A quoi joue Erdogan ?

Par R. Mahmoudi – Washington et Ankara ont franchi un pas dangereux, hier, en décrétant une zone tampon au nord de la Syrie, dont ils confient le contrôle à leur milice dite «Armée syrienne libre» qu’ils avaient aidée à se constituer au début des événements dans ce pays, il y a trois ans. Cela se passe au moment où la Turquie croise le fer avec la rébellion kurde. Non seulement cette décision est une violation flagrante du droit international, puisqu’elle a été prise sans l’aval des Nations unies ni du pays concerné, la Syrie, mais plus grave encore, cela va davantage encourager les groupes terroristes à continuer leur avancée. A moins que ce soit le véritable objectif des coalisés. Après avoir été longtemps nourrie et dopée par les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite et la Turquie, notamment, cette organisation tentaculaire dite «Etat islamique en Irak et en Syrie» est en train de se retourner contre ses promoteurs. Attentat par-ci, incursion par-là, le mouvement terroriste Daech ne reconnaît plus aucun maître sur les territoires poreux qui s’offrent à lui. C’est une constante dans sa logique de guerre : là où il y a un Etat failli, il s’empare des frontières pour, d’abord, les effacer et y ériger, ensuite, une zone de non-droit qui deviendra bientôt un «émirat». C’est ainsi qu’il avait commencé aux frontières irako-syriennes et s’affaire aujourd’hui en Libye, autre pays en voie de décomposition, à instaurer son «émirat». C’est pourquoi la surveillance de nos frontières est et sud-est revêt une importance extrêmement vitale. Le projet de partition du Sud libyen, qu’on évoque avec instance depuis quelques jours, entre les deux tribus qui se font la guerre – les Toubous et les Touareg – peut cacher un plan bien plus dangereux qui, sous couvert d’une pseudo-zone de sécurité, accélérera l’avènement d’un empire islamiste dans cette région.
R. M.

Comment (26)

    selecto
    13 août 2015 - 0 h 18 min

    Les islamistes Turques
    Les islamistes Turques travaillent pour les intérêts de leur patrie la Turquie, ils ne prennent pas des prénoms orientaux comme les islamistes algériens qui n’ont aucune personnalité et ne se considèrent même pas Algériens mais musulmans et travaillent contre les intérêts de l’Algérie, ils refusent même la reconnaissance de la légitimité de la cause sahraouie pour ne pas froisser leurs compères Marocains pourtant ces derniers soutiennent leurs gouvernement dans son entreprise coloniale.
    Mis à part ça Les Turques c’est des crapules.




    0



    0
    Anonyme
    12 août 2015 - 22 h 41 min

    Je dis aux sales turcs, que
    Je dis aux sales turcs, que les KURDES ont le droit de vivre. Vive le Kurdistan libre.




    0



    0
    Anonyme
    12 août 2015 - 18 h 34 min

    «A quoi joue Erdogan
    «A quoi joue Erdogan ?».
    —————————
    Il essaye de jouer à la…pétanque, mais il n’a aucun talent.
    D’autant plus qu’il n’arrive toujours pas à bien en assimiler règles.
    Alors, je pense que ça va mal finir !




    0



    0
    Anonyme
    12 août 2015 - 17 h 38 min

    La France et la Turquie
    La France et la Turquie n’auront absolument rien en SYRIE, car BAchar AL ASSAD a rejeté la proposition, soutenue par Ankara et Paris, de créer une zone tampon sur son territoire pour offrir une protection aux civils qui fuient les terroristes de l’État islamique dans le nord du pays, a fait comprendre mercredi le ministre des Affaires étrangères.
    « La Syrie fera tout le nécessaire pour préserver sa souveraineté et son intégrité territoriale, après avoir discuté avec ses amis russe et iranien », a déclaré le ministre dans un communiqué rapporté par l’agence officielle Sana.
    « Le peuple syrien ne tolérera aucune ingérence dans ses intérêts. La tentative turque d’installer une zone tampon sur le sol syrien est une violation flagrante des principes et des objectifs de la convention des Nations Unies. »
    La RUSSIE et l’IRAN scrutent et visionnent tout mouvement des troupes Turques ou alliées sur le territoire Syrien.




    0



    0
    SMCO
    12 août 2015 - 16 h 53 min

    Celui qui ne trouve pas que
    Celui qui ne trouve pas que l’ingérence de la Turquie dans les affaires de la Syrie est une pure agression au service des intérêts d’Israël et les fantoches du Golfe Persique, soit il est mal informé, soit il est sous l’influence des Islamo-Judaïstes. La Turquie a toujours était une nation agressive est colonialiste. Erdogan avec ses visions hégémonistes a perdu la vitesse dans l’accord nucléaire Iranien pour faire place a l’Iran d’occuper le siège qu’il lui revient dans cette zone ou les bougandouras ont longtemps permis a l’occident de télé-gouverné.




    0



    0
    fatigué
    12 août 2015 - 15 h 55 min

    Par Asabr El Djamil (non
    Par Asabr El Djamil (non vérifié) | 12. août 2015 – 12:37
    nous algériens sommes très politisés et savons qu’un battement d’ailes à Manille peut provoquer un vent de sable à Ouargla, donc on s’interesse à ce qui se passe la bas au moyen orient , en Syrie, en Irak et en Turquie….et pas seulement.




    0



    0
    Anonyme
    12 août 2015 - 15 h 11 min

    A cela s’ajoute chez les
    A cela s’ajoute chez les Turcs un sourd ressentiment envers la France qui a « lâchement » profité des guerres russo-ottomanes pour envahir l’Afrique du Nord. L’Algérie, écrit le quotidien islamo-conservateur Kudret, « était nôtre ! Elle fut envahie au milieu du XIXème siècle sous prétexte de réprimer la piraterie ».
    ———–

    LES TURCS ont eu la Turquie actuelle par la violence, ils sont 40 peuplades a l’avoir fondee.. Ils viennent de loin et n’ont qu’un desir, prendre la part des autres. Etat colonialiste et predateur dans l’ame.
    Il faudrait qu’il rende Damiette a la Syrie d’abord…




    0



    0
    Anonyme
    12 août 2015 - 15 h 08 min

    I
    Fin 1961, la donne change

    I
    Fin 1961, la donne change radicalement, les militaires cèdent la place aux civils et à Ismet Inönü, l’ancien bras droit d’Atatürk. Considérant l’indépendance acquise, le gouvernement turc refuse de franchir le pas de la reconnaissance du GPRA [38]. D’autre part, la Turquie a conscience qu’un tel geste risquerait d’aggraver les obstacles qu’elle rencontre à Bruxelles dans la perspective de son association au Marché Commun, à laquelle le général de Gaulle est visceralement opposé. Une fois l’indépendance proclamée, un certain désenchantement transparait dans l’opinion publique. Même les plus fervents partisans de l’indépendance commencent à émettre des doutes sur l’Algérie de Ben Bella, et sa dérive socialisante.




    0



    0
    Anonyme
    12 août 2015 - 15 h 07 min

    II
    Pour leur part, les

    II
    Pour leur part, les Algériens garderont une rancune tenace des équivoques d’Ankara, en particulier des votes aux Nations unies. Tant et si bien que lors de la première visite officielle du Premier ministre turc en Algérie en 1985, Turgut Özal sera contraint de présenter manu militari des excuses « humiliantes » dès sa descente d’avion à Alger [40]]. Comportement d’autant plus ingrat qu’il ne prend pas en compte la complexité de la position turque. Prisonnier de l’alliance occidentale, leur crédibilité en cause, il était impossible aux Turcs de clamer publiquement avoir joué double jeu et livré des armes au FLN.
    L’affaire algérienne est en dernier ressort un révélateur d’un pays à la recherche perpétuelle de son identité profonde, déchirée entre son désir d’Occident et son enracinement en Orient.




    0



    0
    Anonyme
    12 août 2015 - 15 h 01 min

    LES TURQUITUDES ET
    LES TURQUITUDES ET TURPITUDES…
    .
    La turcité supposée ou avérée de la population algérienne constitue un autre registre de ce discours. Son origine est à chercher à Alger, Blida, Tlemcen, Médéa, Constantine, chez les descendants des Kouloughili, fruits des amours entre soldats turcs et autochtones.
    .
    Indice du souvenir vivace de cette présence, les propos tenus par le Secrétaire général des Affaires étrangères au représentant israélien à Ankara : « Menderes ne saurait ignorer encore longtemps le sort de la minorité turque en Algérie ».
    .
    http://www.lesclesdumoyenorient.fr/La-Turquie-et-la-Guerre-d-Algerie.html#nh28
    .
    KESAKO ???




    0



    0
    Antisioniste
    12 août 2015 - 14 h 55 min

    Salamou 3alikoum
    –Non

    Salamou 3alikoum

    –Non seulement cette décision est une violation flagrante du droit international, puisqu’elle a été prise sans l’aval des Nations unies ni du pays concerné, la Syrie, mais plus grave encore, cela va davantage encourager les groupes terroristes à continuer leur avancée. A moins que ce soit le véritable objectif des coalisés.–

    Monsieur Mahmoudi vous n’etes pas tres loin de la vérité, mais les restrcutions sur les com m’oblige a etre tres concis.




    0



    0
    Anonyme
    12 août 2015 - 14 h 52 min

    Jusqu’en 1959, la radio
    Jusqu’en 1959, la radio turque utilise le terme de « rebelle » dans ses bulletins d’informations pour qualifier les insurgés algériens.




    0



    0
    Anonyme
    12 août 2015 - 14 h 51 min

    La Turquie a voté avec la
    La Turquie a voté avec la France en 1955,
    La Turquie a voté contre elle en 1960, 1961, 1962,
    La Turquie a voté s’abstient en 1956, 1957, 1958, 1959.




    0



    0
    Anonyme
    12 août 2015 - 14 h 50 min

    Ankara a constamment voté
    Ankara a constamment voté «contre l’Algérie à l’ONU entre 1954 et 1962». Pire, membre de l’OTAN, elle a alimenté l’effort de guerre français « au moins par l’achat d’une bombe larguée en Algérie ou d’une balle tirée contre les Algériens»




    0



    0
    Anonyme
    12 août 2015 - 14 h 32 min

    Par Asabr El Djamil (non
    Par Asabr El Djamil (non vérifié) | 12. août 2015 – 12:37

    Fais-toi turc ! Beaute turquoise…




    0



    0
    Mouloudeen
    12 août 2015 - 14 h 30 min

    Quid de la reconnissance du
    Quid de la reconnissance du génocide arménien par ce terroriste salafisto-wahabite a la cravate qu’est Erdogan




    0



    0
    AOMAR
    12 août 2015 - 14 h 29 min

    VIVEMENT CE PRINTEMPS TURC
    VIVEMENT CE PRINTEMPS TURC POUR FAIRE TOMBER CET ERDOGAN ET RAMENER LA PAIX EN SYRIE.




    0



    0
    Anonyme
    12 août 2015 - 14 h 10 min

    Par Asabr El Djamil (non
    Par Asabr El Djamil (non vérifié) | 12. août 2015 – 12:37

    Les Algeriens pensent ce qu’ils veulent Monsieur Le Beau. La lachete et la trahison des Turcs durant le siege de 1830 ne sauraient etre oubliees. L’Algerie n’a ete reconnue par la Turquie qu’en 1972… !!!
    Dites a Merdogan pour reprendre l’autre APnautes que je suis pro-armenien. TOTALEMENT.
    Un etat qui se dit musulman et qui soutient l’Otan et Israel, dans le Coran, ca a un nom : Hypocrite, faux-musulman. Etre musulman ne signifie pas faire un genocide et se cacher derriere la Oumma pour qu’elle soutienne l’etat salaud.
    Faites passer le message a Ergodan le Khabit min el Khobata.




    0



    0
    Ziad Alami
    12 août 2015 - 13 h 57 min

    De toutes les manieres le
    De toutes les manieres le « Printemps Turc » se précise de jour en jour pour faire dégager ce terroriste a la cravate qu’est Erdogan ainsi que ces feodaux roitelets des monarchies arabes (pays du Golfe-Maroc-jordanie) promoteurs du terrorisme salafisto-wahabite et enfin ramener la PAIX sur cette terre.




    0



    0
    Anonyme
    12 août 2015 - 12 h 51 min

    Erdogan joue a la
    Erdogan joue a la crapule.
    Rien de nouveau sous le soleil.
    Personne ne se souvient de la crapulerie des Ottomans ?
    Vivement que le genocide armenien leur fasse fermer la truffe definitivement.
    Ils enlevaient, excusez du peu, de jeunes garcons chretiens (grecs, georgiens) a leurs familles, les initiaient par un lavage de cerveau et des pratiques sexuelles sodomites pour en faire des soldats qui protegent leurs beys et leurs deys. Les Armeniens ont raison de ne pas lacher l’affaire. Entre les wahabites, les ottomans, l’Islam a ete deshonore par ces crapules sans nom.




    0



    0
    anonyme
    12 août 2015 - 12 h 36 min

    Par Asabr El Djamil (non
    Par Asabr El Djamil (non vérifié) | 12. août 2015 – 12:37
    nous n’avons pas besoin de vos conseils et encore moins de votre censure, les algériens ont le droit de s’intéresser à tout ce que bon leur semble! ils ont le droit de savoir où ils mettent les pieds et qui sont les partenaires économiques qui tentent de revenir en force dans notre pays ! vous avez l’air piqué au vif par nos commentaires, dîtes bien à merdogan qu’on est pro kurdes!




    0



    0
    Asabr El Djamil
    12 août 2015 - 11 h 37 min

    Je ne comprends pas ce
    Je ne comprends pas ce soudain intérêt des algériens à l »actualité turque. La Turquie est un pays membre à l’Otan, il est normal qu’il fasse appel à lui comme le prévoient les articles 4 et 5 de cette alliance.L’Algérie aurait fait autant si elle y était membre et si elle avait des frontières avec l’Irak et la Syrie. La Turquie se défend et défend ses intérêts et est en droit d’être ambitieuse. Au lieu de fustiger les grandes puissances et Israel, Turquie, Iran, essayons de nous développer scientifiquement et technologiquement pour rattraper un retard de 50 ans.




    0



    0
    Anonyme
    12 août 2015 - 10 h 24 min

    Erdogan joue une partition
    Erdogan joue une partition sioniste sur ordre de ses maîtres sionistes. L’Iran est de fait la plus grande puissance régionale, qui contrôle les règles du jeu. Les sionistes, les occidentaux et leurs valets du golf (Arabie, Qatar …) sont piègés et foutus.




    0



    0
    Boualem
    12 août 2015 - 10 h 20 min

    Salut,
    l’Histoire se répète,

    Salut,
    l’Histoire se répète, « Daech » dans les année 40, s’appelait les « Hagana », s’était des terroristes israéliens entrainés par les britanniques, et les premiers colons en Palestine était des allemands sous le protectorat ottoman.




    0



    0
    anti taburcs
    12 août 2015 - 9 h 59 min

    @zorba, l’algérie connait la
    @zorba, l’algérie connait la traîtrise des ottomans, elle ne peut leur faire confiance à nouveau. NON il n’y a pas de sympathie pour la turquie tout juste quelques âmes égarées qui font cycliquement du tourisme chez nos ennemis. avec l’avènement prochain de l’état kurde et la destruction imminente du daesh, merdogan sera probablement bientôt à la tête d’un troupeau de chèvres quelque part en anatolie.




    0



    0
    zorba
    12 août 2015 - 6 h 46 min

    Il y a une rivalité ouverte
    Il y a une rivalité ouverte et déclarée entre l’Arabie Saoudite et l’Iran pour le leadership et le contrôle de la région,l’Egypte empétrée dans ses problèmes internes etant pour l’instant spectateur.Le pouvoir d’Erdogan s’essouffle,les dernières élections ont été un revers inatendu et cinglant,protégé par sa qualité de membre de l’OTAN,utilisant le nationalisme ottoman,le démantelement de l’empire après la premiere guerre mondiale est toujours une plaie jamais refermée,la Turquie veut revenir au moyen-orient pour gerer la région ,reprendre la main sur les terres autrefois vassales,Algérie comprise.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.