Parlez-nous !

Par R. Mahmoudi – Encore une fois, c’est par le biais de sources médiatiques étrangères que nous autres Algériens sommes informés de ce qui nous intéresse au plus haut point. Pourtant, le gouvernement, garde des Sceaux en tête, aurait tout à gagner à donner sa propre version de cette histoire de remise de quelques prélèvements des têtes des moines de Tibhirine à une juge française. L’occasion pour le pouvoir de se racheter, par ces temps qui se gâtent, où sa popularité est au plus bas, et de redorer, par la même, l’image de l’Etat écornée par une propagande anti-algérienne qui, elle, n’a jamais fléchi. Pas un mot ; pas un commentaire. Et ce n’est pas, à vrai dire, la première occasion ratée. Certes, il y a toujours un risque, un gros, avec un gouvernement aussi gauche, qu’une mauvaise communication vienne annihiler tous les efforts menés laborieusement par les hommes de l’ombre dans cette affaire à travers laquelle des ennemis de l’Algérie veulent jeter le discrédit sur notre armée. Car il faut dire qu’en matière de communication, le gouvernement Sellal, comme la Présidence d’ailleurs, a largement démontré son incompétence. Mais de là à imposer le silence pour toutes les affaires de justice, dans un monde qui se judiciarise chaque jour un peu plus, on se demande à quoi sert la justice dans notre pays. Dans l’affaire Chakib Khelil, «on ne pas se faire justice à la place de la justice» ; dans l’affaire du rachat du groupe El-Khabar, «laisser la justice faire et (refaire indéfiniment) son travail» ; au sujet de la plainte déposée par le président de la République contre le journal français Le Monde, motus et bouche cousue ; à propos du scandale du bac, «l’affaire suit son cours», etc. On ne sait pas si Tayeb Louh est à l’aise dans cette situation ou, alors, si c’est son ombrageux et bavard chef de parti, Amar Saïdani, qui le jugule pour se réserver le rôle de justicier, lui qui accable tout le monde d’accusations à l’emporte-pièce sans jamais être inquiété.
R. M.

Comment (21)

    Bekaddour Mohammed
    13 juin 2016 - 20 h 13 min

    L’entêtement français
    Il y a une France qui se paie la tête de l’Indépendance algérienne, les gens de l’état français font pourtant de la prospective, mais ils ont un défaut mortel, dans leurs têtes, sans quoi ils auraient « vu » la suite du massacre du 8 mai 1945, pour ne citer que ce massacres là… Avec la France politique, il faut avoir la tête froide !




    0



    0
      othmane el djazairi
      14 juin 2016 - 23 h 53 min

      les moines de Tibhirine
      les français nous pompent les nerfs avec cette histoire de Tibhirine alors qu’ils savent parfaitement qu’ils ont été assassinés par le GIA il y a plus de vingt ans. Mais, me direz-vous, quel culot ces français. Ils ont fait le black-out total sur les milliers de morts du 8 mai 45, comme ils font semblant d’oublier les centaines d’algériens menottés et jetés dans la Seine. Sans compter toutes les victimes innocentes assassinées par l’armée française et l’OAS. N’oublions pas les centaines de morts et d’handicapés suite aux explosions nucléaires dans le Sud algérien. Et ce que cela signifie que huit vieillards qui avaient risqué leur vie parmi les terroristes valent plus que tous ces milliers d’algériens victimes des méfaits de la France ? Je pense que notre gouvernement devrait se montrer plus ferme et demander des comptes au gouvernement français pour leurs crimes en Algérie.




      0



      0
    Anonyme
    12 juin 2016 - 2 h 00 min

    Faut pas tout mettre dans le
    Faut pas tout mettre dans le même sac, Mr Mahmoudi.
    « Dans l’affaire Chakib Khelil, «on ne pas se faire justice à la place de la justice» ; dans l’affaire du rachat du groupe El-Khabar, «laisser la justice faire et (refaire indéfiniment) son travail» ; au sujet de la plainte déposée par le président de la République contre le journal français Le Monde, motus et bouche cousue ; à propos du scandale du bac, «l’affaire suit son cours» »
    Dans l’affaire Khelil, le problème n’est pas le manque de communication du gouvernement, mais le manque de justice tout court, puisque Khelil n’est même pas convoqué par la justice.
    Dans l’affaire El-Khabar, on a parfois un excès de communication, puisque certains membres du pouvoir, n’ont pas tenu un discours neutre, et ont plutôt pris position contre le rachat, ne respectant pas ainsi leur devoir de non ingérence.




    0



    0
    Said Oukabiche
    11 juin 2016 - 22 h 44 min

    Je ne vois vraiment pas ce
    Je ne vois vraiment pas ce qui gène dans la remise de ces quelques échantillons des corps de ces pauvres moines amis des Algériens. Je crois que les responsables de l’état Algérien ont bien. Ils ne cherchent surement pas à nuire à l’armée Algérienne sauf à croire que les commanditaires de ce sale coup vient de leur rang ? D’après ce qu’on nous a toujours raconter ces les GIA qui sont les lâches assassins. Alors laissons la vérité éclater au grand jour. Vous devriez être contents non ?




    0



    0
    Anonyme
    11 juin 2016 - 16 h 49 min

    Qu’est ce qui se cache
    Qu’est ce qui se cache derrière ce changement? C’est la crise financière qui est la cause des changements, ils ont éliminé Mohamed Laksaci pour son hésitation à recourir à la planche à billets, ensuite ils ont limogé le ministre des finances pour son échec dans tous les domaines, tous ses plans pour sauver la situation financière désastreuse n’ont rien donné, ils ont promu à sa place quelqu’un qui va faire fonctionner la planche à billets rapidement et avec plaisir, puis ils ont limogé le ministre de l’énergie qui a échoué à relancer l’activité des hydrocarbures, ils l’ont remplacé par quelqu’un qui est en train de crier jour et nuit qu’il faut augmenter les tarifs et oublier les subventions allouées aux produits énergétiques, la momie ou ceux qui agissent en son nom viennent de prendre des mesures qui vont leur faire gagner un peu de temps, mais malheureusement conduire le pays au point de non retour, une faillite qui demandera aux gens compétents au moins une dizaine d’années de sacrifices et d’efforts pour sortir de la crise
    http://www.aps.dz/algerie/43393-urgent-le-pr%C3%A9sident-bouteflika-proc%C3%A8de-%C3%A0-un-remaniement-partiel-du-gouvernement-officiel




    0



    0
    Anonyme
    11 juin 2016 - 15 h 52 min

    Et pourquoi ils vont nous
    Et pourquoi ils vont nous parler? Ils nous « comptent » pas,on n’existe pas,seulement pour applaudir, soutenir,payer les impôts.. Un ministre interpelé par un député courageux a répondu » je n’ai de comptes à rendre qu’au président de la république » tout est dit. Saadani le résident VIP à Neuilly dit la même chose,pour eux le président seul existe,c lui l’Algérie,c lui le peuple,c lui rab edzaer et ça a été toujours lui d’ailleurs! Alors pourquoi ne pas supprimer l’apn,le sénat et même les partis?!




    0



    0
    New kid
    11 juin 2016 - 15 h 12 min

    Dans le sens des américains,
    Dans le sens des américains, le parler (hérité de la langue Française), signifie; négocier.
    Avec cette gouvernance muette et obscure, elle veut faire savoir que le peuple est trop bête pour comprendre la diplomatie. La réticence de ce clan ayant peur de se dévoiler incompétent, préfère faire les choses sournoisement en silence de peur d’être de montrer et faire savoir au peuple son incompétence et faire découvrir son allégeance et obéissance et sa soumission a ses maitres neo-colonialistes.
    En Algérie parler, c’est se faire reconnaitre comme « mouchard ».
    Les harkis laissés en rade depuis mars 62, ne parle qu’avec leur maitre !




    0



    0
    Anonyme.
    11 juin 2016 - 14 h 04 min

    Ce geste traitre d’avoir
    Ce geste traitre d’avoir remis ces preuves à la justice française, par ce régime abjecte traitre locaux de mercenaires moroco tunisien qui ont pris l’Algérie en otage, C’est de la haute trahison et une atteinte à notre souveraineté. Ce régime en catimini pour accabler les anciens généraux qui ont combattu le terrorisme avec l’aide du peuple algérien, leur faire porter la responsabilité des crimes islamistes, afin de les faire taire à jamais, ce régime mafieux a pondu une loi pour museler les patriotes algériens qu’ils soient civil ou militaires.




    0



    0
    Dihya
    11 juin 2016 - 13 h 27 min

    La France a tué froidement

    La France a tué froidement des millions d’Algériens. Sans scrupule, la France expose les cranes de nos valeureux Moudjahidines dans ses musées. Et personne ne réclame quoi que ce soit.
    6 moines, qui se trouvaient en Algérie pendant le chaos des terroristes et des intégristes,pèsent plus que ces millions d’Algériens tués intentionnellement au nom de la France coloniale.
    Mais pour défendre l’Algérie, il faut que le pays soit représenté par des Algériens et non pas par des tunisiens ou marocains




    0



    0
    fatigué
    11 juin 2016 - 13 h 22 min

    moi, je l’ai appris par
    moi, je l’ai appris par france24 , pas par l’aps, ni par « l’itima » ni par l’autre illuminée « ennaha… » euh je voulais dire  » el leil ».




    0



    0
    Anonyme
    11 juin 2016 - 12 h 59 min

    La main interne traitre fait

    La main interne traitre fait tout pour détruire l’image de notre ANP.




    0



    0
    Kahina
    11 juin 2016 - 12 h 58 min

    Parlez-nous???
    On ne doit pas

    Parlez-nous???
    On ne doit pas parler quand on veut trahir le pays.
    Les trahisons se font en silence, sous la table.
    Apparemment, un clan est en train de marchander les présidentielles avec fafa.




    0



    0
    Anonyme
    11 juin 2016 - 12 h 53 min

    Il ya des Chakaristes au

    Il ya des Chakaristes au service de la France qui rament à contre-courant de l’ANP et de l’Algérie.
    C’est un pur chantage. Faire taire les personnes qui parlent.




    0



    0
    selecto
    11 juin 2016 - 12 h 06 min

    L’ANP victime de chantages de
    L’ANP victime de chantages de la part de la bande du quatrième mandats et des Français pour faire imposer leur candidat commun aux élections présidentielles…




    0



    0
    salim
    11 juin 2016 - 10 h 21 min

    Nos responsables ont un
    Nos responsables ont un comportement de sauvages. Ils ne communiquent pas avec les citoyens. C’est la coupure totale. Et quand il y a problèmes. Ces mêmes responsables de mauvaise foi, disent ce sont les citoyens qui sont désordonnés. Alors que nous voyons d’où vient la défaillance.




    0



    0
    VIVE L’ALGÉRIE!
    11 juin 2016 - 10 h 14 min

    Par lhadi (non vérifié) | 11.
    Par lhadi (non vérifié) | 11. juin 2016 – 10:49
    « moyennement compétent » est un doux euphémisme, mais je le garde pour les prochains articles, dorénavant je dirais les « moyennement compétents » plutôt que les incompétents ça fait plus policé.




    0



    0
    Anonyme
    11 juin 2016 - 10 h 05 min

    la réaction d’AP est tardive
    la réaction d’AP est tardive ;le clan n’a qu’un seul objectif :assurer la relève par un seul candidat ;le frère cadet quitte à mettre le pays en danger ;
    seuls des algeriens encore patriotes et se dévouant au pays peuvent proposer une alternative ;




    0



    0
    lhadi
    11 juin 2016 - 9 h 49 min

    .
    Le pouvoir encourage

    .
    Le pouvoir encourage l’ascension des acteurs moyennement compétents au détriment des super compétents ou des parfaits incompétents. Ces derniers parce qu’ils ne font pas l’affaire et les premiers parce qu’ils risquent de remettre en cause le système et ses conventions.
    .
    L’esprit critique est redouté car il s’exerce à tout moment envers toute chose, il est ouvert au doute, toujours soumis à sa propre exigence.
    .
    Ainsi sous le règne de la médiocratie, l’ordre médiocre est érigé en modèle.
    .
    Le médiocre joue le jeu.
    .
    Jouer le jeu veut pourtant dire accepter des pratiques officieuses qui servent des intérêts à courte vue, se soumettre à des règles en détournant les yeux du non-dit, de l’impensé qui les sous-tendent. Jouer le jeu, c’est accepter de ne pas citer tel nom dans tel rapport, faire abstraction de ceci, ne pas mentionner cela, permettre à l’arbitraire de prendre le dessus. Au bout du compte, jouer le jeu consiste, à force de tricher, à générer des institutions corrompues.
    .
    Dans ce contexte médiocre, règne la combine, l’illusion, le mensonge, le trompe-oeil. Aucune vision d’avenir, tout le jeu politique est à courte vue, dans le bricolage permanent.
    .
    La nation algérienne veut mettre un terme à l’obésité du médiocre qui obère toute chance de développement d’un Etat fort, d’une république solide, d’une Algérie moderne et conquérante dans un monde de globalisation politiquement et économiquement injuste.
    .
    .
    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    Anonyme
    11 juin 2016 - 9 h 38 min

    Résumé : Saidani porte
    Résumé : Saidani porte flingue et bélier de la famille bouteflika
    Louh : Porte flingue et verrouilleur de la justice au service de la famille bouteflika.

    Les choses et les rôles sont très claires à mon sens…




    0



    0
    Anonymieux
    11 juin 2016 - 9 h 08 min

    Une anecdote très
    Une anecdote très éloquente:
    Un villageois venant d’une des contrées lointaines de la Kabylie qui, dès son arrivée au centre ville de Tizi Ouzou demande son chemin pour se rendre au palais de justice. Il tombe sur un instituteur qui est réputé être l’homme le plus spirituel de la ville ; pas de problème, suis moi « ya l’baraka » je vais t’y conduire illico presto. Arrivés devant l’édifice recherché, le vielle instituteur lui dit : « chouf khouya le palais le voici, quant à la justice je ne sais pas »




    0



    0
    Abou Stroff
    11 juin 2016 - 8 h 54 min

    je pense, avec la modestie
    je pense, avec la modestie qui m’étouffe que la marabunta qui nous gouverne est en train de négocier avec fafa sa mère nourricière les « modalités pratiques » pour introniser l’hurluberlu qui remplacera l’actuel hurluberlu qui fait office de fakhamtouhou national.
    mon petit doigt me dit que $aïd el tchipa est en pôle position.
    PS1: quant aux aux autres affaires, reconnaissons humblement que que le pouvoir en place affiche un mépris total ou un total mépris à l’égard du peuple qu’il est censé dirigé.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.