Ceux à qui le DRS fait peur

Par M. Aït Amara – Bouteflika revient sur ses propres décisions qu’il avait prises lors de ses précédents mandats. Regrets, reconnaissance de ses erreurs ou retour à la case départ ? Deux décisions, au moins, annoncées par des officiels ou par les médias, confortent cette analyse. Le ministre de l’Industrie a annoncé la réouverture des mines qui sont restées fermées depuis plusieurs années sur orientation de Bouteflika – c'est ce que soutiennent les ministres à chaque fois –, tandis que plusieurs confrères s’intéressaient à ce qu’ils croient être une «réhabilitation» de la prérogative de police judiciaire au sein du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) que dirige le général Toufik. Le président de la République, qui a tenu mordicus à rempiler malgré ses soucis de santé, était-il derrière les décisions qu’il est en train de revoir aujourd’hui en se référant cette fois-ci à des conseils avisés pour «corriger le tir» après qu’il eut choisi, quinze ans durant, la voix de l’unilatéralisme et du monopole de l’initiative ou, au contraire, a-t-il été induit en erreur auparavant ? Il a longtemps été question, durant les mois qui ont précédé l’élection présidentielle du 17 avril dernier, de «profondes divergences» entre le patron du DRS et le clan présidentiel, au point qu’un mouvement inattendu avait été décidé par Bouteflika au sein du puissant service des renseignements. Des généraux avaient été remplacés par d’autres, alors que ce département – qui relève de l’autorité directe du président de la République, ce que beaucoup semblent oublier –, se voyait amputé du Centre de la communication et de la diffusion (CCD) que dirigeait le colonel Fawzi et de l’attribut de police judiciaire dont le DRS jouissait au même titre que la DGSN et la Gendarmerie nationale. Que peut alors signifier cette marche arrière actionnée par le président Bouteflika ? Le DRS va-t-il réactiver les enquêtes sur les scandales financiers ou de nouvelles règles ont-elles été fixées pour en limiter les prérogatives ? Le DRS a, en tout cas, dans sa partie police judiciaire, toujours travaillé en coordination avec les autorités judiciaires, conformément aux lois de la République. Parallèlement à l’information semi-officielle rapportée par les confrères sur la récupération par le DRS d’une prérogative dont il n'aura en définitive été privé que quelques mois, une mystérieuse rumeur sur le remplacement du général Toufik par un de ses collaborateurs faisait le tour de la Toile et des rédactions. La rumeur pourrait émaner de ceux qui craignent d’être à nouveau «interrogés» par le DRS sur leur implication dans les dossiers de corruption, de trafic d’influence et d’enrichissement illicite. Même si – une évidence que d’aucuns veulent transformer en hypothèse – le général Toufik devra faire valoir ses droits à la retraite et céder sa place un jour ou l’autre, comme le commun des mortels.
M. A.-A.

Comment (38)

    Anonyme
    28 juin 2014 - 9 h 17 min

    la GN et la DGSN n’ont pas
    la GN et la DGSN n’ont pas d’ambitions politiques, ils sont plus professionnels et maîtrisent parfaitement les procédés judiciaires.
    donc fini la corruption comme instrument de chantage et de camouflage pour les dérives du DRS.




    0



    0
    Anonyme
    28 juin 2014 - 9 h 15 min

    faites confiance en la
    faites confiance en la Gendarmerie Nationale et la DGSN, ses éléments sont plus intégrés et largement plus compétents que les ….. DRS.
    Le DRS, c’est fini.




    0



    0
    saleh
    27 juin 2014 - 6 h 19 min

    15 ans d’improvisations , de
    15 ans d’improvisations , de gouvernance à vue d’oeil , de taghannante , de conflits latents entre le costume et la tenue , de reconnaissance des erreurs et de retours repetes à la case de depart




    0



    0
    Kika
    25 juin 2014 - 12 h 32 min

    Probablement, La fin de
    Probablement, La fin de saidani et ses complices . Ina LLAH ma3a Essabirine.




    0



    0
    Anonyme
    24 juin 2014 - 23 h 33 min

    @Par Salima Turki (non
    @Par Salima Turki (non vérifié) | 24. juin 2014 – 22:30
    Ali Boudaoud l’homme des Français.




    0



    0
    Salima Turki
    24 juin 2014 - 21 h 30 min

    Toufik sera remplacé,après
    Toufik sera remplacé,après qu’il ai été dépouillé et éliminé du jeu politique,un complot diabolique à été fomenté par Said,et auquel il a réussi en partie,puisque la mise en retraite de médiéne à été actée,entre décideurs et le Banquet des Loups à eu lieu avant l’élection et maintenant c’est Said qui Placera Si Ali Bendaoud à la tête du DRS




    0



    0
    Anonyme
    24 juin 2014 - 20 h 26 min

    ALLAH yahdikoum, un pays sans

    ALLAH yahdikoum, un pays sans ses services de sécurité ne peut exister. quand on veut coloniser un pays ou le vendre, on commence tout d’abord par détruire ces services de sécurité.

    Le clan mafieux de Boutef veut avoir la liberté totale de lapider les richesses de l’Algérie.




    0



    0
    Mohamed el Maadi
    24 juin 2014 - 19 h 33 min

    DRS ou pas tout se paye un
    DRS ou pas tout se paye un jour, c’est dans la nature des choses rien n’est gratuit tout doit être remboursé, car si demain le véritable changement s’opère en Algérie ce n’est pas l’argent que certain perdront, mais se verront déchirer de l’histoire officielle de l’Algérie par ses propres enfants … Plus personne n’est à l’abri des poursuites s’est fini le temps béni des colonies !!




    0



    0
    Anonyme
    24 juin 2014 - 19 h 28 min

    depuis 62 qu’a fait le drs
    depuis 62 qu’a fait le drs et la défunte sécurité militaire contre le crime organisé financier considéré aux usa comme haute trahison et relevant de la chaise électrique
    mieux elle a l’a protégé
    pour les mémoires chancelantes il faut revoir l’affaire cap sigli fomente par la sécurité militaire contre un ancien maquisard mohamed benyahia qui a dénoncé dans un livre une affaire de blanchiment d’argent a grande echelle utilisant un montage se servant des comptes bancaires ouverts par les maquisards à qui boumédien avait décidé d’octroyer des prêts bancaires pour les éloigner de la politique
    ce monatge etait fait par le cpa credit populaire algerien via la star du systeme et du blanchiment d’argent utilisant les comptes des algeriens djilali mehri
    peut etre que lkes jeunes du drs ignorent cette affaire pour les éclairer qu’ils se procurent le livre de mohamed benyahia
     »conjuration au pouvoir  » editions arcanteres année d’edition 88 pour des faits déroulés en 76
    le dossier avait disparu de la justice et benyahia malmene par la sécurité militaire qui l’a jete en prison
    et le préfet de l’époque ofman et le chef de la surete Draia l’ont dépouillés de ses biens avec des barbouzes partout dans les lieux qu’il fréquentait intimidation de tout genre ainsi que de sa femme allant jusuq’à lui mettre du verre dans une assiette au restaurant pour le dissuader de fréquenter les leix publiques




    0



    0
    Anonyme
    24 juin 2014 - 19 h 12 min

    bravo
    affaire cap sigli que

    bravo
    affaire cap sigli que le drs se procure le livre de mohamed benyahia




    0



    0
    mohamed_blida16
    24 juin 2014 - 18 h 36 min

    Au moins les kabyles du DRS
    Au moins les kabyles du DRS sont des Algeriens authentique de pere en fils, pas de marocains de oujda ou des tunisiens de gafsa.




    0



    0
    Emiss N`jerjer
    24 juin 2014 - 18 h 07 min

    La structure DRS est
    La structure DRS est éminemment indispensable.Le retour de compétence dont elle vient de bénéficier en réintégrant dans ses rangs la compétence d`officiers de police judiciaire est une indication de l`intention de l`État de s`attaquer a la corruption et autres fléaux. c`est du moins ce que nous esperons.




    0



    0
    le nationaliste
    24 juin 2014 - 17 h 45 min

    le clan du monsieur le
    le clan du monsieur le président crois faire diversion avec le zaouaoui ali hadad et en donnant l’illusion a ce dernier qu’il aime ou belli chrikou te3 sah vrai makach z3aka ,en trompant ce pauvre égare de haddad duquel on va s’en débarrasser tôt au tard, il croit aussi tromper l’opinion kabyle dans le but de les amener a se noyer dans une logique tribaliste regionaliste anti-nationaliste qui les disqualifiera surtout sur le plan politique national,en devenant une minuscule bile dans une petite boite tapant tantôt a la paroi du la population majoritairement opiniâtre et idéologiquement arabo-khorotisées et tantôt elle revient taper a celle du clan qui incarne le pouvoir ,la justice , la confiance,l’ultime force a laquelle il faut se confier si on veut protéger son derrière .la politique internationale pas question que vous y aurez votre parole ,laisser c’est la majorité qui décide et vous taisez vous! mais la réalité est tout autre chose et les kabyles ne pensent pas comme eux!le clan se perd dans sa propre illusion!! haddad en faisant de la chkima a gogo avec sa chaine arabisante dzair tv crois qu’il ira plus loin… »mayabka ghir asah ou yabka fel oued ghir hjarou » .




    0



    0

Les commentaires sont fermés.