Des sermons mort-nés

Par R. Mahmoudi – Faut-il fermer toutes les maternités publiques et réorienter toutes les femmes sur le point d’accoucher, ou du moins celles qui en ont les moyens, vers les cliniques privées ? A suivre l’actualité affreuse de ces établissements, on est en droit de penser qu’on s’achemine sérieusement vers cela. Après le scandale du CHU de Constantine qui a fait révulser tous les Algériens, un cas de décès d’une femme sur le point d’accoucher vient de survenir à Oued El-Athmania, dans la même wilaya. Plus récemment encore, un homme qui accompagnait sa femme enceinte a été sauvagement agressé par des agents de sécurité dans un hôpital de Bouira, après avoir cherché à comprendre pourquoi on refusait l’accès à la patiente. Dans un témoignage vidéo diffusé sur les réseaux sociaux, cet homme parle d’un «abattoir» où l'on envoie les gens pour mourir ou se faire tabasser. Dans une autre ville de l’Est algérien, deux médecins se sont carrément approprié une maternité publique pour en faire une clinique privée. Les exemples qui attestent d’une dérive dangereuse dans ce secteur donnent le vertige. Au point que l’opinion commence à se demander s’il n’y a pas des mains «invisibles» derrière cette explosion soudaine de scandales fortement médiatisés, y compris par la télévision nationale qui a habitué son public à des reportages plutôt lénifiants, même sur les sujets les plus brûlants. Une médiatisation qui profiterait à quelque lobby de sangsues qui voudrait accélérer le processus de privatisation du secteur. Si leur objectif était de faire admettre aux Algériens qu’il n’y a plus aucune possibilité de redressement de la situation dans les hôpitaux algériens aujourd’hui, eh bien, c’est réussi ! Car ni les professions de foi du ministre ni ses sermons ridicules devant les caméras de télévision n’ont plus aucun impact sur le cours des événements.
R. M.

Comment (5)

    Aherbebou
    25 août 2015 - 22 h 06 min

    Benbouzid a saboté
    Benbouzid a saboté l’enseignement,Boudiaf est entrein de saboter la santé.Le premier,pour éviter au peuple algérien d’avancer (progresser) le deuxième pour obliger le peuple de s’arrêter (trangresser)




    0



    0
    karimdjazair
    25 août 2015 - 13 h 09 min

    Je pense que l Algérie paye
    Je pense que l Algérie paye encore à ce jour, le choix du socialisme, qui a rendu fainéant une grande partie du peuple. Tout le monde ou presque était fonctionnaire, payé, parfois à rien foutre, ou à briller par l absentéisme.

    Tout cela a produit hélas, une génération, je ne mets pas tout le monde dans le meme sac, de gestionnaires irresponsables, jmenfoutistes, qui ne cherchent que leurs intérets, hélas.

    Il faut mettre fin à cela, et je prone la privatisation du secteur public. Je ne dis pas qu il faut bazarder nos entreprises nos etablissements publics, loin de la, ils doivent toujours demeurer propriétés de l Etat, mais il faut confier à des sociétés privés, la gestion de ces services.

    Celui qui veut bosser, durement et serieusement, sera payé, celui qui cherche à s en mettre plein les poches sans lever le petit doigt, ira voir ailleurs. Seul la rigueur, le professionnalisme, sauveront le secteur public.




    0



    0
    Moh training
    25 août 2015 - 10 h 16 min

    Dans un pays ou le Dab rakab
    Dans un pays ou le Dab rakab moulah toutes est permis, cette maternité de Constantine oh mon dieu! selon mes amis temoins : ont vu un abbatoire sanguinaire! des femmes dans les escaliers le sang coule par terre horrible horrible.. c’était avant…




    0



    0
    Abou Stroff
    25 août 2015 - 8 h 46 min

    je crois que tous les
    je crois que tous les prédateurs (nationaux et étrangers) savent que, s’ils n’accaparent pas, au moment présent, tout ce qui peut être accaparé (biens publiques, foncier urbain ou agricole, etc.), ils ne pourront pas le faire plus tard.
    en effet, tout le monde s’accorde à dire qu’il n’y a pas d’Etat en Algérie, donc, tout est permis pour ceux qui ont le bras long.
    en effet,l’Algérie est le SEUL pays au monde à être (du moins officiellement) dirigé par une malade.
    moralité de l’histoire: les algériens vivotent en plein univers kafkaïen et il semble que les algériens se complaisent dans leur situation.




    0



    0
    Jugurtha
    25 août 2015 - 7 h 50 min

    Ce serait peut être la
    Ce serait peut être la meilleure solution pour le peuple . Car une clinique privée qui ne ferait pas bien son travail , sera boycottée et fera faillite et peut être aussi poursuivie en justice…par contre dans les « mouroirs » , ils s’en foutent , ils sont payés même s’ils ne travaillent pas et sont responsables de la mort de nombreux patients , ils ne sont jamais sanctionnés…




    0



    0

Les commentaires sont fermés.