Des milliards… et après ?

Par Meriem Sassi – Le secteur de l’agriculture sera doté d’une enveloppe de 300 milliards de dinars pour les cinq prochaines années, selon le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelwahab Nouri. Le budget qui sera alloué au secteur lors du prochain quinquennat (2015-2019) devrait être ainsi augmenté de 100 milliards de dinars par rapport au précédent quinquennat (2010- 2014). Au-delà des chiffres qu’il sème à la volée face aux journalistes, le ministre ne dit cependant pas ce qu’il advient de tous ces budgets et quelles sont les réelles avancées de l’agriculture algérienne suite à tous les programmes mis en œuvre depuis une vingtaine d’années. Le secteur peine en réalité à dépasser les 11% de contribution au PIB national malgré les potentialités et les sommes colossales dégagées chaque année par le gouvernement. L’objectif d’une autosuffisance alimentaire, notamment pour les céréales, est loin d’être à la portée du pays qui continue de grever son budget annuel en mobilisant une part importante des recettes tirées des hydrocarbures pour l’importation et le stockage préventif, en cette conjoncture mondiale trouble, de quantités importantes de blé. Au-delà de la politique des chiffres, le gouvernement devrait tenter de tirer tous les enseignements des bilans précédents et définir, une bonne fois pour toutes, les obstacles qui freinent une réelle relance de ce secteur clé. Il est en effet un constat à faire : l’Algérie dispose d’un potentiel important dans le domaine de l’agriculture, mais il reste ignoré et largement sous-exploité. La politique de l’allocation de budgets toujours plus imposants, sans bilans préalables, encourageant la corruption et les détournements en tous genres, comme ce fut le cas ces dernières années, n’est certainement pas la panacée. Le règlement des problèmes de gestion, la lutte contre la gabegie et la corruption, l’orientation des agriculteurs, la mobilisation de ressources en eau et de moyens d’irrigation, le développement de la recherche scientifique et l’encouragement de milliers d’agronomes formés chaque année,et livrés au chômage ensuite, sont les clés de la relance selon les experts. L’orientation des jeunes vers le secteur de l’agriculture est par ailleurs primordiale à travers, notamment, une formation adaptée et la diversification des branches liées au développement des activités agraires. Actuellement, ces branches sont malheureusement le parent pauvre de la formation professionnelle y compris dans les régions à vocation agricole. Par ailleurs, le dispositif de l’Ansej mis en œuvre pour résorber le chômage des jeunes ne compte que rarement des initiatives tournées vers l’agriculture, au profit de fast-food et de kiosques multiservices. Face à ce constat affligeant, il faut peut-être rappeler au ministre que la volonté politique n’est pas qu’une question de milliards.
M. S.
 

Comment (17)

    zyriab
    18 mai 2014 - 8 h 33 min

    Mon cher Salim .L’ignorance
    Mon cher Salim .L’ignorance la mauvaise foi et le mensonge n’ont jamais donné des faits L’histoire de plusieurs récoltes par an si on pouvait nous dire dans quel pays du monde et dans quelle période. Quand aux quantités d’eaux souterraines oui mais ce sont des eaux fossiles de l’Albien donc limité dans le temps Alors avant de se mettre à insulter les gens suffit de s’instruire un peu et surtout de s’éduquer




    0



    0
    salim
    17 mai 2014 - 21 h 57 min

    L’Algérie à des terres
    L’Algérie à des terres immenses qui sont bonne pour l’agriculture.
    Le désert donne plusieurs récoltes par an.
    De l’eau, le sous sol regorge, il y a une mer sous terre de quoi alimenter le pays pendant des centaines d’années.
    Et l’agriculture production, zéro. Médiocrité de bout en bout.
    La terre est bonne, il y en a de l’eau en quantité,cela ne vient que des ceux qui travaillent la terre, des fainéants. Ou des responsables qui n’arrivent pas à tout faire coordonner et planifier.
    Tous donnent l’impression de travailler au petit bonheur la chance. Et oublient qu’il y après de 40 millions de citoyens qui attendent et les ragardent faire.

    Et depuis des années ils sont en train de mentir et de nous faire endormir.

    Une fois ils racontent il n’y a pas eut de pluie, la sécheresse à tué une bonne partie des récoltes. C’est pour cela qu’il y a un manque dans la production et que le marché n’est pas suffisamment approvisionné.

    Une autre fois, il y a trop de pluie et les récoltent ont été saccagées sur pied ou le sol est tellement trempé que nous n’avons pu procéder à l’arrachage.

    Jusqu’à quand allez vous continuer à nous mener en bateau bandes d’enfoirés.

    Ce manque que vous avez dans le rendement on le voit dans votre mensonge, qui compense tout le reste.
    Et maintenant qu’ils ont vu que la France est à la foire de l’agriculture. Nos têtes pensantes gonflent le budget de l’agriculture. Que veut dire cet appel du pied.
    Honte à vous !




    0



    0
    A1-nonyme
    17 mai 2014 - 21 h 30 min

    Maintenant nous avons la
    Maintenant nous avons la preuve que le Drabki n’en a plus pour longtemps à la tète du FLN. Il faut qu’il laisse la place à quelqu’un d’autre qui pourra « transférer » 300 millions d’euros du GCA sur une banque parisienne et avheter deux maisons LSP à Neuilly-sur-Harrach




    0



    0
    Anonyme
    17 mai 2014 - 20 h 24 min

    @Par karimdz (non vérifié) |
    @Par karimdz (non vérifié) | 17. mai 2014 – 20:10

    toi ça se voit que tu ne travailles pas au ministre de l’agriculture et du développement rural ou le drapeau français est à tous les étages.




    0



    0
    kamel Berrekla
    17 mai 2014 - 20 h 17 min

    L’Algérie de demain reposera
    L’Algérie de demain reposera sur l’agriculture saharienne,
    la culture extensive ne se fait pas aux portes des cités urbaines mais dans 4/5 des terres algériennes qui sont le sahara.Ces grands projets ne peuvent être réalisés qu’avec une volonté politique et des hommes qui parlent peu et aiment leur pays.




    0



    0
    karimdz
    17 mai 2014 - 19 h 10 min

    Je trouve deja que l
    Je trouve deja que l initiative est interessante, pour mettre en ouvre un programme, il faut y mettre les moyens.

    Mais il est clair, que si on veut arriver à l autosuffisance alimentaire, qui nous rendrait independant, il faut mettre en place une veritable industrie axée sur l agriculture, qui couvrerait non seulement la production, mais aussi le conditionnement. Cette branche verte est créatrice de nombreux emplois.




    0



    0
    Citoyen
    17 mai 2014 - 17 h 17 min

    Le gestion du secteur de
    Le gestion du secteur de l’Agriculture illustre parfaitement la gestion économique du pays.
    Un secteur qui avance en reculant grace aux milliards de $ injectés chaque année pour assurer la part des marchés du lobby de l’import-import et autres ristournes et retro-commissions garanties par la France.




    0



    0
    Anonyme
    17 mai 2014 - 16 h 42 min

    300 milliards de dinars pour
    300 milliards de dinars pour les cinq prochaines années, s’est le budget de la guerre secrete et sournoise du ministre de l’Agriculture « algérien » donc de l’état algérien (alger) contre les agriculteurs algériens et l’agriculture algérienne.




    0



    0
    Rachidz
    17 mai 2014 - 15 h 04 min

    Le secteur de l’Agriculture
    Le secteur de l’Agriculture n’a pas besoin d’autant de milliards de dinars mais plutot de gestionnaires qui sachent créer de la richesse dans un secteur reconnu pour ses potentialités.




    0



    0
    ALI
    17 mai 2014 - 14 h 56 min

    AINSI ON VA CONTINUER A
    AINSI ON VA CONTINUER A LABOURER ET A SEMER DANS NOS CAMPAGNES TOUT EN FINANCANT LA DESERTIFICATION ET APRES ON VA MOISSONNER EN FRANCE ET AU CANADA.
    PAUVRE ALGERIE.




    0



    0
    Hocine
    17 mai 2014 - 14 h 53 min

    Mettre auutant d’argent du
    Mettre auutant d’argent du contribuable entre les mains de gestionnaires connus pour leur incompetence notoire ne peut qu’aiguiser la faim de la mafia politico-financiere a mon avis.




    0



    0
    Kaci
    17 mai 2014 - 14 h 50 min

    Je comprend maintenant
    Je comprend maintenant pourquoi, apres le secteur des hydrocarbures, l’Agriculture est ravagee par la corruption et la mauvaise gouvernance.




    0



    0
    OMAR
    17 mai 2014 - 14 h 42 min

    300 milliards de dinars pour
    300 milliards de dinars pour les cinq prochaines années ? ON VEUT CERTAINEMENT FAIRE MANGER DU PAPIER AUX ALGERIENS A CONDITION DE LEURS INOCULER L’ENZYME QUI HYDROLYSE LA CELLULOSE ET CREER PAR LA MEME OCCASION DES ETRES HUMAINS A REGIME ALIMENTAIRE XYLOPHAGE.
    JE NE SAIS MEME PAS S’IL FAUT RIRE OU EN PLEURER.




    0



    0
    mellah hocine
    17 mai 2014 - 14 h 41 min

    DES MILLIARDS, des
    DES MILLIARDS, des milliards,pourtant, les besoins alimentaires de la population algérienne sont satisfaits grâce aux importations, dont la facture est passée de 2,6 milliards en 2000 à 5,5 milliards de dollars US en 2007.
    Dix pays fournissent environ 70% de la totalité des produits agroalimentaire. La France occupe la première position.
    Une dizaine de produits représentent, en valeur, 78% de la totalité des importations, dont les plus dominants sont le blé, le lait concentré, le sucre et le maïs. Sur le plan de la consommation, la disponibilité des produits ne semble pas améliorer la ration alimentaire des Algériens. “Selon les données de la FAO, nous sommes très loin des seuils recommandés par l’OMC concernant les viandes, l’huile d’olive et de poisson”, souligne un intervenant.
    Peut être des milliards pour le ministère du commerce mais pas de l’agriculture.




    0



    0
    ugustin n 'taghast
    17 mai 2014 - 14 h 39 min

    300milliards pour l
    300milliards pour l agriculture!!!
    saadani qui commence à SALIVER et ricaner telle une hyene devant une proie!!!!
    Et moi et moi et moi…. répond l écho du clan prédateur de oujda et consort!!!




    0



    0
    Mokrane
    17 mai 2014 - 14 h 35 min

    Tous ses sommes d’argents
    Tous ses sommes d’argents vont finir dans les caisses du trésor Francais. Telle est la politique actuelle des responsables de ce secteur.
    Et dire que ce secteur a des capacités a meme de contribuer au PIB et a la creation d’emplois a hauteur respectivement de 30% et a 40% au lieu et place des 10% et 14% actuellement.
    Tout ceci pour dire que la dépendance alimentaire de l’Algérie, vis a vis de la France en particulier, n’est pas une fatalité mais une réalité voulue par les décideurs soumis a fafa.




    0



    0
    Abou Stroff
    17 mai 2014 - 13 h 27 min

    Des milliards… et après ?
    Des milliards… et après ? bonne question! … et après il y aura des prédateurs pour ingurgiter ces milliards! n’a t on pas vu et entendu notre bienaimé fakhamatouhou national tancé barkat, l’exministe de l’agriculture, en lui reprochant d’avoir dépensé une grosse partie du budget du PNDA dans la wilaya de biskra, wilaya d’origine du sieur? d’ailleurs, ne souligne t on pas qu’une certaine danseuse du ventre s’est enrichie, en grande partie, grâce à du fric destiné à l’agriculture? pour faire court, la marabunta qui nous gouverne peut nous promettre la lune, et nous, nous ne la croirons jamais! le reste, tout le reste n’est que prose pour abrutis confirmés.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.