Les gifles africaines

Par Houari Achouri – La visite du président soudanais Omar Hassan El-Bachir à Alger, alors qu’il fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) depuis 2009, donne des ailes à l'Afrique du Sud. C’est officiel, l’ANC (African National Congress), parti au pouvoir en Afrique du Sud, a annoncé sa décision de sortir le pays de la CPI, dont l'Algérie n'est pas signataire, et qui vient de donner une gifle à ce tribunal partial et au service exclusif de l'Otan. Une première gifle lui avait été assénée, en juin, par l’Afrique du Sud qui avait laissé le président soudanais quitter le pays, après sa participation à un sommet de l'Union africaine (UA), sans tenir compte de la décision contraire prise par un tribunal sud-africain. Malgré ces déboires, la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, ne désespère pas placer le président soudanais en prison, à La Haye, mais pour l’heure, elle doit certainement constater avec dépit l’impuissance de son institution à mettre à exécution ses mandats d’arrêt en Afrique. La CPI a perdu son crédit en révélant son alignement sur les pays occidentaux dont elle sert ouvertement les intérêts, comme le prouve son comportement avec l’entité sioniste où les criminels auteurs d’assassinats d’enfants à Ghaza, et ailleurs en Palestine occupée, circulent librement et peuvent voyager à l’étranger. Il est donc normal que l’Afrique prenne ses libertés avec la CPI et limite ses pouvoirs dans le continent. Les juges de la CPI ne peuvent pas débarquer partout, dans n’importe quel pays, comme ils le font en Côte d’Ivoire dont ils ont piétiné la souveraineté nationale en arrêtant Laurent Gbagbo. Au lieu de s’élargir à de nouveaux membres, la CPI perd les pays qui y ont adhéré et ont cru à ses principes. Mais plus largement, c’est tout le dispositif de restriction des souverainetés nationales mis en place par les pays occidentaux, abusivement autoproclamés «communauté internationale», qui est rejeté. C’est l’Afrique du Sud qui en fournit là également la preuve. Son Assemblée nationale a adopté une loi qui prévoit que 51% des compagnies de sécurité privées devront être contrôlées par des Sud-Africains, les capitaux étrangers étant limités à 49%. L’épouvantail des «engagements internationaux» sur le commerce des services (GATS) pris dans le cadre de l'Accord général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) n’a pas fait peur aux dirigeants sud-africains, ni d’ailleurs les menaces proférées par la mission commerciale américaine qui a fait savoir que l'Afrique du Sud perdra des financements du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale. 51/49, un rapport chiffré qui peut être traduit en lettres par «souveraineté nationale». Comme chez nous. La visite du président El-Bachir aussi.
H. A.
 

Comment (13)

    Anonyme
    15 octobre 2015 - 15 h 34 min

    C’était le 09/11/04- Algérie
    C’était le 09/11/04- Algérie : La sentence du Tribunal permanent des peuples recommande la levée de l’état d’urgence

    Le TPP, Tribunal Permanent des Peuples, tribunal international d’opinion (indépendant des Etats), qui a succédé aux tribunaux Russell, en 1979, s’est penché – selon ses propres règles,  » publiques et contradictoires  » – sur le cas des « violations des droits de l’homme en Algérie de 1992 à 2004 « , du 5 au 8 novembre, à Paris, sous la présidence du magistrat italien Salvatore Senese , membre de la cour suprême de cassation. Le jury était composé de 9 personnalités de 6 nationalités différentes. Ironie de l’histoire, la déclaration universelle des droits des peuples , qui est le document de référence sur lequel s’appuient les délibérations du TPP avait été adopté à Alger le 4 juillet 1976.

    Le tribunal juge, en premier lieu, « inacceptable » que la souveraineté nationale ait pu être invoquée par les autorités algériennes pour s’opposer à des commissions d’enquête indépendantes, de l’ONU notamment, sur le respect des droits de l’homme en Algérie. Il recommande donc, d’abord, une « opération-vérité », nécessaire à son sens pour rétablir l’ é tat de droit dans le pays. Il préconise aussi « une réelle séparation des pouvoirs » et une application rigoureuse de la nouvelle Constitution algérienne. Il demande, en conséquence, que soit mis un terme à « l’état d’urgence, qui s’éternise, sans lien avec les conditions que le droit algérien lui-même et le droit international, aussi, prévoient pour sa mise en œuvre ». Le code algérien de la famille est également jugé illégal, dans son intégralité, ne serait-ce qu’en raison de sa contradiction avec l’article 29 de la Constitution algérienne.

    On notera que cette sentence s’adresse, en particulier, aux institutions européennes, en vertu de la déclaration de partenariat euro-méditerranéen et des conditions politiques incluses dans les accords d’association passés avec des pays tiers ; or l’accord d’association Algérie UE n’a pas encore été entièrement ratifié à ce jour.
    Voilà la réponse un majeur levé sous un nez dégoulinant, pour nous dire que nous avons du NIF, inverser les lettre et vous aurez votre réponse.




    0



    0
    Anonyme
    15 octobre 2015 - 14 h 42 min

    Lyes Oukane (non vérifié) |
    Lyes Oukane (non vérifié) | 13. octobre 2015 – 4:15

    Oui, effectivement ,  » pourquoi les USA et Israel ,les chantres de la démocratie ( zaama ) ne sont pas dans cette liste  » ? ou sont la Chine ,l’Inde ( moitié de l’humanité )?
    C’est tellement vrai que ces questions doivent être posées. Mais que sont les USA et ISRAEL , soumission ou pas, ce sont les me^tres du monde. Quelqu’un ou un quelconque pays a t’il pu stoppé l’escalade des USA au Moyen Orient ou encore cette guerre interminable que mène ISRAEL contre la palestine ? Soyons réalistes et non pas paternalistes pour vouloir accueillir un tortionnaire sur le sol d’une ALGERIE qui avait souffert de ce mal.




    0



    0
    TheBraiN
    13 octobre 2015 - 9 h 46 min

    Je repose cette même question
    Je repose cette même question : « pourquoi les USA et l’entité sioniste n’adhèrent pas à cette cour ? »




    0



    0
    Lyes Oukane
    13 octobre 2015 - 3 h 15 min

    @ anonyme de 17h24
     » qu’avons

    @ anonyme de 17h24

     » qu’avons nous de plus que tous ces pays ?  »

    Pourquoi ne te demandes-tu pas  » pourquoi les USA et Israel ,les chantres de la démocratie ( zaama ) ne sont pas dans cette liste  » ? ou sont la Chine ,l’Inde ( moitié de l’humanité )?

    Pour ta réponse . Nous levons le majeur pour la prière et le médium pour marquer notre désapprobation . Dans le cas du TPI c’est notre médium qui répond à toute cette mascarade .




    0



    0
    ST51
    13 octobre 2015 - 0 h 04 min

    Le retrait de l’Afrique du
    Le retrait de l’Afrique du Sud entraînera automatiquement celle du Nigéria et le retrait de ce pays entraînera plus de la moitié de l’Afrique. Il ne restera plus grand monde à avoir ratifié ce semblant de farce dénommé pudiquement CPI (Cour Pénale Internationale)

    Il faut être offensif et s’inspirer du tandem Russo-syrien.




    0



    0
    Sprinkler
    12 octobre 2015 - 17 h 21 min

    Tant que les Bush, Blaire,
    Tant que les Bush, Blaire, Netanyahou et la vermine sioniste et leurs cousins wahabites courront les bois en toute liberté, l’Algérie se réserve le droit d’accueillir qui bon lui semble. Tant que l’US Air Force prendra des hôpitaux civils pour cible sans autre forme de procès que des excuses, la CPI sera ce qu’elle est, une cour des miracles régie par la loi du plus fort. Les criminels de l’Otan ont encore de belles années devant eux.




    0



    0
    Anonyme
    12 octobre 2015 - 16 h 24 min

    Pourtant, il n’y a pas lieu
    Pourtant, il n’y a pas lieu d’être fier de cette fanfaronnade inutile qui ne mène nulle part. 123 PAYS DE l’ONU sur 193 ont ratifié l’accord de Rome:
    Depuis le 1er avril 2015, la CPI compte 123 États membres:

    En Europe : Allemagne, Albanie, Andorre, Autriche, Belgique, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Croatie, Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Géorgie, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Macédoine, Malte, Monténégro, Moldavie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Saint-Marin, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse.
    En Afrique : Afrique du Sud, Bénin, Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cap-Vert, République du Congo, République démocratique du Congo, Comores, Côte d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Kenya, Lesotho, Libéria, Madagascar, Malawi, Mali, Maurice, Namibie, Niger, Nigeria, Ouganda, République centrafricaine, Sénégal, Seychelles, Sierra Leone, Tanzanie, Tchad, Tunisie, Zambie.
    En Amérique : Antigua-et-Barbuda, Argentine, Barbade, Belize, Bolivie, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Dominique, Équateur, Grenade, Guatemala, Guyana, Honduras, Mexique, Panama, Paraguay, Pérou, République dominicaine, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Suriname, Trinité-et-Tobago, Uruguay, Venezuela.
    En Asie : Afghanistan, Bangladesh, Cambodge, Corée du Sud, Japon, Jordanie, Maldives, Mongolie, Palestine9, Philippines, Tadjikistan.
    En Océanie : Australie, Fidji, Iles Cook, Marshall, Nauru, Nouvelle-Zélande, Samoa, Timor oriental, Vanuatu.

    Qu’avons de plus que tous ces pays ?




    0



    0
    raselkhit
    12 octobre 2015 - 16 h 03 min

    Les complexés coloniaux qui
    Les complexés coloniaux qui continuent à vénérer cet épouvantail CPI et au nom de cette vénération vont jusqu’à dénier la souveraineté de l’Algérie Nous les voyons toujours à plat ventre face au plus grand criminel de tous les temps G.W Bush comme par hasard personne ne demande sa traduction devant ce « machin » Mais ceux qui veulent défendre leur peuple sont passible de représailles juste pour refus de se faire dominer et voler




    0



    0
    Anonyme
    12 octobre 2015 - 15 h 43 min

    malheureusement pour toi plus
    malheureusement pour toi plus de la moitie des sud africains blancs qui emigrent reviennent en afrique du sud




    0



    0
    Anonyme
    12 octobre 2015 - 12 h 43 min

    Bravo aux SudAf. Il faut
    Bravo aux SudAf. Il faut sortir de cette domination maçonnique et sioniste qui est responsable du chaos mondial et de la plupart des conflits. Derrière la cpi on a des genocidaires. L anc vient de leur mettre une rafale de kalach….Les SudAfs savent que les adorateurs du sionisme vont les harceler….Mais la dignité et le refus des sectes sataniques passe avant. Puissent t ils servir d’exemple à d’autres pays.




    0



    0
    karimdjazair
    12 octobre 2015 - 12 h 13 min

    Je salue la décision de l ANC
    Je salue la décision de l ANC de quitter cette parodie de justice internationale qui est bien sélective. Il y a des criminels en exercice qui ont détruit des états, sacrifié des peuples pour faire main basse sur le petrole et le gaz et qui continuent à s ériger en moralisateurs et défenseurs du droit international.

    Qui va juger les criminels bush, obama hollande sarkozy blair cameron charogne il est mort son sort est scellé, netanyahou, erdogan ?

    Par contre cette CPI s en prend aux chefs d Etat qui osent faire de la résistance à leurs desseins criminels.




    0



    0
    TheBraiN
    12 octobre 2015 - 10 h 24 min

    Heureusement que l’Algérie
    Heureusement que l’Algérie n’a pas adhéré à cette CPI !
    Pour les droitdelhommistes je leur demanderai juste de nous expliquer pourquoi les Américains et « Israéliens » n’y adhèrent pas ?

    Pour l’OMC l’adhésion parait inévitable mais il faudra d’abord se doter d’un arsenal juridique (comme ça existe en Chine , aux USA et en UE par exemple) faisant barrière à toutes les éventuelles dérives .




    0



    0
    zorba
    12 octobre 2015 - 10 h 17 min

    Le commencement de la fin
    Le commencement de la fin pour l’Afrique du Sud ,récession programmée ,comme le Brésil et la Russie ,émeutes en perspectives ,chasse aux immigrés africains fréres(soit disant) fuite massive des capitaux ,départ des blancs vers l’Australie et la Nouvelle Zélande ou beaucoup sont déjà installés .C’est la fuite en avant suite a une très mauvaise gouvernance depuis le départ de Mandela .Le futur immédiat est sombre ,lis se tirent une rafale de kalachnikov dans le pied .




    0



    0

Les commentaires sont fermés.