement, Benflis connait le systeme et il a cautionné cette mascarade électorale qui permet au pouvoir de faire semblant de respecter la légalité nationale et internationale et aux puissances étrangères de faire semblant de le croire pour en tirer le maximum de bénéfices au détriment du peuple algérien. reste a voir maintenant ce que va faire Benflis: va-t-il hiberner jusqu’à la prochaine élection pour le 5eme mandat de Bouteflika pour rejouer son rôle de lièvre favori ? espère-t-il devenir le « CHEF » d’une opposition sans n’y avoir jamais contribué ? va-t-il apprendre enfin à militer en rejoignant un vrai parti d’opposition ou en créant son propre parti d’opposition ? son choix va nous éclairer sur la vrai nature de cet homme!




    0



    0
    Anonyme
    19 avril 2014 - 11 h 06 min

    Les élections en Algérie ont
    Les élections en Algérie ont définitivement perdu le peu de crédibilité qu’elles avaient.
    Le changement ne se fera que par la rue.




    0



    0
    Antisioniste
    19 avril 2014 - 8 h 57 min

    Salamou 3alikoum
    Monsieur R

    Salamou 3alikoum

    Monsieur R Mahmoudi, je ne crois pas qu’il y’avait dans la société algérienne quelqu’un « de censée » qui espérait que le pouvoir n’allait pas rééditer ses anciennes habitudes de manipulation et de fraude.
    Même Monsieur Benflis qui faisait partie de ce système, et qui a réussi sa mue savait pertinemment que cela allait se produire. D’où ses multiples appels contre la fraude qui ont était utilisés contre lui en les sortants de leur contexte par la manipulation de masse dont nous avons tous était témoins.
    Vous n’êtes pas sans savoir « j’ose l’espérer » que je ne suis pas le genre qui appel à la violence ou qui préconise cette dernière. Mais je suis désoler de vous dire que le projet de ce grand rassemblement auquel appel Monsieur Benflis « que j’ai soutenu et pour lequel j’ai voté » n’apportera aucun changement que ce soit ni dans 5 ans ni dans dix ans, même si l’ensemble des parties politique se joignent à lui, chose qui est peu probable pour ne pas dire inconcevable pour ses derniers.
    Nous n’avons aucune économie hormis l’import import qui s’appuie sur la rente. Nous n’avons aucune agriculture alors que nous étions le grenier de Rome. Les terres agricole se sont retrouvé dans le domaine de l’urbanisme « par le sort des magiciens d’OZ » pour être vendu au mètre carré, et voir poussé des villas château immeuble etc…Notre industrie se résume en une seule phrase « importation de tout et conditionnement/assemblage sur place ».
    Socialement nous sommes une société d’hyper consommateurs qui ne produisent rien et qui attendent de « l’état létale » TOUT.
    D’ici une décennie ou trois tout au plus, nous n’exporterons pas une goutte de pétrole ni un pet de gaz. Entre temps nous allons « et c’est déjà en cours » dilapider le pactole qui nous reste dans des futilités et des aberrations sans nom, mais prestigieuses comme même. Que nous ne tarderons pas « peut-être pas nous mais nos enfants » à maudire à cause du système de croissance illimité imposé par qui nous savons, alors que les ressources sont non seulement limité, mais en baisse à l’échelle mondiale énergétiquement et alimentairement parlant.
    Que croyez-vous qu’il se passera à ce moment-là, qui n’est pas très loin ? Croyez-vous que l’ensemble de notre peuple est conscient de ses réalités ? Permettez-moi d’en douter!
    Je m’arrêterai la pour ne pas en dire plus, mais je terminerai en disant une seule chose, seul une prise de conscience collective et une action collective populaire pacifique et bien organisé rapide et efficace est susceptible de changer la donne tout le reste n’est que TEMESTA.




    0



    0
    Amine
    19 avril 2014 - 8 h 30 min

    Pour ceux et celles qui ont
    Pour ceux et celles qui ont la mémoire courte, je voudrais juste rappeler les exemples de Saddam Hussein et de Zineelabiddine Benali qui ont eu respectivement 100% et 92% dans des « élections » présidentielles qui ont eu lieu en Irak et en Tunisie, une année avant leur chute.

    Ceux qui ont menacé, insulté et raillé le peuple algérien durant la campagne électorale et qui célèbrent de manière indécente la « victoire » de leur candidat impotent, devraient plutôt se faire discrets car la non reconnaissance de de cette « victoire » par Benflis va la discréditer totalement.




    0



    0
    memona
    19 avril 2014 - 8 h 02 min

    benflis connait le systeme
    benflis connait le systeme et il a cautionné cette mascarade en se maintenant




    0



    0
    louizette
    19 avril 2014 - 7 h 03 min

    Ce n est pas une défaite. La
    Ce n est pas une défaite. La ténacité de Benflis a permis à des personnalités jusque la silencieuse ,par devoir de reserve, de nous eclairer sur les arcanes du pouvoir.Merci à messieurs Charfi,Benattalah,frik..merci au Général Yala, Colonel Boudemagh..merci aux journalistes , aux politologues, aux analystes.
    Merci à Monsieur Benflis grâce auquel des voix ont émergé.
    Je regrette seulement que certains ne reconnaissent pas l experience des aînés et leur reprochent d avoir un jour ou l autre fait partie du système. Nous avons tous d une manière ou d’une autre fait partie du système mais il est permis d évoluer.
    Les jeunes:oui. Mille fois oui mais avec l expérience non négligeable des honnêtes commis de l Etat.
    Et l Algérie avancera.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.