Erreur de dosage

Par Houari Achouri – Le remaniement partiel du gouvernement a été, cette fois, particulièrement indigeste pour l’opinion publique dans notre pays et plus encore pour les ministres qui ont été mis dehors. Les témoins privilégiés racontent des tas d’anecdotes sur le choc subi par les partants, complètement surpris par l’annonce qu’ils ont été enlevés alors qu’ils étaient en pleine mission qu’ils ont dû écourter. Sans aucun préavis. En attendant que chacun retrouve ses esprits, il y a le temps de commenter un fait abracadabrant qui a dominé le paysage médiatique. L’information a été véhiculée par les médias et les réseaux sociaux, et a alimenté les discussions, elle ne pouvait passer inaperçue. Il y a eu visiblement une erreur de dosage dans la fabrication d’une information imaginaire pour les besoins de la propagande occidentale ou alors les «faiseurs d’opinion» étaient sûrs d’avoir affaire à un monde peuplé de gens d’une crédulité extrême, prêts à avaler toutes les couleuvres, et ils n’ont pas tellement tort. Le mensonge est tellement présent dans les nouvelles balancées par les médias occidentaux qu’il a fini par faire disparaître tout sens critique chez ceux qui suivent l’actualité. Il s’agit, comme certains l’auront deviné, de la fameuse exécution du ministre de la Défense de la Corée du Nord… au canon anti-aérien. La scène, complètement loufoque, est facile à imaginer. Aucun démenti officiel n’est venu de Pyongyang, mais à la télévision, cet officier supérieur a semblé ressusciter puisqu’il est apparu à l’écran, bien vivant. Evidemment, c’était un mensonge concocté dans les laboratoires de propagande occidentale. Qu’est-ce qu’on a pu être naïfs d’y croire. Plus le mensonge est gros et plus il a des chances de passer, dit-on. Et dans le cas de République populaire démocratique de Corée – un pays qui possède des capacités de dissuasion nucléaire d'autodéfense, ça, c’est vrai – la démesure dans le ragot est permise. Le monde occidental a besoin de nourrir les fantasmes sur les pays qui ont choisi une «autre voie» pour les discréditer. Et il y a des médias à son service pour le faire et des naïfs pour le croire.
H. A.
 

Comment (6)

    kahina
    18 mai 2015 - 19 h 42 min

    M. Achouri,
    Votre article a

    M. Achouri,

    Votre article a eu une vision!

    Effectivement,
    Youcef Yousfi et LAMAMRA ont eu droit à une deuxième âme. Ils ont ressuscité. Mais qui les croyait mort ??




    0



    0
    anonyme
    17 mai 2015 - 21 h 33 min

    belaïz a lâché l’intérieur,
    belaïz a lâché l’intérieur, enfin l’Algérie va retrouver un semblant de police et discipline
    Yousfi la bravoure, ne se courbe pas devant haddad l’(…) entrepriseur




    0



    0
    Arnaud
    17 mai 2015 - 11 h 29 min

    Un remaniement ministériel
    Un remaniement ministériel consiste à modifier la composition du Gouvernement pendant la durée du mandat de l’Assemblée (législature) sans pour autant provoquer sa démission. Selon son ampleur, il sera qualifié de politique, lorsqu’il est important, ou de technique, lorsqu’il est plus réduit. Les modifications sont effectuées par décret.
    Cet événement peut prendre trois formes distinctes :

    Un ou plusieurs ministres souhaitent quitter le Gouvernement, en général parce qu’ils se sont présentés avec succès à une élection, et qu’ils souhaitent se consacrer à de nouvelles fonctions, ou parfois à cause d’un désaccord politique. Le Premier ministre accepte leur démission, le Président de la République en prend acte, et les sortants sont remplacés par de nouveaux ministres.

    Un membre du Gouvernement peut également être révoqué, en général après avoir commis une grave faute politique (ex : annoncer la mise en place d’une politique alors qu’elle n’a pas été agréée par le Premier ministre ou se montrer non solidaire de la politique menée). Le cas est rare : il s’est produit en 1974, Jean-Jacques Servan-Schreiber, ministre des Réformes, ayant rendu public son opposition à la reprise des essais nucléaires décidée par le président de la République et le Premier ministre. Une fois révoqué, le sortant est remplacé.

    Souvent, le remaniement a une portée plus grande et peut concerner un nombre important de membres du Gouvernement, et le Premier ministre lui-même. Il se produit soit lorsque le Gouvernement est en place depuis plusieurs années et que le besoin d’un changement semble avéré, soit lorsque le Gouvernement essuie de fortes critiques dans l’opinion publique, voire connaît des revers électoraux. L’ampleur des changements est alors importante et fortement médiatisée afin d’adresser un message de renouveau aux observateurs (ex : remaniement du gouvernement Juppé en novembre 1995, du gouvernement Raffarin en mars 2004, du gouvernement Fillon en mars 2008 et en juin 2009, changement de Premier ministre en avril 2014).
    Source DILA




    0



    0
    Anonyme
    17 mai 2015 - 10 h 59 min

    Tant que le peuple accepte
    Tant que le peuple accepte l’inacceptable, c’est à dire les Bouteflika et la corruption qu’ils ont institutionalisé, pour détruire le pays au profit de nos pires ennemis d’hier et d’aujourd’hui, preuve à l’appui, l’Algérie sera toujours en très danger.




    0



    0
    zorba
    17 mai 2015 - 10 h 46 min

    « La teneur du remaniement
    « La teneur du remaniement ministeriel a été indigeste pour l’opinion?La teneur de l’article et sa redaction aussi!Quelques lignes,puis on passe aux mensonges des medias occidentaux,aux laboratoires de propagande occidentale?De la Corée du Nord,et l’Algérie,on botte en touche?Pourquoi ne vouloir exister qu’a travers l’Occident?Toujours pour tout se referer a l’Occident?Une obsession?Dans les medias occidentaux on ne s’occupe que très rarement de l’actualité du Maghreb.




    0



    0
    Kahina
    17 mai 2015 - 9 h 35 min

    Si j’ai bien compris, tous
    Si j’ai bien compris, tous ces ministres qui sont ZA3MA limogés vont ressusciter dans d’autres postes de responsabilité ( ambassadeurs, diplomates, fonctionnaires à la présidence,…etc).
    Aussi,
    Tous les accusés jugés et condamnés pour corruption seront libérés après le verdict final.

    La question que je me suis posée : Pourquoi les dossiers de corruption ( jugement) et le remaniement ministériel ont été fabriqués dans la même période. Si c’est pour faire avaler des couleuvres au peuple, alors c’est raté.
    Si c’est pour combler un vide par des discussions sur les deux sujets, c’est la preuve de leurs ECHEC aussi




    0



    0

Les commentaires sont fermés.