Le projet de loi visant à réduire les généraux à la retraite au silence présenté avec empressement devant les députés

B Ga.jpg

Sitôt dit, sitôt fait. La machine est enclenchée et l’entêtement du pouvoir à faire taire les généraux à la retraite risque de déboucher sur une réaction virulente de ces derniers, qui se voient ainsi privés d’un droit constitutionnel. C’est la toute nouvelle ministre des Relations avec le Parlement qui a présenté le projet de loi relatif aux officiers de réserve et aux fonctionnaires militaires. La ministre, qui présente ce projet au nom du vice-ministre de la Défense nationale, Ahmed Gaïd-Salah, a précisé que l’article 2 du projet de loi portant statuts des officiers de réserve prévoyait de compléter l’ordonnance N°76-112 par deux nouveaux articles stipulant que «le militaire de carrière admis à cesser définitivement son activité au sein de l’armée et versé dans la réserve, exerce librement les droits et libertés que lui confèrent les lois de la République. Tout manquement à ce devoir fera l’objet de retrait de la médaille d’honneur, de plainte auprès des juridictions compétentes et de rétrogradation dans le grade en cas de manquement grave au devoir de retenue et de réserve». Un texte ambigu et contradictoire qui défend le droit de ces retraités à la parole et les en interdit en même temps. Le caractère équivoque de ce texte de loi que les députés sont appelés à discuter et qui sera vraisemblablement voté dans la pure tradition de l’APN, complètement inféodée au pouvoir exécutif dont elle sert de caisse de résonance, s’explique par la crainte des initiateurs de ce projet de loi extravagant et anticonstitutionnel de voir les généraux directement concernés par les menaces qu’il comporte réagir à cette atteinte aux libertés individuelles. D’où cette précipitation pour mettre les concernés devant le fait accompli. Le projet de loi vise, ainsi, à «réviser les règles législatives en vigueur qui encadrent le devoir de réserve en complétant l’article 24 de l’ordonnance 06-02 par l’obligation pour le militaire après cessation définitive de son activité de verser dans la réserve», et «confirme de par son caractère que tout manquement à ce devoir fera l’objet de retrait de la médaille d’honneur, de plainte auprès des juridictions compétentes ainsi que de rétrogradation dans le grade». Plusieurs officiers supérieurs à la retraite ont d’ores et déjà dénoncé cette entorse à la Constitution. Et la fronde risque de s’élargir. Nous y reviendrons.

Karim Bouali

Comment (35)

    إرفع رآسك يا با
    18 juin 2016 - 23 h 57 min

    La dictature tyrannique de
    La dictature tyrannique de Abdekka Bamako et sergent Garcia continue ses ravages




    0



    0
    Anonymous
    18 juin 2016 - 14 h 59 min

    Et dire que le général Gaid
    Et dire que le général Gaid va bientôt se faire éjecter après avoir accompli le sale boulot pour le compte de la famille bouteflika et des services franco marocains..




    0



    0
    Anonyme
    18 juin 2016 - 13 h 45 min

    Puisque cette loi merdique va
    Puisque cette loi merdique va imposer le silence aux militaires en activité et en retraite, le cas du vice ministre de la defense posera un grand problème. Va t il faire une loi bis pour lui tout seul ou va t il respecter cette loi? Un avis de juriste svp.




    0



    0
    Faridus
    18 juin 2016 - 11 h 59 min

    *

    *
    La réduction du peuple algérien au silence par la Constitution et les lois ad hoc scélérates, et devant l’absence totale de réaction populaire, et les péroraisons stériles de la pseudo opposition, le pouvoir ne pouvait pas s’arrêter en si bon chemin. La loi sur le « devoir de réserve » qui va tomber sur les officiers de l’ANP à la retraite très prochainement consacrera le début de la dictature totale et la mise sous scellés du pays. Le début, oui, parce que cette loi sera très vraisemblablement suivie par une autre qui visera même les officiers de l’active, et qui mettra juridiquement l’ALN sous la « coupe constitutionnelle » des bandits des grands chemins, plus connus sous le nom de « clan d’Oujda ». L’appétit venant en mangeant, les inévitables futurs remaniements structurels dans le haut commandement de l’Armée, achèveront de transformer celle-ci en une vaste formation mercenaire privée, au service des délires du clan à usage interne et externe. Les futures alliances avec des pays étrangers, les reniements et, les engagements de combats seront du ressort exclusif des chefs de la mafia.  » Silence dans les rangs! Rompez!  »
    *
    En attendant d’être viré pour remplacement par plus proche, plus jeune, plus consentant et plus discret, le sergent Garcia pourra toujours se consoler en apportant son soutien intempestif au FLN de Saadani, et en menaçant la presse. Bien sûr, avec le respect total de la Constitution ! Et du devoir de réserve.
    *
    L’ANP, certes mène le combat nécessaire quotidien, soutenu, harassant, efficace et fructueux contre le terrorisme. On voit chaque jour à la Télé le nombre considérable d’armes sophistiquées saisies ou trouvées dans des repaires, et c’est à son honneur. L’ANP restera-t-elle sur cette même trajectoire? Même si, curieusement jamais personne n’a été arrêté sur les lieux et les contrebandiers et les trafiquants, toujours de mystérieux inconnus, ont toujours eu le loisir de fuir et de disparaître.




    0



    0
    Anonymous
    18 juin 2016 - 10 h 18 min

    LES MILITAIRES ALGERIENS
    LES MILITAIRES ALGERIENS meritent de la consideration




    0



    0
    BEN MEB
    18 juin 2016 - 8 h 40 min

    AMMAR TABAK
    AMMAR TABAK




    0



    0
    Benhabra brahim
    18 juin 2016 - 2 h 18 min

    Ya le feu a la maison!!!..
    Ya le feu a la maison!!!…sinon pourquoi une loi a la va vite??..Affaire a suivre a la sherlock holmes (a la loupe).




    0



    0
    Neutre
    18 juin 2016 - 0 h 54 min

    museler les militaires;puis
    museler les militaires;puis les journalistes;puis les citoyens;pour l’opposition est déja faite depuis bien longtemps;qu-es_que qui reste d’une république a part le nom;l’affaire autoghoul étouffée;l’affaire sonatrach 1-2-3 étouffée;l’affaire détournement de l’argent des agriculteurs du sud par saidani étouffée;l’affaire chakib étouffée; impossible de citer toutes les affaires sous la règne du pharaon bouteflika étouffée;pas le choix nous devons accepter tout ou le chaos; chantage ou nouvelle colonisation;certainement la malédiction de nos libérateurs de ne pas respecter leurs serment




    0



    0
    Le dernier des mohicans
    18 juin 2016 - 0 h 19 min

    Cela fait 5 ans que je vis en
    Cela fait 5 ans que je vis en Algérie et le seul espoir pour sortir le pays de ce foutoir c’es l’ ARMÉE !!!

    Messieurs les militaires vous avez le plein soutiens du Peuple et c’est pour cela que l’on veux vous faire taire




    0



    0
    Malika
    18 juin 2016 - 0 h 17 min

    Un général restera toujours
    Un général restera toujours un général avec toujours à l’esprit la préservation des intérêts de son pays pas en s’érigeant contre et en s’écartant du clanisme qui aujourd’hui essaie de mener le pays vers la dérive quand bien même les dirigeants ne sont pas ceux que désire le peuple.




    0



    0
    إرفع رآسك يا با
    17 juin 2016 - 22 h 43 min

    Messieurs les journalistes d
    Messieurs les journalistes d’A.P: quand vous illustrez un article sur tab djnanou, montrez sa vraie photo sur un fauteuil roulant, l’air hagard et perdu




    0



    0
    citoyen karim
    17 juin 2016 - 21 h 52 min

    L’Histoire de l’Armée de
    L’Histoire de l’Armée de libération nationale n’est pas un mythe mais elle est celle des faits d’armes reconnus dans la trame historique des nations contemporaines. Plus qu’un repère de base, elle est une composante essentielle de notre mémoire collective, de notre identité nationale. En ces moments cruciaux de notre existence en tant que nation, qui reste relativement jeune par rapport à d’autres, c’est autour de l’Armée Algérienne, celle du Peuple, que nous devons trouver cet indispensable consensus sans taire pour autant nos désaccords qui trouveront leur place une fois le changement amorcé. En attendant, nous devons poursuivre par devoir à nos ainés et aux générations à venir, pacifiquement, la lutte de libération nationale entamée il y a 62 ans –les moyens d’y arriver sans violence ne manquent pas- jusqu’à l’indépendance totale et effective de l’Algérie. Il n’y a que ton propre pays qui puisse défendre tes intérêts, nous n’avons qu’un seul et il se trouve qu’il est en danger.




    0



    0
    Yacine El watani
    17 juin 2016 - 21 h 12 min

    En plus de sa contradiction
    En plus de sa contradiction avec la constitution algérienne, les traités internationaux ratifiés par l’Algérie et la déclaration universelle des droits de l’Homme, ce projet de loi est une aberration. Il enfoncera, un peu plus, le régime en place s’agissant des privations des libertés en Algérie. Notre pays est épinglé, chaque année, par les organisations conventionnelles et non conventionnelles, sur les questions des libertés et des droits de l’homme.
    Les textes concernant les divulgations de secrets existent, les textes réprimant la diffamation existent aussi, alors a quoi sert cette imbécilité ? A ne pas critiquer le pouvoir ? Ou à ne pas relever les aberrations, les erreurs ou mensonges de certains responsables civiles ou militaires ????? Quoi qu’il en soit à l’heure d’Internet ce projet de loi n’a aucun sens. Il révèle l’état d’esprit voire une certaine panique qui règne en haut lieu. Au lieu d’avoir peur de ce que disent des ex-militaires devenus citoyens ordinaire, le pouvoir doit se méfier des corrompus qui sont en son sein et des terroristes qui rôdent à proximité de nos frontières. Que dieu protège l’Algérie et les Algériens patriotes.




    0



    0
    LAHLOU
    17 juin 2016 - 20 h 28 min

    On n’a pas entendu l’avis de
    On n’a pas entendu l’avis de l’association des retraités de l’armée nationale populaire.
    Il faut quand même rappeler que la liberté s’arrache et qu’elle n’est jamais donné une fois pour toute qu’il s’agisse de corps constitués ou de corps social.
    De plus, beaucoup de hauts gradés se sont tus et ont même approuvés les interdits et les entraves à la liberté d’expression et d’organisation pacifique des citoyens. Et ces entraves sont encore là. On n’a jamais entendu un général ou des officiers supérieurs exiger le respect d’un droit pourtant garanti par les différentes constitutions lorsque les militants, de diverses tendances, se sont vus mettre un bâillon sur la bouche par des dirigeants qui se prenaient pour des « Rbouba » (Dieux).
    Pour avoir longtemps fait les muets et la sourde oreille aux appels des « mahgourine » (ceux qui subissent la Hogra) payeront -ils le prix du silence pour avoir la paix, une fois mis à la retraite de la « Grande Muette »?




    0



    0
    Erdt
    17 juin 2016 - 19 h 02 min

    Voilà l’état si vil du
    Voilà l’état si vil du résident VIP à Neuilly!! Tout dans la nouvelle- ancienne constitution était clairement annonciateur de cette dictature,mais même certains juristes n’ont vu que du feu,ou n’ont pas voulu voir. Car le pb n’est pas d’écrire  » justice indépendante » ça c’était dans toutes nos constitutions; le pb c qui nomme,paie,gère,limoge,mute c juges?? C a dire qui décide de sa carrière?!! Et ça c valable pour tous les postes: quand un juge sait que sa carrière dépend du prince il ne prendra jamais décision contre l’avis du prince!




    0



    0
    Anonymous
    17 juin 2016 - 18 h 50 min

    Qu’on cesse alors de regarder
    Qu’on cesse alors de regarder les algériens (ainsi que tous les officiers en retraite) sous le seul prisme déformant de la lutte anti-terroriste ou de la « menace externe ». Là où leurs droits sont piétinés, leur dignité bafouée, leurs vies réduites à un simulacre de survie végétative, tous les peuples du monde ont le droit et le devoir de résister à leurs oppresseurs.
    Malgré le décors Potemkine dans lequel excelle ce régime qui ne craint par ailleurs ni le crime d’Etat ni le viol de toutes les lois qu’il promulgue lui-même, malgré la persistance de divergences sévères au sein de l’élite algérienne sur les voies et moyens d’en finir avec cette insupportable agonie, des voix, chaque jour plus nombreuses, plus précises, plus rigoureuses se joignent à la longue marche de la protestation algérienne pour lui faire emprunter les chemins du changement démocratique et pacifique. Hocine AIT AHMED




    0



    0
    toufik
    17 juin 2016 - 17 h 19 min

    si ont veux passer d un état
    si ont veux passer d un état militaire a un état policier , il faut bien l expliquer aux peuple . pour moi je suis ni pour l un ni l autre. par contre un état civile OUI.X




    0



    0
      L'Algerien libre-
      17 juin 2016 - 18 h 18 min

      C’est quoi cette loi,
      C’est quoi cette loi, vraiment c’est une honte. Aucun pays au monde n’a agit de la sorte pour ces anciens cadres et hommes politiques et tout son peuple. C’est une vraie bassesse pour l’initiateur ou les initiateurs de cette idiote loi. Au lieu de rassembler ont est en train de divisier, de menacer et de ridiculiser les vrais hommes de toute un peuple aussi glorieux fidele a son attachement aux valeurs que nous ont laisses nos ancien et surtout a nos valeureux CHOUHADA ( ALLAH YARHAMHOUM)- Messieurs vous etes en train de reduire toute une nation et son peuple aux serpillieres. EHACHEMOU – RABA YEHDIKOUM RAKOU FETTOU ELHEBEL YA NASS. YA RABI INCHA ALLAH FI HADE ECHAHR EL KARIM RABI EHEDEMKOUM. OUALLAH MA FIKOUM EL INSSANIA. Je m’adresse a ces initiateurs de cette loi et toutes les autres lois qui deciment l’honneur de ce Pays trops CHERS ET A SON VALEUREUX PEUPLE. RABA YAHDIKOUM. SAHA RAMDANKOUM.hM5dhF9




      0



      0
        selecto
        17 juin 2016 - 21 h 05 min

        Pour faire une telle
        Pour faire une telle proposition de loi contre les officiers de l’ANP c’est la preuve que les initiateurs ne sont pas d’origine algérienne mais des rescapés de la rafle de 1975 qui se vengent de l’Algérie.




        0



        0
    Le Naif
    17 juin 2016 - 17 h 07 min

    SVP A.P Corriger votre
    SVP A.P Corriger votre erreur concernant la photo Boutefrike doit être sur une chaise roulante et le visage…. dégonflé…




    0



    0
    7
    17 juin 2016 - 16 h 58 min

    Mais qu’est ce qu’ils ont
    Mais qu’est ce qu’ils ont bien à caché ????
    Moi je préconise au contraire qu’ils parlent et que nos anciens militaires se lachent si ils ont des choses à divulguer aux peuple si c’est pour son bien !!!
    Car des fois nous le peuple on se demande parfois si l’ALGERIE que nous à donné nos martyre est à nous ou au pouvoir malsein ????
    VOTER TOUS POUR MOI !!!!!!!




    0



    0
    anonyme
    17 juin 2016 - 16 h 07 min

    Je souhaite que nos généraux
    Je souhaite que nos généraux seront au rendez-vous pour dire non à ces (…) qui sont entrain de vendre le pays.




    0



    0
    Mustapha
    17 juin 2016 - 16 h 02 min

    Quand l’armée était au
    Quand l’armée était au pouvoir, est-ce qu’on a essayé d’instaurer une vraie liberté d’expression?
    من أعان ظالما سلط عليه.




    0



    0
      fakou
      18 juin 2016 - 8 h 08 min

      @Mustapaha : quand l’Armée
      @Mustapaha : quand l’Armée nationale algérienne ( ANP) était au pouvoir les algériens n’avaient pas peur de Ali Belhadj et des mercenaires de Abdelaziz Ben Baz le Mufti du diable et des rois wahabistes Saoudiens … il n y a pas un plus grand « DHOLM » et tyrannie que celle des rois arabes et leurs tueurs terroristes depuis que le monde est monde




      0



      0
    SMCO
    17 juin 2016 - 15 h 14 min

    Est ce que ce projet de loi
    Est ce que ce projet de loi est une intimidation et mise en demeure contre les antagonistes du système ou bien un règlement d’un vieux compte datant de Chadli rahimahou Allah? Une anti-militarisation de la politique ne s’interprète pas par de telle loi.




    0



    0
    goubi
    17 juin 2016 - 15 h 12 min

    Ce sont les militaires de l
    Ce sont les militaires de l’ANP qui ont sauvé l’Algérie de la barbarie. En tant que citoyens, les généraux ont le droit à la parole.




    0



    0
    goubi
    17 juin 2016 - 15 h 08 min

    Ce sont les militaires, donc
    Ce sont les militaires, donc les généraux , qui ont sauvé l’Algérie de la barbarie.




    0



    0
    Muhand
    17 juin 2016 - 14 h 43 min

    le pouvoir pousse au
    le pouvoir pousse au pourrissement. normal parce que si les langues se délient, beaucoup de ces gueux risquent d’être poursuivis en justice. Et bien puisque le pouvoir utilise la force pour imposer le black-out, et bien que les militaires passent à l’action avant le vote de la loi et étalent sur la place publique toutes les magouilles dont ils ont été témoins si vraiment ils n’ont à se reprocher. quant à nos deputes, (sans accent, c’est volontaire) qui pratiquent la danse du ventre sous la derbouka de Saadani, je ne trouve pas de mot pour les qualifier, alors je leur dit dans la langue qu’ils comprennent le mieux: ni3latou Allah 3laykoum ya banou (…)




    0



    0
    selecto
    17 juin 2016 - 14 h 32 min

    Les harkis renforcent leur
    Les harkis renforcent leur pouvoir en s’attaquant au dernier rempart de défense de l’Algérie à savoir les officiers nationalistes et intègres, pendant ce temps ce pouvoir organise le retour de l’escroc Chakib Khelil leur trésorier et lui organisent des tournées à travers le pays.




    0



    0
    Abou Stroff
    17 juin 2016 - 13 h 59 min

    apparemment, « on » fait tout
    apparemment, « on » fait tout pour que seul le sergent garcia soit le seul à s’exprimer et à clamer haut et fort son soutien indéfectible à …………………………………….si amar el fenène (rappelez vous le gus qui, jadis, portait des habits de femme et animait des fêtes en frétillant du popotin pour envoyer l’assistance, essentiellement masculine, tout droit au nirvana).
    PS: les retraités de l’armée n’ont pas le droit de divulguer des secrets militaires mais ont tous les droits, en tant que citoyens à part entière de s’exprimer et de donner leurs opinions sur tout ce qui touche l’avenir de leur pays, c’est à dire de notre pays.




    0



    0
    nation
    17 juin 2016 - 13 h 41 min

    cette loi vise à bâillonner
    cette loi vise à bâillonner des voix nationalistes en Algérie .. et en conséquence elle fera augmenter la sur légitimation du discours wahabiste saoudien dans ce pays usurpé … Suicide d’une nation




    0



    0
    amine
    17 juin 2016 - 13 h 26 min

    nous allons cassé les reins
    nous allons cassé les reins de said et ses sbires.Parole d’un ancien du drs.




    0



    0
    anonyme
    17 juin 2016 - 13 h 23 min

    Eh oui ,c’est comme ça que
    Eh oui ,c’est comme ça que commencent les dictatures,et le risque extremement possible d’un coup d’état militaire « obligé » par cette éniemme entorse à la constitution et cette fois,dirigée directement contre les militaires à la retraite et suivez mon regard! abkaou aala khie!




    0



    0
      Anonyme
      18 juin 2016 - 9 h 29 min

      Ce n’est pas le début d’une
      Ce n’est pas le début d’une dictature mais plutôt sa fin. Avec cette loi scélérate de type coloniale on veut empêcher une importante partie de l’élite nationaliste et patriote algerienne de guider et d’eclairer son peuple par de simples avis,contributions et idées issus du vecu et de l’experience. Ce qui est malheureux est que cette loi vient des freres d’armes qui sont appelés tot ou tard à etre en retraite comme tout le monde.




      0



      0
        le soumi
        18 juin 2016 - 11 h 53 min

        ah! oui parce que tu croit
        ah! oui parce que tu croit que le gros lard n’as pas l’age de la retraite !!




        0



        0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.