Et l’agriculture ?

Par Kamel Moulfi – Le silence officiel qui semble être la démarche adoptée dans l’affaire de l’exploration du gaz de schiste est rompu de temps à autre par la même litanie sur l’absence d’impact de cette activité, pourtant réputée fortement polluante sur l’eau et, donc, sur la santé des populations riveraines et l’économie de tout le pays. Faut-il rappeler que la sécurité alimentaire, enjeu prioritaire, dépend de l’eau ? Sauf si on fait le raisonnement absurde qui consiste à miser sur les ressources externes que procureront les exportations de gaz de schiste pour importer la nourriture qui nous manque. Les recettes tirées de la vente d’hydrocarbures ont toujours justifié le peu d’intérêt accordé à la production nationale et, plus grave, aux efforts pour développer l’agriculture. Pourquoi investir dans l’eau et la terre, si on peut s’en passer en achetant la sécurité alimentaire. Aujourd’hui, la combinaison de quelques chiffres devrait convaincre les plus têtus, y compris ceux qui persistent dans le genre «c’est une chèvre, même si elle vole». Les dernières données publiées par l’Office national des statistiques (ONS) nous apprennent que l’Algérie compte près de 40 millions d’habitants. A ce rythme d’accroissement démographique, la cinquantaine de millions pourrait être dépassée en une génération. Pour 2014, les importations de produits alimentaires par l’Algérie ont enregistré un niveau record, quelque 11 milliards de dollars, approchant les 15% de hausse par rapport à l’année précédente. Il s’agit de chiffres officiels, donc en principe «favorables» au gouvernement, si on pense qu’ils sont «corrigés » quelque part. C’est le Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (Cnis) qui révèle que la balance du commerce extérieur de l’Algérie est au plus bas avec un déficit établi à 341 millions de dollars sur les mois de janvier et février contre un excédent de 1,71 milliard de dollars à la même période de 2014. Des chiffres rendus publics par l’APS, officielle elle aussi. De l’extérieur, nous parviennent des chiffres encore plus inquiétants, le cours du baril de Brent de la mer du Nord continue sa chute et dément les illusions de reprise des prix à la hausse. C’est le pétrole sur lequel on compte pour vivre. La solution n’est pas dans la fuite en avant vers plus d’hydrocarbures à vendre aux autres pour avoir les moyens de nourrir la population. N’est-elle pas dans le développement de l’agriculture ? Une conférence sur le commerce extérieur se tient, aujourd’hui et demain à Alger, pour parler de… la diversification des exportations. Au lieu d’une grande rencontre nationale sur l’agriculture, incluant le développement des régions sahariennes et le problème de l’eau. Urgente, celle-là.
K. M.
 

Comment (14)

    Laetizia
    31 mars 2015 - 8 h 55 min

    Nous n’avons pas assez de
    Nous n’avons pas assez de cadres compétents, les quelques personnes compétentes sont étouffées, empêchées et leurs avancées réduites à néant par les médiocres du style de ce que rapporte Mo62. Il faut qu’ils soient mis hors d’état de nuire!
    En m^me temps, il faut rechercher une assistance technique internationale de qualité (des experts réputés) et sans obédience politique, il en existe, il nous en faut dans tous les domaines et sur tout le territoire, à commencer par l’agriculture, l’environnement et le tourisme. il n’est pas honteux de ne pas savoir faire, ce qui est honteux c’est de s’acharner alors qu’on ne sait pas faire en prétendant savoir (pour prendre l’argent et construire sa « villa »), le résultat nous l’avons sous les yeux.




    0



    0
    Anonyme
    30 mars 2015 - 23 h 43 min

    90 milliards de dollars
    90 milliards de dollars dorment dans des chkaras (informel).
    300000 importateurs qui tuent l’agriculture et le reste.
    Des millions d’hectares de terres fertiles en jachères .
    Des barrages partout ,des stations d’épuration ,la nappe albienne.
    On a l’argent ,on a les terres ,on a l’eau ,on connait les freins qui empêchent la production nationale .
    Il ne reste plus qu’à se retrousser les manches et au boulot .




    0



    0
    Moh62
    30 mars 2015 - 22 h 02 min

    Nô comment!
    Lors d’un

    Nô comment!
    Lors d’un séminaire sur la sécurité alimentaire du pays,bidon comme beaucoup d’autres,un responsable au ministère de l’agriculture a dit » nous assurons la sécurité alimentaire car on a le pétrole pour assurer nos importations » un autre a dit » en important du mais on importe de l’eau virtuelle » c à dire au lieu de produire du mais qui nécessite de l’eau qu’on n’a pas on préfère importer directement du mais!! Sans commentaire! Bravo nos ingénieurs bidon du ministère de l’importation!! On n’est pas sortis de l’auberge.




    0



    0
    Laetizia
    30 mars 2015 - 20 h 50 min

    une catastrophe archéologique
    une catastrophe archéologique de plus (et donc un pan d’Histoire qui s’en va) frappe notre pays: on nous annonce la « découverte » d’un site numido romain à oum el bouaghi. j’ai mis des guillemets parce il faut savoir que ce site était en théorie classé et donc non constructible. Des bâtiments hlm s’y trouvent désormais. ce lieu historique qui aurait pu être une source de revenus pour les habitants de cette commune vient renforcer le bataillon des sites stériles et laids que fabrique à la chaîne la ripoublique couscoussière et ses sinistres dans le mépris le plus total du bon sens.




    0



    0
    ghazel Dilmi
    30 mars 2015 - 18 h 04 min

    Lyes Oukane, bonjour !
    Merci

    Lyes Oukane, bonjour !

    Merci de m’avoir signaler cet erratum !




    0



    0
    Anonyme
    30 mars 2015 - 18 h 02 min

    les conflits pouvant naitre
    les conflits pouvant naitre entre pouvoir et peuple sont choses courantes partout et de tout temps ;
    les gouvernants qui se sentent injustement rejetés ou maltraités (par la vox populi) doivent savoir que leur véritable satisfaction se fera auprès d’Allah seul juge infaillible ;
    ils doivent revenir à la raison et assurer leur devoir sacré vis à vis de ce pays et de ce peuple qui n’est devenu que ce que la gouvernance a voulu qu’il soit ;
    la situation du pays nécessite des sacrifices là où c’est nécessaire et les multiples dangers qui guettent le pays induisent une urgence à ne pas sous estimer ;
    quant à ceux qui peuvent redresser la situation et qui refusent d’agir ,ils doivent savoir que la mémoire collective et l’Histoire sont infaillibles et leur jugement est inéluctable sans oublier la sanction divine qui prouve tous les jours qu’elle commence d’abord ici bas.




    0



    0
    Lyes Oukane
    30 mars 2015 - 16 h 45 min

    @ tahia el Djazair
    Bonjour

    @ tahia el Djazair

    Bonjour ,

    je comprends ta rancœur et ta frustration . Nous en sommes tous arrivés aux mêmes constats . c’est la débâcle et la gabegie à tous les étages .

    Tu voudrais que notre pays devienne comme la Chine . Un pays autrefois incapable de nourrir son peuple et qui aujourd’hui est la deuxième puissance mondiale… et ce n’est pas fini .

    Seulement ,les chinois ont inventé la poudre ,il y a des milliers d’années de ça . Nous ,on en est encore à importer le fil à couper le beurre .

    Le poisson pourrit par la tête . Tout le monde sait ça ,surtout nos pingouins d’el Mouradia . Dont acte .




    0



    0
    Lyes Oukane
    30 mars 2015 - 16 h 34 min

    @ ghazel Dilmi
    Bonjour ,
    sans

    @ ghazel Dilmi

    Bonjour ,
    sans aucune prétention et après relecture. Il me semble que tu voulais dire monothéistes plutôt que monolithiques en parlant des trois grandes religions ( Islam ,Chrétienté et judaïsme ). Je me trompe ?




    0



    0
    tahia el djazair
    30 mars 2015 - 14 h 31 min

    sans une agriculture forte ,
    sans une agriculture forte , moderne et productive l’Algérie patinera toujours dans le vide … La France nous a laissé une plaie agricole qui est le problème des terres coloniales et que l’état doit tout de suite verser dans les domaines militaires pour servir de fermes militaires pour nourrir nos troupes … l’ANP doit avoir ses fermes militaires et son complexe militaro- industriel au Sud , au Nord et dans les hauts plateaux et elle doit mailler le territoire de sa présence comme toute armée qui se respecte et ne doit pas compter sur les bras cassés et les « agriculteurs  » algériens trabendistes qui vivent de spéculation et de prêts ( souvent effacés ), pour espérer ses réserves de vivres stratégiques …
    en outre l’ANP doit avoir ses propres centres de recherche , ses laboratoires , ses TIC , ses propres moyens de BTP , ses medias et ses moyens de communication et ne doit jamais compter sur l’université algérienne qui coule sous le charlatanisme wahabiste des frères musulmans et où l’on vend les notes aux filles et où on méprise la science et la recherche moderne

    les officiers supérieurs algériens en retraite, isolés et coupés de la réalité , qui « pantouflent » dans leurs maisons à ne rien foutre et le commandement de l’ANP doivent discuter avec Bouteflika de ces choses et de ces projets avant qu’il ne soit trop tard .. il faut savoir ce qui se passe .. le pays coule ruiné par : la paresse , l’indiscipline générale , la corruption générale et l’idéologie wahabiste insidieuse qui est entrain de casser toutes les hiérarchies nationales et de pourrir la mentalité de la jeunesse algérienne dans tous le secteurs …

    Le pays coule , l’agriculture sombre , le commerce est gangréné par la contrebande et l’informel , le trafic et la corruption se généralise , la jeunesse mal encadrée plonge dans la drogue , le fainéantise , la frustration sexuelle , l’oisiveté et le vice , les familles sont dépassées par la demographie galopante ,l’ignorance et le recul de la technique et de la science recule aggravés par le charlatanisme wahabiste théologique et ses mœurs médiévales et terroristes , les élites démissionnaires, bigotes et lâches qui ne pensent qu’à fuir en Europe , la société clochardisée malgré les richesses de la nation , les dirigeants isolés , coupés des réalités amères du pays ,complexés par le mythe de la démocratie formelle de merde , sourds aux vrais aspirations du peuple algérien , intoxiqués par les fantasmes de la « démokhratie » d’une bande de frères musulmans compradores et de leurs complices aventuriers de tous poils … quelle démocratie ??? il n’ y a pas de démocratie !! Il n’ y a que des nations puissantes , organisées , heureuses, travailleuses ,excellentes et il y a le quart monde des pays faibles , crasseux , divisées , plongées dans la guerre civile , le sous-développement , l’arriération et l’esclavage … de quel peuple algérien veut-on parler ? celui des fictions des feuilletons egyptiens ou celui de la réalité ? le peuple algérien le vrai , les pères de familles , les ouvriers , les paysans ,les soldats les cadres , les employés , les jeunes qui travaillent , ceux qui étudient , ceux qui sont algériens ne demande pas cette démocratie de débiles , de singes , de parasites et de sacs poubelles !!il ne veut pas de ces bavardages et de ces querelles de hamam de tous ces misérables gourous wahabistes des frères musulmans et de leurs compères de l’opposition et du pouvoir !! Le peuple algérien veut des choses réelles , claires et possibles : une nation puissante et disciplinée qui lui garantit l’avenir de ses enfants et lui assure son bonheur social et sa sécurité nationale , il veut des routes bien faites , des immeubles bien construits , des villes et des villages propres et fleuris , une administration efficace et accueillante , des dirigeants intègres et intelligents et pas des bandits et des idiots , une école performante et scientifique avec des professeurs en costumes cravates et pas des charlatans incultes en claquettes qui ne se lavent même pas , et des « mémés » absentéistes grassement payées pour être toujours enceintes … Le peuple algérien veut vivre digne et prospère avec les richesses de son pays et le labeur de ses enfants … l’ANP et les nationalistes (s’il en reste ) doivent militariser ( c’est à dire discipliner ) ce pays avant qu’il ne sombre




    0



    0
    Kahina
    30 mars 2015 - 14 h 29 min

    Mais qui va importer ???
    Qui

    Mais qui va importer ???

    Qui va importer les déchets alimentaires du globe. L’importation assure le kourssi des incompétents rassurés par le soutien des pays exportateurs des déchets.

    Non, l’Algérie ne doit jamais exporter
    Non, l’Algérie ne doit pas avoir l’autosuffisance alimentaire.
    C’est ça le message des maitres du monde. De tels messages sont bien exécutés par des dirigeants qui baignent dans des dossiers de corruption.
    Et c’est la même chose pour le gaz de schiste. Les corrompus exécutent seulement.




    0



    0
    AOMAR
    30 mars 2015 - 13 h 44 min

    QUAND VOUS SAUREZ QUE LES 8,3
    QUAND VOUS SAUREZ QUE LES 8,3 MILLIONS D’HA DE SAU (Surface agricole utile) SONT SUFFISANT POUR FAIRE NOURRIRE 80 MILLIONS DE PERSONNES (selon les criteres des agences specialisees de l’ONU) POUR PEU QU’ON IRRIGUE AU MOINS 3 MILLIONS D’HA ET QU’ON MET EN PLACE UNE POLITIQUE DE REGULATION FINANCIERE ADEQUATE VOUS SAUREZ POURQUOI LA DEPENDANCE ALIMENTAIRE DE L’ALGERIE ENVERS LA FRANCE EN PARTICULIER EST VOLONTAIREMENT ENTRETENUE PAR LE SYSTEME EN PLACE.




    0



    0
    Rouichedz
    30 mars 2015 - 13 h 32 min

    Pourquoi voulez-vous que nos
    Pourquoi voulez-vous que nos responsables fassent de la securité alimentaire et industrielle un priorité du moment que la france coloniale s’en occupe parfaitement avec les 20 milliards d’euros qu’elle tire annuellement du trésor public pour nous refiler sa quincaillerie et son blé charbonné.

    Un peu de serieux ya Si Kamel et surtout ne pas prendre le citoyen Lambda pour ce qu’il n’est pas. Please.




    0



    0
    New kid
    30 mars 2015 - 11 h 26 min

    (…)
    L’Algérie est devenue

    (…)
    L’Algérie est devenue l’Eldorado des flibustiers internationaux aidée par la branche corrompue du système.
    Où est la cour des comptes et ou sont ces magistrat qui devait être l’Elliott Ness du Gouvernement.
    La rente les a endormis. Du moment qu’ils touchent leurs mois, les diablotins continue leur machiavélique commerce,

    Les promesses continuent à remplir la une des journaux nationaux.
    Ah si l’état le voulait ! L’état seul peut entreprendre de tels projets,
    La sécurité des citoyens en est une.
    Un barrage de proximité pour alimenter ces nouvelles terres.
    L’équipement nécessaire comme en Ukraine, USA, etc pour lancer le programme.
    Utiliser les agronomes algériens et toute la main d’œuvre qui va avec.
    Des usines de transformations de produits alimentaires etc.
    Des routes, chemins de fer pour l’accessibilité et le transport.
    Réduction de chômage au niveau national, l’autonomie sur les importations
    Etc. La liste est longue.
    Mais malheureusement ce gouvernement préfère laisser nos milliards pour le plaisir des étrangers au lieu de développer ce potentiel et recouvrir notre indépendance économique. . /
    C’est à se demander s’il n’existe pas de complicité entre le ministère de l’agriculture et les barons de l’importation ?
    L’état nous dit qu’il a des millions d’hectares au sud prêt à être défrichés et cultivés.
    L’état nous dit qu’il a formé des centaines et des centaines d’ingénieurs agronomes depuis 62.
    L’état nous dit que les barrages sont pleins, qu’il pratique le délestage pour éviter les cracks.
    Le peuple voit que l’eau qui s’échappe des conduites d’eau est plus importante que sa consommation.

    La rente, la corruption, le chômage balayés sous le tapis sont le résultat d’une incompétence que le peuple ne comprend plus.
    Pourquoi alors freiner le développement qui réduira la facture d’importation. Les milliards ne manquent pas pourtant.
    Le lobby des importateurs a les reins solides d’après beaucoup !
    Le gaz de schiste sera-t-il la cause pour ce frein ? Sacrifier la nourriture pour un désastre écologique monstre ? Dévier l’eau des cultures vers l’exploitation de récupération du gaz et pétrole ?
    La vision du gouvernement sur ces richesses ; l’affolent-il au point de masquer la vérité et nous cacher le soleil avec un tamis ?




    0



    0
    ghazel Dilmi
    30 mars 2015 - 11 h 25 min

    Le bon de dieu a mis six
    Le bon de dieu a mis six jours pour créer l’univers c’est l’interprétation d’un verset qu’on trouve dans les livres sacrés des religions monolithiques dont l’islam fait parti. Par le travail les nations se développent et deviennent les maîtres de leurs destins. Ce qui se passe chez nous c’est l’inverse, la notion de travail est quasiment relégué dans notre subconscient si ce n’est pas pire. On exploite les richesses de ce que la nature nous a donnés sans pensés un jour qu’elles se tariraient. Il est temps de se réveiller et de compter sur soi avant qu’il ne soit tard.Au travail bande de feignant




    0



    0

Les commentaires sont fermés.