A qui s’adresse l’opposition ?

Par Kamel Moulfi – Le soixantième anniversaire du 1er Novembre 1954 est passé sans le moindre frémissement dans la classe politique, qu’elle soit au pouvoir ou dans l’opposition, qui aurait pu faire bouger le statu quo et sortir de sa torpeur la population dont une grande partie semble avoir pris la décision de rester à l’écart de tout ce qui n’a pas un rapport direct avec ses ennuis quotidiens : salaire, logement, emploi et même conditions de vie, puisque des gens manifestent dans la rue pour réclamer le gaz de ville, le désenclavement, l’eau, etc. Mise à l’écart par les «décideurs», qui se sont multipliés à tous les niveaux, la population a décidé, elle aussi, de montrer son indifférence à ce qu’ils font. Seuls les observateurs dont c’est le métier s’intéressent à la scène politique. Comme d’habitude, quand la communication institutionnelle et officielle ne fournit rien de consistant, et que tout se prépare dans l’opacité, ils ont scruté les images à la télé et tendu l’oreille aux rumeurs pour décrypter la situation et essayer de deviner la suite des événements. Le résultat de cette «investigation» peut tout juste confirmer qu’«en haut», l’harmonie ne règne pas. Il est clair que la maladie du Président l’empêche d’arbitrer les conflits de toute nature qui surgissent et divisent le personnel du pouvoir. Au centre de la discorde difficilement perceptible à «l’œil nu», certains placent Tayeb Belaïz, ministre de l’Intérieur, qui est présenté dans les médias en «homme du Président», comme si cette mention pouvait le distinguer des autres ministres qui ne cessent de vouloir montrer leur proximité avec le président de la République à coups de «fakhamatouhou» (Son Excellence) dans toutes leurs interventions. Cela dit, le remaniement gouvernemental promis par les rumeurs a fait «faux bond», alors qu’il aurait pu aider à voir plus clair. On peut noter aussi que depuis que Belkhadem a quitté le paysage, plus personne ne parle du projet de révision de la Constitution et encore moins Ouyahia qui a, pourtant, été chargé par Bouteflika de suivre le projet. En refusant de s’inscrire dans cette perspective et en choisissant de faire son chemin à part, l’opposition a tué l’espoir d’une révision consensuelle de la Constitution. Toutefois, son appel ne risque pas de trouver un écho dans la masse, il est adressé à un peuple désorienté et démobilisé sur le front politique.
K. M.

Comment (17)

    karimdjazair
    4 novembre 2014 - 8 h 26 min

    Les algériens n ont pas
    Les algériens n ont pas trouvé d echo ni dans l opposition ni dans le pouvoir, ils attendent l homme providentiel, et pour l heure, vaut mieux rester avec ceux qui sont au pouvoir que de tout perdre. Je pense que c est une sage décision, de toute manière, il n y en a pas d autre, surtout en ces temps incertains et de menaces à nos frontières, du fait de l instabilité et du chaos orchestré par les sionistes dans la région du sahel.

    En meme temps cette situation ne peut perdurer, et il y aura bien un evenement, et Dieu connait ce jour, où nous n aurons plus de président, et cela permettra à un nouvel échiquier que nous esperons honnete, patriotique, competent, incorruptible, desintéréssé si ce n est de servir le peuple…, se mettra en place.

    Allah protège notre pays, et fasse qu il s ameliore de jour en jour, amine.




    0



    0
    Moh62
    3 novembre 2014 - 23 h 14 min

    Que les algériens
    Que les algériens s’impliquent,militent dans les partis,au lieu de les critiquer tout le temps! Y’a 60 partis bon dieu ,que celui qui se sent concerné aille dans un parti de son choix et milite!!
    Quand vous questionnez un jeune sur la politique,il vous répond que ça l’intéressé pas,que les partis c tous les mêmes!!.. Ils attendent que d’autres fassent le travail à leur place,mais ils les critiquent et les accablent,ils sont tous du système,ils brassent du vent,et autres critiques..! Alors laissons faire et tant pis pour les faibles!




    0



    0
    Anonyme3
    3 novembre 2014 - 20 h 48 min

    @Par Anonyme (non vérifié) |
    @Par Anonyme (non vérifié) | 3. novembre 2014 – 19:34

    Et puis dégager boutef et sa clique ce n’est pas un « printemps algérien » ca si tu veux.




    0



    0
    GHEDIA Aziz
    3 novembre 2014 - 20 h 42 min

    Honnêtement, je suis un peu
    Honnêtement, je suis un peu déçu par la politique de la CNLTD qui n’a pas jugé utile de prendre langue avec le FFS. Elle a rejeté son idée de Consensus national sans prendre la peine de l’étudier et de la discuter sérieusement. Pourtant le FFS est connu pour être l’un des premiers partis politiques à s’opposer au pouvoir actuel. Il ne manque pas d’expérience dans ce domaine contrairement à certains partis de la CNLTD qui, il n y a pas longtemps, étaient, quoique à des degrés différents, impliqués dans la gestion de la cité si j’ose dire sous la bannière de ce même pouvoir. Il est vrai qu’en politique, on ne peut pas être éternellement opposant ni éternellement partisan. C’est cette conception de la chose politique qui semble guider actuellement les nouveaux responsables du FFS. Ils tentent de se rapprocher du pouvoir non pas pour avoir une parcelle de pouvoir mais, me semble-t-il, pour trouver une solution à cette crise multiforme qui fait que l’Algérie se trouve devant une impasse. Pourquoi ne peut-on pas leur faire confiance ? Pourquoi ne pas aller à cette conférence de consens national pour savoir de quoi il en retourne ?




    0



    0
    Anonyme
    3 novembre 2014 - 20 h 32 min

    Selon M. Aourag, les drones
    Selon M. Aourag, les drones supersoniques se distinguent des autres types de véhicules aériens autonomes par leur turbo-réacteurs ……« la conception et fabrication des autres catégories de drones est déjà parfaitement maîtrisée en Algérie ».




    0



    0
    Anonyme
    3 novembre 2014 - 20 h 30 min

    L’Algérie fabriquera son
    L’Algérie fabriquera son premier drone supersonique en 2016 dans le cadre de la coopération scientifique avec l’Afrique du Sud, a annoncé dimanche à Oran le Directeur général de la Recherche scientifique et du Développement technologique (DG-RDST), Hafidh Aourag…..(A1)




    0



    0
    Anonyme
    3 novembre 2014 - 20 h 23 min

    Hors sujet mais utile pour
    Hors sujet mais utile pour notre santé!!
    .
    Références à conserver
    __

    Les exemples de médicaments sur ordonnance qui détruisent les nutriments essentiels sont extrêmement nombreux. Les conséquences peuvent porter sur votre énergie, votre humeur, votre libido, votre système immunitaire, bref, sur votre vie ! Il est donc très important de vous renseigner chaque fois que vous prenez des médicaments.
    .
    Il n’est probablement pas utile de l’acheter vous-même, mais sachez qu’il existe une encyclopédie médicale consacrée à ce sujet, intitulée « Drug-Induced Nutrient Depletion Handbook », de Pelton et LaValle. Elle est déjà ancienne (2001) mais tous les médecins pourraient l’avoir dans leur cabinet.

    Voici toutefois un tableau qui vous résume les principaux cas :

    Catég. de médica. ………Nutriments diminués
    .
    Inhibiteurs de l’ECA
    (maladies cardiovasculaires):
    Lopirin®, Xanef® …………….Zinc, sodium

    Antibiotiques : Pénicilline,
    érythromycine ……………….Calcium, magnésium,
    potassium,vitamine K,
    flore intestinale

    Benzodiazépines (contre
    l’anxiété): Valium, Xanax………Mélatonine

    Bêtabloquants (pour les
    maladies cardiaques)…………..Coenzyme Q10, mélatonine

    Pilule contraceptive…………..Acide folique, vitamines
    B1,B2, B3, B6, B12, C,zinc,
    sélénium, minéraux trace

    Bronchodilatateurs (pour
    l’asthme et les problèmes
    respiratoires): Ventoline,
    Serevent……………………..Potassium

    Inhibiteurs calciques (pour
    les maladies cardiaques)……….Potassium

    Médicaments contre diabète:
    Glucophage®, Stagid® et leurs
    génériques …………………..Vit. B12 et B6, acide
    folique, coenzyme Q10 ,zinc,
    magnésium, potassium

    Œstrogènes : Premarin,Prempro…..Vit. B6

    Anti-inflammatoires non
    stéroïdiens : Ibuprofène,
    Naproxène…………………….Acide folique, fer,vit.C

    Diurétiques épargneurs
    de potassium : Aldactone,
    Soludactone ………………….Acide folique, fer,
    vit.C, zinc

    Antidépresseurs ISRS :
    Prozac, paroxétine…………….Acide folique, mélatonine

    Statines (pour diminuer
    le cholestérol): Zocor,
    Lipitor ……………………..Coenzyme Q10

    Diurétiques thiazides :
    hydrochlorothiazide (Esidrex)…..Magnésium, coenzyme Q10,
    potassium, sodium, zinc,
    thiamine, vitamines B6/C

    Médicaments anti-ulcéreux
    (anti-H2)…………………….Vit.B12,D,calcium, fer,
    zinc, acide folique.

    ______

    À votre santé !

    Jean-Marc Dupuis




    0



    0
    Anonyme
    3 novembre 2014 - 18 h 34 min

    Benyoucef Mellouk que nous
    Benyoucef Mellouk que nous soutenons pour son courage et sa détermination à faire triompher la vérité et à mettre à nu les faussaires, commence à nous taper sur notre système nerveux en s’accoquinant avec ce mouvement félon, Barakat, qui voulait un « printemps algérien ».
    Nous sommes donc en droit d’émettre des réserves sur les buts de sa démarche.
    Veut-il la vérité ou le désordre?
    Que peut bien lui rapporter ce mouvement Barakat, qui compte, par opportunisme, se rassembler le jour du procès devant la Cour d’Alger ?




    0



    0
    Anonyme
    3 novembre 2014 - 17 h 45 min

    @Par Anonyme (non vérifié) |
    @Par Anonyme (non vérifié) | 3. novembre 2014 – 17:08

    Et alors?

    Je vous donne un autre plat

    Publié par El-watan

    Benyoucef Mellouk : « je suis menacé par les familles Kafi et Bouteflika »
    Benyoucef Mellouk, qui a fait éclaté le scandale des « magistrats faussaires » et des « faux moudjahidines », a révélé, ce lundi à Alger, les parties qui seraient derrière les « menaces de mort » dont il a fait l’objet ces derniers temps.
    « Je suis menacé par le régime et les membres des familles Kafi et Bouteflika », a déclaré Mellouk, lors d’une conférence de presse organisée par le mouvement Barakat au siège du MDS. Il a expliqué que ces « menaces de mort » sont survenues après qu’il eut « cité les noms de Mohamed Lamine Kafi (proche de l’ancien chef de l’Etat Ali Kafi Ndlr) et celui de Baghdadi proche de la famille Bouteflika à Nedroma », dans le dossier des magistrats faussaires.

    Et d’ajouter : « Ils (les familles en question) ont tout en main, la justice, les services de sécurité et des mercenaires mais je n’ai pas peur ». Il a affirmé aussi avoir reçu des menaces de la part de l’ancien ministre des moudjahiddines, Mohamed Djeghaba.

    Benyoucef Mellouk a rappelé qu’en 1970, le président Houari Boumediene a signé un décret qui limite l’accès aux postes de responsabilité au sein de l’Etat au seuls détenteurs de l’attestation communale d’ancien moudjahid et il se trouve, dit-il, que Baghdadi et Mohamed Lamine Kafi, parmi 522 autres cas similaires, ont fourni de fausses attestations pour accéder au postes de magistrats.

    Benyoucef Mellouk comparaîtra devant la justice le 8 novembre prochain suite à la plainte déposée contre lui par Mohamed Djeghaba et Mostefa Mohamedi, ancien ministre de l’Intérieur, cités dans l’affaire des magistrats faussaires.

    Le mouvement Barakat, selon sa porte parole Amira Bouraoui, tiendra le jour du procès un rassemblement devant la Cour d’Alger pour exprimer son soutien à Benyoucef M




    0



    0
    Algérien
    3 novembre 2014 - 17 h 43 min

    @Par Anonyme (non vérifié) |
    @Par Anonyme (non vérifié) | 3. novembre 2014 – 17:08

    Et alors?

    Longue vie aux voleurs!!!




    0



    0
    Mère-patrie
    3 novembre 2014 - 16 h 23 min

    Voyons ensemble la suite des
    Voyons ensemble la suite des événements qui font froid dans le dos !
    Après la perte de confiance du citoyen sur ceux qui le gouvernent, on se dirige droit vers la rupture qui semble avoir été déjà elle aussi consommée. L’argent, messieurs ne règle pas tout. C’est un simple palliatif ! Ce que va-t-il se passer après ? L’histoire du peuple algérien nous a appris que celui-ci n’a jamais agi face à toutes les souffrances dont il est victime. Mais il a toujours, souvenez-vous, réagi avec fracas.
    Le commentaire de : Par citoyen Karim (non vérifié) | 3. novembre 2014 – 12 :32, n’est-il pas édifiant ? Son auteur le fini par : « Tant bien que mal, le changement finira par l’emporter sur le statut quo, c’est dans la loi des choses ».
    En effet, Personne n’est en mesure de dire quand et comment cette réaction spectaculaire du peuple peut se produire. Une chose est sûre, elle interviendra à n’importe quel moment. Souhaitons seulement que le changement qu’elle désire, s’il n’est pas illico presto, et sérieusement pris en charge par qui de droit, pendant qu’il est encore temps, ce bouleversement, risque d’être confisqué et pris en charge par une rue algérienne déchainée. Ce dont personne ne le souhaiterait par les mauvais temps qui courent, même par ceux qui se croient – à tort – être à l’abri.
    Une légitimité populaire réellement acquise n’est-elle pas le roc contre lequel se briseront toutes les intentions et les agressions adverses quelles qu’elles soient. Cette légitimité populaire tant souhaitée ne deviendra-t-elle pas encore plus imbattable si elle est blindée par une démocratie et des droits qui serviront exclusivement les intérêts du citoyen algérien. Et comme dit l’adage populaire (لا تصد الشعب أي قوة عندما يثور).
    C’est aussi facile que cela si l’on veut éviter qu’autrui exploite nos multitudes failles et divergences pour se faufiler parmi nous et nous opposer les uns contre les autres pour s’entretuer dans le but de s’accaparer de notre richesse comme c’est le cas aujourd’hui en Libye.Continuons de vivre comme si de rien n’était.
    Aux naïfs ne faut-il pas leur demander de nous épargner leurs balivernes telles que : cela n’arrive qu’aux autres !
    A bon entendeur salut !




    0



    0
    Anonyme
    3 novembre 2014 - 16 h 08 min

    @ Au pays des voleurs (non
    @ Au pays des voleurs (non vérifié) | 3. novembre 2014 – 16:22
    Et alors?




    0



    0
    mellah hocine
    3 novembre 2014 - 14 h 49 min

    Pour New kid (non vérifié) |
    Pour New kid (non vérifié) | 3. novembre 2014 – 12:55

    Effectivement c’est comme aller au cinéma, voir un film et sortir en le commentant. Or le scénario écrit est bien développé et les rôles bien distribués et bien joués, mais que peut t’on faire en spectateur.
    Le scénario ALGERIE , est si différent, même bien rédigé, peut ne pas se dérouler comme Ils veulent LE FAIRE, car nous sommes LES ACTEURS, pas des spectateurs. Les constats représentent souvent des freins au changement, alors, chiche, soyons acteurs de notre destin. Car c’est en fait notre destin qui est en jeu, au lieu de compter tous ces ZEROS qui s’ajoutent aux comptes, faisant en sorte que ces ZEROS s’effacent.
    A qui s’adresse l’opposition ? Y’a t il réellement une opposition ?
    Une opposition prise au piège de la « in-concertation », concertation intérieur d’une classe qui n’arrive pas à sortir de sa coquille en se disant autour d’une table « que peut faire ? « .
    La locomotive FFS vous invite à prendre le train d’une démarche moderne, qu’est le dialogue avec toutes les parties constituant ce paysage politique ALGERIEN, y compris « le pouvoir » et le tenant du pouvoir qu’est l’armée. Des militants sincères et patriotes existent dans toutes les sphères du pouvoir, des militants qui veulent un changement , eux qui sont pris dans cette gluante sacre du pouvoir.




    0



    0
    Anonyme
    3 novembre 2014 - 13 h 49 min

    @Par New kid (non vérifié) |
    @Par New kid (non vérifié) | 3. novembre 2014 – 12:55

    Merci pour cette description: Brève est claire!
    La distribution des rôles était excellente!!!
    En lisant votre commentaire, j’ai eu la vraie image de l’Algérie 2014: Comme un gibier de grand calibre…Et le butin est réparti entre les prédateurs selon l’échelon de chacun.




    0



    0
    New kid
    3 novembre 2014 - 11 h 55 min

    Mais à qui le pouvoir se
    Mais à qui le pouvoir se confie-t-il ?
    Mais les Déités n’ont pas besoin de se justifier !
    L’opposition est ou se trouve la tête de l’autruche, comme les problèmes sous le tapis.
    Tant que les sacs se remplissent, les comptes en banques en suisse allongent les zéros, le fauteuil roulant bien huilée, la horde a reçu ses miettes, tout va bien madame la marquise !




    0



    0
    citoyen karim
    3 novembre 2014 - 11 h 32 min

    La CNLTD a fait des erreurs
    La CNLTD a fait des erreurs et Monsieur Makri sait de quoi je parle.
    Le FFS a fait des erreurs et Monsieur Betatache sait de quoi je parle.
    Ceux qui ont accepté la ‘cooptation’ de Abdelaziz Bouteflika ont fait des erreurs et Monsieur Mediène sait de quoi je parle.
    En ce qui me concerne, je suis peut être celui qui a fait le plus d’erreurs depuis que j’essaie d’apporter ma modeste contribution pour un changement dans mon pays, Abdelaziz Bouteflika quand à lui, otage de ses innombrables fautes, est sur le point de commettre l’irréparable.
    Depuis l’attaque cérébrale, l’épisode du val-de grâce et la reddition aux Invalides, l’Algérie –territoire et population- est placée sous la tutelle d’un puissant lobby politico-financier occidental –le Club- et ce n’est certainement pas le procureur général près la Cour d’Alger qui prendra le risque de me contredire…
    Tous ceux qui souffrent, en Algérie ou pour l’Algérie, veulent un changement à la seule condition que celui-ci soit radical.
    Au sein du pouvoir, il sont nombreux à vouloir en découdre avec les pratiques du Clan. Ils ont les moyens pour renverser la vapeur pour peu qu’ils constatent une réelle cohésion d’une opposition homogène qui englobe tous les acteurs sociaux.
    Tant bien que mal, le changement finira par l’emporter sur le statut quo, c’est dans la loi des choses.
    Karim Aït Aïssa




    0



    0
    Anonyme
    3 novembre 2014 - 11 h 03 min

    le groupe des 21 ,lui aussi
    le groupe des 21 ,lui aussi ,avait affaire à un peuple désorienté mais pas démobilisé sur le front politique comme aujourd’hui ;le peuple est très vigilant mais pas démobilisé ;le clan semble croire que cette indifférence lui est favorable au détriment de l’opposition qui si elle continue sur cette lancée aboutira fatalement au succès de ses thèses ;
    la meilleure preuve de cette analyse est l’entrée en jeu du ffs non comme opposant mais à la recherche d’un hypothétique consensus « avec le pouvoir » et le silence de la « spéciale « trotskiste son propre soutien permanent derrière le clan;




    0



    0

Les commentaires sont fermés.