La Tunisie annule la taxe de sortie du territoire pour les Algériens

La Tunisie a décidé d’annuler la taxe de sortie du territoire pour les Algériens. La mesure a été votée aujourd’hui lors d’une séance plénière par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Selon la presse tunisienne, un projet de loi exemptant les citoyens maghrébins de la taxe de sortie du pays de 30 dinars avait été déposé auprès du Parlement qui a voté donc à la majorité en faveur du texte de loi d’exemption de la taxe de sortie du territoire. Celle-ci concerne en plus des ressortissants algériens tous les citoyens de l’Union du Maghreb arabe, les Tunisiens résidant à l’étranger, les membres des gouvernements étrangers, les hautes personnalités officielles et les titulaires de passeports diplomatiques. La loi n° 8 de l’année 2015, désormais en vigueur, exempte aussi les fonctionnaires des organisations gouvernementales internationales et régionales, les personnes expulsées avec l’approbation de leurs pays, les réfugiés politiques en Tunisie, les staffs techniques des avions et bateaux en repos technique et les croisiéristes. L’Agence de presse tunisienne (TAP) mentionne que des députés de différents groupes se sont mis d’accord sur l’importance de l’exemption des citoyens maghrébins afin de consacrer l’appartenance de la Tunisie à l’espace maghrébin. Il est à rappeler que les voyageurs et les transporteurs algériens ont multiplié il y a quelques mois les actions de protestation contre la nouvelle taxe douanière de sortie du territoire imposée par les autorités tunisiennes. Une décision qui a suscité notamment la colère des transporteurs algériens, camionneurs et chauffeurs de taxi qui traversent la frontière entre l'Algérie et la Tunisie, parfois deux fois par jour, et qui se retrouvaient astreints au paiement répété de la taxe. Les transporteurs étaient d’autant plus en colère qu’ils estimaient injuste que l’Algérie n’applique pas le principe de réciprocité et laisse donc les transporteurs tunisiens, et notamment les «trafiquants de carburant», entrer à leur guise en Algérie pour faire le plein d’essence, plusieurs fois par jour, pour le revendre en Tunisie, sans être soumis à aucune taxe. Les chauffeurs avaient même bloqué avec leurs véhicules le trafic aux postes frontaliers d'El-Ayoun (nord) et de Ouargla (sud) dans les deux sens. Plusieurs dizaines de citoyens avaient aussi vivement protesté au mois de septembre dernier près du poste frontalier de Taleb-Larbi (90 km à l’est d’El-Oued) contre la taxe introduite par la Tunisie. Il est à rappeler que c’est en août 2014 que les autorités tunisiennes avaient annoncé le début de l'application d'une taxe de sortie d'un montant de 30 dinars tunisiens, équivalent de 2 100 DA (selon le taux du marché parallèle), applicable à tous les étrangers non résidant en Tunisie.
Meriem Sassi
 

Comment (2)

    chelali amine
    6 août 2016 - 22 h 09 min

    c’est injuste et répugnant
    c’est injuste et répugnant que le gouvernement ne réagisse pas et qu’ il ose lui aussi imposé une taxe a ces fils sans avoir peure gouvernement merdique.




    0



    0
    chelali amine
    6 août 2016 - 22 h 09 min

    c’est injuste et répugnant
    c’est injuste et répugnant que le gouvernement ne réagisse pas et qu’ il ose lui aussi imposé une taxe a ces fils sans avoir peure gouvernement merdique.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.