Querelle de clocher

Par R. Mahmoudi – Le pouvoir a réussi, par un tour de passe-passe, à ramener tout le débat politique, qui commençait à peser sérieusement sur lui, à une bipolarité puérile entre pro-Rebrab et anti-Rebrab, c’est-à-dire, finalement, entre deux segments du même système. Cette focalisation calculée sur le parcours d’un personnage, d’un côté, et les campagnes de solidarité enragées avec le magnat de l’industrie, déguisées en combat pour la liberté de la presse, de l’autre, achèvent d’occulter les véritables enjeux qui se dessinent et qui sont autrement plus importants et plus vitaux que le sort d’une transaction conclue entre le groupe Cevital et un journal sur le point de déposer le bilan. Même si tout est lié à cette instabilité chronique dans laquelle est plongé le pays. Comment assurer une succession tranquille du président de la République ? Comment rétablir la confiance rompue avec les citoyens, après cette offense grave qui leur est faite depuis le retour de Chakib Khelil, en les sommant presque de lui faire allégeance ? Comment gérer une économie dévitalisée suite à la chute drastique des recettes pétrolières, alors que le FMI, dans son dernier rapport, prévoit des années difficiles pour notre pays, avec, à la clé, des réductions budgétaires «indispensables» et un bouleversement profond de la politique sociale à venir ? Comment sensibiliser le plus grand nombre pour bâtir un «front interne», sans démagogie et sans chantage ? Tels sont les enjeux les plus urgents auxquels responsables et acteurs politiques doivent s’atteler sans attendre. Mais, manifestement, ceux-là n’ont ni l’étoffe – il n’y qu’à voir le type de dirigeants qui mènent le débat au sein du FLN –, ni la légitimité – tous cooptés ou mal élus –, ni même la volonté – aucun d’eux n’est prêt à risquer son poste – pour affronter les problèmes cruciaux qui menacent aujourd’hui l’Algérie dans sa survie même. On préfère continuer à se faire la guerre pour faire oublier que la guerre est à nos portes !
R. M.

Comment (25)

    TheBraiN
    17 mai 2016 - 8 h 28 min

    @karimdjazairi (non vérifié)
    @karimdjazairi (non vérifié) | 15. mai 2016 – 19:00
    Rebrab chakib c est du pareil au même. J ai toujours cru que rebrab était monsieur propre or j apprends sur d autres medias, je ne parle même pas d El moudjahid, que ce rebrab était impliqué dans plusieurs affaires dans le passé.
    Une chose est certaine, pouvoir et affaires sont un mauvais genre qui n est pas une alternative à la corruption mais une continuité. Ni rebrab ni chekib.
    ————–
    En Algérie quand on est propre on peut certes bien gagner sa vie mais pas s’enrichir !!!
    Par s’enrichir je parle en millions de dollars bien sur !




    0



    0
    TheBraiN
    17 mai 2016 - 8 h 23 min

    @Bison
    Toi le cerveau qui

    @Bison
    Toi le cerveau qui demande aux d’argumenter ! Argumentes un peu! T’as des preuves sur ce que tu avance, que mer Rebrab serait un des symboles de l’argent sale!!?
    Tu connais de l’argent propre dans les hautes sphères de capitalisme !
    Si tu commence par reconnaître que déjà mer rebrab a au moins un seul mérite faire travailler des algériens (cette il gagne de l’argent mais mieux que certains qui préfèrent plutôt faire travailler les banquier sous d’autre cieux!!
    ————————–
    J’au dû rater un épisode !
    Un jour il a plu de l’or sur la tête d’un médiocre comptable !
    Tous les voleurs font travailler des gens d’une façon e=ou d’une autre et les autres milliardaires voleurs du système font également bosser des milliers d’employés .
    L’argent haram ne devient pas halal par le simple fait d’employer des gens !




    0



    0
    Anonyme
    16 mai 2016 - 8 h 23 min

    Par Anonyme (non vérifié) |
    Par Anonyme (non vérifié) | 15. mai 2016 – 21:06
    Et si la majorité du peuple veut Rebrab?




    0



    0
    Anonyme
    15 mai 2016 - 20 h 06 min

    Après avoir été simple aide
    Après avoir été simple aide comptable M. Rabrab devient quelques années plus tard, avec des appuis hautement placés dans la hiérarchie civile et militaire, l’homme le plus riche d’Algérie avec ses 4 ou 5 milliards de dollars (48 000 milliards de cts ou 60 000 milliards de cts pour les algériens)
    Fort de son argent, et voyant plus gros, il tente de se lancer dans la politique en attaquant, avec ses amis, le pouvoir actuel en s’essayant de lui tirer la barbichette. Il est normal qu’ils doivent s’attendre que ce pourvoir leur tire les cheveux et les oreilles………..




    0



    0
    Bison
    15 mai 2016 - 18 h 59 min

    Par karimdjazairi (non
    Par karimdjazairi (non vérifié) | 15. mai 2016 – 19:00
    « Rebrab chakib c est du pareil au même. J ai toujours cru que rebrab était monsieur propre or j apprends sur d autres medias, je ne parle même pas d El moudjahid, que ce rebrab était impliqué dans plusieurs affaires dans le passé.
    Une chose est certaine, pouvoir et affaires sont un mauvais genre qui n est pas une alternative à la corruption mais une continuité. Ni rebrab ni chekib »

    …….
    Rebrab et khalil pareil !??
    Pourtant, je suis meme près a parier que ton petit coeur a comme une petite préfèrence pour khelil!
    Sinon, que produit khelil, combien fait travailler khelil,…!
    Avec des mentalités comme ça, c’est pas demain la veille pour que l’Algérie devienne le Japon d’Afrique ! Et nous avons encore pour longtemps a manger, à se vêtir, se chausser, …, chinois !




    0



    0
    karimdjazairi
    15 mai 2016 - 18 h 00 min

    Rebrab chakib c est du pareil
    Rebrab chakib c est du pareil au même. J ai toujours cru que rebrab était monsieur propre or j apprends sur d autres medias, je ne parle même pas d El moudjahid, que ce rebrab était impliqué dans plusieurs affaires dans le passé.

    Une chose est certaine, pouvoir et affaires sont un mauvais genre qui n est pas une alternative à la corruption mais une continuité. Ni rebrab ni chekib.




    0



    0
    Bison
    15 mai 2016 - 15 h 29 min

    @ Par TheBraiN (non vérifié)
    @ Par TheBraiN (non vérifié) | 15. mai 2016 – 10:07
    @ Thidhet (non vérifié) | 15. mai 2016 – 8:40
    Je trouve que le conflit entre Rebrab et le ministère de l’information, loin d’être une querelle puérile, engage des questions de fond.
    —————–
    La seule question de fond reste celle de la relation entre la presse et les forces de l’argent , l’argent sale s’entend, dont Rebrab est l’un des symboles
    ………….
    Toi le cerveau qui demande aux d’argumenter ! Argumentes un peu! T’as des preuves sur ce que tu avance, que mer Rebrab serait un des symboles de l’argent sale!!?
    Tu connais de l’argent propre dans les hautes sphères de capitalisme !

    Si tu commence par reconnaître que déjà mer rebrab a au moins un seul mérite faire travailler des algériens (cette il gagne de l’argent mais mieux que certains qui préfèrent plutôt faire travailler les banquier sous d’autre cieux!!




    0



    0
    Anonyme
    15 mai 2016 - 14 h 37 min

    Par Anonyme (non vérifié) |
    Par Anonyme (non vérifié) | 15. mai 2016 – 13:05

    Notre armée a t-elle son mot à dire?
    Pourquoi gardent t-ils le silence nos militaires?
    Ont-ils peur de réaction du pouvoir??
    Le pays est en faillite!
    =================
    Parce qu’un militaire algérien ça a le sens des responsabilités.
    Ca n’intervient que lorsqu’il le faut.
    Ce ne sont pas des rigolos ni des marionnettes.
    L’ANP c’est pas une bande de mariolles.
    D’ailleurs je salue cette ANP. Chaleureusement.




    0



    0
    Anonyme
    15 mai 2016 - 13 h 20 min

    Said Bouteflika n’aime pas la
    Said Bouteflika n’aime pas la concurrence.
    ILs préfèrent nous gaver avec leur ENNAHAR la chaine des zaouiyates et des charlatans.

    Longue vie à EL-KHABAR et vive Rebrab.




    0



    0
    Anonyme
    15 mai 2016 - 13 h 14 min

    Je pense que ce pouvoir est
    Je pense que ce pouvoir est en train de faire la même chose que Radio des mille collines. Il dénigre matin et soir Reb-Rab, Louisa Hanoun et certains simple citoyens opposants. Il est en train de faire implicitement des appel au meurtre comme le faisait Radio des mile Coline qui a lancé un génocide. C’est fou ce que le déni de démocratie est absent en Algérie.
    Il faut dénoncer ces TV et Radio courtisane du pouvoir et qui sont en train de faire des choses graves qui peuvent converger vers une guerre civile. Il faut dénncer cela. chaque citoyen qui ne souhaite pas voir une guerre civile doit dennoncer même avec des moyens modestes ces appels à la haine auxquels s’est livré la TV courtisane du pouvoir comme El Nahar. Franchement, je n’aime ni ce pouvoir, ni Hanoun qui a soutenu le 4ème mandat quand à Rab-Rabrab, je ne le connait pas. Cependant, je condamne ces procédé de journaleux qui n’ont aucune éthique et qui ont en train de concocter une autre guerre civile avec leur appel au meurtre et à la haine contre des citoyens, parfois de simple citoyens de la diaspora qui s’étaient prononcé contre le 4ème mandat. C’est la 2ee fois qu’Elnahar se livre au lynchage médiatique. Il est temps qu’elle soit fermé




    0



    0
    mohan
    15 mai 2016 - 12 h 21 min

    un éditorial qui remet les
    un éditorial qui remet les pendules a l`heure , bravo

    mais enfin, que fait le gouvernement et le clan bouteflica: a -t-il autant de temps pour rabaisser le pays a son niveau; Ras des pâquerettes? Quid de la corruption? Khelil, bouchouareb sont ainsi plus utiles au développement économique du pays que Rebraba? Le gouvernement veut il ainsi attirer des investisseurs en livrant une guerre a un citoyen, le plus utile qui plus est? autant de questions et d`autres bien posées par l`éditorial.. aura -t-on une réponse? Qui délivrera le pays?




    0



    0
    TheBraiN
    15 mai 2016 - 12 h 13 min

    @Maysar (non vérifié) | 15.
    @Maysar (non vérifié) | 15. mai 2016 – 10:52
    @ TheBrain: Vos propos dégagent une puanteur nauséabonde d’anti kabylisme et antiberbérisme en général !
    Le rachat de journaux , de télévisions est un acte commercial banal dans les pays où la liberté d’entreprise fait école !
    Si vous allez en Italie , en France , en Allemagne , japon , Corée du Sud , USA ..etc..qui sont des références toutes les grandes entreprises ont plusieurs médias pour les besoins médiatiques !
    Ce n’est donc pas la faute à Rebrab d’avoir conclu une opération commerciale , mais la faute au clan d’Oujda avec qui vous avez des affinités , et qui n’admet pas qu’il y est des canaux d’expression qui lui échappent !
    Si malgré tout , le pouvoir dans son aveuglement va au bout de sa logique et met en danger un des fleurons des journaux algériens , et ça sera bientôt le tour des autres , on pourra dire adieu l’espoir des algériens de bâtir une société juste,plurielle et équilibré , et bonjour la dictature des années 70 !
    Et c’est à cela que rêvent les prédateurs du clan d’Oujda pour éviter toute illusion de changement et d’alternance !!
    ————-
    Vous n’êtes ni le premier ni le dernier à tenter le coup du terrorisme intellectuel et de la culpabilisation avec moi !
    Ça n’a jamais marché avec moi et , je suis désolé de vous le dire, ça ne marchera jamais avec moi!
    Vous savez pourquoi ?
    Je vais vous le dire :
    Tout simplement , moi je ….réfléchis , j’utilise mon …..cerveau et j’écris selon mes ……convictions .
    Des notions étranges pour vous !
    La liberté d’entreprise , je peux vous donner des cours sur le libéralisme si vous voulez !
    Et , votre cerveau bourré au racisme primitif (voire au self-racisme) ne peut , surement, pas faire la différence entre la liberté d’entreprendre et celle de voler !
    Allez , là je fatigue grave !
    Je ne vais pas polémiquer avec un bonhomme qui a , certainement, le crâne bourré et qui vient nous tenir un discours propagandiste droitdelhommiste en y ajoutant , comble de l’ironie, une once de racisme !!!
    Au fait , droits de l’homme et racisme sont-ils compatibles ?
    MDR




    0



    0
    TheBraiN
    15 mai 2016 - 12 h 06 min

    @ Anonyme (non vérifié) | 15.
    @ Anonyme (non vérifié) | 15. mai 2016 – 11:40

    Chers compatriotes, répondez a ce type par : Troll intoxicateur.*
    —————–
    Argumentez plutôt !
    Enfin , si vous le pouvez !




    0



    0
    Anonyme
    15 mai 2016 - 12 h 05 min

    Notre armée a t-elle son mot
    Notre armée a t-elle son mot à dire?
    Pourquoi gardent t-ils le silence nos militaires?
    Ont-ils peur de réaction du pouvoir??
    Le pays est en faillite!




    0



    0
    Anonyme
    15 mai 2016 - 11 h 40 min

    Le réveil subit d’El
    Le réveil subit d’El moudjahid, journal gouvernemental officiel, et sa participation brutale aux attaques contre Rebrab confirment que le pouvoir a décidé de se débarrasser du puissant milliardaire devenu dangereux pour son existence.
    La situation devient de plus en plus incertaine dans le pays. On ne sait pas ce qui va se passer d’ici demain dans un pays livré à toutes les aventures possibles et imaginables. Aux seniors, cela ne vous rappelle-t-il pas les années post-indépendance ?




    0



    0
    Anonyme
    15 mai 2016 - 10 h 40 min

    Par TheBraiN (non vérifié) |
    Par TheBraiN (non vérifié) | 15. mai 2016 – 10:05

    Ils ont même réussi à inclure dans ce jeu politique élémentaire des éléments anti-nationaux genre berbéristes qui se sont crus investis d’une noble mission que celle de défendre l’un des leurs !
    —————–
    Chers compatriotes, répondez a ce type par : Troll intoxicateur.




    0



    0
    Maysar
    15 mai 2016 - 9 h 52 min

    @ TheBrain: Vos propos
    @ TheBrain: Vos propos dégagent une puanteur nauséabonde d’anti kabylisme et antiberbérisme en général !
    Le rachat de journaux , de télévisions est un acte commercial banal dans les pays où la liberté d’entreprise fait école !
    Si vous allez en Italie , en France , en Allemagne , japon , Corée du Sud , USA ..etc..qui sont des références toutes les grandes entreprises ont plusieurs médias pour les besoins médiatiques !
    Ce n’est donc pas la faute à Rebrab d’avoir conclu une opération commerciale , mais la faute au clan d’Oujda avec qui vous avez des affinités , et qui n’admet pas qu’il y est des canaux d’expression qui lui échappent !
    Si malgré tout , le pouvoir dans son aveuglement va au bout de sa logique et met en danger un des fleurons des journaux algériens , et ça sera bientôt le tour des autres , on pourra dire adieu l’espoir des algériens de bâtir une société juste,plurielle et équilibré , et bonjour la dictature des années 70 !
    Et c’est à cela que rêvent les prédateurs du clan d’Oujda pour éviter toute illusion de changement et d’alternance !!




    0



    0
    RAMO
    15 mai 2016 - 9 h 29 min

    C’est presque la même
    C’est presque la même similitude avec El khalifa quand il a crée sa chaîne TV a l’approche des présidentiels




    0



    0
    lhadi
    15 mai 2016 - 9 h 25 min

    .
    Le citoyen algérien, dont

    .
    Le citoyen algérien, dont la raison est bien plus ancienne que celle de Descartes, ne se fera pas détourner de la seule tâche qui mérite adhésion et que l’urgence rend nécessaire : construire l’Algérie avec de solides charpentes.
    .
    Comment peut-on construire le destin de l’Algérie si la nation n’est pas libérée d’un système qui se modifie d’après les besoins et les intérêts de ses névrosés dont les divers rejetons demeurent étrangers aux histoires intimes des luttes, des espoirs, des projets, des efforts, des tâtonnements, des triomphes secrets, des désespérances cachées
    .
    Cette autorité politique reste le problème politique le plus sensible.
    .
    Est-il possible de résoudre ce problème avec des hommes insincères, à l’antipode des convictions qui donnent la force et l’espoir et assurent le succès ?
    .
    Du fait de leur longue claustration dans du formole, ces cadavres politiques ont perdu l’innocence et la sincérité qui seules donneraient sens à l’entreprise de restaurer notre société.
    .
    Ces hommes et femmes du système n’ont jamais tenu compte de la diversité de notre pays et de sa population, des courants de pensée qui le traversent, des philosophies et des croyances qui le partagent.
    .
    Ils n’ont pas la philosophie qui rend le mieux compte de la réalité et qui fournit les meilleurs moyens de transformer la société algérienne.
    .
    La transformation de la société algérienne vers le mieux-être et la liberté doit être l’affaire de l’ensemble des forces ouvrières, démocratiques, nationales, conjuguant leurs efforts pour donner naissance à un puissant mouvement majoritaire du peuple franchement attaché à l’indépendance et à la souveraineté nationales en toutes circonstances.
    .
    Cette transformation se fera sous la direction de l’homme de la nation et l’apport d’un gouvernement d’union populaire et nationale sur la base d’un programme, donc, d’un engagement devant le peuple dans l’égalité des droits, et dans l’égalité correspondante des devoirs.
    .
    Une telle coopération à la direction du pays est utile et nécessaire pour mettre en œuvre une politique novatrice. C’est précisément dans cet esprit que doit être élaboré un manifeste qui fixe comme objectif premier à toute action l’établissement d’une démocratie au contenu politique et économique avancé qui sera une étape vers le « socialisme libéral » qui désigne souvent un libéralisme économique à sensibilité sociale, adapté au capitalisme actuel.
    .
    La quête d’égalité nourrit les taches du socialisme libéral : une réelle égalité des chances – qui exige un droit à la formation donnant et renouvelant les atouts de chacun sur le marché du travail -, une forte solidarité et protection sociale, dont les modalités sont à réinventer, une politique active de redistribution des richesses, une réduction du temps de travail dans le cadre d’une lutte pour l’égalité des sexes.
    .
    Le socialisme libéral conjugue ces taches avec les impératifs de liberté individuelle, de délibération publique, d’initiative de la société civile, de démocratisation de la vie économique et d’efficacité, ce qui exige la reconnaissance du caractère inéliminable et potentiellement bénéfique d’un marché encadré et régulé, à condition qu’il laisse toute leur place à d’autres modes du vivre ensemble, fondés sur les principes de solidarité et de citoyenneté active.
    .
    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    TheBraiN
    15 mai 2016 - 9 h 07 min

    @ Thidhet (non vérifié) | 15.
    @ Thidhet (non vérifié) | 15. mai 2016 – 8:40
    Je trouve que le conflit entre Rebrab et le ministère de l’information, loin d’être une querelle puérile, engage des questions de fond.
    —————–
    La seule question de fond reste celle de la relation entre la presse et les forces de l’argent , l’argent sale s’entend, dont Rebrab est l’un des symboles .




    0



    0
    TheBraiN
    15 mai 2016 - 9 h 05 min

    Ils ont même réussi à inclure
    Ils ont même réussi à inclure dans ce jeu politique élémentaire des éléments anti-nationaux genre berbéristes qui se sont crus investis d’une noble mission que celle de défendre l’un des leurs !




    0



    0
    Anonyme
    15 mai 2016 - 8 h 12 min

    Combien d’Algériens vont lire
    Combien d’Algériens vont lire cet article qui peut les éveiller a notre réalité dramatique, très peu.Le systeme Algerien dans l’euphorie de la rente a cree ses propre capitaines d’endustries ,ses leaders politiques (drabki,tliba,khellil )ses zones d’exclusion comme club des pins geres par un ancien plombier et pour courronner le tout un ancien agent d’administration comme chef du gouvernement.Aucun pays au monde ne peut s’en sortir avec des canassons au pouvoir.




    0



    0
    amal
    15 mai 2016 - 7 h 41 min

    Et pourtant nous n’aurions
    Et pourtant nous n’aurions peut-être pas eu toute cette mascarade si rebrab avat acheté el khabar à son propre nom au lieu que ce soit au nom de cevital; ou au nom de sa femme, d’un de ses enfants … mais il a peut-être opté pour cette version des évènements pour mettre la corrupton a nu; lui qui a dû souffrir d’avoir eu à serrer certaines mains malpropre afin de ne pas être zappé dés le début.




    0



    0
    Thidhet
    15 mai 2016 - 7 h 40 min

    Je trouve que le conflit
    Je trouve que le conflit entre Rebrab et le ministère de l’information, loin d’être une querelle puérile, engage des questions de fond.




    0



    0
    Anonyme
    15 mai 2016 - 6 h 51 min

    Pour faire court , je pense ,
    Pour faire court , je pense , vu la nature , la qualité et le nombre de ceux et celles qui se disent et écrivent qu’ils sont opposants au pouvoir ,lors d’un référendum pour ou contre la légitimité et la politique du gouvernement , il ne le remporte haut la main




    0



    0

Les commentaires sont fermés.