Chacun pour soi

Par Kamel Moulfi – Dans l'affaire El-Khabar, les protagonistes mettent tous en avant, qui les intérêts supérieurs du pays (le pouvoir), qui la défense de la liberté de la presse et de la démocratie (El-Khabar,Rebrab et l'opposition). Mais la réalité est tout autre : le pouvoir est inquiet par l'expansionnisme politico-médiatique du magnat de l'agroalimentaire qui étend ses tentacules à la sphère politique en prévision de la présidentielle de 2019 ; les actionnaires d'El-Khabarveulent sauver leur peau en vendant une entreprise qui, sans cette «OPA» de Rebrab, mettra la clé sous le paillasson dès le lendemain d'une éventuelle invalidation judiciaire de la transaction commerciale, et l'opposition défend une des rares tribunes qui lui reste encore pour s'exprimer. Donc, à chacun ses calculs machiavéliques et étroits. Alors, qu’est-ce qui intéresserait le commun des Algériens dans ce charivari ? Qu’est-ce qui les pousserait à se détourner de leurs vrais problèmes pour suivre et, pis, pour participer à une bataille aux côtés des uns ou des autres ? Tout se passe comme dans un match à huis clos, sans spectateurs, mais avec cette différence que peu de gens se passionnent pour le résultat final. Le tapage fait par les médias directement concernés, qui prennent donc parti pour les uns ou pour les autres, rend encore plus flous, aux yeux de l’Algérien moyen, les tenants et aboutissants de cette affaire. D’autant plus qu’au final, rien n’exclut un compromis entre le gouvernement et Rebrab qui permettrait un dénouement plus ou moins acceptable par les deux parties sans léser le groupe El-Khabar, objet apparent de la discorde et prétexte d’une bataille qui offre un avant-goût de ce que sera la prochaine élection présidentielle en 2019. Des observateurs perspicaces ont donné aux reports successifs du jugement de l’affaire une signification qui penche pour l’option d’un «cessez-le-feu» : ne pas trancher et laisser le temps à une médiation de l’intérieur du système – dont font partie tous les protagonistes – d’aboutir à un «bon» résultat. Et tout rentrera dans l’ordre en attendant le prochain épisode.
K. M.

Comment (11)

    TheBraiN
    27 mai 2016 - 15 h 12 min

    Il faut surtout essayer de se
    Il faut surtout essayer de se mettre dans la peau d’un bonhomme qui a « investi » 10 millions de centimes et qui se voit « offrir » 1 000 fois plus par Rebrab pour lui céder ses actions !
    Beuacoup ont tendance à oublier que du côté d’EL KHABAR ,ce sont ces journalistes-actionnaires-vendeurs qui sont derrière tout ce folklore médiatique .




    0



    0
    Anonyme
    27 mai 2016 - 10 h 12 min

    Et nous le petit peuple dans
    Et nous le petit peuple dans tous ça!
    Tous les reproches du pouvoir ont bien profité de manne financière pour préparer l’avenir de leurs enfants et petits enfants..et nous nous crevons de morts.
    Ils ont fait oublier les préoccupations quotidienne de la population.




    0



    0
    AmiahmedAnonyme
    27 mai 2016 - 8 h 59 min

    Si les gens savent ce qui les
    Si les gens savent ce qui les attend dans l`autre montre, ils ne souhaiteront jamais de poste responsabilité comme président , ministre directeur ou autre, comme on ne souhaite jamais d`attraper une maladie comme le cancer.
    Peu de personnes de ce monde qui auront occupe les postes de responsabilise seront sauves le jour de la rétribution, sauf ceux qui auraient agi selon les recommandations du Tout Puissant.
    A bon entendeur salut.
    Salam alikoum.




    0



    0
    faiza
    26 mai 2016 - 18 h 06 min

    Mr Moulfi, je préfère cet
    Mr Moulfi, je préfère cet article à celui que vous avez pendu la dernière fois sur la même affaire, garder ses distances et rester neutre,(on peut dire tout ce qu’on veut ça reste à la base une transaction commerciale trop politisée).c’est ce qu’il faut faire car la presse nationale n’a pas à s’immiscer dans les querelles politiques en plus, ils peuvent finalement se mettre d’accord mais cela aura des dommages collatéraux, les patrons d’El Khabar auraient pu ouvrir le capital du journal à raison de 49% et diversifier les actionnaires pour éviter le piège de voir une main mise de leur journal par un homme d’affaires et préserver la liberté de la presse au lieu de cela, ils ont été attirés par la chkara et puis je ne comprend pas comment en sont-ils arrivés à cette situation, où sont passés les milliards de la pub dont ils ont bénéficié?




    0



    0
    mohamed El Maadi
    26 mai 2016 - 15 h 58 min

    Je ne comprend rien a cette
    Je ne comprend rien a cette affaire.Pour cause je n’aime pas la presse arabe mais je vois que beaucoup aiment ce journal
    J’aimerais savoir ou se trouve politiquement ce journal ?

    On m’a raconter que c’était un journal islamiste est ce vrai ou pas ?




    0



    0
    Toufik
    26 mai 2016 - 15 h 57 min

    Salam alaikoum,
    Présenter le

    Salam alaikoum,
    Présenter le journal El-khabar comme un rempart de la liberté et de la presse est une contre vérité. Tous le monde, qui ont mon age, qui ont vécu la décennie rouge, savent que les journaux El-Khabar et El-Watan étaient, à cette époque, les journaux privilégiés du pouvoir en place. il est utile de rappeler que plusieurs journaux ont été fermés par décision administrative et non pas parceque il n’arrivait pas à vendre leur torchon comme c’est le cas.
    Donc, s’il vous plait arrêter de nous marteler que ce journal est victime de pouvoir.




    0



    0
    Anonyme
    26 mai 2016 - 13 h 23 min

    Par Anonyme (non vérifié) |
    Par Anonyme (non vérifié) | 26. mai 2016 – 11:54

    EL-Khabar est sous le collimateur d’un certain clan du pouvoir depuis longtemps avant même son rachat par REBRAB.
    Ce journal dérange le 5eme mandat.
    —————
    Ah Sidi, khalena.
    Tu as oublie Madame-La-Mort ?
    Ils vont tous crever, chopper des cancers, avoir des familles traquees apres leur vieillesse qui arrive et apres leur mort.
    Plus ils persistent dans leur aveuglement et plus la chute sera fatale.
    Ils vont tous crever et pour ceux qui restent on les cueillera le moment venu. Et ce moment va venir, ils seront laches de tous leurs mentors.




    0



    0
    Larnaque
    26 mai 2016 - 12 h 59 min

    « Les actionnaires
    « Les actionnaires d’El-Khabarveulent sauver leur peau en vendant une entreprise qui, sans cette «OPA» de Rebrab, mettra la clé sous le paillasson dès le lendemain d’une éventuelle invalidation judiciaire de la transaction commerciale, et l’opposition défend une des rares tribunes qui lui reste encore pour s’exprimer. Donc, à chacun ses calculs machiavéliques et étroits. »
    Je suis sincèrement confus. Mr Moulfi, est-ce à dire qu’en ce qui vous concerne le fait que les actionnaires d’El-Khabar essaient de limiter leurs pertes et par ricochet préserver des postes d’emploi, unique source de revenus pour des centaines de familles, releverait de calculs machiavéliques et d’étroitesse d’esprit? De plus, qu’y a t-il de machiavélique dans le fait que l’opposition défende El-Khabar sachant, comme vous le reconnaissez vous-même, que c’est l’une des rares tribunes qui lui reste encore pour s’exprimer? À ne rien comprendre!!!!!!




    0



    0
    Bison
    26 mai 2016 - 12 h 16 min

    Rebrab doit apprendre et a
    Rebrab doit apprendre et a beaucoup a aprendre de mr swiris! Mr swiris (au sens générique, je parle de tous les swiris) voit loin! Soit il a tout fait pour mettre son poulain (façon de parler, sionon je dirais plutôt vieux cheval) au centre du pouvoir,là en l’occurrence ministère de la communication, voire dans d’autres aussi exp industrie, soi le hasard a bien fait les choses et la mr swiris « revient »(là aussi reste a vérifier s’il est parti pour revenir) pour réactiver ses liens et rappeler a son ex employé de ministre tout le  » taam wa al malh qu’il ont bouffé ensemble! Et un subordonné restera toujours un subordonné même s’il change de grade!
    Les réseaux se créent, se cultivent et s’entretiennent et là tu mangeras toutes les primeurs et des fruits frais de première main toute l’année!
    Sinon, mr rebrab oublie al khabar! C’est a mr swiris ou a personne d’autre même s’il doit fermer!! Claire!?




    0



    0
    kahina
    26 mai 2016 - 10 h 59 min

    Qui veut fermer

    Qui veut fermer El-Khabar…C’est le club de GRINE.

    GRINE l’ami de « son ancien employeur égyptien qui a traîné l’Algérie devant les tribunaux internationaux dans l’affaire du rachat de Djezzy par l’Etat Algérien » ( voir article de AP).

    Alors, je suis pour EL-KHABAR.




    0



    0
    Anonyme
    26 mai 2016 - 10 h 54 min

    EL-Khabar est sous le

    EL-Khabar est sous le collimateur d’un certain clan du pouvoir depuis longtemps avant même son rachat par REBRAB.
    Ce journal dérange le 5eme mandat.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.