Le FCE résiduel

Par Kamel Moulfi – Dans le monde du patronat, la plus élémentaire des sincérités pousse à reconnaître que le Forum des chefs d’entreprises (FCE) a été enterré par Réda Hamiani lorsqu'il a décidé de «politiser» cette organisation en l'alignant de force sur un candidat lors de la dernière présidentielle, signant ainsi son arrêt de mort en tant qu'organisation éminemment économique. Le FCE, transformé en caisse de résonance pour le pouvoir en place par le président partant, sera définitivement amarré au «système» avec un Haddad à sa tête et un Benamor à ses côtés, deux «hommes d'affaires» qui n'auraient pas connu une telle «réussite» s'ils ne s'étaient pas agrippés aux parois d'El-Mouradia. Les démissions fracassantes de Slim Othmani et Issad Rebrab, puis la décision prise par Réda Hamiani d’écourter son mandat à la tête du FCE et au final Ali Haddad qui surgit pour prendre la présidence de cette organisation patronale, tout cela ressemble à un scénario préparé à l’avance, même si telle n’était pas l’intention de tous ces protagonistes de la bataille du FCE. D’ailleurs, ceux qui s’intéressent à la cuisine interne de cette organisation s’interrogent sur l’utilité de la campagne menée par le candidat unique. Il faut se rappeler que du temps du parti unique, les apparences étaient soignées grâce à la «double candidature», toute formelle, qui avait cours lors des élections de ce type, et cela a continué ensuite avec la présence des «lièvres» dont la fonction est de meubler le décor dans des élections aux résultats connus d’avance. Les différents épisodes du feuilleton FCE semblent avoir été agencés pour servir les intérêts de ce que les commentateurs désignaient par «clan présidentiel», et qu’il est plus indiqué maintenant d’appeler tout simplement «le système». La velléité d’éloigner le FCE du terrain politique et de lui éviter de prendre position dans les élections présidentielles à venir, en modifiant son règlement intérieur, est oubliée. Cette démarche sera bientôt inutile : dès le 27 novembre, le FCE sera ouvertement au service du système. Les patrons qui sont prédisposés à l’opportunisme, et ils sont plus nombreux qu’on ne le pense, n’y voient que des avantages. Quant aux autres, plus courageux, ils ont déjà choisi de quitter le bateau. La «compensation» se fera par l’apport de dirigeants d’entreprises publiques, qui seront sans doute «incités» à adhérer au FCE. Pour l’heure, il n’y a de place, dans le pays, que pour les organisations sociales et professionnelles «institutionnelles», celles qui soutiennent le pouvoir et ses candidats.
K. M.

Comment (9)

    Anonyme
    19 novembre 2014 - 20 h 58 min

    c’est normal que les
    c’est normal que les « patrons » cherchent leurs intérêts ;en optant pour haddad qui a l’appui de said ,ils savent que le « renvoi d’ascenseur » leur est assuré par diverses « facilités » :
    =réduction ou effacement de dettes ,d’impôts ,,
    =marchés de gré à gré couvrant plusieurs fois les  » cotisations » qu’ils ont payées à la promotion du mandat à vie
    =leur inscription au registre de la clientèle du clan =l’accession au bénéfice de la rente .
    des « investissements » aussi rentables n’existent nulle part ailleurs.




    0



    0
    Moh62
    14 novembre 2014 - 20 h 47 min

    Dans ce machin FCE y’a
    Dans ce machin FCE y’a combien de patrons producteurs et combien d’importateurs? Svp si quqlun à la réponse!! Car en lisant l’interview de hamiani,il se dérobe aux vrais questions mais le journaliste arrive à lui faire dire que malgré son aplaventrisme,le FCE n’a pas pu infléchir la politique en faveur des producteurs!! Il est plus facile et rentable d’importer que de produire!




    0



    0
    nora
    14 novembre 2014 - 20 h 27 min

    Il parait que ce gus paye ses
    Il parait que ce gus paye ses employés 15 000 dinars/mois! et ca veut être patron machin-chose! l´exploitation de l´homme par un illuminé pareil est une double honte, faut le faire! il restera tjrs ´fel goudron´.




    0



    0
    knew kid
    14 novembre 2014 - 19 h 36 min

    Tant que « l’entreprise » FCE
    Tant que « l’entreprise » FCE restera dans l’emprise de mains piètres, le savoir, la recherche, et la réussite nous échapperont.
    La liberté et l’investissement vont ensemble. Si l’un des deux est absent, c’est le divorce et la faillite qui s’ensuivra.
    L’état manque à son devoir si les lois ne répondent pas au « fair play » et s’engage diabliquement dans une politique de clientélisme ténébreux. Son devoir c’est de légifère justement pour que tous soyent égaux devant l’impôt et combattre l’informel corrupteur.
    Mais dans une république de « beni amiss » ou foisonnent les usurpateurs, c’est le retour au Far West d’antan.
    Malheureusement ces « visiteurs » du moment, ne saurai par où commencer pour éplucher une banane !
    Cette organisation est un club fermé, aux ayants droit de par leur mérite et connaissance. Alors que Les amis sans bagages y sont jetes pour se tourner les pouces et ralentir l’economie de par leurs incapacités.




    0



    0
    Sprinkler
    14 novembre 2014 - 19 h 25 min

    Une essaim d’acridiens ces
    Une essaim d’acridiens ces colons de sa Majesté qui sèment la désolation, de vrais criquets pèlerins…L’extinction  » génétique  » du peuple saharaoui n’est pas une vue de l’esprit, la politique d’occupation et d’oppression menée par le Maroc depuis 40 ans est en tout point semblable à celle que la raclure sioniste applique  » méthodiquement  » dans cette Palestine qui se meurt à petit feu dans une indifférence universelle…Peu de gens croient encore au retrait du Maroc de ce territoire spolié et l’ONU paraît impuissante devant l’entêtement et les tergiversations du M’khnez assuré des appuis de ses soutiens  » traditionnels « …La prépondérance des colons marocains dans ce contexte d’occupation fausse toute perspective de référendum. L’indépendance des Saharouis est au bout du fusil et non dans ces interminables ballets diplomatiques sans lendemain qui, in fine, consacrent la prédation et l’expansionnisme marocain. Toute l’Afrique du Nord souffre des frasques, des caprices et des folies de ce royaume de sable et de vent…Quant au sujet de l’article, je dirais :  » diversion, posture et imposture « . Le Maroc a exporté du terrorisme. Qu’il assume.




    0



    0
    mellah hocine
    14 novembre 2014 - 18 h 28 min

    Les Faiseurs de Crise
    Les Faiseurs de Crise Economique (FCE) semblent se complaire dans une position de maître d’un ouvrage qui risque de s’écrouler d’un moment à l’autre.
    Les assises, piliers semblent être installés sur du sable mouvant en équilibre instable.La base de sustentation est réduite à sa plus faible dimension qui ne peut pas soutenir toute cette oeuvre grandiose construite par nos fidèles martyrs: L’Algérie indépendante.




    0



    0
    Anonyme
    14 novembre 2014 - 13 h 43 min

    « dès le 27 novembre, le FCE
    « dès le 27 novembre, le FCE sera ouvertement au service du système. Les patrons qui sont prédisposés à l’opportunisme, et ils sont plus nombreux qu’on ne le pense, n’y voient que des avantages. » dixit K. M.. erreur d’appréciation! en effet, il me parait plus logique de souligner, avec force, que c’est plutôt le système (rentier) qui se met, OFFICIELLEMENT au service du FCE (qui représente un sous-ensemble de rentiers). car, n’oublions jamais que nos soi disant chefs d’entreprise n’ont de chefs d’entreprise que le nom! autrement pourquoi le « système » importe t il TOUT, y compris des ouvriers non-qualifiés. nos « chefs d’entreprise » représentent ils autre chose que des clients (qui signent des contrats de gré à gré pour siphonner de l’argent public et gaver leurs protecteurs) de la marabunta qui nous gouverne quand ils ne sont pas partie intégrante de la marabunta qui nous gouverne? la réponse est évidente au regard de leurs performances, n’est ce pas? alors trêve de plaisanterie! le FCE, au même titre que l’ugta, le fln, le rnd, le taj, le pt, le pim, la pam, le poum et le pipo, ne sont que divers appellations pour une même réalité: un ensemble de clubs de rentiers qui se gavent en « ingurgitant » une partie de la rente pétrolière et en en saupoudrant une partie sur la plèbe pour que cette dernière ferme sa gueule. moralité de l’histoire: bit it que nous assistons à l’émergence d’un nouveau rapport de force au sein des couches rentières qui domine le système. bi tit que la marabunta qui nous gouverne, veut-elle se donner une nouvelle virginité en mettant en avant de soi disant chefs d’entreprise (qui joueraient, bien qu’ils en soient tout à fait incapables, le rôle d’une classe bourgeoise) et cacher, dans le même mouvement d’autres prédateurs (des « hommes politiques, des généraux, de hauts fonctionnaires,..) qui se sont délictueusement enrichis grâce à leur proximité des centres de décisions.




    0



    0
    visiteur
    14 novembre 2014 - 12 h 09 min

    suite a l’article de mr
    suite a l’article de mr Mebtoul
    mrs Mebtoul économiste de renommé et mr Benchicou fondateur du très sérieux journal lematin organe de presse indépendant non inféodé 2 grandes personnalités intellectuelles pour lesquelles j’ai beaucoup d’estime et de respect.
    2 lueurs d’espoir dans un monde inculte et obscur ils oeuvrent et prechent pour le rapprochement et la fraternité entre les peuples contrairement a une majorité inculte qui n’aspire qu’a la haine et aux divisions.ils ne sont pas seulement algériens ils sont nord africains car ils sont des notre
    je ne dirais pas maghrébins parceque ça va facher plus d’un dans ce site




    0



    0
    Anonyme
    14 novembre 2014 - 11 h 25 min

    Heureuse de savoir que cette
    Heureuse de savoir que cette organisation est en fait un ramassis de va-nu-pieds, sans diplome, sans pudeur, sans âme et sans religion. Partant de ce¨postulat qui repose sur le ventre et autres bassesses, il finira par s´auto-détruire, Darwin disait bien qu´un organe qui ne travaille pas finit par s´atrophier, ce qui arrivera à ces bipèdes à cervelle limitée à la goinffre.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.