Cacophonie post mortem

M. Aït Amara – En guise d’hommage, Albert Ebossé a eu droit à une cacophonie aux lieu et place d’un recueillement dans le calme et la sérénité, après son décès tragique. Les accusations tous azimuts se sont substituées aux messages de sympathie à la famille du défunt. Les uns rejetant la responsabilité de ce qu’il s’est passé au stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou sur les autres, adoptant tous l’attitude de Ponce Pilate : ce n’est pas moi, c’est lui ! A-t-on au moins attendu que la victime soit rapatriée dans son pays natal pour y être enterrée auprès des siens, avant de s’adonner ainsi, toute honte bue, à l’étalage du linge sale d’un football national dévoyé de sa vocation originelle, contaminé par l’argent sale, corrompu par des acteurs qui ont troqué le maillot mouillé contre le papier fiduciaire ? C’est paniqué qu’un joueur a répondu à une question d’un journaliste sur la possibilité de suspendre le championnat : «Impossible !» s’est-il écrié, spontanément. Impossible ? Pourquoi donc ? Parce que les milliards de la facilité et de la frime vont cesser de pleuvoir ? Pourquoi les responsables du football national n’ont-ils jamais répondu à cette question que toute la rue se pose : comment se fait-il que les joueurs du championnat national vaillent des milliards, alors que l’équipe nationale est composée dans sa quasi-totalité de joueurs évoluant sous d’autres cieux ? Pourquoi continuer à gaspiller tout cet argent pour une compétition dont le niveau rase les pâquerettes et dont les stades sont devenus un circus pugilat, une arène de combats au corps-à-corps entre supporters où le farouche entraînement à la violence fait ressortir le vainqueur ? Non pas sur le terrain, mais dans les tribunes, évidemment, où l’exhibition se déroule devant les caméras, sans que les responsables bougent le petit doigt. Est-il normal qu’à la veille de chaque match choc, la DGSN s'enorgueillisse d’avoir mobilisé les agents de l’ordre public par milliers pour en assurer le «bon déroulement» ? Est-il normal que les familles soient exclues des stades par des hordes sauvages, vulgaires, qui obligent jusqu’aux techniciens de la télévision à couper le son pour épargner aux téléspectateurs les insanités déversées par des bandes de voyous surexcités, frustrés, mal élevés, paumés ? Est-il normal que les plus hautes autorités de l’Etat se rendent au stade à la fin de chaque saison, comme si de rien n’était, pour remettre la coupe au club qui aura dépensé le plus pour acheter le plus cher sur le marché des crampons ? Comme toujours, il aura fallu qu’il y ait mort d’homme pour que les voix s’élèvent. Et, comme toujours, lorsque les voix se sont élevées, c’est pour rajouter à la cacophonie ambiante. Alors, de grâce, taisez-vous tous et laissez le défunt Albert Ebossé reposer en paix !
M. A.-A.

Comment (13)

    Docteur Farouk HAMZA
    30 août 2014 - 16 h 55 min

    Non, à l’instrumentalisation
    Non, à l’instrumentalisation de la mort du joueur de la JS de Kabylie Albert EBOSSE !
    En lisant les articles et les commentaires des internautes suite à la mort tragique du joueur de la JS de Kabylie Albert EBOSSE, paix à son âme, force est de constater que certains « vautours et rapaces » de toutes catégories » n’ont pas perdu leur temps dans la compassion et les condoléances. En effet chasser le naturel, il revient au galop.
    Habituellement, je suis très critique à l’égard de ceux qui exercent le pouvoir dans mon pays mais dans le cas présent, est-il réellement objectif et juste de jeter la pierre au gouvernement algérien actuel et de lui imputer toutes les misères du monde et en particulier la responsabilité totale de la mort d’Albert EBOSSE ?
    Dire que le décès de ce joueur est « un meurtre collectif où la violence est devenue ordinaire par la faute du pouvoir », c’est aller vite en besogne et prendre le parti de la facilité en se disculpant aisément face à un phénomène qui n’épargne aucun continent, aucun pays, aucune société et aucun club. Les démocraties occidentales que nous admirons, ont eu à souffrir de cette bêtise humaine. Cette dernière n’a ni spécifique, ni préférence. C’est une pathologie sociale dont la genèse est beaucoup plus complexe qu’elle n’est présentée affirmée et analysée par des personnes aigries comme Boudarène que la pouvoir n’a pas satisfait la prétention, « l’ambition (la prétention) démesurée » et l’opportunisme. Alors ces pseudo-politiciens ne ratent aucune occasion, aucun fait divers pour analyser, expliquer et faire du chantage politicien pour attirer l’attention sur eux en accusant le pouvoir en place.
    Pourtant, ces mêmes personnes sont prêtes à accepter toute proposition venue de ce pouvoir qu’elles ne cessent de critiquer et de disqualifier. Les Saadi, les Khalida Toumi, les….. prétendent être dans l’opposition mais n’ont jamais refusé les largesses du système. Ils ont joui de nombreux privilèges et de faveurs que ce pouvoir leur a attribués alors qu’ils prétendent paradoxalement combattre. Ils l’ont cautionné et ont fait son apologie durant les lunes de miel interminables. Ils veulent le changer de l’intérieur, disent-ils ! Aujourd’hui, sans scrupule, sans aucune éthique, sans pudeur, ils viennent nous expliquer que le pouvoir est derrière cette violence dans les stades en Algérie. Un peu de sérieux ! Ne dit-pas que l’enfer est pavé de bonnes intentions ! Ils se servent de la région, du sport, des problèmes sociaux et aujourd’hui sans décence et sans morale, instrumentalisent le décès du malheureux joueur. Pour arriver à leur fin, tout est permis. De grâce Messieurs, laissez l’âme d’Albert EBOSSE reposer en paix et ne l’utilisez pas à vos sordides objectifs politiciens.
    La stabilité et la paix ont été chèrement payées par le peuple algérien. Cessez de semer le vent pour ne pas récolter la tempête. La responsabilité pénale est personnelle. L’agresseur sera poursuivi par les institutions judiciaires et les lois du pays seront appliquées. L’Algérie est un état de droit ce que ne veulent pas reconnaître ces aigris qui ont raté le train politique. La liberté d’expression n’est pas réprimée comme prétend Boudarène. Le pluralisme en Algérie est une réalité et le peuple est souverain dans ses choix. Cela ne veut pas dire que la nation algérienne permettra le désordre et l’anarchie parce qu’elle en a assez souffert et s’opposera à toute aventure improvisée. Les changements se feront dans la paix par les voies tracées par la constitution et dans le cadre des lois de la République. C’est ce qui se fait peut-être lentement mais surement.




    0



    0
    karimdjazair
    27 août 2014 - 6 h 33 min

    Ces commentaires sont plutot
    Ces commentaires sont plutot negligeables et emanent des memes qui pullulent sur le site pour dresser les algériens.

    Toute violence dans les stades est inacceptable partout en Algérie, pas plus qu’elle n’est propre à une ville, l intelligence ne l est non plus.

    Ce drame doit amener les algériens à méditer, et doit nous servir de leçon, voilà où la violence peut mener, meme si l intention n était pas de tuer. La violence n a pas sa place dans les stades en Algérie, les supporters doivent faire preuve de faire play.

    Et encore une fois, toutes nos condoléances, notre sympathie à la famille de ce joueur africain.




    0



    0
    chawi pure laine
    27 août 2014 - 4 h 07 min

    Ait Amara Merci
    un bon

    Ait Amara Merci
    un bon article au bon moment, en effet cet incident traitre a offert l’occasion à tous les sans scrupule de verser leur venin sur l’Algérie au complet et la Kabylie en particulier qui est connue pour son hospitalité, personne ne peut accuser la population adorable de Tizi, mais parlons entre nous d’ailleurs l’article en parle aussi, ce sport machiavélique je dis cela car il est devenu l’enfer du pays, d’une part Monsieur Bouteflika l’utilise pour manipuler le bétail la preuve il est sorti devant les caméras pour supplier le bosniaque et il n’a pas fait un geste envers les familles des victimes des deux crashs (civil et militaire)de l’autre part ce sport gouverné par le corrompu Raouraoua qui pour plusieurs imbéciles il a fait quelque chose, pour les vrais Algériens oui il a fait, il a rempli ses comptes en Suisse, il a investi un peu partout, il a acquis des terrains et des bâtiments même, revenons au rôle de l’état, cet état de voyous, de minables qui n’est pas capable de protéger une personne, cette police qui est en faillite sur tous les fronts à part celui des répressions des manifestations, entre nous ya jmaa disons la vérité, le pays est devenue un zoo à la merci des voyous oui ou non? Allez y et je suggère au journal de faire un reportage qui peut gagner l’Oscar, allez y dans les salles d’urgence et demandez le cahier des admissions, si je vous dis cela je suis originaire d’une petite localité ou le surveillant médical de nuit m’a filé une information ou on compte plus de 30 agressions par soirée ceci est dans un petit village demandez celui d’Alger, Annaba, Constantine……….. la localité de Ali Menjli à constantine a été le théatre de guerre des gangs ou la police n’a pas mis les pieds pendant 10 mois, les femmes n’ont plus le droit de porter des bijoux, porter un cellulaire ou simplement sortir,l’insécurité règne partout et sa majesté libère à chaque fête nationale des milliers de voyous car il est lui même un voyou, disons la vérité ya jmaaa oui ce geste peut être une manipulation du pouvoir contre cette région qui a offert la crème des crèmes de ses enfants pour la liberté du pays, les Kabyles sont étrangers chez eux et les Marocains dirigent le pays, l’heure est grave, notre réputation est ternie pour de bon et le seul responsable c’est ce traitre de Bouteflika et sa secte qui vont bientot mener le pays dans une guerre et rejoindre leurs maisons ailleurs




    0



    0
    mellah hocine
    26 août 2014 - 22 h 34 min

    Pour karimdjazair (non
    Pour karimdjazair (non vérifié) | 26. août 2014 – 22:37

    M. AIT AMARA a bien fait d’aborder le theme. Combien de commentaires incendiaires que j’ai eu l’occasion de lire, pour amplifier et stigmatiser (comme tu le dis) la Kabylie et les supporteurs de la JSK.
    La dépouille du défunt, à peine à l’hopital de TIZI OUZOU, que j’ai pu lire:
    « ces supporteurs Kabyles c’est des ZOULOUS »
    « la violence est le propre de la kabylie »
    « Ils sont racistes, ils ont tué un NOIR »
     » HANNACHI doit être pendu »

    Et encore, et encore , au point de me dire qui suis-je ?
    Suis-je à la fois raciste, zoulou et violent, moi qui me bouchait les oreilles,face à la télé, lors d’un match opposant la JSK à une autre équipe,avec toute cette panoplie de « GROS MOTS » suivants le mot IMAZIGHEN.Il arrive même que le réalisateur coupe le son, tellement la violence verbale arrive au paroxisme.
    Alors s’il vous plait, en ce moment de deuil national, cessons de nous tirer les uns contre les autres, vous devez comprendre que nous pataugeons tous dans la même gadoue.
    M. AIT AMARA l’a dit avec une certaine vision proche d’une lecture énivrante et moi même je l’ai dit d’une manière énervante. QUE EBOSSE REPOSE EN PAIX DANS TERRE NATALE,NOTRE TERRE A TOUS, CETTE TERRE DE DIEU.




    0



    0
    karimdjazair
    26 août 2014 - 21 h 37 min

    Melah il faudrait arreter un
    Melah il faudrait arreter un peu ton hypocrisie, personne n exploite à des fins sectaires comme toi tu le fais si bien, en stigmatisant les kabyles.

    Au contraire, la plupart dénoncent la violence des stades, et non accablent une ville ou une composante du peuple algérien.

    Mais par contre toi, tu serais le premier à tirer si le drame avait eu lieu à Alger, Constantine ou Oran.C est toi qui t illustrerait par des amalgames et des généralités.

    Alors fais nous l économie de tes sentiments tous faux…




    0



    0
    muha
    26 août 2014 - 21 h 10 min

    NON ,je suis contre cette
    NON ,je suis contre cette avis , en algerie une regle qui est devenu un principe , on enterre la persone apres on parle , mais a la fin on dit rien .
    ç etais un accident selon le vous les media , donc sa famille a le devoir de savoir pkoi on tuer son fils .
    lorsque j’ai vu la video de la famille , j’ai compris que l’homme voulais une vie meilleur , just on la privé de ce reve .
    je parle et je parlerai , allah yarahmou.




    0



    0
    mellah hocine
    26 août 2014 - 18 h 35 min

    AIT AMARA, mais votre texte
    AIT AMARA, mais votre texte confirme l’état de déliquescence de la société Algérienne.
    La violence physique, la violence verbale ou orale, la violence scripturale sont autant de « violences » qui enveloppent l’Algérien.
    L’Algérien a du « sang chaud », il réagit au quart de tour, surtout lorsqu’il s’agit d’un acte de « violence », c’est son ami, il doit le manipuler dans toutes les langues et en tout verbe.
    De surcroit, un événement aussi tragique qui a pour théatre la ville de TIZI OUZOU.
    Chacun vous dira ce qu’il pense réellement, mais assorti d’un « non je ne suis pas raciste »,ou encore « j’aime la kabylie ».Une fausse sonorité, n’est ce pas ?
    Un joueur de foot ball est décédé à TIZI OUZOU, il aurait pu l’être à ALGER, CONSTANTINE, ORAN ou dans une autre ville d’ALGERIE, alors le discours aurait changé, ne vous en faites pas. On subit ce verbiage, mais on essaie tant bien que mal de répondre avec philosophie, en disant que nous sommes tous IMAZIGHEN.
    Ce mot tant insulté ou déformé sur d’autres terrains d’ALGERIE, au point de comparer IMAZIGHEN à des JUIFS.
    Mais , mais EBOSSE, mort, restera vivant pour nous tous, car comme disait un autre qui est toujours en vie chez nous, Mouloud MAMMERI/ Yella Yiwuen Imouth Yella- Yella Yiwuen Yella Imouth.
    En langue de Voltaire/ Il y’a UN qui est mort mais il est là – Il y’a UN en vie mais comme mort.
    Alors EBOSSE KHASS yemouth Yella.




    0



    0
    ABDEL
    26 août 2014 - 14 h 06 min

    un pays qui passe par perte
    un pays qui passe par perte et profit toute une décénnie de crimes,ou les protagonistes se pavanent librement dans les rue d’alger,voila le resultat! une décadence a tous les niveaux,un pays géré par des incapables et des incompétents,alors pourquoi s’étonner de cette violence et de ce cancer qui rongent la societé!!!!ces maux sont occultés par le pouvoir,mais portant celui-ci est toujours prompt a s’indigner des tragédies qui se déroulent ailleurs!!!!




    0



    0
    benkouarAnonyme
    26 août 2014 - 11 h 23 min

    c la goutte qui a fait
    c la goutte qui a fait deborder le vase ce qui devait arrivé un jour arriva car on a laisser faire les chose ce phenomene exsistait bien avant et on a fermer les yeux et la chose la plus grave chez nous c que perssone n’assume ses reponssabilités montrez moi un respenssable qui a fait son mea culpa et decide de demissionné




    0



    0
    Laetizia
    26 août 2014 - 10 h 41 min

    Je suis consternée par ce
    Je suis consternée par ce crime et je m’indigne contre cette prise en otage de nos stades, de nos villes et de nos existences mêmes par des bandes de voyous sanguinaires dignes supplétifs des intégristes. Marre y’en a marre de se sentir menacés, oppressés, contrôlés, empêchés par cette r…. Si j’avais du pouvoir, j’inventerai un goulag, je les ficherai tous aux travaux forcés au Sahara, j’interdirais le foot et je mettrai du badminton à la place !




    0



    0
    Abou Stroff
    26 août 2014 - 9 h 49 min

    le football algérien est à
    le football algérien est à l’image de la société dans son ensemble. si la société, dans son ensemble, est pourrie jusqu’à la moelle des os, pourquoi voulez vous que le foot soit épargné? si des voyous (l’élite de la société algérienne?) occupent des postes stratégiques au sein de l’état algérien, pourquoi voulez vous que les stades soient occupés par des gentlemen? moralité de l’histoire: pour assainir le foot (qui représente une partie), il faut d’abord et avant tout assainir l’Etat (qui est censé représenter le tout). et pour assainir l’Etat, il n’y a pas 36 solutions. il faut abattre la marabunta qui nous gouverne et dont le parrain du moment est notre bienaimé fakhamatouhou national.
    PS: reconnaissons que depuis l’arrivée de kouider el mali sur un char de l’armée qui l’a « élu », l’Etat algérien a atteint un stade de déliquescence avancée et la société un état de délabrement avancé jamais atteint auparavant.




    0



    0
    karimdjazair
    26 août 2014 - 9 h 48 min

    C est pas moi, c est lui !
    C est pas moi, c est lui ! Les accusations en pareille circonstance sont faciles, mais il est urgent que chacun tire les conséquences d un tel drame et réfléchisse sur les conséquences de ce drame.

    Tout le monde a sa part de responsabilité, les supporters en premier, les organisateurs et l Etat. Les solutions pour mettre fin au hooliganisme qui n est pas propre à notre pays, existent. Elles passent par la pédagogie, la prévention et la répression.

    Plus jamais cela, doit etre désormais le leitmotiv. Le fair play dans le football, et le sport en général, doit etre la conduite des supporters en toutes circonstances.




    0



    0
    Anonyme
    26 août 2014 - 9 h 16 min

    SANS DECENCE, sans aucun
    SANS DECENCE, sans aucun respect ni dignité; sans aucune gêne avec toute honte bue ni aucune considération mr Hanachi déclare à qui veut l’entendre que tout ce qui s’est passé dans le stade c’est à cause de l’arbitre mr Benouza ? et continue dans un autre registre de son intelligence de dire que la mort est due peut être à un arrêt cardiaque !!!Mêm le responsable du stade Azouaou Rachid declare a qui veut l’entendre aussi que la faute incombe a l’arbitre!!!! Si ce n’est pas un manque de respect à la vie humaine tout cours de la part de ces 2 énergumènes qu’on me dise ce que c’est??? Je conseille à la famille de Ebossé de deposer plainte pour homicide car et Hanachi et Azouaou sont responsables de ce drame car ni l’un ni l’autre n’ont rien fait pour arreter le deluge des pierres sur le terrain depuis presque le debut et quand Hanachi veut faire chauffer les supporters de la jsk il sait tres bien le faire. NOn aucun joueur n’est prêt a abondonner ce gros paquet d’argent même si demain y aura une dizaine d’assassinats de plus le cirque de hanachi et azouaou c’est juste pour qu’ils n’aient pas d’indemnités à payer à la famille du defunt. Allah yarahmou. Je vous assure que ce crime m’a bouleversé enormément.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.