La justice italienne accélère les procédures contre Khelil avant qu’il prenne la nationalité américaine

Algeriepatriotiquea appris de sources sûres que la justice italienne a accéléré les procédures judiciaires pour inculper l’ancien ministre de l’Energie, Chakib Khelil, pour corruption dans l’affaire qui le lie au groupe parapétrolier italien Saipem, filiale du géant ENI. Le parquet de Milan instruit de l’affaire, ayant appris que l’ancien ministre algérien a introduit une demande de naturalisation pour prendre la nationalité américaine, veut mettre les bouchées doubles pour l’épingler et le traduire devant le tribunal, ainsi que les autres personnalités mises en cause dont des accusés italiens. Un juge milanais avait ordonné, il y a quelques semaines, le renvoi en procès du groupe parapétrolier italien Saipem et de cinq prévenus pour corruption présumée dans le cadre d'appels d'offres en Algérie, selon une information de l’agence Reuters citant des sources judiciaires. Le juge avait, en revanche, rendu, selon Reuters, un non-lieu au bénéfice de la maison mère de Saipem, ENI, et de l'ancien administrateur délégué d'ENI, Paolo Scaroni. Trois anciens dirigeants de Saipem ainsi que deux intermédiaires algériens seront, par contre, jugés pour corruption internationale au cours d'un procès devant débuter le 2 décembre prochain. Saipem s'est dit, pour sa part, certain de pouvoir prouver son absence de responsabilité dans ce dossier. Le parquet l'accuse d'avoir versé 197 millions d'euros à des intermédiaires afin de remporter des contrats d'un montant cumulé de 8 milliards d'euros avec la compagnie pétrolière publique algérienne Sonatrach. Selon la loi italienne, les entreprises sont responsables des agissements de leurs dirigeants et peuvent être soumises à des amendes en cas de condamnation. Le parquet italien a demandé la mise en examen du patron du géant pétrolier ENI, Paolo Scaroni, et une dizaine d'anciens gestionnaires de sa filiale Saipem pour corruption, en confirmant les mirobolantes commissions versées par Saipem en Algérie, avec le feu vert de l'ancien numéro un d’ENI. Le procureur chargé de l’affaire parle d’un «processus» qui est né d'un paiement de 197 millions d'euros de commissions payées par la société Saipem, durant une période allant de novembre 2007 à février 2010, à une société appelée Pearl Partners, domiciliée à Hong Kong et gérée par Farid Bedjaoui, homme lige de l’ex-ministre de l’Energie, Chakib Khelil. Le procureur avait mis l’accent sur le caractère «démesuré» des dessous de table versés par la société incriminée. «Je ne connais pas, avait dit le procureur dans son réquisitoire, au mois de juillet dernier, des cas où les frais ont été payés à cette entité en Italie ou à l'étranger par une seule société», en contrepartie de marchés d’un montant global de 8 milliards de dollars. Le procureur avait indiqué que l'argent était réinvesti sous forme de contrats en Algérie, estimés à 400 millions d'euros. Le procureur de Milan dit détenir des preuves «irréfutables» qui confirment la culpabilité du PDG d’ENI, dont trois écoutes téléphoniques à partir desquelles, dit-il, il atteste être au courant des commissions illicites touchées par des Algériens. Le magistrat compare cette affaire au scandale politico-financier lié au financement illicite des partis politiques, appelée Tangentopoli, la fameuse opération «Mains propres», conduite par le procureur adjoint de Milan, Antonio di Pietro, en 1992. Des partis politiques étaient accusés de percevoir des versements d’argent étrangers intensifs.
Meriem Sassi

Commentaires

    chakib
    18 juin 2016 - 17 h 22 min

    Je vous remercie pour cette
    Je vous remercie pour cette informations précieuse




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.