Le projet de loi visant à réduire les généraux à la retraite au silence présenté avec empressement devant les députés

B Ga.jpg

Sitôt dit, sitôt fait. La machine est enclenchée et l’entêtement du pouvoir à faire taire les généraux à la retraite risque de déboucher sur une réaction virulente de ces derniers, qui se voient ainsi privés d’un droit constitutionnel. C’est la toute nouvelle ministre des Relations avec le Parlement qui a présenté le projet de loi relatif aux officiers de réserve et aux fonctionnaires militaires. La ministre, qui présente ce projet au nom du vice-ministre de la Défense nationale, Ahmed Gaïd-Salah, a précisé que l’article 2 du projet de loi portant statuts des officiers de réserve prévoyait de compléter l’ordonnance N°76-112 par deux nouveaux articles stipulant que «le militaire de carrière admis à cesser définitivement son activité au sein de l’armée et versé dans la réserve, exerce librement les droits et libertés que lui confèrent les lois de la République. Tout manquement à ce devoir fera l’objet de retrait de la médaille d’honneur, de plainte auprès des juridictions compétentes et de rétrogradation dans le grade en cas de manquement grave au devoir de retenue et de réserve». Un texte ambigu et contradictoire qui défend le droit de ces retraités à la parole et les en interdit en même temps. Le caractère équivoque de ce texte de loi que les députés sont appelés à discuter et qui sera vraisemblablement voté dans la pure tradition de l’APN, complètement inféodée au pouvoir exécutif dont elle sert de caisse de résonance, s’explique par la crainte des initiateurs de ce projet de loi extravagant et anticonstitutionnel de voir les généraux directement concernés par les menaces qu’il comporte réagir à cette atteinte aux libertés individuelles. D’où cette précipitation pour mettre les concernés devant le fait accompli. Le projet de loi vise, ainsi, à «réviser les règles législatives en vigueur qui encadrent le devoir de réserve en complétant l’article 24 de l’ordonnance 06-02 par l’obligation pour le militaire après cessation définitive de son activité de verser dans la réserve», et «confirme de par son caractère que tout manquement à ce devoir fera l’objet de retrait de la médaille d’honneur, de plainte auprès des juridictions compétentes ainsi que de rétrogradation dans le grade». Plusieurs officiers supérieurs à la retraite ont d’ores et déjà dénoncé cette entorse à la Constitution. Et la fronde risque de s’élargir. Nous y reviendrons.

Karim Bouali

Comment (35)

    إرفع رآسك يا با
    18 juin 2016 - 23 h 57 min

    La dictature tyrannique de
    La dictature tyrannique de Abdekka Bamako et sergent Garcia continue ses ravages




    0



    0
    Anonymous
    18 juin 2016 - 14 h 59 min

    Et dire que le général Gaid
    Et dire que le général Gaid va bientôt se faire éjecter après avoir accompli le sale boulot pour le compte de la famille bouteflika et des services franco marocains..




    0



    0
    Anonyme
    18 juin 2016 - 13 h 45 min

    Puisque cette loi merdique va
    Puisque cette loi merdique va imposer le silence aux militaires en activité et en retraite, le cas du vice ministre de la defense posera un grand problème. Va t il faire une loi bis pour lui tout seul ou va t il respecter cette loi? Un avis de juriste svp.




    0



    0
    Faridus
    18 juin 2016 - 11 h 59 min

    *

    *
    La réduction du peuple algérien au silence par la Constitution et les lois ad hoc scélérates, et devant l’absence totale de réaction populaire, et les péroraisons stériles de la pseudo opposition, le pouvoir ne pouvait pas s’arrêter en si bon chemin. La loi sur le « devoir de réserve » qui va tomber sur les officiers de l’ANP à la retraite très prochainement consacrera le début de la dictature totale et la mise sous scellés du pays. Le début, oui, parce que cette loi sera très vraisemblablement suivie par une autre qui visera même les officiers de l’active, et qui mettra juridiquement l’ALN sous la « coupe constitutionnelle » des bandits des grands chemins, plus connus sous le nom de « clan d’Oujda ». L’appétit venant en mangeant, les inévitables futurs remaniements structurels dans le haut commandement de l’Armée, achèveront de transformer celle-ci en une vaste formation mercenaire privée, au service des délires du clan à usage interne et externe. Les futures alliances avec des pays étrangers, les reniements et, les engagements de combats seront du ressort exclusif des chefs de la mafia.  » Silence dans les rangs! Rompez!  »
    *
    En attendant d’être viré pour remplacement par plus proche, plus jeune, plus consentant et plus discret, le sergent Garcia pourra toujours se consoler en apportant son soutien intempestif au FLN de Saadani, et en menaçant la presse. Bien sûr, avec le respect total de la Constitution ! Et du devoir de réserve.
    *
    L’ANP, certes mène le combat nécessaire quotidien, soutenu, harassant, efficace et fructueux contre le terrorisme. On voit chaque jour à la Télé le nombre considérable d’armes sophistiquées saisies ou trouvées dans des repaires, et c’est à son honneur. L’ANP restera-t-elle sur cette même trajectoire? Même si, curieusement jamais personne n’a été arrêté sur les lieux et les contrebandiers et les trafiquants, toujours de mystérieux inconnus, ont toujours eu le loisir de fuir et de disparaître.




    0



    0
    Anonymous
    18 juin 2016 - 10 h 18 min

    LES MILITAIRES ALGERIENS
    LES MILITAIRES ALGERIENS meritent de la consideration




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.