Les Etats-Unis vont «offrir» 200 chars Abrams au Maroc : l’encerclement de l’Algérie se poursuit

Les médias marocains annoncent la livraison par les Etats-Unis de 200 chars à l’armée marocaine, d’ici la fin de l’année 2016. C’est la première fois que l’armée de terre marocaine s’équipe de ce genre d’engins de combat de type Abrams «de dernière génération», croient savoir les sources marocaines, qui se disent certaines que cette acquisition assurera au Maroc «une supériorité dissuasive incontestée à l’échelle du continent africain». Les 50 premiers chars seront livrés vers la fin de l’année prochaine, précisent ces sources qui estiment que l’infanterie marocaine, ainsi adoubée par Washington, «acquière une supériorité dissuasive incontestée». Ces sources ne précisent cependant pas qui financera cet achat d’armements lourds par ce pays habitué à financer son armée par le biais des aides qu’il obtient de la part de certains pays du Golfe en contrepartie de la participation de l’armée marocaine aux différentes opérations militaires engagées par le CCG, dont la dernière en cours au Yémen. Il n’est pas exclu que l’Arabie Saoudite ait, encore une fois, décidé de mettre la main à la poche pour payer ces «nouveaux bijoux» au très docile roi du Maroc, Mohammed VI, et son régime aux ordres de ses bailleurs de fonds saoudiens. Algeriepatriotiquerapportait, dans un de ses précédents articles, l’intention de Rabat d’acquérir un sous-marin de fabrication russe qui serait, lui aussi, financé par Riyad. «Avec les chars Abrams, écrivent les médias marocains, les forces terrestres marocaines, fortes d'une excellente couverture aérienne assurée notamment par les chasseurs US de type F16, feront certainement la différence.» Comprendre avec l’armée algérienne qui a renforcé ses capacités de défense terrestre, aérienne et maritime ces dernières années, faisant d’elle une des armées les mieux équipées du monde arabe. Cette course à l’armement ne semble, néanmoins, pas obéir aux mêmes objectifs. Pendant que l’Algérie renforce son arsenal pour faire face à la menace terroriste induite par la guerre civile en Libye, la prolifération des groupes terroristes au Nord-Mali et l’instabilité qui règne sur les frontières avec la Tunisie, le Maroc, quant à lui, si on comprend bien les commentaires des médias marocains, vise à concurrencer son voisin de l’Est, désigné implicitement comme un ennemi potentiel. L’Algérie est ainsi définitivement encerclée.
Karim Bouali
 

Comment (2)

    Bouba
    23 juillet 2016 - 18 h 59 min

    Le Roi paye avec l’argent de
    Le Roi paye avec l’argent de la drogue et l’argent des bédouins du désert donc facile de faire le coq encore faut il savoir se servir du matériel.




    0



    0
    Bouba
    23 juillet 2016 - 18 h 59 min

    Le Roi paye avec l’argent de
    Le Roi paye avec l’argent de la drogue et l’argent des bédouins du désert donc facile de faire le coq encore faut il savoir se servir du matériel.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.