Le terreau français

Par Kamel Moulfi – Cela aurait été incroyable, il y a quelques années : le risque de tomber dans le piège de l’islamisme radical fondé sur l’intolérance et la violence et qui peut conduire au terrorisme guette la communauté algérienne… en France. C’est notre ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa, qui, implicitement, le confirme (voir article d’Algeriepatriotique) en insistant, dans une déclaration faite à Paris, sur la nécessité de protéger nos ressortissants face à ce danger. Autant dire que la France – ou du moins ses banlieues incontrôlées – renferme en elle le terreau de l’extrémisme religieux, qui est donc son propre produit, fabriqué par une démarche qui a privilégié la manipulation des jeunes «égarés» en vue de leur utilisation dans de mauvais coups contre les pays récalcitrants comme la Syrie actuellement. Les actes terroristes commis en France, revendiqués par Daech ou Al-Qaïda, ont donné une idée aux autorités et à toute la population françaises de l’étendue de la catastrophe attendue avec l’effet boomerang provoqué par le retour des djihadistes. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, doit s’estimer heureux de trouver un allié précieux en Mohamed Aïssa, qui est en train de se construire une réputation méritée d’expert en déradicalisation, convaincu de ce qu’il fait. A condition qu’il y ait une volonté sincère et une forte détermination au sein du pouvoir en France pour l’instauration d’un climat d’apaisement et de sérénité dans la communauté française musulmane, qui ne comprend plus maintenant seulement des «émigrés». Il faut compter aussi avec les extrémistes de l’autre bord, les racistes qui développent et entretiennent l’islamophobie, jetant de l’huile sur le feu en exacerbant les sentiments religieux des musulmans. Du côté algérien, la démarche de Mohamed Aïssa vers la délégation de pèlerins iraniens, à La Mecque, après la bousculade de Mina, pour désamorcer sur le moment le conflit entre sunnites et chiites et créer les conditions de l’extinction à terme de cette source de fitna, prouve la détermination de notre pays à fermer définitivement la page de l’extrémisme religieux.
K. M.
 

Comment (4)

    Ziad Alami
    29 septembre 2015 - 18 h 04 min

    Pourquoi ne pas nous parler
    Pourquoi ne pas nous parler aussi de la prochaine reconnaissance de la RASD par les Gouvernements de Suede et de la Suisse.

    A moins que ca soit les instructions du Clan d’Oujda qui gere la manette des financements des medias algeriens.




    0



    0
    Anonyme
    29 septembre 2015 - 15 h 18 min

    On a l impression que le
    On a l impression que le pouvoir francais laisse faire juste pour après les stigmatiser.
    Cela fait plus de 20 ans que je suis en france et je vois les banlieux se hidjabiser de plus en plus même les petites filles sont voilées sans qu aucune autorité francaise ne s offusque pour protéger ces enfants de deux ans parfois.
    Les algeriens ont compris et sont moins nombreux c est surtout les marocains et les personnes originaires d Afrique ,mali,senegal,mauritanie,etc….




    0



    0
    Damoclès
    29 septembre 2015 - 13 h 04 min

    Il va sans dire qu’un jeune
    Il va sans dire qu’un jeune français, qu’importe sa religion, qui est enfermé dans une prison à ciel ouvert (j’ai nommé son quartier) voyant que son gouvernement n’offre aucune perspective d’avenir en termes d’emploi, de logement, d’une vie décente, ne peut que se refugier dans les bras des bonimenteurs que sont les islamistes. Ils leur promettent le paradis et ils y croient, plus par désir de contrarier son gouvernement qui ne cesse de diaboliser l’Islam, que par conviction profonde. Ajoutez à celà une politique étrangère belliqueuse à l’égard de pays musulmans, vous avez un cocktail prêt à exploser à tout moment. Cochonnet et son gouvernement ne doivent blâmer qu’eux-mêmes. « Qui sème le vent récolte la tempête », et elle ne fait que commencer. Elle promet aussi d’être catastrophique.




    0



    0
    raselkhit
    29 septembre 2015 - 11 h 30 min

    Non le pouvoir français a un
    Non le pouvoir français a un grand besoin de ces jeunes soi disant radicaux quitte à les fabriquer Khaled Kelkal Mohamed Merah et tous les Kouachi tous fabriqués par la DGSE ou la DCRI ou la DST quelques morts français permettent à « Horizontaliser » la colère du peuple français et diriger cette colère et cette haine contre les musulmans pour leur faire oublier que ce sont les conséquences de la politique du pouvoir




    0



    0

Les commentaires sont fermés.