Pas convaincant !

Par Kamel Moulfi – Plus on relit l’argument présenté par notre ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, pour justifier la présence de militaires algériens au défilé du 14 Juillet à Paris, plus on voit qu’il est tiré par les cheveux, autrement dit : pas convaincant du tout. Il s’agirait, selon lui, pour le peuple algérien, d’honorer «ses propres contributions à la liberté à travers le monde», on se demande en quoi la Première Guerre mondiale a été une guerre pour la liberté alors qu’elle a été provoquée, en Europe, à la suite de l’exacerbation de rivalités égoïstes nourries par des visées expansionnistes, y compris de nature coloniale. Le ministre explique ensuite que «l'Algérie participera, dans le même format et dans les mêmes conditions que quatre-vingts autres nations dont des citoyens sont tombés sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale». «Comme les autres» : est-ce l’amnésie qui nous fait nier le fait que l’Algérie, à l’égard de la France, n’est pas «comme les autres» ? Il n’y aurait donc pas eu cette résistance algérienne farouche au colonialisme français, qui a coûté à notre peuple 1,5 million de martyrs ? L’hommage à la «contribution à la liberté» doit être plutôt rendu aux Algériens, victimes des «enfumades» et des «emmurades» ordonnées par Bugeaud, Cavaignac, Pélissier, Saint-Arnaud et autres criminels de l’armée coloniale française. Et la guerre de Libération – elle est encore toute fraîche dans les mémoires et ses acteurs-témoins sont encore vivants – oubliée déjà par les officiels ? L’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale sera mieux exploitée si nos autorités en profitent pour dénoncer les conditions ignobles de l’enrôlement des «indigènes», c'est-à-dire nos malheureux mais fiers aînés, dans une armée qui n’était pas la leur et qui, de surcroît, occupait notre pays, pour aller faire une guerre qui n’était pas celle de notre peuple. Il est clair que la décision du gouvernement d’envoyer des militaires algériens participer à ce défilé en France va à l’encontre de l'opinion qui domine à ce sujet en Algérie. Pourquoi s’obstiner alors à la maintenir ?
K. M.
 

Comment (29)

    RAMO
    9 juillet 2014 - 1 h 04 min

    dans un sens oui c est bien
    dans un sens oui c est bien pour la  » liberté à travers le monde »
    et sachez aussi que la France ne sait pas libéré toute seule, elle na même pas combattue pour cela elle sait même livrée aux allemands corps et Âme car c’ est les autres nations qui ont combattues pour elle et je pense que c’est un devoir de reconnaissance a cela.




    0



    0
    Ahmed/Anonyme
    9 juillet 2014 - 0 h 11 min

    Pieds-noirs, harkis : ils
    Pieds-noirs, harkis : ils étaient la France !
    ____

    http://www.youtube.com/watch?v=kL9KlsMFuAc




    0



    0
    Ahmed/Anonyme
    9 juillet 2014 - 0 h 04 min

    Des députés FN contre la
    Des députés FN contre la présence de militaires algériens le 14 juillet (MIDI LIBRE)
    ____

    Des députés FN contre la présence de militaires algériens le 14 juillet Gilbert Collard jeudi 12 juin à la tribune de l’Assemblée nationale.
    Un collectif « Non au défilé des troupes algériennes le 14 juillet 2014 » est en cours de création, avec le député FN du Gard Gilbert Collard et le vice-président du parti, Louis Aliot, afin de s’opposer à la présence de l’armée algérienne le 14 juillet.
    Pour la première fois cette année, l’Algérie participera aux cérémonies du 14 juillet. Trois militaires algériens seront présents lors d’une animation initiale sur la place de la Concorde, mais « il n’y aura pas de défilé », précise-t-on au ministère de l’Intérieur. « 80 autres pays ayant participé à la première guerre mondiale ont également été invités cette année par le président de la République », ajoute-t-on dans l’entourage du secrétaire d’État aux anciens combattants, Kader Arif.
    « Cette présence militaire honteuse sur le sol français est une provocation indigne et le signe d’un très grand mépris pour tous les morts, disparus ou suppliciés victimes de cette armée », déplorent dans un communiqué les deux responsables frontistes ainsi que Mohammed Bellebou, conseiller municipal FN de Perpignan et président d’une association « France Harkis ». D’après eux, « la présence de l’armée nationale algérienne pose un problème politique et un problème moral grave ». « Nous appelons donc à la création d’un collectif du ‘Non au défilé des troupes algériennes le 14 juillet 2014’ qui rassemblera des organisations patriotiques, d’anciens combattants, de harkis et de rapatriés afin d’organiser la contestation face à cette infamie ! », écrivent-ils.
    « Nous sommes rentrés dans une phase pacifiée avec l’Algérie »
    De son côté, le ministère de la Défense se « réjouit » de la participation de l’armée algérienne le 14 juillet. « C’est une preuve que nous sommes rentrés dans une phase pacifiée avec l’Algérie », y indique-t-on. Jean-Yves Le Drian, qui s’est rendu en Algérie le 20 mai, « s’est fait confirmer par les autorités algériennes leur volonté historique d’y participer », dit-on également. Pour l’entourage de M. Arif, on souligne qu’il est important de rappeler le contexte historique : « 173 000 combattants qui habitaient l’Algérie sans distinction de confession sont venus combattre (pendant la guerre 14-18), 23.000 ont été tués (…) la France reconnaît le sacrifice de leurs pères et de leurs grands-pères ». Par ailleurs, « il ne faut pas mélanger les conflits, il ne s’agit pas de la guerre d’Algérie », a-t-on ajouté.
    Plusieurs mouvements harkis ont manifesté leur opposition à ce collectif. Pour Mohamed Otsmani, délégué de la liaison nationale des harkis pour la région PACA – l’association qui compte la plus grande communauté de harkis en France -, « c’est une grande fierté que les Algériens défilent le 14 juillet, pour la France et pour les harkis ». « Je ne suis pas d’accord avec ce qu’il (M. Collard) fait, on est dans un souci d’apaisement entre la France et l’Algérie », a-t-il dit. Pour la présidente de l’association « Harkis et droits de l’Homme », Fatima Besnaci-Lancou, « les deux pays doivent travailler ensemble ».
    Depuis plusieurs mois, d’autres collectifs se créent pour protester contre cette invitation de militaires algériens. Bernard Coll secrétaire général de l’association « Jeune pieds noirs » a lancé le 6 juin le groupe « unité d’action le 14 juillet 2014 » pour que « le chef d’État renonce à cette grotesque farce historique ». Pour Hervé Cuesta, le président national du collectif « non au 19 mars 1962 », mouvement essentiellement composé de pieds noirs, « trois militaires c’est déjà trop, car il y aura leur drapeau ». « Ces gens (les militaires algériens) présents au défilé sont des ennemis de la France ». « On va essayer de s’organiser en un seul et même mouvement avant le 14 juillet », a-t-il poursuivi.




    0



    0
    Ahmed/Anonyme
    8 juillet 2014 - 23 h 56 min

    Les extrémistes de tous poils
    Les extrémistes de tous poils hurlent au scandale en apprenant que l’armée algérienne défilera sur les Champs-Elysées le 14 juillet 2014… Voici la réponse du Cabinet du Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Défense, chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire en réponse à l’un d’eux…
    .
    LIRE LA REPONSE SUR CE LIEN
    http://www.dandelotmije.com/article-les-extremistes-de-tout-poil-ont-hurle-au-scandale-lorsqu-une-rumeur-a-couru-que-l-armee-algerienne-122360561.html




    0



    0

Les commentaires sont fermés.