Mohamed Aïssa confirme avoir admonesté l’ambassadeur d’Irak

Mohamed Aïssa, ministre des Affaires religieuses et des Wakfs. New Press

Le ministre des Affaires religieuses a réitéré ce vendredi à partir de Bouira, les mises en garde de l’Algérie contre toute atteinte à son référent religieux et à son unité nationale, et ce, en réaction au communiqué publié récemment par l’ambassade d’Irak en Algérie, proposant des facilitations de tourisme religieux aux Algériens. Information rapportée par Algeriepatriotique. Le communiqué en question «est une ingérence dans le référent religieux de l’Algérie», a déclaré le ministre en réponse à une question de la presse en marge de sa visite dans la wilaya de Bouira. Il a précisé à ce propos avoir reçu l’ambassadeur irakien en Algérie sur une demande de ce dernier «qui était venu nous donner des clarifications sur le communiqué mis en ligne sur le site de l’ambassade», a-t-il dit. Lors de cette rencontre, «l’ambassadeur a affirmé que son ambassade n’avait pas l’intention de s’immiscer dans les affaires intérieures ni religieuses de l’Algérie», a ajouté le ministre, réaffirmant que l’Algérie «est un pays souverain et il ne veut jamais être partie d’aucun des conflits confessionnels au monde». «Avec l’ambassadeur, nous avions réitéré les principes de l’Algérie et nous avions émis des mises en garde concernant ce point. L’Algérie refuse et rejette catégoriquement que les représentations diplomatiques s’immiscent dans les affaires intérieures du pays», a insisté M. Mohamed Aïssa.

Pour sa part, l’ambassadeur a aussi réitéré «son engagement de ne plus intervenir» dans ces questions, a ajouté le ministre qui a, par ailleurs, exprimé sa préoccupation face à la menace que constitue l’apparition de plusieurs confessions religieuses sur l’unité et le référent religieux de l’Algérie. L’ambassadeur d’Irak en Algérie avait tenté de minimiser la gravité de l’action de son pays et avait mis cela sur le dos des «médias algériens», allusion à notre site. Le ministre des Affaires religieuses vient, ainsi, de confirmer que l’Irak a bel et bien tenté une «incursion chiite», déjouée après la révélation par Algeriepatriotique de ce prosélytisme déguisé en un voyage touristique parrainé par le ministère irakien de la Culture. La prompte réaction de notre ministre des Affaires religieuses est à saluer.

Karim B./Agence

Comment (16)

    Anonymous
    29 juillet 2016 - 10 h 02 min

    N’en déplaise aux ennemis de
    N’en déplaise aux ennemis de l’Islam – et ce n’est pas d’aujourd’hui qu’ils s’emploient à dévoyer cette religion à des fins bassement politiciennes -, je voudrais saluer respectueusement notre ministre des Affaires religieuses pour ses idées et son combat. Cet authentique moudjahid mériterait d’être soutenu par tous les partis épris de paix, de justice et de liberté, car son combat est non seulement d’intérêt national mais aussi non partisan. A cet égard on ne peut que regretter la carence des partis, associations de oulémas , zaouias, institutions chargées de l’éducation, et autres organismes que le pouvoir a réduit au silence par une corruption déguisée en prébendes.
    A l’heure des restrictions dictées par la crise pétrolière, qu’attend celui qui fit ressusciter de nombreuses zaouias jadis inféodées à la puissance coloniale pour supprimer, – ou du moins réduire de moitié – les privilèges accordés à ceux chargés de rabaisser l’Algérien au rang d’esclave ?




    0



    0
    Anonymous
    29 juillet 2016 - 10 h 02 min

    N’en déplaise aux ennemis de
    N’en déplaise aux ennemis de l’Islam – et ce n’est pas d’aujourd’hui qu’ils s’emploient à dévoyer cette religion à des fins bassement politiciennes -, je voudrais saluer respectueusement notre ministre des Affaires religieuses pour ses idées et son combat. Cet authentique moudjahid mériterait d’être soutenu par tous les partis épris de paix, de justice et de liberté, car son combat est non seulement d’intérêt national mais aussi non partisan. A cet égard on ne peut que regretter la carence des partis, associations de oulémas , zaouias, institutions chargées de l’éducation, et autres organismes que le pouvoir a réduit au silence par une corruption déguisée en prébendes.
    A l’heure des restrictions dictées par la crise pétrolière, qu’attend celui qui fit ressusciter de nombreuses zaouias jadis inféodées à la puissance coloniale pour supprimer, – ou du moins réduire de moitié – les privilèges accordés à ceux chargés de rabaisser l’Algérien au rang d’esclave ?




    0



    0
    Anonymous
    24 juillet 2016 - 11 h 11 min

    L’excès de zèle

    L’excès de zèle

    Il y a d’autres chats à fouetter, et d’autres priorités urgentes à devoir s’occuper,…..




    0



    0
    Anonymous
    24 juillet 2016 - 11 h 11 min

    L’excès de zèle

    L’excès de zèle

    Il y a d’autres chats à fouetter, et d’autres priorités urgentes à devoir s’occuper,…..




    0



    0
    rien-ne-va-plus
    2 juillet 2016 - 22 h 36 min

    Monsieur le ministre des
    Monsieur le ministre des affaires religieuses ne se trompe pas de cibles mais il les choisies en fonction de son aptitude religieuse. Pour preuve, il suffit de faire la différence :
    Entre les déclarations de l’ambassadeur d’Irak très mal reprochées d’ailleurs par ce que c’est le rôle incontestable du Ministre des affaires étrangères,
    Et les tracts subversifs : livret, DVD. etc… de propagande wahhabite Monsieur le Ministre que les pèlerins algériens (Hadj ou Omra) ramènent à chaque fois avec eux de l’Arabie Saoudite en guise de cadeaux pour s’endoctriner, endoctriner et envenimer les esprits des jeunes et moins jeunes dans notre pays.
    Dieu n’a jamais parlé de chiisme ou de sunnisme dans le livre sain, encore moins de salafisme. C’est une création sioniste pour diviser les musulmans financée par les saoudiens partout dans le monde pour faire de l’Iran le nouvel ennemi des musulmans au lieu et place d’Israël.
    Savez-vous qu’en Egypte la police des frontières confisque tous les objets de propagande wahhabite que ramène en guise de cadeau offert, les citoyens égyptiens partis faire une Omra ou accomplir le Hadj. La police ne leur garde que le Coran.
    Il semble que cette propagande gagne du terrain chez nous. Il suffit d’entendre certains Imam prêcher pour savoir qu’ils sont acquis ou sur le point de l’être grâce à cette grande machine de propagande saoudienne que Monsieur le ministre semble oublier dans les mosquées.
    A-t-il le courage « d’admonester » l’ambassadeur des Al Saoud à Alger comme il vient de le faire avec celui d’Irak.




    0



    0
    Mohamed el maadi
    2 juillet 2016 - 14 h 15 min

    Que vous êtes fort au pays !
    Que vous êtes fort au pays ! L’Irak un pays en guerre et vous jouer les gros bras mais devant le drapeau algérien brulé par le Maroc on ne vous a pas entendu. Vous êtes des Haggars hada maken.Si je rencontre un Irakiens je m’excuserais de l’ingérence de notre pays dans leur affaires intérieures. J’ai honte .Cela vous s’amuse de cogner sur des faibles? A quand une intervention au Yémen pour vos maîtres saoudiens .Je sais qui est derrièrentout cela au pays.

    Au fait pourquoi vous ne répondez pas au journaliste algériens qui titre dans leur journaux : sale temps pour les généraux : en citant Toufik et Nezzar et veulent les liquider.




    0



    0
    mohand
    2 juillet 2016 - 13 h 52 min

    Si on revient au jour où les
    Si on revient au jour où les Saoudiens sont arrivés dans leur Ghazawat, qu’avaient-ils fait sinon de s’ingérer dans le référent religieux (polythéistes) de la population Amaziɣ autochtone ?
    Sans compter sur les milliers de jeunes filles vendus sur les marchés d’esclaves de Damas !
    L’Algérie est bâtie sur une histoire fausse et modifiée.
    Quant on voit les décapitations ordonnées par l’état Saoudien du 21ème donc nécessairement plus « évolués » que ceux d’il y a 14 siècles !




    0



    0
    Kahina
    2 juillet 2016 - 12 h 35 min

    Il parait que notre ministre
    Il parait que notre ministre des zaouïas, en collaboration avec l’autre ministre des hôpitaux sinistrés, a décidé d’envoyer ses imams des zaouïas pour des tournées dans les hôpitaux pour guérir les malades. L’austérité oblige, on achètera plus les médicaments. Une Rokya des chefs des zaouias est le tour est joué.

    Si tu ne vas pas chez la zaouïa, c’est la zaouïa qui viendra chez toi. C’est le nouveau modèle économique de SELLAL !!!




    0



    0
    elkhayam
    2 juillet 2016 - 11 h 53 min

    Bizarre ce pays même la
    Bizarre ce pays même la religion qui est une affaire personnelle et qui relève de la foi ( que personne ne peut vérifier la sincérité) selon les convictions de chacun . Le ministère des affaires religieuses ( qui est une aberration en soi ) choisit et décide quelle religion nous sommes sommé de suivre . En un mot ils te traînent de force vers le paradis d’Allah que tu le veuille ou non .




    0



    0
    Abou Stroff
    2 juillet 2016 - 7 h 52 min

    moua, avec ma naïveté
    moua, avec ma naïveté légendaire me pose une simple question: qui a décidé du référent religieux de l’algérie, à supposer qu’un pays ou une contrée quelconque puissent avoir une religion? en effet, jusqu’à preuve du contraire ce sont les individus humains qui croient aux dogmes et les dogmes étant indémontrables, chacun est libre d’y croire ou de ne pas y croire, n’est ce pas? moralité de l’histoire: si nous continuons à nous définir comme des croyants appartenant à une oumma mythique qui n’a, dans les faits, jamais existé alors, notre « unité nationale » est tout à fait en péril car, ni mohamed aïssa, ni ammar bouzouar ne pourront empêcher les individus humains de se détourner d’un quelconque dogme qu’on essaierait de leur imposer. d’ailleurs, qui a décidé que j’étais sunnite de rite malékite et que j’avais le même référent religieux que mohamed aïssa ou ali haddad ou baha tliba ou abdelaziz bouteflika ou, louiza hanoune, ou ……? dans les faits, l’unité nationale est mise en danger dès que les algériens évitent de se définir comme des citoyens LIBRES, conscients de la leurs droits et de leurs devoirs et appartenant à une SOCIETE CIVILE dont l’Etat devrait être l’émanation. L’unité nationale est aussi mise en danger quand ceux qui nous gouvernent se prennent pour des démiurges et nous prennent pour des clones interchangeables. quant aux « agressions étrangères », chacun sait qu’aucune force au monde ne pourrait nous vaincre s’il y avait une osmose effective entre le peuple et ses dirigeants, ce qui est loin d’être le cas au moment présent.
    PS: je n’ai strictement rien contre la religion tant qu’elle est confinée au sein de la sphère privée. par contre, dès qu’elle déborde sur la sphère publique (mohamed aïssa a décidé que j’étais sunnite de rite malékite!!), elle n’est plus religion au sens strict mais politique. comme la politique n’est que l’expression d’intérêts contradictoires, l’unité du référent vole en éclat et la religion devient développement de points de vue de classe. en d’autres termes, il ne peut y avoir un référent religieux unique dans les sociétés de classe dont fait partie l’algérie.




    0



    0
    selecto
    2 juillet 2016 - 2 h 34 min

    L’intervention du ministre
    L’intervention du ministre des affaires religieuse à l’ingérence d’un ambassadeur d’un pays étranger dans les affaires intérieures est incompréhensible car c’était au ministre des affaires étrangères de convoquer cet ambassadeur.




    0



    0
      kahina
      2 juillet 2016 - 12 h 40 min

      En tout cas, l’Ambassadeur de
      En tout cas, l’Ambassadeur de l’Irak n’est pas fou. S’il n’avait pas eu l’ aval d’en haut, il n’aurait jamais osé ouvrir sa bouche.

      Pour rectifier l’erreur, on bricole avec ce sinistre des zaouïas




      0



      0
    Anonymous
    1 juillet 2016 - 22 h 27 min

    Nous avons le meilleur
    Nous avons le meilleur ministre des affaires religieuse auparavant nous avions des charlatans islamistes.
    La deuxième ministre que le peuple algérien respecte est la ministre de l’Éducation Mme Benghebrit. À par ces deux ministres, les autres ministres de Bouteflika sont un fiasco et un désastre pour l’Algérie, à commencer par Boucharab qui a la nationalité française et occupe la fonction de ministre en violation de la nouvelle constitution de Bouteflika qui fait des Lois qu’il ne respecte pas.




    0



    0
    New kid
    1 juillet 2016 - 21 h 27 min

    Qui nous débarrassera de la
    Qui nous débarrassera de la vermine du wahhabisme et de son daech ?
    Tôt ou tard, l’Algérie sera amener à choisir son camp, car c’est la mère des batailles qui se joue ici et dans le monde oriental !
    On se moque du tourisme de pèlerinage!




    0



    0
    NATION ALGERIENNE
    1 juillet 2016 - 20 h 27 min

    Le référent religieux
    Le référent religieux algérien n’ets pas et ne sera jamais LE WAHABISME …et les Berbères ne sont pas concernés par la guerre entre l’Iran et la monarchie saoudienne et les frères musulmans égyptiens ….les guerres politiques pour le pouvoir des Koreiches au moyen Orient entre le clan Omeyyade soit disant « Sunnite » et le clan Hachemite Chiiste ne concernent pas les Berbères qui veulent leur indépendance algérienne totale et souveraine ….le seul référent idéologique , religieux et politique que nous reconnaissons en Algérie en tant que berbères et algériens c’ets le NATIONALISME ALGÉRIEN et la seule Oumma ou nation à laquelle nous prêtons allégeance c’est la NATION ALGERIENNE , et nous ne reconnaitrons aucun calife arabe ou turc ou Ouzbek sauf la présidence légale de la république algérienne démocratique te populaire ni aucune autres armée islamique ou sioniste juive ou arabe arménienne ou mongole sauf l’Armée nationale algerienne ANP … Tout autre débat ne serait que bavardage théologique sans fin et sans aucun impact réel sur notre réalité , sur nos vies et sur notre Histoire AMAZIGHEN ALGERIENNE




    0



    0
      bensaid
      1 juillet 2016 - 22 h 46 min

      t as tout resume mon frere
      t as tout resume mon frere




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.