Violence banalisée

Par Kamel Moulfi – La violence ne veut pas quitter les stades où elle semble s’être installée durablement sur les gradins avec des spectateurs prêts à en découdre entre eux au moindre prétexte. La gravité du phénomène n’est pas prise au sérieux et c’est plutôt la politique de l’autruche qui est adoptée si l’on interprète bien la position des médias publics, et même d’une partie de la presse indépendante, qui ont décidé de ne pas donner d’informations sur les actes de violence qui continuent d’émailler les rencontres de football. Les images diffusées sur les chaînes de télévision privées sont impressionnantes. Les batailles rangées qui opposent les supporters des deux clubs en présence, et qui ne sont souvent justifiées par aucun enjeu véritable, ont tendance à devenir une constante des championnats et le risque de voir ce triste spectacle se banaliser est bien réel. Les responsables chargés, à divers niveaux, de juguler cette flambée de violences – qui ne touchent pas que les stades – et de lui trouver de vraies solutions à long terme, sont visiblement dépassés et n’arrivent pas à trouver la bonne démarche. En misant, de façon routinière, avec l’illusion d’innover, sur la politique spectacle, à partir d’un scénario totalement irréaliste de la présence de familles dans les stades, et en croyant que la médiatisation allait faire le reste, ces responsables ont montré leur ignorance des données du problème de la violence chez les jeunes dans notre pays. Les causes sont en dehors de l’enceinte sportive, elles sont dans la société où les jeunes se retrouvent livrés à eux-mêmes, les leçons paternalistes d’antan n’ont plus d’effet sur eux, celles données à l’école ne sont pas convaincantes et la loi ne leur fait plus peur. Il y a une impression d’abandon totale de cette frange de la population, qui devrait pourtant bénéficier de tous les égards, étant largement majoritaire dans le pays. S’agissant de la violence dans les stades, il faut ajouter que l’intrusion de l’argent, sale, dit-on, dans le football n’est pas étrangère à cette dérive. Le football s’est dangereusement éloigné de sa vocation qui consiste à éduquer et non pas à entretenir la haine.
K. M.
 

Comment (3)

    tahia el djazair
    23 décembre 2014 - 16 h 27 min

    ce n’est pas de la « Violence »
    ce n’est pas de la « Violence » , mais un processus d’ensauvagement de la jeunesse et de la population par le foot et par la manipulation « behavioriste » des foules par les maffias des stades et des bureaux où se conjuguent les lois de la Paresse, de l’aliénation psychologique et spirituelle , de l’ignorance , du chauvinisme, de l’abrutissement et de la névrose hystérique comme mode de comportement et comme démence existentielle … Tôt ou tard ce poison du foot ball va tuer l’Algérie .. vous verrez !!!




    0



    0
    Anonyme
    23 décembre 2014 - 15 h 14 min

    Excellent rapprochement avec
    Excellent rapprochement avec la Radio des Mille Collines de sinistre mémoire. On a accordé la liberté d’expression télévisée à des demeurés; c’est comme qui dirait donner de la confiture aux cochons. Cette précieuse liberté a été conquise de haute lutte en Europe par des gens qui en connaissent le prix et qui savent en user.
    Il faut que les démocrates fassent beaucoup de bruit pour étouffer définitivement les hurlements à la mort de notre chaine télé des Milles Collines.




    0



    0
    SiZineddine
    23 décembre 2014 - 12 h 33 min

    La vilence, c’est l’appel au
    La vilence, c’est l’appel au meurtre, c’est une chaine TV comme Ennahar qui est passé à un niveau de violence plus élevé. Apres avoir fai un reportage équivoque sur les étudiantes les trainant dans la boue, les qualifiant de prostitué sans en apporter la preuve mis à part des video ou on les filme en pyjama chez elles dans leur chambre et qualifiant qu’être en pyjama dans une cité ou seule des jeunes filles resident est un acte de pornographie, mis à part les propos mensonger d’un gardien mythomane qui disait que la jeune fille lui donnait une bourse qu’elle met 3 mois pour l’obtenir et qu’elle le lui offrait pour sortir quelques heures ou qu’elle payait en nature dans sa loge de concierge avant qu’ils la laisse sortir et revenir à 5heure du matin etc.. Mis à part ces mensonge éhontés et ridicule qui a brisé la vie de plusieurs etudiantes algeriennes, maitenant Ennahar s’occupe des écrivains algeriens fianlistes dans des concours littéraires seculaires, Elnnahar fait directement de l’appel au meurtre. Ennahar a consideré que les opposant politiques les plus faibles étaient finacé par la CIA, par BHL et par je ne sais quel organisme. Aujourd’hui on considere cette TV comme dangereuse, aussi dangereuse que radio des mille collines de Rowanda qui faisait de l’appel au meurtre parfois moins directement que le fait Ennahar. Cette chaine devrait être fermée et ses responsables mis aux arrêts pour appel au meurtre et pour avoir servi de tribune à des salafistes pseudo immam manipulés par le régime pour proteger une presidence frauduleusement élue. Cette chaine TV devrait fermer. Ou on applique la loi qui punit l’appel au meurtre et on devient une nation en appliquant la loi ou bien on décide de n’être qu’une Somalie bis. Aucune nation n’a été bâtie sur l’absence de la loi. Si on n’applique pas la loi, on a décidé alors de faire de notre pays une Somalie bis.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.