De Benhadj à Belhadj

Par R. Mahmoudi – Peu de choses ont filtré des pourparlers entamés à Alger entre les principaux leaders politiques libyens représentant les forces en présence. Mais on devine la complexité de la chose, vu les antagonismes et les positions irréconciliables entre le gouvernement islamiste pro-qatari de Tripoli et les milices armées qui lui sont proches, d’un côté, et le gouvernement anti-islamiste de Tobrouk. Si l’Algérie a déjà réussi à ramener les protagonistes à la table des négociations, c’est qu’une entente est possible et que les deux parties ont compris que la partition de leur pays n’était finalement pas une solution. A priori,tout peut se régler par le dialogue. Néanmoins, quand on entend le chef du Parti national libyen et ancien mercenaire d’Al-Qaïda en Syrie, Abdelhakim Belhadj, dire à partir d’Alger que le problème de Daech – qui occupe de plus en plus d’espaces en terre libyenne – était «soluble dans le dialogue politique», on ne peut être que dubitatif sur l’avenir de ce pays voisin. On attendait que Belhadj et ses alliés politiques se démarquent du terrorisme international et qu’Alger exige cette condition comme préalable à toute négociation, mais cela n’a pas eu lieu. Au contraire, les islamistes accusent l’armée que commande le général Haftar d’être «la source du terrorisme en Libye» (dixit Belhadj). Cela nous rappelle le cas du FIS dissous en Algérie, dont les dirigeants – de Benhadj à Layada – refusent jusqu’au jour d’aujourd’hui de reconnaître leur responsabilité première et celle de leurs bras armés (GIA, AIS, etc.), dans le terrorisme qui a fait des dizaines de milliers de morts et continuent à rejeter la responsabilité sur l’armée. A la différence que, pour cette raison précisément, aucune discussion n’a été et ne sera envisagée avec eux en Algérie.
R. M.

Comment (12)

    Moh62
    14 mars 2015 - 23 h 38 min

    La seule solution c la
    La seule solution c la partition. Les islamistes ne se rendent jamais,ils sont pas comme les autres c des fous de je ne sais quoi,pas de dieu comme ils disent! Avec eux y’a que la force et la guerre. Je parle pas des croyants,des vrais comme nos parents qui ne savaient même pas la différence entre chiite ,malekite wahhabite etc.,etc.. Ils font leurs prières point à la ligne,la foi est personnelle entre soi et dieu,le coran le dit bien: pas d’associé à dieu,c clair!




    0



    0
    Nass!ma
    14 mars 2015 - 20 h 59 min

    Que dieu le tout puissant
    Que dieu le tout puissant protège mon pays. Fallait -il vraiment que ces libyens renversent kadafi?. Fallait -il vraiment qu´ils demandent aux occidentaux d´intervenir militairement pour détruire leur pays ?
    Le tribalisme, c´ est tout un état d´esprit en Libye .Ils se sont alliés a la France on prenant la France pour une organisation sociale fondé sur une tribu puissante.Donc ds la mentalité bédouine libyenne,cela ne pose aucun problème pour eux que leur clan soit dirigé par une tribu puissante et on a vu le va et vient des représentants du CNT entre la Libye et la France .Ibn Khaldoun insiste sur le fait que plusieurs clans peuvent se regrouper pour être dirigé par le
    clan le plus puissant et le groupe ethnique dominant sera le plus enraciné ds la vie bédouine et le plus sauvage .

    Le tribalisme,source de violence politique et ethnique en Afrique.
    http://leportique.revues.org/1404




    0



    0
    New kid
    14 mars 2015 - 15 h 11 min

    De l’enfer aux Hadès, ce
    De l’enfer aux Hadès, ce n’est pas un choix que l’on offrirait à ses pires ennemis.
    Ces médiateurs, présomptueux, ignorant leur trahison envers leur propre peuple, sont voués à l’échec.
    Les (…) (de villes et de campagnes) réunis autour du fromage libyen se veulent la part du lion, mais rien pour le peuple meurtri par ces factions criminelles!




    0



    0
    Kahina
    14 mars 2015 - 12 h 56 min

    La rahma de Bouteflika a bien

    La rahma de Bouteflika a bien démontré que les islamistes sont irréversibles, d’où ils ne respectent pas les contrats et les ententes.
    Aussi, je crois qu’il ne faut jamais dialoguer avec les intégristes.
    Ils accusent l’Armée pour être la source du problème, juste pour avoir l’immunité totale et une indemnisation pour assurer une belle vie confortable et une retraite paisible. En d’autres termes, une récompense pour avoir détruit leur pays. Ils réclament une solution à la Benhadj Algérien.

    Il ne faut pas oublier que en Algérie les sanguinaires sont devenus des personnalités politiques, qui, jusqu’à présent, nous insultent et menacent en directe.




    0



    0
    tahia el djazair
    14 mars 2015 - 12 h 42 min

    il n’ y a qu’une seule force
    il n’ y a qu’une seule force en Afrique du Nord qui peut vaincre le wahabisme islamiste et son projet impérial de terreur esclavagiste totalitaire : le nationalisme berbère maghrébin, expurgé en Algérie de sa tare séparatiste « kabyliste » du MAK allié au sionisme international lui-même allié stratégique du wahabisme monarchiste arabe et ses organisations terroristes :

    les alliés objectifs actuels du nationalisme berbère sont : les nationalistes amérindiens d’Amérique du Nord , les nationalistes aryens européens , les nationalistes arabes chrétiens , chiites et républicains au Liban , en Syrie et en Irak , les nationalistes perses , les nationalistes turcs touraniens et kemalistes , les nationalistes hindous , la Chine populaire , la Russie nationaliste , les mouvements de libération noirs africains, les nationalistes égyptiens et nubiens …
    les pires ennemis actuels des peuples berbères étant l’alliance judeo -sioniste et arabo-wahabiste , sous tutelle anglo-américaine , la lutte de libération berbère d’Afrique du nord doit être universelle et doit se porter sur tous les continents .




    0



    0
    A Mohand ami aazizen
    14 mars 2015 - 11 h 44 min

    avec la peste, on ne négocie
    avec la peste, on ne négocie pas, une seule solution : l’extermination pur et simple.




    0



    0
    Laetizia
    14 mars 2015 - 11 h 16 min

    Il faut avoir le courage
    Il faut avoir le courage politique de Sissi l’égyptien!
    Niet c’est niet! pas de discussion possible avec les terroristes. Pour moi ce ne sont pas des musulmans c’est même l’inverse, une sorte d’antéchrist! Des épisodes semblables ont jalonné l’histoire des pays musulmans et la réponse a été cinglante alors pourquoi cette mollesse, la peur des US?




    0



    0
    Anonyme
    14 mars 2015 - 11 h 01 min

    Il faut exterminer ou exiler
    Il faut exterminer ou exiler les islamistes et ne jamais leur faire confiance car ils ne changeront jamais .
    Qui aurait donner de l importance à ces hommes s ils n avaient pas utiliser la religion et la violence pour avoir le pouvoir?
    Ils ont trouvé le bon creneau pour se faire une place au detriment du bien être de leur peuple et de leur pays.




    0



    0
    umeri
    14 mars 2015 - 10 h 47 min

    En Algérie, le conflit a
    En Algérie, le conflit a opposer l’Etat et son armée d’un coté et les islamistes du F I S, de l’autre, le peuple pris en étau. En Libye, il y a trois forces en présence, les islamistes du Qatar, les Khadafistes et les hommes de Hafar, soutenu par les U S A, alors ce n’est pas demain la veille, ce sera au plus fort, déterminé,et le mieux équipé qui prendra le s destinés du pays.




    0



    0
    ghazel Dilmi
    14 mars 2015 - 10 h 45 min

    On perd du temps et de moyens
    On perd du temps et de moyens si on continue à croire sur la possibilité de trouver un terrain de conciliation avec ces barbus primates aux moustaches rasées pour la simple raison qu’ils puisent leurs dogmes du corpus wahabit qui ne tolère aucune critique ou opinion.
    Voyons ce qui se passe autour de nous sans aller loin, dans nos rues par exemple même s’ils sont minoritaires, ils essayent à leurs manières de nous dire indirectement qu’on est pas comme vous en se distinguant par leurs habits et culinaires par lesquels ils n’hésitent pas à nous harceler que tout bon musulman devrait porter ou manger, la célébration des fêtes nationales ou ancestrales est une innovation (bidaa) qu’il soit honni tout celui qui les fête et pour ne citer que ceux- la.
    La solution réside dans le départ systématique du régime actuel avec une transition impliquant des élites politiques de différentes tendances sauf celles qui se sont exclues d’avance par des dogmes qui heurtent avec les principes des droits de l’homme




    0



    0
    New kid
    14 mars 2015 - 10 h 05 min

    Que veut l’islam moderne ?
    Que veut l’islam moderne ? Les islamistes du Daech de connivence avec E-bay sont en train d’assurer leur retraite en vendant ce qu’ils pillent en Irak.
    Des pièces anciennes et objets d’arts se retrouvent en vente libre sur le marché à des prix dérisoires.
    Lorsque le djihalisme remplace l’islamisme en Irak ou en Libye, ces terroristes ne pensent qu’a l’argent qu’ils peuvent entasser.
    « Qui tue qui » est du passé, « qui amasse quoi » est le mot du moment.
    Des monarchies aux oligarchies, des fisistes aux daeschistes, la bouillabaisse est la même !




    0



    0
    Abou Stroff
    14 mars 2015 - 9 h 47 min

    un compromis avec des
    un compromis avec des islamistes est, par construction, un compromis boiteux qui sert TOUJOURS les islamistes au détriment de la partie adverse. le reste, tout le reste n’est que phraséologie creuse pour niais confirmés.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.